Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Warriors Orochi

Console : Playstation 2
Éditeur : Koei
Développeur : Koei
Date de sortie : 21 septembre 2007
Multijoueurs : oui
Public : 12 ans et +

Note des membres
aucun vote :-( votez !
Posté le Dimanche 04 Novembre 2007 par philyra
Warriors Orochi, c’est un soupçon de Dynasty Warriors avec une pincée de Samuraï Warriors, le tout mixé dans une sauce beat’em all bien connue des amateurs. Autant dire que ça sent bon la salade commerciale, mais voyons plutôt si le mets est comestible...

Les âges d'or du démon

L'origine de ce savant mélange tient en une phrase. Le maléfique dragon Orochi s'est mis en tête de bouleverser le continuum espace-temps en regroupant sur un plan astral de sa conception les grands empires guerriers ayant marqué l'époque japonaise, ainsi que ceux des trois grands royaumes de Chine. Il en résulte un immense conflit entre les partisans et les opposants de l'armée du démon. Autant dire tout de suite que chaque combat se ressemble, et pourtant ça partait d'une bonne impression. On allume la console et on a droit à une cinématique pas mal fichu, avec des graphismes honorables et un dynamisme enthousiasmant. Il en va de même pour l'écran des menus, dans l'ensemble clairs et complets, et disposant d'une musique là aussi assez rythmée.
En ce qui concerne le mode histoire (le pilier du jeu en plus du mode libre) il surprend d'abord avec les quatre personnages différents proposés. Chaque scénario permet de ce placer du côté des "bons" ou des "méchants", avec un certain nombre de missions dont l'enchaînement peut entraîner diverses conclusions. Le problème réside dans ce que les objectifs sont plutôt variés, mais la façon de se battre est beaucoup trop répétitive. Et c'est sans compter les aspects des ennemis, pour le moins indissociable les uns des autres tant ils arrivent par vagues alors que la caméra est trop basse. Le "bestiaire" regroupe en effet très peu de types de guerriers différents, en omettant les chefs de guerre qui eux sont largement plus nombreux.
Enfin, il s'agit d'évoquer les graphismes du jeu. Autant être franche, c'est assez moche. En tout cas par rapport aux jeux sortis sur la console en cette fin d'année et même avant. Les effets de lumière sont modestes. Les cartes sont étendues mais révèlent des décors vides dans leur ensemble, malgré quelques éléments destructifs bien placés et qui cachent souvent des items. On peut ainsi devenir plus rapide, obtenir une armure temporaire, récupérer de la vie, des armes, du musou....

Musou, gougnou ?

Le système de combat repose en parti sur une barre spéciale qui contient ce qu'on appelle du musou. Cela permet surtout d'effectuer de puissantes attaques. Mais avant de parler du point le plus intéressant, il faut savoir que les missions se déroulent avec la participation de trois guerriers choisis dans une sélection de 77 personnages (quand on les a tous débloqué bien sûr). L'intérêt est de pouvoir switcher entre eux, et en ce qui concerne le musou, quand on libère sa puissance et qu'on switche vers un autre perso, on lance une chaîne musou. De cette façon, le dernier guerrier sélectionné (le deuxième ou le troisième donc) déclenche une tornade de coups surpuissants au travers d'un combo qui l'est tout autant. C'est assez sympathique quand il s'agit de se débarrasser rapidement du flot d'ennemis pour rejoindre un bout de la carte, dans le but de protéger un de vos alliés par exemple. Prendre un cheval est à ce propos possible pour améliorer votre rapidité, en sachant qu'on peut se battre de la même façon que pied à terre, avec ce petit plus que procure votre position "dominante" par rapport à la foule en délire. Attention toutefois à ne pas se faire désarçonner... je veux dire plutôt "éjecter" de son cheval, tant ça paraît plus exact...
Il existe trois types de guerriers. Force, rapidité et technique sont les maîtres mots de ces combattants aux styles variables. A dire vrai cela ne se fait pas beaucoup ressentir sur le terrain mais par contre les types d'armes que possèdent les personnages influent sur leur façon de se battre. A ce propos, on remarquera que le design est en général plutôt réussi, bien que des différences flagrantes de "classitude" soient à noter. Il en va de même pour ce qui est des voix dans les dialogues, d'une qualité très variable.

Un travail de stratège

Si on peut analyser la carte avant de partir à l'aventure, on peut également emmener un copain avec nous pour permettre à nos forces de se déployer plus rapidement et efficacement. C'est en effet bien connu, deux cerveaux valent mieux qu'un. Aspect sympathique donc si ce n'est que rien ne change, les combats s'avèrent en effet toujours fondamentalement répétitifs (au moins on partage sont malheur...). Bref, il vaut mieux s'attarder sur la partie un peu plus technique du jeu, notamment à propos des diverses améliorations possibles. Le taux d'ennemis tués par exemple procure des points qui pourront être par la suite redistribués entre les personnages, vos alliés ou ceux que vous contrôlez. De cette façon vous pourrez faire face à la difficulté progressive de manière plutôt efficace. L'amélioration des armes est également un point qu'il ne faudra pas négliger, les possibilités offertes sont d'ailleurs assez nombreuses pour que l'intérêt ne s'estompe pas trop vite. Enfin, des techniques seront à découvrir au fur et à mesure de vos combats. Elles vous permettront de varier un peu les plaisirs en proposant de nouveaux combos. A partir d'un certain moment vous aurez même des choix à faire quand aux capacités qui vous sembleront les plus intéressantes en vue de la mission ou du terrain. Cependant, les missions ne sont pas suffisamment attractives pour justifier une telle répétition des combats, le tout servis par une qualité décidemment trop médiocre. En un mot, à réserver aux fans purs et durs des séries qui eux y trouveront peut-être leur compte…

VERDICT

Avantages

- Un grand nombre de personnages
- Un chara design plutôt réussi
- Les cinématiques
- Trois combattants pour un
- Plusieurs armes pour des styles de combat différents
- On peut partager son malheur ^^

Inconvénients

- Les ennemis sont pour le moins débiles
- Pas de scénario ou si peu
- La caméra est décidemment bien basse
- Les combats sont répétitifs et fouillis
- Les cartes vides
- On tabasse autant sa manette que les ennemis
- Du combat, du combat, et encore du combat...

Graphismes
2,5 étoiles
5.0 / 10
Le moteur du jeu est carrément moche pour une sortie aussi récente. Reste les cinématiques qui rehaussent un peu le niveau.
Jouabilité
3 étoiles
6.0 / 10
Ce n’est pas ça qui pose le plus de problème mais on regrettera tout de même que les combats se réduisent presque à marteler les boutons de la manette et que la caméra soit si basse...
Durée de vie
3,5 étoiles
7.0 / 10
Quasi infinie tant il y a de missions et de choses à débloquer, et c’est peut-être bien là où est le problème une fois qu’on s’est rendu compte de la répétitivité des combats.
Bande Son
3,5 étoiles
7.0 / 10
De ce côté-là il n’y a pas grand-chose à reprocher au jeu même si les musiques n’ont pratiquement rien à voir avec le thème du jeu. A noter que quelques voix de doublages sont également sympathiques (en anglais par contre).
Scénario
2 étoiles
4.0 / 10
On peut pas faire plus vide. Le dragon Orochi est un prétexte pour lier les séries.
Note Globale
3 étoiles
5.5 / 10
A réserver aux fans, les seuls qui devraient y trouver leur compte... s'ils ne sont pas trop exigeant...
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

05 Nov. 2007 | 02h41


Zefi
Je me suis arrété à Dinasty Warrior 2 et enfaite ben je vois que l'on en est toujours à la même chose !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU