Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Tecmo Classic Arcade

Console : Xbox
Éditeur : Tecmo
Développeur : Tecmo
Date de sortie : 21 octobre 2005
Multijoueurs : oui
Public : 3 ans et +

Note des membres
3 votes (1.00 / 5)
Posté le Samedi 07 Janvier 2006 par BlueHunter


Testeur de jeux vidéo, un job qui fait rêver n’est-ce pas ? Toujours évocateurs de jeux par milliers, de parties passionnantes, de nuits entières d’émerveillement passées à décortiquer tous les hits du moment, sans même parler de l’argent, de la gloire et des femmes !
Seulement comme tout rêve qui se respecte, celui-ci n’est pas l’exact reflet de la réalité. En fait rien de tout cela n’est vrai. La vie de testeur est laborieuse et contraignante et si certaines perles nous sont parfois attribuées (Fable…), il ne faut jamais oublier les autres. Vous savez, ceux dont on ne parle pas, qui se cachent derrière les rayons, tapis dans l’ombre d’une collection, bien cachés entre Halo et Shenmue. Oh oui on les cache, on veux les oublier. Mais ils nous rattrapent toujours ! Et c’est donc en traître (comme toujours) que celui-ci m’est tombé sur le coin de la gueule. Et ce coup-ci ça fait vraiment mal parce que s’il y a un genre lourdingue, c’est bien celui des compilations ! Genre a tiroirs (souvent grinçants) il peut cacher des trésors de nostalgie ou l’arnaque la plus parfaite reconvertie en revival ringard et autant vous prévenir tout de suite, le titre auquel nous avons affaire appartient à la seconde catégorie de jeux…


Tout est dans le nom coco !

Notez qu’il s’annonçait pas trop mal ce Tecmo Classic Arcade !
Prenons le titre par exemple, c’est important un titre pour un jeu, c’est la première chose que le badaud va lire et le dernier mot qu’il retiendra du jeu ! Imaginez un monde sans titre : « Hey Bill t’as joué à quoi hier ? Ben tu sais, ce jeu où l’on ne voit que l’arme avec des monstres et des portes là… » Nan restons sérieux le titre d’un jeu c’est super important, alors regardons ensemble le titre de celui ci : « TECMO CLASSIC ARCADE » Bien, il est composé de trois mots. Tout d’abord Tecmo, une marque pour bien commencer ! Et là direct le joueur xbox lambda dresse une oreille et fronce les sourcils dans la plus pure tradition de l’épagneul de chasse : ce nom là je l’ai déjà entendu et lu quelque part ! Et pour cause Tecmo, honorable société nippone s’est spécialisée depuis plus d’une vingtaine d’années maintenant dans le domaine Ô combien risqué du loisir électronique (les jeux vidéo quoi…). Mais si la firme est désormais célèbre dans nos contrée reculées d’occident c’est avant tout grâce à une sous-équipe au doux nom de « Team Ninja » qui se plait à charmer les joueurs du monde entier via deux (séries de) jeux assez prisées : Dead or Alive (si si, vous savez tous ces jeux à base de nana sur-gonflée qui se crêpent le chignon ou jouent à la baballe) et Ninja Gaiden (Prince of Persia sous amphets’). Egalement réputée pour sa saga des Project Zero, Tecmo a fait couler pas mal d’encre avec une politique visant à soutenir la Xbox contre vents, marrés, tsunamis et PS2…
Pour le moment tout va bien mais attendons la suite : « Classic » et « Arcade ». Le terme d’arcade peut difficilement être contredit : les origines des jeux proposés étant clairement situées (ou au moins situables) dans des salles enfumées des 80’s arpentées par d’inconscients ados l’œil avide de nouveauté, les cheveux trop longs et le porte monnaie bien garni en pièces de 10 francs !
Cependant là où le doute m’assaille c’est au niveau du « classic » qui laisserait entendre que les jeux proposés ont atteint le statut de classiques du jeu vidéo et que la galette ci-jointe pourrait faire office de panthéon virtuel pour tout un tas de softs passés dans la postérité. Et là c’est le drame ! Car après avoir passé en revue la liste complète des onze malheureux titres, je suis forcé de constater que je n’en connais aucun ! Certes je me considère encore comme relativement jeune et la plupart des jeux sont sortis avant ma naissance, mais d’un autre côté je me complais à penser ma culture vidéoludique comme relativement étendue. Et pourtant rien à faire : Tecmo Bowl, Bomb Jack, Swimmer, Rygar, Pleiads, Star Force, Pinball Action, Strato Fighter, Tecmo Cup, Senjyo et Solomon’s key. Ah si! Rygar ne m’est en fait pas complètement inconnu, il a en effet bénéficié d’un remake sur PS2 il y a quelques années. Mais pour le reste… Et c’est bien là tout le problème de cette compilation : les titres de Tecmo n’ont de classique que le nom ! Faudrait vraiment penser à dire aux éditeurs que le fait d’être sorti dans les années 80 ne confère pas forcément aux jeux une gloire et une notoriété assurée, à moins que tout cela ne soit que marketing ? Naaaan faudrait franchement être malhonnête…


La fibre nostalgique : la poule aux œufs d’ors ?

C’est en effet ce qu’ont du se dire les têtes pensantes de chez Tecmo lorsqu’ils ont établi le programme de ce Tecmo Classic Arcade (désolé mais ce nom me fait tellement rire que je me sens obligé de le recas(s)er). Onze jeux. ONZE (11) malheureux jeux ! C’est tout ce à quoi nous avons droit sur support DVD. Maigre ? Le mot est faible si l’on prend en compte que ces jeux ne doivent peser que quelques Ko et n’ont subis aucun lifting depuis leur version originale !
Je me console donc comme je peux, c'est-à-dire en regardant le dos de la boite du jeu (entièrement en français) et là : surprise le jeu le plus mis en avant est Tecmo Bowl, un jeu de… Football Américain ! Génial, voilà qui devrait faire rudement plaisir au public Européen ! Bon, fébrile, je décide alors de lancer la galette (non pas par la fenêtre même si l’envie m’en viendra plus tard) pour tâter un peu de ces antiquités. Comme d’hab avec les productions Tecmo on est accueilli par les mentions légales qui restent affichées un temps relativement insupportable puis vient l’écran titre. Subtil mélange de rose et bleu fluo il se dérobe après quelques minutes d’attente pour laisser place à une vidéo d’introduction rythmée par une musique sensée rassurer l’acheteur potentiel. Je met fin au supplice visuel et rentre dans le menu principal se présentant sous la forme de 12 vignettes permettant d’accéder aux 11 jeux et à la galerie. Finalement je décide de démarrer l’un des jeux.


Tecmo Bowl : l’américain

Mis en avant sur la pochette et dans la vidéo d’introduction, Tecmo Bowl m’a semblé être un bon représentant de la compilation entière, un ptit tour dans les options pour voir le gros des commandes, pas bien compliquées (aucun jeu n’utilise plus de 3 boutons…) et j’arrive à l’écran titre du jeu, fort aguicheur par ailleurs, où je reste bloqué jusqu’à comprendre que la touche « X » du pad simule en réalité la pièce de monnaie dans la machine, astucieux mais sans grand intérêt… 3, 2, 1 la partie commence et là mes pauvres yeux sont littéralement agressés par une bouillie informe composée de pixels gros comme mon poing (et faut voir mes paluches de joueur xbox…). Il me faut quelques minutes pour comprendre que la petite chose noire est le ballon et les pâtés fluo des joueurs. Encore quelques secondes de plus et je remarque, non sans étonnement, que le perso plus clair que les autres est celui que je contrôle (du moins que je suis sensé contrôler…). Evidemment l’équipe adverse s’empare du ballon et je suis alors contraint de jouer en défense ! Et là chose étrange toute l’équipe bouge comme un seul homme. Je déplace mon perso vers le haut et ce sont 10 petits lutins qui remontent le terrain ! En effet, l’IA de l’époque était assez rudimentaire… Je continue donc ma petite partie quelques minutes (secondes ?) puis remarque que trois messages clignotent en haut de l’écran : « Please Insert Coin ». Un mode 4 joueurs ? Je décide donc d’arrêter ma partie (ouf !) pour m’y replonger plus tard en compagnie de deux amis (qui évidemment ne le sont pas resté).
Et c’est donc après essai que je peux affirmer qu’en multi, Tecmo Bowl devient encore un petit peu plus confus (puisque les persos ne vont plus dans le même sens) ; encore un petit peu plus étrange (les couleurs servant à distinguer les joueurs font cette fois réellement mal aux yeux) et encore un petit peu plus saoulant (Bon on se fait un Halo ?).
Je ne doute donc pas que le jeu devait être très fun à sa sortie en 1987 (bientôt 20 ans quand même) mais je ne vois réellement pas comment l’amateur de football américain pourrait préférer ce fossile à un Madden ou un NFL actuel…


Pleiads : le doyen

Après la déception Tecmo Bowl, je décide de constater l’évolution graphique jeu après jeu en testant Pleiads qui de par sa sortie en 1981 se classe en première position, chronologiquement parlant, de ce Tecmo Classic Arcade. C’est donc sans réelle surprise que je tombe sur un clone de Space Invaders visiblement coloré sous paint par un extra terrestre daltonien. Je fronce un peu les yeux, évite de regarder les « vaisseaux » trop longtemps (la persistance rétinienne, c’est chiant) et fini par trouver un semblant de challenge à tirer une micro salve toutes les trois secondes en évitant de justesse les millions d’ennemis (et leurs tirs). Premier niveau classique donc, puis arrive le deuxième niveau qui ne change pas beaucoup si ce n’est que le décor a disparu (ce qui en soit n’est pas une mauvaise chose) et que les vaisseaux aliens sont plus agressifs. Arrive alors un boss classique sur lequel je ne m’acharne que quelques minutes avant d’arriver dans un nouveau stage consistant à slalomer entre les vaisseaux alliés. Et voilà ! Comment ça et voilà ? Bah oui et voilà y a pas de 5e stage ! Finito, Game Over !
Notez que je n’y suis jamais retourné.


Senjyo : L’injouable

Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi il aura fallu attendre l’apparition de la (pseudo) 3D pour que les FPS deviennent aussi populaires ? Et bien dès la première partie de Senjyo les raisons évidentes nous sautent à l’esprit ! Réalisé en 1983, ce jeu de tir à la première personne vous place dans la carcasse blindée d’une tourelle située sur une planète sableuse avec pour périlleuse mission de protéger votre base invisible des hordes de « space tanks » qui vous attaquent. Cependant la lenteur des mouvements et l’absence de notion de profondeur rend toute résistance plus ou moins inutile compte tenu du surnombre des ennemis.
Certainement l’un des plus mauvais jeux de cette compilation (et dieu sait si les autres sont mauvais !).


Swimmer : l’étrangeté

Aujourd’hui on râle à tout va que les jeux manquent d’originalité. En 1982, chez Tehkan en revanche on n’avait peur de rien. Ni de faire un jeu dont le personnage principal est un nageur, ni de faire un jeu sans aucune cohésion (bah ouais pourquoi un nageur devrait-il ramasser des fruits dans une rivière avec des crabes, des tortues et des troncs d’arbres ???), ni même (et c’est déjà plus grave) de faire un jeu à la jouabilité aussi défaillante que les graphismes !
Les différents sprites du jeu ont ainsi la fâcheuse tendance à clignoter et à disparaître en décalage avec le scrolling général (!). Le gameplay quant à lui impose souvent de plonger sous l’eau pour quelques mètres afin d’éviter un obstacle. Idée judicieuse si l’on avait pu avoir la moindre idée de l’endroit où son perso sort de l’eau ! Parce qu’en l’état, plonger fait prendre beaucoup de risques pour pas grand-chose et il est impossible de terminer un parcours sans avoir 4-5 fois l’écran « game over ».
Pas étonnant que ce jeu ait rapidement coulé… (Non vous n’êtes pas obligés de rire)


Rygar : l’espoir ?

Avec Rygar on avance de quelques années pour arriver en 1986. Tehkan, fraîchement rebaptisé Tecmo découvre visiblement le scrolling horizontal et nous propose un beat’em all énervé dans lequel on incarne un guerrier légendaire aux prises avec quelques milliers de monstres. Sa seule arme : un espèce de yoyo géant dont l’allonge ou la puissance peuvent varier en fonction des bonus ramassés. On évolue donc dans des niveaux plats de gauche à droite en martelant la touche de frappe comme un écervelé pour essayer de se défaire des ennemis qui envahissent littéralement l’écran. Ils sont bêtes, sans scrupules, nombreux, dangereux et vous attaquent de tous les côtés (oui oui, tous !). Lorsque l’on sait que se faire toucher par le moindre ennemis vous fait perdre une vie (et tous vos bonus), et que l’on ne dispose que de 3 vies par continue on se rend vite compte de la difficulté monstrueuse du titre ! La c’est clair on n’est plus dans le jeu pour chochotte, réflexes de jedi et dextérité de hamster vitaminé seront vos seuls chances de voir le bout des 27 tableaux.
Cependant trois grosses ombres viennent noircir le tableau. Premièrement la configuration du pad est assez déroutante (A pour frapper, B pour sauter) et bien évidemment inchangeable ! Deuxièmement le mode « 2 joueurs » se déroule au tour par tour ! Oubliez tout de suite les rêves de jeu nerveux à deux et d’entraide convivial. Ici c’est chacun pour soit et l’ennui pour tous ! Enfin avec la touche X, le nombre de continues est illimité et à l’instar des portages des Metal Slug toute la difficulté rencontrée dans le jeu en lui-même s’efface au profit d’un système de Try & error rébarbatif.
Dommage, c’était presque sympa…


Star Force : ou comment faire un shoot en lego…

Retour en 1984, année de création d’Apple pour un petit shoot’em up à scrolling vertical ayant deux particularités : un tir continu (reposant pour les pouces et les pads) et un environnement (vaisseaux et décors) essentiellement basé sur des formes géométriques assez disgracieuses il faut l’admettre…
Pas complètement nul dans son principe, pas vraiment intéressant dans son déroulement ni vraiment réussi dans sa réalisation, Star Force n’arrive pas à décoller ni à garder un joueur concentré plus de deux minutes.
L’absence de mode multi joueur en simultané n’arrange bien évidemment pas la chose.


Bomb Jack : le Bomberman du pauvre

Evidemment, qui dit jeux des années 80, dit forcément jeu de réflexion à la con et Tecmo Classic Arcade n’échappe pas à la règle en nous proposant deux jeux permettant à chacun de se ramollir la cervelle à volonté ! Bomb Jack qui a donc l’honneur (et quel honneur !) de figurer au dos de la boite du jeu est en fait un jeu de réflexion déguisé en jeu de plate forme. Le principe est aussi bête que la chasse au rhinocéros en suède australe : on incarne un personnage qui doit ramasser toutes les bombes d’un niveau en temps limité ! Bien entendu des ennemis se baladent dans chaque stage portant plus ou moins d’intérêt à votre égard et le tout est en temps limité. Ce qui est assez folichon, c’est que notre petit démineur en herbe a la même détente qu’un Bubka des grands jours mais sans la perche ! Du coup la grande difficulté du titre réside plus dans la jouabilité assez aléatoire que dans la difficulté des énigmes, sympa nan ?
Bomb Jack a donc pu être un casse tête marrant en 84, mais comme toute chose a une fin et que seule la saucisse en a deux, la musique insupportable et les sauts de gibbons volants sont les deux seuls éléments susceptibles de retenir l’attention du joueur lambda en 2006, vous voilà prévenus…


Solomon’s Key

Deuxième casse tête de TCA, Solomon’s key m’a paru bien plus réussi que ce pauvre Bomb Jack. Sorti deux ans plus tard il dispose de graphismes un poil plus fins et d’un concept de jeu bien plus riche : Vous êtes un magicien et vous devez récupérer la clef de chaque tableau avant de vous enfuir par la porte. Votre seule possibilité est de construire ou détruire des blocs autour de vous. A partir de ce gameplay simple, le jeu propose une foule de tableaux aussi tordus que prenants qui vous pousserons à rester des heures et des heures accroché au jeu ! Non en fait je rigole, bien que sympa ce petit jeu ne propose rien de plus que dans un quelconque jeu flash gratuit…


Tecmo Cup

Deuxième jeu de sport de ce TCA, Tecmo Cup nous permet de revivre des matchs de football endiablés ! Du moins, c’est ce que j’ai compris en lisant le manuel, parce qu’entre nous faut une sacré imagination pour voir des joueurs dans ces petits points rouges et bleus ! Entièrement vue à la verticale (et sans perspective rigolez pas !) l’action est aussi intensive que la pèche à la moule sauvage au Guatemala (ouais je sais je l’ai déjà faite avec les rhinos en Suède, mais que voulez-vous, ça déprime un jeu pareil !). Il n’y a que deux touches (frapper, courir) et la sélection de son joueur tiens plus de la magie noire que de la science exacte. Détail amusant (ouais, mort de rire) la configuration de l’affichage reprend celui de la borne originale, or cette dernière proposait un écran à plat autour duquel se plaçaient chaque joueur. Sur nos télés classiques toutes les informations concernant l’équipe bleue s’affichent donc à l’envers. Pratique non ? Non en effet…


Pinball Action

J’ai toujours classé les simulateurs de flippers comme un genre à part dans le monde du jeu vidéo. Sorte d’ancêtre des jeux, ils n’ont strictement rien de suffisamment original pour nécessiter leur pratique virtuel. J’ai toujours trouvé ça doublement stupide lorsque la physique de la balle est complètement ratée. Mais ce Pinball Action réussi un exploit qu’il m’a rarement été donné de voir : être une simulation de flipper en arcade (donc avec 8 chances sur 10 de se retrouver à côté d’un VRAI flipper) avec une physique de balle superbement improbable, des musiques insoutenable et des couleurs à vous tuer un épileptique en 12 secondes montre en main !
Nan, nan croyez moi sur parole, n’essayez pas ce titre…


Strato Fighter

Ouais, bon ok je suis un peu fourbe, j’ai gardé le meilleur pour la fin avec ce shoot’em up à scrolling horizontal sorti en 1991. C’est le plus récent de tous et entre nous, ça se sent bien ! Graphiquement c’est plutôt correct (pour de la 2D de l’époque s’entend), les musiques et bruitages sont bien évidemment insupportables mais une fois en pleine action on réussit à l’oublier ! L’action est nerveuse et omniprésente, la difficulté est corsée comme un café italien, le gameplay est classique mais efficace, les upgrades sympa et les boss imposants comme on aime ! Mais évidemment le gros plus de ce Starto Fighter, c’est bien son mode multijoueur à deux simultanément : l’entraide pour la survit est fissurée par la bataille féroce pour les bonus et l’on se gueule dessus autant que l’on se félicite !
Jeu d’arcade oblige, il est forcément trop court, mais le mode pro déblocable après en avoir chié une poignée de minute devrait calmer les ardeurs des plus gamers qui de toute manière n’utiliseront pas les crédits infinis (mais bien sur que noooooooon…). Puis de toute manière quand on est seul…


Service Minimum

Bon mais si les jeux sont dans l’ensemble sacrément naze et aussi nombreux que les boites de caviar en Ethiopie (Oui je promet c’était la dernière) c’est surtout du côté de la présentation que TCA pèche un max !
Côté option on assiste au strict minimum avec au mieux la possibilité de choisir le nombre de vies de départ et la difficulté générale. L’option la plus poussée permet de régler la taille de la zone de jeu, ce qui me semble être d’une inutilité profonde étant donné qu’en l’agrandissant on se masque une partie des infos, et qu’en le rétrécissant on ne voit plus grand-chose… A côté de ça des options primordiales ont été complètement zappée et il est par exemple impossible de reconfigurer le pad à sa manière par exemple ou de remplacer les abominables sons midi par ses bandes sons enregistrées sur disque dur. Disque dur complètement sous exploité, puisqu’il est aussi impossible de sauvegarder sa progression, ce qui aurait quand même valu le coup pour tout ceux qui ne désireraient pas terminer les 50 niveaux de Salomon’s key d’une traite…
On se demande aussi où est passé le live qui aurait permis de télécharger de nouveaux jeux ou de jouer en ligne aux jeux multi (les antiquaires n’étant pas du genre nombreux dans mes amis).
On s’interroge aussi sur la pertinence de l’éditeur dans le choix des jeux puisque des titres comme Ninja Gaiden (le premier) ou DOA 1, deux jeux nettement meilleurs auraient pu trouver leur place sur ce genre de compilation.
Et enfin c’est contre les portages bêtes et méchants que je m’insurge puisqu’il n’est pas rare de trouver des ralentissements dans certains jeux affichant trop d’éléments, un comble sur une console de la puissance de la xbox !
Tecmo, visiblement conscient de ses erreurs essaye de se racheter en proposant une galerie regroupant les manuels d’instruction ou affiches publicitaires des jeux. C’est très joli, mais un peu inutile quand même…
Dommage Monsieur Tecmo, va falloir voir à arrêter de prendre les joueurs pour des vaches à lait et affiner un peu les jeux, les vrais, les prochains et les bons !

VERDICT

Avantages

-L’émulateur le plus chic (cher) de la xbox
-Strato Fighter
-Le jeu à deux
-compatible xbox 360
-la musique de l’intro

Inconvénients

-C’est vieux
-les 10 autres jeux
-C’est cher !
-On est quand même sur Xbox !
-On a l’impression d’être pris pour un con
-Y a un jeu de flipper
-30€ c’est un jeu de la gamme classic (Fable LC, Halo, Halo2, Burnout, etc…)
-Y a quand même d’autres jeux Tecmo…
-Aucun charisme
-Le menu
-les couleurs
-Le jeu de flipper

GraphismesJe vais pas m’amuser à y noter non plus ! Ca a plus de 20 ans, forcément c’est moche !
Jouabilité
2,5 étoiles
5.0 / 10
Jamais plus de deux boutons, les moins rapides d'entre vous s’en sortiront comme des chefs ! Les autres s’ennuieront.
Durée de vie
1 étoiles
2.0 / 10
Tout dépend de votre résistance aux jeux pourris…
Bande Son
0,5 étoiles
1.0 / 10
Des sons en midi, forcément c’est pas le Pérou (Ah merde, j’avais promis !)
Scénario
0 étoiles
0.0 / 10
Héhé…
Note Globale
1 étoiles
2.0 / 10
On dit que c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes, preuve qu'on nous raconte beaucoup de conneries! J’en ai déjà vu des attrapes couillons, mais de ce calibre, c’est une première ! Les vrais nostalgiques n'ont qu’à se tourner vers de l’émulation ou des jeux flash…
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

07 Jan. 2006 | 02h55


Gomo
Hey, je suis sûr que tu t'amuses plus à faire le test que de jouer à ça!
Bon faut qu'on termine le niveau pro de STrato Fighter quand même! :D
Excellent test! J'ai bien rigoler!

07 Jan. 2006 | 12h13


Vinz
Mdrrrr ok bon le genre de jjeu pour les pures nostalgiques comme moi -_-

07 Jan. 2006 | 12h16


baptiste1994
Il a l'air pouri!!

07 Jan. 2006 | 14h16


Gomo
Il l'est! Mais je comprend tout à fait le "classic" dans le titre! Parce qu'une merde pareille, y'en a pas tous les jours! :D
Le mieux reste dans les ralentissements! :P

07 Jan. 2006 | 15h14


Vinz
Ouip c'est sur qu'avoir des ralentissements ca fait pas sérieux ... enfin c'est surement pour donner un gout old.

07 Jan. 2006 | 15h21


BlueHunter
On peu être nostalgique et quand même apprecier les bons jeux Vinz ;)

07 Jan. 2006 | 15h52


Vinz
Oui oui tkt vu que j'y ai pas joué je ne peux pas voir si c'est exactement comme tu dis ^^, c'est sur que ca ressemble pas à du ff6 ou chrono trigger ^^

08 Jan. 2006 | 12h04


baptiste1994
c'est un jeu en 1D ou 2D

08 Jan. 2006 | 16h51


Vinz
Apprend a comprendre les mots français et tu le sauras.

11 Jan. 2006 | 19h24


baptiste1994
c'est bon je comprend le français(jeu en 2D)!!!!
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU