Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

The Secret World

Console : PC
Éditeur : Electronic Arts
Développeur : Funcom
Date de sortie : 3 juillet 2012
Multijoueurs : oui
Public : 16 ans et +

Note des membres
4 votes (3.63 / 5)
Posté le Dimanche 15 Juillet 2012 par philyra
Finis les elfes, les nains, les trolls, les gobelins et autres lutins nécessiteux, voici venir le temps du renouveau ! C'est Funcom qui nous l'annonce, le monde réel reprend ses droits dans toute la puissance de sa décrépitude. En effet, le mal se répand de Londres à Séoul en passant par New-York, et comme dans n'importe quelle expérience dite de jeu de rôle massivement multijoueur chacun cache en lui ou en elle ce héros qui sauvera l'univers. Mais jusqu'où plongerons-nous dans le Monde Secret pour réveiller ce pouvoir qui nous anime et nous révéler aux yeux de la multitude ? Seul le temps et notre engagement à écrire ses lignes vous le dira...

La sagesse n'attend pas le nombre des années


Après une installation quelque peu fastidieuse de 15Go, la porte sur le Monde Secret me fut enfin ouverte. Comme dans toute arrivée en terrain inconnu les choses s'amorcent alors avec un petit rite d'initiation. Pour autant vous verrez rapidement que ce jeu se classe parmi l'un des plus avare en la matière par la suite... Mais attendons d'abord de choisir sa Faction. Elément commun à de nombreux MMO, vous disposez en début d'aventure de 3 embranchements possibles :
- Suivre la voie du Dragon, des combattants de l'équilibre dont le quartier général se situe à Séoul.
- Intégrer l'ordre des Templiers, une ancienne confrérie qui regroupe les guerriers de la justice dont la ville de référence est Londres.
- Faire parti des Illuminati, un groupe centré sur le pouvoir via des richesses incommensurables et dont la principale multinationale prend racine à New-York.
A l'instar des créations classiques de héros, on enchaîne avec le choix entre incarner un homme ou une femme, ainsi que les options d'habillage qui leur sont du. L'interface est assez simple et les possibilités relativement peu nombreuses. Même si le résultat fut suffisant il faudra craindre de futurs ressemblances avec les autres joueurs. Par contre pas de classes à proprement parler. On est un humain et puis c'est tout, même si en arrière-plan le triangle magique existe toujours : DPS, tank ou support...

Au final, quelle que soit la Faction choisie, tout se résume à une méchante guêpe. Si si. Le petit bidule qui vole et qui pique, sauf qu'ici la madame décidera de s'infiltrer dans votre gosier pendant votre sommeil ce qui aura pour effet de réveiller votre potentiel: le pouvoir d'Anima. Avec une telle entrée en matière nous sommes bien loin des clichés du genre, pour autant la suite se veut beaucoup plus traditionnelle. Ainsi, les différents chefs des Factions viendront vous chercher directement dans votre appartement de manière plus ou moins cordiale. C'est à la suite de cette première rencontre qu'on peut enfin commencer à déambuler dans notre ville attitrée. Les animations quoi que réussies s'avèrent extrêmement rigides. Cependant, le moteur d'Age of Conan remis au goût du jour nous fait profiter d'une ambiance sombre à souhait, à défaut d'être graphiquement exceptionnelle. Fourmillant de détails, pourvu d'une bande sonore des plus réussie, on a vite fait de vouloir aller de l'avant et de s'échapper. Or, pour cela il nous faut apprendre à nous battre et c'est là que les choses sérieuses commencent.

Avant même qu'on nous ait dit comment tenir un fusil, nous voilà projeté dans une première instance en solitaire mais avec des alliés contrôlés par l'ordinateur. C'est alors que de manière un peu gauche on prend le fusil à pompe qui traîne à terre, on récapitule nos pouvoirs d'attaque et de soin, et on enchaîne ses premiers monstres dans un métro de Tokyo en plein désastre. Après un cliffhanger en guise de conclusion d'instance, on en revient à notre quartier général et notre véritable entraînement commence. Le moment du choix de notre arme n'est pas déterminant, pour autant on y comprend la gestion de notre inventaire avant de plonger véritablement dans la tourmente. Le début d'une longue aventure qui nous portera alors jusqu'à un magnifique hub. Une sorte d'arbre géant style Yggdrasil par lequel vous voyagerez tout d'abord jusqu'à Kingsmouth. Or, si on ne sait pas vraiment ce qui a transformé les habitants de cette ville portuaire en zombies, on sait par contre que tuer gratuitement des ennemis ne sera que peu souvent notre principal objectif.

Culture générale en bataille


Notre progression n'est pas régie pas un nombre de niveaux qui se succèdent. C'est principalement les missions qui nous apportent des points de compétences et des points de pouvoirs à utiliser dans votre Nexus. Sorte de tableau circulaire, il est d'entrée de jeu confus mais finalement assez moderne. Pour résumer, il constitue le point central de pouvoirs chacun associé à des armes bien spécifiques, 9 au total, avec 7 slots des capacités actives et le même nombre en capacités passives. L'intérêt est qu'on peut potentiellement tout actionner, le style de combat reposant uniquement sur les associations de pouvoirs dont on s'équipe au final. Pour le reste, les points de compétences déterminent nos capacités à tenir nos armes en mains, jusqu'à deux, ainsi que les objets types ceintures ou talismans. Des objets dont le niveau varie selon la puissance. Mais là encore c'est assez simple. Si on se dirige vers une activité connue des joueurs, la forge, il en va bien différemment. En effet, à l'instar d'autres séquences de gameplay, le fonctionnement nous sera montré et non clairement expliqué et seul le principe d'accumuler des matériaux de base sera une info communément acquise... Quoi qu'il en soit, pour obtenir ces points ou ces minerais et les utiliser à notre convenance, il faut remplir les fameuses missions.

L'élément déterminant et qui fait l'une des grandes qualités de ce jeu tient dans un parti pris pour le moins osé de la part de Funcom. En effet, le studio de développement a mis de côté la high fantasy pour un univers réaliste empreint de fantastique faisant honneur aux œuvres de Lovecraft. Mais ces derniers ont également choisi de respecter le caractère tourmenté de l'auteur en proposant un maximum d'énigmes corsées. Il faut avouer qu'en soit les combats avec les ennemis sont classiques et peu dynamiques. Les déplacements assez hasardeux ne sont d'ailleurs pas un facteur bénéfique. Il en va de même pour la première instance multijoueur : le Polaris. Une quête que l'on doit mener à 5 qui certes met en scène un boss épique mais qui ne dégage pas ce côté "société secrète" pourtant marque de fabrique de cette intrigue au demeurant fort bien écrite. On attend de voir ce que donnera la prochaine itération prévue à 10 joueurs... Mais revenons-en plutôt aux énigmes. On distingue plusieurs type de quêtes. Une partie nous sera délivrée via des personnages principaux après des séquences vidéos aux dialogues bien doublés, d'autres seront à récupérer au fil de nos allées et venues. Certaines consistent plus particulièrement à réaliser des recherches dans diiférents lieux de la carte. Dans ces cas-là 2 solutions s'offrent à nous : faire appel à une aide extérieure (chat ou internet intégré au jeu directement) ou nous remuer les méninges. Les développeurs ont misé sur notre culture générale plus que sur notre capacité à cliquer de la souris gauche pour évoluer. Disons même que vous n'avez souvent que peu d'indications pour savoir où aller, ce qui se révèle assez déstabilisant.

Résultat : un public beaucoup plus mature et plutôt adepte des jeux de rôles papiers. De fait, Funcom propose un système d'abonnement avec son jeu, pratique désormais peu courante voire arriérée avec l'arrivée en force du free-to-play. La boutique est cependant aux normes sur ce sujet, affichant des prix élevés alors même que tous les mois les joueurs sortent le portefeuille. La transition est possible on le sait et puis il ne s'agit là que d'objets cosmétiques. Pour assurer leur avenir les développeurs prévoient surtout d'ajouter du contenu tous les mois. Les modeurs devraient également être à l'honneur car beaucoup d'éléments du jeu, notamment l'interface, ont été mis à leur disposition. Pour le reste les quelques bugs et les soucis de distance d'affichage des certains textes in-game ne viendront pas ternir une expérience centrée sur le joueur. La dimension MMO est en effet réduite à son plus simple appareil. Seule la difficulté élevée encourage les interactions entre joueurs. Autrement il existe également le PvP dans des arènes extérieures où on s'affronte par Factions interposées. Les zones contrôlées en nombre permettent alors d'apporter des bonus à ses compagnons. Une autre bonne idée qui fait d'autant plus profiter les joueurs de la technologie cross-server. Mais pour le moment, savoir qui des Dragons, Templiers ou Illuminati ramènera l'ordre dans le monde reste un mystère entier.

VERDICT

Avantages

- Ambiance réussie
- Enigmes au cœur du jeu
- Arbre de compétence ouvert
- Bande sonore efficace
- Histoire bien écrite
- Arène PvP dynamique
- Promesse de nouveautés

Inconvénients

- Personnage rigide
- Possibilité cosmétiques réduites
- Extrêmement ardu
- Expérience plutôt solo
- Très cher à la longue

Graphismes
4,5 étoiles
8.5 / 10
Sans être exceptionnel The Secret World s'en sort avec les honneurs grâce à un goût du détail et à une ambiance parfaitement maîtrisés.
Jouabilité
3,5 étoiles
6.5 / 10
Des déplacements rigides et des combats peu dynamique ne font pas de la jouabilité le fort du jeu. Mais pourtant on se plaît à courir de long en large pour découvrir de nouvelles énigmes et l'interface est suffisamment sobre pour assurer un minimum de confort.
Durée de vie
4 étoiles
8.0 / 10
MMO persistant. La question de la durée de vie ne se pose pas vraiment compte tenu que la majorité des quêtes sont rejouables à l'infini. Mais pour ce qui est de la trame principale on reste du domaine du parcours long et délicat.
Bande Son
4,5 étoiles
8.5 / 10
L'ambiance est véritablement un point fort du jeu. Si les musiques ne sont pas à ce point excellentes, les bruitages et les doublages s'en tirent très bien.
Scénario
4,5 étoiles
8.5 / 10
Le jeu gagne en intensité au cours des heures qui passent et son histoire ésotérique à souhait devrait convenir aux joueurs désireux de partager expérience massivement multijoueur et scénario maîtrisé.
Note Globale
4 étoiles
8.0 / 10
The Secret World ne pourra clairement pas convenir aux afficionados des MMO classiques où le but premier est de venir à bout de monstres épiques. Ici pas de bataille, le monde est déjà en proie au chaos et seule l'ingéniosité triomphera. Un vent frais mais non sans risque pour le développeur. Car la difficulté pourra être rebutante malgré ce plaisir certain d'être immergé dans un univers sombre et emprunt d'une aura unique. Sans compter ce système par abonnement que même les plus grands ont fini par abandonner. Mais n'est-ce pas la meilleure des façons de se démarquer et d'affirmer sa qualité ? Difficile de lire dans l'avenir mais à coup sûr The Secret World est inclassable dans le paysage actuel...
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires
Encore aucun commentaire :-( Soyez le premier !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU