Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Super Mario Galaxy

Console : WII
Éditeur : Nintendo
Développeur : Nintendo
Date de sortie : 16 novembre 2007
Multijoueurs : oui
Public : 3 ans et +

Note des membres
3 votes (3.33 / 5)
Posté le Mardi 11 Décembre 2007 par Gregdark
Il est des jeux qui marquent une vie, des « madeleines de Proust vidéoludiques ». La série des Mario en fait partie : une bouchée de chacun de ces jeux et vous voilà reparti une dizaine d’années en arrière -pour ceux qui ont connu cette époque toutefois. Sept notes de musique –tudutu tudutu tah-, une casquette rouge, et une moustache toujours aussi bien entretenue : cela suffit à raviver la flamme du joueur qui sommeille en chacun de nous et à susciter des vocations chez les plus jeunes dont le potentiel de joueur n’est plus à démontrer.
Cette suite est attendue depuis le controversé Mario Sunshine : 5 ans, et autant de spéculations que peut le permettre un tel laps de temps. Alors Super Mario Galaxy : beignet moisi ou pièce montée ?



Starway to heaven

Contrairement au jeu, je ne ferai pas de chichis et j’entrerai directement dans le vif du sujet, ce qui est bien normal au vu de l’attente suscitée par ce nouveau Mario. Insérez la galette, et après la traditionnelle mise à jour anti-piratage, les réglages habituels vous séparant du début du jeu se dressent contre vous. Premier dilemme : quel Mii choisir pour votre fichier ? Passée cette fraction de seconde d’intense réflexion, les choses sérieuses peuvent enfin commencer. Enfin pas vraiment, puisqu’il faut maintenant passer par une dizaine de minutes d’introduction au total, ce qui est bien long pour un jeu au scénario aussi mince que l’annuaire de la Patagonie occidentale. Cette lassitude est entrecoupée de moments de court répit, joyeux ébats pendant lesquels vous pourrez torturer/préserver/exploiter à loisir votre stick. Deux options s’offrent à vous : vous êtes novice dans l’univers Mario et vous vous émerveillez devant l’efficacité et la précision du combo Nunchuck/Wiimote en effectuant tous les mouvements possibles et inimaginables –vous serez toutefois limités par ceux que dicte le livret, pas de bol. Ou alors vous êtes, tout comme moi, un fan de la première heure, mais pas né de la dernière pluie : vous vous jetez à corps perdu vers le château de la Princesse Peach tel un amateur de magazines people. Car c’est là que se terre la question métaphysique propre à tout Mario qui se respecte : par qui la blonde écervelée censée régner sur un royaume d’êtres mycologiquement modifiés va-t-elle se faire capturer ? Si vous n’avez pas trouvé la réponse, éteignez votre ordinateur et allez faire une cure intensive de Mario, et relisez ce test attentivement. Pour les autres, continuons, voulez-vous ?


Mario in the sky with diamonds

Si vous êtes encore là, vous venez de faire le plus dur, félicitations ! Je ne parle pas de la progression dans la lecture du test mais dans l’absorption de cinématiques, l’autre moitié venant fort logiquement à la fin du jeu. Mais ne nous égarons pas, et revenons à notre propos : Peach, princesse de son état, a été kidnappée par une grosse tortue dotée d’une carapace à pointes et d’une haleine pour le moins épicée (pour ne pas nommer cet affreux pas gentil) tout là haut, « vers l’infini et au-delà » comme dirait l’autre. Manque de chance, Mario a essayé de les rattraper, mais "Celui-dont-il-est-inutile-de-prononcer-le-nom" l’a gentiment (ou pas) convié à ne pas les suivre. Expulsé à l’autre bout de la galaxie, notre plombier se retrouve sur une petite planète, mais son périple ne fait que commencer…Se réveillant avec l’air de celui qui a la gueule de bois, lui et le pauvre joueur qui n’avait rien demandé à personne se voient imposer la tâche ingrate de jouer à cache-cache avec des lapins. Profitons-en pour nous concentrer sur le paysage : c’est beau, les étoiles scintillent, et la palette de couleurs est bien exploitée. Un autre bon point, donc. On en prend plein la vue et rien n’est trop grossier du point de vue graphique : Nintendo a fait du bon travail et peut montrer avec ce jeu que la Wii en a vraiment dans le ventre en créant ce Mario Galaxy explosant les mains attachées dans le dos la plupart des productions Ubisoft, pour citer un éditeur fainéant au hasard.


Je fais ce que je veux, avec mes…costumes.

Mais là n’est pas le plus fort : relever le challenge des graphismes qui narguent la rétine et assurer une maniabilité résistant seulement aux manchots, Nintendo l’avait déjà fait au fil des aventures de notre moustachu italien. Le défi consistait ici en l’intégration de l'élément qui rendrait ce Mario différent des autres, et il a été à moitié réussi : le coup du héros qui change de capacité spéciale comme de salopette fait défiler devant nous les nombreuses heures passées devant Mario 64 et la Sainte Trinité des casquettes de la foi, et surtout devant Super Mario Bros. 3 à l’époque de feu la NES (ça ne nous rajeunit pas tout ça), dans lequel les costumes changeaient non seulement l’apparence de Mario, mais lui donnaient de nouveaux pouvoirs, à l’instar de la fleur de feu qui permet de cracher des boules enflammées, la feuille qui fait voler (!) ou l’étoile qui rend invincible. Constatation étonnante, deux des trois exemples cités ont été repris dans Super Mario Galaxy : on ne présente donc plus Mario Feu, dont l’utilité n’est plus à démontrer dans les endroits qui vous laissaient auparavant de glace ; l’invincibilité est également au rendez-vous, toujours sous forme d’étoile, car on ne change pas une équipe qui gagne...quoique, on en touchera un mot au FC Metz. La nouveauté provient entre autres d’un costume transformant Mario en abeille, lui donnant la possibilité de s’élever dans les airs un court instant –ce qui rappelle tout de même la feuille de Mario Bros. 3 précédemment citée- mais également d’une fleur de glace qui une fois obtenue, permet à Mario de créer des chemins de glace en gelant tout sur son passage. Ces objets seront nécessaires pour résoudre quelques énigmes et emprunter des chemins pas immédiatement visibles, ce qui ajoute un peu de réflexion, un aspect présent dans chaque jeu de plate-forme estampillé Mario depuis le passage de la série à la 3D en 1997.


Starmania

Autre aspect qui est également au rendez-vous depuis les dix dernières années : le petit côté collecte d’étoiles, tentant de rompre la linéarité du jeu en leur conférant le rôle de clés des différents niveaux. La liberté du joueur quant au choix du chemin à prendre est donc bridée depuis Mario 64, puisqu’il ne suffiit pas de découvrir l’emplacement d’un nouveau niveau pour y accéder, mais il faut aussi posséder le nombre adéquat d’étoiles, credo revenu au goût du jour en novembre 2007 en tant que condition d’apparition des galaxies, que celles-ci représentent des mondes entiers ou des niveaux bonus. Le problème est que sur chacune de ces planètes, on fait les étoiles les unes après les autres…jusqu’à en avoir trois. Trois, c’est le maximum d’étoiles à collecter dans chaque niveau dans la première partie du jeu, qui occupera les deux tiers de votre temps de jeu soit une quinzaine d’heures en prenant son temps. Ça calme. Heureusement, après les 60 premières étoiles récupérées, le scénario va connaître quelques rebondissements qui auront des conséquences sur certains niveaux qu'on pouvait croire définitivement terminés. Ô miracle. Ajoutez quelques épreuves bonus exploitant la Wiimote par le biais de courses de raies ou des passages tordus de véritable plate-forme dans le plus pur style Sunshine, laissez reposer (le joueur, parce que s’il y joue trop longtemps tous les jours, il le finira vite) et vous obtenez un résultat plus linéaire qu’il n’y paraissait sur le papier, le nombre de galaxies étant très limité au début et réduisant vos choix d’itinéraires possibles avant l’obtention de quelques dizaines d’étoiles. Saupourdrez d’une petite surprise : un mode deux joueurs ! "Mais à quoi sert-il donc, ce mode multijoueur, mon bon monsieur ?" me direz-vous. Eh bien chers lecteurs, je serais tenté de répondre "à rien" tant pour moi cela me rappelle la définition du mot gadget : "Petit objet amusant mais de qualité médiocre." C’est exactement ça, un bonus amusant cinq minutes, qui sert à récolter les morceaux d'étoiles (comme si on ne pouvait pas en récolter assez soi-même), immobiliser des ennemis…ou faire un super-double-saut-de-la-mort-qui-tue. Bilan assez maigre, on sent que la nouveauté a été rajoutée pour faire honneur aux fonctionnalités "révolutionnaires" de la Wii, et ça me rappelle plutôt la triste époque des projets commencés sur Gamecube, puis abandonnés pour être repris sur Wii avec une utilisation de la Wiimote limitée au minimum syndical, c'est-à-dire un mouvement de télécommande presque inutile intégré pour faire plaisir à ceux qui ne jurent que par la bougeotte. Rassurez-vous, cela ne tache en rien le tableau final puisque ces bonus/gadgets ne constituent pas une redécouverte du jeu sous un angle boulversant, donc elles ne sont pas fondamentalement nécessaires.


Piece of cake or piece of sh** ?

Que dire pour faire le bilan d’un des jeux les plus attendus de cette année 2007 ? On pourrait commencer par dire que Mario regagne progressivement la place qui lui est due, non que son trône était menacé, mais la santé du Roi commençait à décliner ces derniers temps. En s’appuyant sur les éléments habituels qui constituent sa force (la Trinité Bénie formée par l’ensemble visuels-bande son-maniabilité, les trois d’une efficacité redoutable), mais en continuant à négliger le côté scénaristique et en réintégrant le problème des caméras à l’ordre du jour, Nintendo ne surprend pas tant que ça, si ce n’est dans la reprise de certains éléments auxquels on ne s’attendait pas forcément. Pour reprendre ma métaphore originelle, nous avons donc une jolie pièce montée, mais on se dit que la crème qui a été utilisée pour écrire le message sur le gâteau –une broutille- aurait pu être de meilleure facture, ce qui laisse un très léger arrière-goût d’inachevé. Le jeu n’en reste pas moins excellent, à condition de le déguster lentement pour se laisser envahir par les effluves de la nostalgie ou pour ouvrir ses sens à de nouveaux plaisirs.

VERDICT

Avantages

- Ma che bello ! Wouhou !
- maniabilité précise, prise en main immédiate
- la bande-son remixée par un orchestre symphonique
- un concept accrocheur
- un changement d’univers bienvenu…

Inconvénients

- …mais un scénario dans la tradition « marioesque »
- le réglage de la caméra à la croix, c’est mal.
- la durée de vie qui semble avoir été gonflée artificiellement
- quelques nouveautés un peu gadget
-c'est tout, cherchez pas !

Graphismes
5 étoiles
10.0 / 10
Disons-le tout net, nous tenons-là le plus beau jeu de la Wii dans son style, différent d’un Resident Evil 4 ou d’un Metroid Prime 3. Cette débauche de couleurs titille la rétine et on en redemande.
Jouabilité
4,5 étoiles
9.0 / 10
Nintendo a une fois encore bien géré ce point délicat. Les mouvements ne se sont pas devenus plus complexes, mais les angles de caméra peuvent se révéler déstabilisants, car on passe d’un réglage analogique à un réglage à la croix.
Durée de vie
4 étoiles
7.5 / 10
C’est là où le bât blesse : une quête principale bien courte (une dizaine d’heures), des boss faciles et des bonus semblant bien artificiels au final. On perd plus de vies que d'habitude, mais on en gagne un bon nombre, chose curieuse dans un Mario.
Bande Son
4,5 étoiles
9.0 / 10
Fini le jazz cher à Miyamoto, on retrouve des thèmes remixés par un orchestre symphonique reprenant avec pompe la plupart des musiques connues…et quelques nouveautés, ce qui n’est franchement pas déplaisant.
Scénario
3,5 étoiles
7.0 / 10
Noter le scénario d’un Mario est toujours un lourd défi. Cet opus ne déroge pas à la règle, étant toujours le même dans le fond, la forme changeant toutefois quelque peu avec ce changement de décor ponctué de nouvelles rencontres.
Note Globale
5 étoiles
9.5 / 10
Un autre Mario, mais à la fois novateur et conforme aux précédents, ça vous étonne ? Pas moi. Ne vous faites pas une impression générale à partir des différents critères, car considéré dans sa globalité, Super Mario Galaxy marque le retour en force du plombier italien dans le vrai jeu de plate-formes comme on l’aime. Un opus enchanteur, au concept agréablement surprenant, mais aussi teinté de cette touche un peu « casual » qui rend le jeu plus accessible, au détriment de certains aspects du plaisir de jeu, touche visible dans le mode 2 joueurs un peu gadget, la quête cachée, ou un nombre élevé de vies rapidement accessible. Mais si Nintendo avait pris le même soin pour réaliser Zelda Twilight Princess…
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

11 Dec. 2007 | 18h54


Vinz
Wiii, un très bon mario, on en sera tous content pour les prochaines années. Y'a plus qu'à attendre le prochain !

12 Dec. 2007 | 22h50


ennissay
Personnellement j'ai adoré, c'est bien simple Mario Galaxy représente le must de la plate forme next gen pour l'instant. On s'amuse comme un petit fou, on s'émerveille devant cette débauche d'idées! Moi je dis que Mario 64 est bel et bien détroné (et ouais!).
Sinon a part ça, une chose importante qui mérite d'être dite quand meme, c'est un très bon test que tu nous as fait là, t'as vraiment un bon style, souple et agréable à lire et puis saupoudré de quelques débilités par ci par là. bref la seule question qui me taraude c'est pourquoi ne pas s'y être mis plus tot?!

13 Dec. 2007 | 01h27


BlueHunter
Préfère toujours conker, au moins tant qu'à être standard sur le gameplay, c'était fun côté histoire...

13 Dec. 2007 | 16h58


Gregdark
Pourquoi je ne m'y suis pas mis plus tôt ? Eh bien, question de motivation et de projet professionnel, je pense ;) Je me suis dit qu'il était temps de travailler mon écriture, et je crois que je suis sur la voie ^^ Mais bon j'apprécie aussi les critiques moins positives, c'est pour ça que je vais le soumettre à d'autres gens :p

30 Dec. 2007 | 23h41


philyra
Il me la faut cette console il me la faut ^^
hem... très bon test une fois de plus Gregdark. Malgré tout de même quelques fautes (je titille là) et puis parfois c'est un peu de la ratatouille. Enfin je comprends pas tout quoi :~ Mais la note c'est le principal ! Continue !!

18 Jan. 2008 | 04h00


Zabuza66
Hmm, je vais peut être me l'acheter ;... pas de bons jeux sur wii actuellement

19 Jan. 2008 | 00h44


Gregdark
Ouais, ça risque d'être le désert jusqu'à Smash Bros en fait :/

29 Jan. 2008 | 11h28


ennissay
quand même, il ya zack and wiki et puis no more heroes a venir, je epnse que c'est deux jeux qui valent le détour
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU