Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Starhawk

Console : Playstation 3
Éditeur : Sony Computer Entertainment
Développeur : LightBox Interactive
Date de sortie : 11 mai 2012
Multijoueurs : oui
Public : 16 ans et +

Note des membres
1 vote (4.00 / 5)
Posté le Lundi 25 Juin 2012 par Yonnix
La boucle est bouclée. Les débuts de la Playstation 3, furent marqués par Warhawk. Sa fin de carrière, par Starhawk. Une même recette : shooter multijoueur, style arcade très fun à jouer, jouable à 32, et moult véhicules en perspective. Qui prend ici une nouvelle dimension : celle de l'espace, auquel s'ajoute un background western-futuriste des plus originaux. Et comble du renouveau, une campagne solo est de la partie. Néo-référence, ou ratage sidéral ?

Ruée vers l'or galactique


De prime abord, le pendant solo de Starhawk ne laissait présager rien de bien transcendant. Même la – très faible ? - campagne de communication réalisée autour du titre présentait le multijoueur comme l'essence de ce dernier. Concrètement, oui, les joutes multijoueurs restent l'atout principal du jeu, mais l'aventure proposée à-cotée n'en demeure pas moins digne d’intérêt. A cela plusieurs raisons. La première tenant à son ambiance, diablement singulière, et à son intrigue, qui sent bon la série B. Explication. Le Far-West avait ses conflits, liés entre autres aux contrôles des réserves de pétroles, et à la recherche d'or. Transposez cela dans un univers spatiale, où il n'est plus question d'Ouest Américain, mais bien d'un ensemble de plusieurs planètes. L'objet de toutes les attentions : l'Or Bleu, ou Énergie de Faille.

Deux factions se livrent une lutte sans merci, les Rifters et les Outcasts ; les premiers étant un groupe de mineurs, les seconds une faction d'humains devenus mutants, des suites d'une exposition trop prolongée d'avec l'Or Bleu. Les uns contrôlent les failles d'où est extraite la précieuse ressource, et prospèrent, pendant que les autres en ont besoin viscéralement, puisque ne peuvent survivre sans. La situation est posée, enrichie par une histoire de guerre fraternelle des plus convenues. Emmett Graves, mercenaire baraqué et personnage principal, est opposé à Logan Graves, son frère, chef des Outcasts . Tout deux dotées de capacités uniques relatives à l'Or Bleu, liées à un accident survenu des années auparavant, leur opposition unira leurs destins à celui de leur système planétaire, se mêleront alors émotion et sort de l'humanité... pour un résultat final honnête, qui ne vole pas nécessairement bien haut.

Pourtant, le studio LightBox ne s'est pas contenté du minimum, a fait les choses bien, a travaillé l'enrobage de son aventure. Les cinématiques, au style visuel cartoonesque proche d'un InFamous, sont plutôt réussies, mais trop expéditives. Impossible de s'impliquer émotionnellement dans l'expérience. L'on en vient à ne suivre que d'un œil distrait le fil conducteur, et à s'investir qu'aux seuls moments finalement dignes d'intérêt : les séquences jouables. Et c'est bien là le principal. Là tient tout l'attrait de ce mode solo, ce pourquoi sa réalisation ne fut pas vaine. Starhawk dispose de tous les ingrédients qui font les bon shooters à troisième personne, et ne s'en contente pas. La prise en main, d'abord, arcade, est exemplaire de fluidité. Rapide, organique, Emmett se meuve avec aisance, n'en déplaise à son impressionnante carrure. Le feeling des armes est excellent, bien que ces dernière ne brillent pas par leur diversité. Fusil d'assault, à pompe, pistolet classique et mitrailleurs, et lance-grenande, et l'on a fait – trop vite – le tour.

Heureusement, que l'une des caractéristiques essentielles de la série, est présente dans ce solo. La mission de ce dernier étant clairement de nous familiariser avec l'utilisation de véhicules et infrastructures. Selon les missions, le joueur pourra se servir de moto – qui plane, évidement –, de buggy, de tank, de mécha / vaisseaux – la transition entre les deux est quasiment instantanée –, pour ce qui est des véhicules ; et devra composer avec murs, tourelles simples ou à lasers, bunkers, et bouclier de protection. Au début, l'on se complaira à la confection de combinaisons diverses et variées de ces machines. Notre plaisir s'estompant sur la durée, les situations se répétant de façon systématique. En somme, cinq heures d'action arcades efficaces, à l'ambiance série B pas désagréable, sorte de tutoriel géant doté d'un scénario, qui, à lui seul, ne justifie absolument pas le prix du titre. Rien d'anormal à cela, le gros de Starhawk : c'est son multijoueur.

Affrontements cosmiques


Sur le papier, Starhawk, comme Warhawk en son temps, ne propose rien d'exception, rien qui serait en passe de révolutionner les TPS multi. Jouable à 32 joueurs, c'est seulement quatre modes de jeu qui sont présents. Et pas des plus originaux, qui plus est. Du Deatchmatch, seul ou en équipe, du capture de drapeau, et de zones. Du archi-classique, qui ne justifie pas la petitesse du nombre de map : cinq cartes, de tailles variées, chacune dotées d'un style différent – plaines désertiques, environnement industrialisés, complexes spatiales. Présenté comme cela, on pourrait emmètre des doutes quant à l’intérêt du titre. Ce serait omettre la richesse stratégique qu'il propose. Souvenez-vous de la création et utilisation de machines du solo : elles prennent tout leur sens dans le multi. Quel plaisir de s'insérer dans l'organisation de son équipe. Quel que soit votre profil, défensif ou offensif, vous trouverez une place. Si tenté que les joueurs présents soient de qualités – jouer entre ami, comme toujours est un plus –, les parties deviennent rapidement structurées, particulièrement jouissives. La défense de sa base s'organise, les murs sont mit en place, les tourelles également. Derrière, les réserves de munitions viennent d'arrivées. Le bouclier à énergie finit d'achever la défense du camp. Et pendant ce temps, les garages et plate-forme de mécha se sont formés. Les attaquants prennent possession de leur machines, et partent affronter l'ennemi.

Le maniement arcade rend le jeu fun dès les premières parties, mais n'altère pas l'ampleur et la complexité des parties de joueurs expérimentés. Le visuel, tout en cel-shading, et la bande-son, aux sonorités tantôt western, tantôt spatiale, finissent de donner du cachet à Starhawk, qui suit en définitif la ligne directrice de son aîné Warhawk. Il ne révolutionne pas la formule, prend juste une ampleur supplémentaire de par son univers spatial. Ses seuls défauts : une I.A. quelque peu en dent de scie en solo, des temps de chargement trop long entre les parties multijoueurs, et une communauté qui ne semble pas être assez au rendez-vous. Vraiment dommage. Les parties à 32 joueurs s'en retrouvant extrêmement rare. Un potentiel gâché, pour l'heure, tant le plaisir peut être au rendez-vous. Rien à véritablement reprocher donc, à LightBox, mais à Sony, quant à sa communication, vraisemblablement insuffisante pour assurer la plénitude des serveurs.

VERDICT

Avantages

- L'univers Western dans l'espace original
- La prise en main fluide et jouissive
- Cinq heures de solo / Tuto agréables
- Créations d'infrastructures et véhicules complète
- Rixes multijoueurs explosives

Inconvénients

- L'univers, finalement peu exploité
- L'I.A. mal réalisée
- Manque de joueur sur les serveurs

Graphismes
4 étoiles
8.0 / 10
Le design cel-shadé fait des merveilles. Le style western futuriste des lieux et personnages fonctionne. Le tout étant d'une fluidité exemplaire.
Jouabilité
4 étoiles
8.0 / 10
La prise en main est parfaite, le personnage se manie avec fluidité, les armes disposent d'un feeling excellent, et les véhicules sont un plaisir à utiliser.
Durée de vie
4 étoiles
8.0 / 10
Cinq heures pour la campagne solo, et une multitude pour le mode multi, et Co-Op.
Bande Son
3,5 étoiles
7.0 / 10
Les sonorités western se mêlent avec brio au thèmes puissant de l'univers spatial. Le résultat est plus que satisfaisant.
Scénario
3 étoiles
6.0 / 10
Le tout sent bon la série B, avec ses conflits inter-planétaire à la sauce western, et la gueguerre fraternel qui s'insère dans l'ensemble. Agréable, sans être passionnant.
Note Globale
3,5 étoiles
7.0 / 10
Doté d'une aventure solo, somme toute agréable, mais plus assimilable à un tutoriel géant en vue du multijoueur, Starhawk se révèle telle l'une des plus brillantes expériences multijoueurs sur Playstation 3. Sa prise en main exemplaire, son rendu visuel frais et parfaitement fluide, et l'utilisation de machines et infrastructures, font du titre de Starhawk une référence en terme de shoot online. Dommage que ses serveurs soient moyennement fréquentés.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires
Encore aucun commentaire :-( Soyez le premier !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU