Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Turok

Console : Xbox 360
Éditeur : Propaganda Games
Développeur : Propaganda Games
Date de sortie : 7 février 2008
Multijoueurs : oui
Public : 18 ans et +

Note des membres
aucun vote :-( votez !
Posté le Dimanche 17 Février 2008 par Gomo
La dernière fois qu’on avait aperçu l’indien tueur de dinos, il n’était pas en grande forme. Ca s’appelait Turok : Evolution et ce fut une cause de la chute d’Acclaim dans les profondeurs abyssales de la faillite. Aujourd’hui, les petits nouveaux de chez Propaganda et Touchstone production ressuscitent ce Geronimo aux gros bras sur les consoles Nesk-gen. C’est bien ? C’est pas bien ? C’est surtout pas trop mauvais.

Turok‘n’Turoll

Petite piqûre de rappel, Turok est un indien munis d’un arc, d’un couteau et de grosses armes, tuant des sauriens dans une série de jeux éponyme sur Nintendo 64 suivi d’un épisode désastreux sur Ps2, GameCube et Xbox. Avec un concept de jeu pareil, on ne peut pas franchement aller très loin à moins d’installer une ambiance comme King Kong mais 15 minutes répétées sur 4 heures de jeu, ça le fait pas. Turok donc, revient en force et en muscles avec un scénario digne d’un film du dimanche soir sur TF1. De gros pectoraux, de gros calibres s’assument dans le même style qu’un Gears of War. L’histoire suit Turok, indien Kiowa engagé dans les marines qui, dans une mission avec ses potes, s’écrase sur une planète couverte par la jungle. Leur mission est de capturer un barbu au cheveux longs nommé Roland Kane, chef du commando Wolf Pack. Là où ça se corse, c’est que ce monsieur a entraîné Turok, autrefois membre du Wolf Pack, ce qui ne plaît pas aux nouveaux compagnons de l’indien.

Un indien dans la jungle

Pour botter des fesses à tout va, Turok a plus d’une flèche dans son carquois. En effet, il a le droit à un arsenal réglementaire de FPS avec bien évidemment le bonus « Turok ». Un shotgun, une mitraillette, un fusil sniper, un fusil à plasma, un pistolet, une gatling et quelques autres constituent l’attirail du bonhomme. Le bonus Turok vient dans l’arc et le couteau. Chaque arme possède un tir secondaire : le shotgun par exemple, lance une fusée éclairante attirant les raptors pour manger les vilains, la mitraillette quant à elle, peut avoir un silencieux… Pourquoi ? Va savoir. Les armes petites et moyennes peuvent être portées dans chacune des mains. Un shotgun dans chaque paluche, on vous avait prévenu le jeu ne fait pas dans la finesse. Pour injecter un côté infiltration dans ce jeu de barbare, il est possible de tuer discrètement les soldats au couteau grâce à des petits séquences de Quick Time Event (à la Shenmue, Farhenheit ou Call of Duty 3) en tapant sur la gâchette R au bon moment. Une petite cinématique en temps réel se déclenche alors. Ces séquences de QTE apparaissent aussi lorsqu’un dinosaure est proche de vous, que vous l’attaquiez ou que votre crête iroquoise est dangereusement proche des canines de la bête. Grâce à ces phases de QTE, le couteau devient l’arme la plus puissante face à un vélociraptor en furie et en mutlijoueur. Concernant les bébêtes à grandes mâchoires, on retrouve les carnivores habituels tel le T-Rex, le raptor et un nouveau spécialement créé par l’équipe de Propaganda : Lurker, une espèce de gros varan à tête de raptor, rapide comme un guépard et agile comme un Tarzan. On retrouve un ou deux herbivores mais pas de quoi s’émerveiller. Il faut croire que les carnivores ont beaucoup mangés. D’ailleurs, pour pinailler il est intéressant de voir que les dinosaures tuent pour tuer et non pour manger dans ce jeu.


Turoxx… presque !

Le gameplay de Turok reste assez basique pour un FPS : arriver dans une aire, une pièce, tuer tout ce qui bouge avec son couteau et passer à l’aire suivante. Le principe de Turok est ainsi d’ajouter la variable « Dinosaure » à l’ensemble. Il y a donc 3 moyens d’appréhender un troupeau de méchants marines. D’abord, à l’ancienne avec les grosses armes, on fonce dans le tas. Ensuite, comme c’est à la mode, on peut jouer « infiltration » en poignardant dans le dos. Et enfin, on peut être plus malin en appâtant les dinosaures pour tuer les soldats. Sur papier la technique est séduisante, en pratique, les coéquipiers tirent aussi sur les dinosaures. L’intelligence artificielle n’atteint pas des sommets mais n’est pas à déplorer.
A l’instar des FPS et TPS blockbusters du moment, Turok possède un système de régénération de vie automatique. Un filtre rouge et flou emplit l’écran lorsqu’on est blessé.
Etant un FPS accès console, le jeu bénéficie d’une maniabilité proche de celle d’Halo, c’est-à-dire une maniabilité plutôt lente (FPS suisse râleraient certains).
Tout au long de l’aventure, le Musclor à crête traversera des couloirs plus ou moins grands en forme de jungle et des couloirs plus ou moins petits en forme de base militaire. Autrement dit, le level design n’est pas une merveille.

Puisqu’on parle des décors peu variés, graphiquement le jeu tient la route face à ses principaux concurrents. Ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais on peut apprécier que pour une fois on se fout pas de notre gueule. C’est soigné, cohérent et ça n’agresse pas l’œil. Comme l’attestait les premières images, on sent que le jeu bénéficie de l’Unreal Engine.

Safari en famille

Pour un peu plus de plaisir, il est possible de s’affronter en multijoueur dans des arènes infestées de sauriens aux yeux méchants et intentions toutes aussi méchantes. Ça se passe en ligne et jusqu’à 16 joueurs sont invités à faire la fête. Un mode coopération jusqu’à 4 joueurs est disponible, il permet de jouer des missions créées pour l’occasion. Deux choses sont regrettables. Premièrement, il aurait pu être possible de jouer toute la partie histoire en coopération car Turok est pour les trois quarts du temps accompagné. Ensuite, ces modes sont uniquement jouables en ligne et non en LAN ou en local sur une seule console. Il y a de quoi égayer une après-midi mais pas de quoi s’affoler.

VERDICT

Avantages

- Une faune interactive
- Rien à dire

Inconvénients

- Manque cruellement de variété en tout point
- Rien à dire

Graphismes
4 étoiles
8.0 / 10
Des graphismes nesk-gen comme il se doit.
Jouabilité
3,5 étoiles
7.0 / 10
C’est lent mais instinctif. Rien de transcendant à l’image du jeu.
Durée de vie
2,5 étoiles
5.0 / 10
Le manque de variété tue cruellement le jeu.
Bande Son
3,5 étoiles
7.0 / 10
Une bonne ambiance sonore et des musiques un poil oppressantes.
Scénario
1 étoiles
2.0 / 10
C’est un jeu de muscle, pas de cerveau.
Note Globale
3 étoiles
6.0 / 10
Turok accumule les éléments rudimentaires d’un FPS mais pas d’idées novatrices. On ne peut pas dire que c’est mauvais, ni que c’est bon, il est juste divertissant. Inutile de s’y jeter au prix neuf, il est plus convenable pour de l’occasion à bas prix.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

17 Feb. 2008 | 18h03


philyra
Le jeu ne me donne vraiment pas envie. Décidément il ne nous reste plus qu'à nous souvenir de ce que fut la série à ses débuts pour nous consoler... Un bon test de la part de Gomo en tout cas ! Par contre les fautes ça craint un peu (je sais que je suis chiante ^^).

18 Feb. 2008 | 16h44


Zefi
J'avais trippé sur le deux, si j'avais une next-gen j'aurais bien aimer voir si après le médiocre "Evolution", la série se serait remise de cet échec !

24 Feb. 2008 | 23h44


BlueHunter
Tu t'assouplis avec l'age mon bibi, j'aurais pas mis la moyenne. Boarf, en fait j'ai jamais aimé Turok, trop de bonnes idées gâchées par des choix idiots. Au fait Philyra tu peux corriger les tests des autres, nan?

02 Mar. 2008 | 18h58


philyra
Corriger les tests ? Moi je ne dis pas non c'est un exercice auquel je m'attelle déjà en cours ^^ Enfin bon je ne sais pas trop comment tu t'imagines la chose, et puis faudrait être indulgent je ne suis pas sans failles non plus !

30 Mar. 2008 | 16h25


Zefi
Je pense que Turok est avant tout une ambiance, rien que le fait d'avoir intégrer des dinos dans le jeu lui donne une petite touche très sympathique. Des graphismes pas vilains d'après les vidéos, les images... Par contre le fait de voir d'autres ennemis ou des alliés humains cassent un peu l'ambiance : Solitaire, angoissante et glauque du premier et du second opus.
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU