Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Tom Clancy's Ghost Recon Advanced Warfighter

Console : Xbox 360
Éditeur : Ubi Soft
Développeur : Ubi Soft
Date de sortie : 9 mars 2006
Multijoueurs : oui
Public : 16 ans et +

Note des membres
7 votes (4.57 / 5)
Posté le Vendredi 14 Avril 2006 par BlueHunter
Les Clancy se suivent…et ne se ressemblent pas forcément !
Alors que Rainbow Six et Splinter Cell, les deux autres saga d’Ubi Soft basées sur l’univers du prolifique auteur américain, ont adopté une certaine tendance voire une tendance certaine à l’évolution dans l’immobilité, force est de reconnaître que ce Ghost là a décidé de rompre un peu avec son lourd héritage de simulation top moumoute au profit d’une action plus franche et d’un grand spectacle omniprésent.



Maaaaa, c’est ouna guellila qui sé plépale dans mexico !

Je ne vais pas m’attarder des heures sur le scénario, qui sans être désagréable ne mord jamais sur le gameplay. On a bien droit à quelques micros cinématiques ou même à des discussions un poil plus poussées entre deux missions, mais soyons clair : même si vous ne comprenez pas un mot de français, vous ne serez jamais bloqués dans Ghost Recon.
A part ça j’ai cru comprendre qu’il était question de méchants mexicains marxistes agressant de gentils mexicains pro américains bref tout à fait la veine Tom Clancy habituelle : on apprécie ou on déteste.
Toujours est-il que vous incarnez Scott Mitchell, leader d’une unité d’élite blablabla… Bref vous êtes américain, agressif, armé jusqu’aux dents et vous disposez de trois péquins près à exécuter le moindre de vos désirs (ou ennemis).
Cependant, et c’est assez nouveau dans le genre, votre perso interviendra souvent et sera même amené à faire quelques petits commentaires sur la situation. Sans nous dresser un portrait psychologique du personnage à la fahrenheit, le jeu impose quand même une once d’humanisme non négligeable…



Ma tout ça sé passe dans lé foutour !

Ubi nous a assez vanté le contexte du jeu pour qu’on en retienne au moins une chose : en 2013 le soldat d’élite sera bardé d’informatique à faire pâlir une voiture japonaise ! Dans la pratique ça se traduit par un hud (affichage tête haute) sacrément envahissant puisque outre les traditionnels indicateurs de munition, santé et visée celui de ghot recon affiche la position de tous vos alliés, vos ennemis visibles, vos objectifs, votre position, la santé de vos alliés et surtout l’indispensable « crosscam » permettant de voir (ou pas) ce que vos alliés ont dans leur champ de vision.
Ca parait plutôt chargé au début (d’ailleurs ça l’est) puis, avec un peu de pratique on se rend compte que l’ensemble est aussi utile qu’imposant et que les diverses fonctions ne nuisent pas forcément à la prise en main du jeu. Cette dernière se révélant fort instinctive à l’usage, puisque les déplacements ressemblent à s’y méprendre à Rainbow six, et que l’une des configuration de touches disponible s’inspire grandement de Halo… Courir, viser, tirer, plonger ou se mettre à couvert sont donc des actions qui s’effectuent le plus naturellement du monde et qui donnent à certaines parties des allures plus que cinématographiques.
Côté tactique, tout se gère depuis la croix directionnelle, heyyy oui j’avais prévenu que le jeu s’était simplifié.
La seule action réellement irritante reste la gestion de l’inventaire sacrément lourde qui empêche de s’équiper rapidement de l’arme désirée, tant pis pour les actions nerveuses, tant mieux pour la préparation plus soignée des assauts…


Mééé c’est ouné campagne oulbaine !

En pratique le jeu se présente sous la forme d’un Third Person Shooter tout à fait classique bien que teinté d’une once de finesse qui doit beaucoup à la barre de vie qui se veut réaliste (dans un jeu qui ne l’est pas). Alors que des jeux comme Black offrent des trousses de soins tous les trois ennemis et que le système d’auto régénération d’Halo s’étend à des jeux qui ne s’y prêtent pourtant pas (Call of Duty 2, King Kong, Rainbow Six Vegas…), ça fait tout drôle de rejouer à un jeu où la moindre balle peut être fatale, où le plus benêt des terros peut s’avérer être un tueur sans scrupule et où les missions longues de plusieurs dizaines de minutes (respawns non compris) n’offrent pas ne serait-ce qu’un malheureux point de vie bonus. Un souci de réalisme donc qui se reflète un poil sur le gameplay, les habitués de la série retrouveront ainsi avec plaisir les minis barres de progression traduisant la plupart des actions comme un rechargement, la sélection d’une arme ou la modification de son mode de tir. Inutile en effet d’espérer lancer une grenade, donner un coup de crosser, tirer au snipe et enchaîner à la SMG le tout en moins de 2.75 secondes, ici on se prépare, on se positionne, on regarde autour de soit et ensuite seulement on rentre dans le tas. L’armée c’est quelque chose de civilisé bon dieu !
Il est cependant dommage en plein jeu de constater que toute l’aide technologique se traduit par la matérialisation d’un losange fluo autour de vos ennemis et objectifs, et ce même s’ils n’entrent pas dans le champs de vision (à condition bien sur que vous-même ou l’un de vos équipier humain ou robotique ai eu à un moment ou un autre la cible en visuel). Résultat : on passe une grande partie du jeu à tirer sur de petites formes géométriques situées à l’autre bout de la map, avouez qu’on a déjà vu nettement plus folichon pour se mettre dans l’ambiance et ce même dans le trip guerrier du futur…
Toujours au niveau de l’ambiance l’IA des ennemis, qui peut faire illusion de loin (les ennemis se jettent à terre au bruit d’un coup de feu ou vont chercher de l’aide lorsqu’ils vous ont repéré), se révèle être assez lamentable à bout portant et il n’est pas rare qu’un mexicain oublie complètement le danger ambiant et passe d’une position de protection à une nonchalance de sénateur en plein terrain découvert, ou même qu’un de ces brave guérilleros passe devant votre équipe sans même y prêter attention, bizarre…
Au niveau des grands absents et vu l’orientation action de la série on regrette l’absence de véhicules jouables. Ho certes, on peut s’occuper de la gatling d’un Hélico dans le cadre de l’introduction (plutôt réussie) de certaines missions, et il arrive régulièrement que l’on ait des véhicules blindés sous ses ordres directs. Mais pourquoi ne pas avoir proposé une séquence entière de pilotage d’un hummer dans une scène de fuite ou pour dynamiser le mode multijoueur ? Mystère et boule de paco…


Sous le HDR de Mexiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiico !

Bon passons sans plus attendre au GROS point fort du jeu : la technique. Oui je sais ce que vous allez me dire : avec la 360 on est au courant c’est bien beau blablabla… Mais là je ne résiste pas à l’envie d’en remettre une couche ! Graphiquement tout d’abord avec une modélisation extrêmement détaillée des personnages, une bonne utilisation du normal mapping (parallax ?), des couleurs vives (parfois trop mais bon…) et surtout, SURTOUT la présence d’un High Dynamic Range (HDR pour les intimes) de haut niveau qui simule la diffusion de la lumière et la réaction de la rétine humaine à la lumière d’une façon inégalée. C’est bien simple, le moindre mouvement de caméra fait sensiblement varier la luminosité du jeu ! C’est réellement impressionnant et permet d’offrir l’éclairage le plus naturel qu’il m’ait été donné de voir dans un jeu. On en oublie complètement l’aspect un poil simpliste de certaines textures d’autant que la ville de mexico offre des environnements on ne peut plus riches. Côté animations là encore c’est vraiment agréable à l’œil, les détails comme la fluidité de l’ensemble sont vraiment dignes du support : on n’a jamais l’impression que les personnages glissent au sol, les mouvements qu’ils exécutent avec leurs armes sont d’une précision tout à fait appréciable et toute une flopée de petits gestes superbement décomposés mettent parfaitement dans l’ambiance. Par comparaison les animations sont par exemple beaucoup plus convaincantes que dans Battlefield 2 modern combat de DICE.
Gros bémol cependant au niveau de la modélisation de l’arme, car si la version xbox 360 de GRAW est la seule à laisser le choix entre une vue à la troisième ou à la première personne, il faut savoir qu’en vue FPS, l’arme n’apparaît pas à l’écran. Alors certes, c’était très sympa il y a cinq ans sur le premier Ghost Recon dans le trip soldat, réalisme, guerre, tout ça tout ça, mais en 2006 sur 360, alors que les version PC et Xbox affichent une arme ça fait plus travail bâclé qu’autre chose…
Enfin le son, comme à l’accoutumée dans les sagas Clancy explose votre salon à la moindre explosion pour peu que vous disposiez de l’installation sonore ad hoc.
Au final que ce soit au niveau du son dolby digital 5.1 ou de l’affichage Haute Définition les ptits gars de chez ubi ont clairement compris à quoi un jeu next gen doit ressembler et votre installation audio-visuelle hors de prix s’imposera une fois de plus comme un nouveau standard de jeu. Certains développeurs peu scrupuleux feraient bien d’en tirer des leçons…


Plouz on est dé fou et plouz on rit !

Si l’aventure solo a été finement mise au point par Ubi Soft France, ce sont bien les américains de chez Red Storm qui se sont occupés de la partie multi. Mais mis à part le retrait plus qu’étonnant de certains mouvements (glissades, dos au mur etc…) le multi es tout à fait fidèle à l’aventure solo et si les lieux sont plus variés, la qualité graphique reste à la hauteur et les nouvelles skins sont tout à fait dans le ton du jeu (mais pourquoi la crosscom n’apparaît plus ?).
Avec une équipe entière dédiée à son développement, on était en mesure d’attendre de ce mode qu’il soit sacrément complet et bonne pioche le jeu n’est pas chiche types de parties loin de là ! En sus des traditionnels deathmatchs et territoires en solo et en équipe, RedStorm nous propose quelques modes à objectifs proposant de ramener des drapeaux ou des officiers ou encore toute une série de modes dits de « coopération » qui consistent en réalité à jouer contre des bots dans des missions plus ou moins scénarisées et enfin le mode « campagne » qui propose de jouer dans les conditions du solo jusqu’à 16 joueurs. Ce dernier mode plutôt original et sacrément fun a plusieurs n’est cependant disponible que sur 4 des 10 maps du jeu, espérons que de nouvelles fassent bientôt leur apparition (et si possible pas sous forme d’add on…).
Tous ces modes sont bien entendu paramétrable dans leurs moindres détails et jouable en split-screen jusqu’à 4 et en LAN et Live jusqu’à 16 avec des invités. Bref des heures de fun en perspective aussi bien pour les débutants que pour les pro gamers qui se régaleront du système de classement du jeu.
Evidemment c’est dans ces modes multijoueurs que la crosscom prend tout son intérêt puisqu’en lieu et place de la vision des bots, il devient possible d’observer ce que voient vos amis et mettre en place des strategies d’approche devient beaucoup plus intuitif, même si la plupart des joueurs sont toujours obsédés par leur quota de frag de fin de partie…
Au niveau des menus défauts on constate à regret que la vue à la troisième personne empêche certaines avancées tactiques et favorise les embuscades sauvages et que l’interface d’avant jeu est vraiment lourde pour pas grand-chose…


C’ay l’heure dé dresser oune bilane !

Mouais au final que dire de plus sinon que GRAW s’impose en toute logique et après un PDZ bien décevant comme le meilleur (car unique) FPS tactique de la 360. Le gameplay bien qu’allégé en matière grise reste un poil plus fin que la moyenne, le multi est sympathique et les graphismes font honneurs au GPU. Si l’on excepte une IA parfois gibbonesque, quelques incohérences de jeu (pourquoi les alliés ne peuvent-ils pas soigner le joueur ?) et un hud pensé pour la HD, GRAW a tout du hit (bordel y a vraiment rien à dire sur ce jeu ?).

VERDICT

Avantages

-Cay beau
-Cay feun
-On peut faire l’hélicoptère
-On peut faire des roulades
-Le multi
-Cay Ghost Recon (humour)

Inconvénients

-Cay court
-Vue interne de merde
-Les campeurs
-Le détourage des ennemis
-Le lobby multi
-70€!

Graphismes
4,5 étoiles
9.0 / 10
Du tout bon mon gibbon !
Jouabilité
3,5 étoiles
7.0 / 10
Un peu chargé mais c’est le gameplay qui veut ça.
Durée de vie
3,5 étoiles
7.0 / 10
Pas excessive en solo. Beaucoup plus sympathique en multi.
Bande Son
4,5 étoiles
9.0 / 10
No problemo.
Scénario
2 étoiles
4.0 / 10
Gentils americains ch. Vilains pacos pour massacre amical et + si aff.
Note Globale
4,5 étoiles
8.5 / 10
Si vous avez une 360 et que vous n’êtes pas fondamentalement opposés au genre, vous auriez tord de ne pas jeter un coup œil à ce très remarquable GRAW. (Ben nan que voulez-vous, quand y a rien à dire, y a rien à dire c’est tout…)
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

14 Apr. 2006 | 19h03


Gomo
Fist post! Joli Test, on rigole bien meêm pour les images! :D

15 Apr. 2006 | 23h50


Vinz
Ca semblait plus zoli sur les vidéos ! perte de qualité sur les images surement ! Enfin sinon le jeu semble tenir ses promesses dans le gros, mais c'est sur que le scénario de beaucoup de jeu de ce genre sont souvent baclé.

23 Apr. 2006 | 21h44


BlueHunter
/! Les screens de ce test ne refletent en rien la qualité graphique du jeu./! (pas d'acquisition en direct feed les gars!)

16 May. 2006 | 10h36


TipuleDS
Le jeu est génial en multi on joue en coop à 4 c'est trop génial

18 May. 2006 | 00h14


BlueHunter
Et même jusqu'à 16

11 Jun. 2006 | 13h56


Giggs
Bon test, juste une faute d'orthographe au début: Les Clancy se suivent…et ne se ressemble (ent) pas forcément

17 Jun. 2006 | 11h07


Guillaume
quel test !Ta du y passer des heures !!!Sinon le jeu perso j'aime bien m^me si le début n'est pas si passionnant que ca, mais enfin bon...
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU