Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Resident Evil: Operation Raccoon City

Console : PC
Éditeur : Capcom
Développeur : Slant Six Games
Date de sortie : 18 mai 2012
Multijoueurs : oui
Public : 18 ans et +

Note des membres
1 vote (2.50 / 5)
Posté le Samedi 02 Juin 2012 par Yonnix
Resident Evil. La peur. Ces dernières années, l'association de ces deux entités ne se justifie plus. Bien que Capcom ait toujours du mal à clairement renier les origines de sa série, orientant la communication de ses titres sur l'angoisse et le frisson qu'ils nous apporteraient. Pourtant, avec Resident Evil : Operation Racoon City, l'éditeur nippon assume : shooter résolument action, conçu par Slant Six Games - studio occidental, connu pour certains épisodes de SOCOM -, campagne orientée Co-Op et Multijoueurs ambitieux. A l'occasion de la sortie du portage PC, retour sur ce Spin-Off, combattant ouvertement dans l'arène des Vanquish, Gears of War et Uncharted.

Opération Fan Service


De prime abord, on imagine aisément la réaction d'un fan de la licence. Le genre Survival Horror, définitivement laissé tomber, ça y est, l'action a triomphé. Déception profonde. L'éditeur a définitivement vendu son âme au méchant diable du profit. Pour sur, jamais il n'y touchera. Sur ? Histoire de jouer sur sa fibre nostalgique, Capcom place la ville emblématique de Resident Evil 2, Racoon City, plus encore qu'en environnement de jeu, au cœur du scénario de son Spin-Off. Septembre 1998, l'infection du Virus-T s'est propagé au sein de la cité. La ville est placée sous quarantaine pour le gouvernement. Les zombies font des ravages. L'ensemble de la population est menacé. Si cela ne vous rappelle rien, c'est que vous n'avez pas touché au deuxième épisode de la saga ; le cadre est en effet le même. Seul le point de vue change. Cette fois-ci celui d'Umbrella Corporation qui est présenté. Dans la peau de l'un des quatre agents envoyés sur place - Spectre, Vector, Bertha et Lupo -, votre mission sera d'éradiquer toute trace d'implication de la société dans la propagation du virus : destruction des preuves, et élimination de tout témoin gênant ; tels sont vos objectifs.

Lu comme ça, rien de réellement palpitant. Et malheureusement, vivre les événements manette en main ne le sera pas davantage. Intrigue basique, presque générique. Les événements s’enchaînent sans nous emporter. Les personnages sont peu développés, insipides au possible. Operation Racoon City est le genre de titre dont on ressort la mémoire vide, pas de scènes mémorables, aucun faits véritablement marquants. Un script sans originalité, prétexte à un melting-pot de référence à la série, en vérité plus nauséabond que salvateur pour les amateurs de l'univers Resident Evil. Revenir à Racoon City, c'est l'occasion de revisiter ses lieux emblématiques. C'est ce que l'on fait. Commissariat, hôpital, laboratoire d'Umbrella. On y retourne, leur ambiance est toujours là, notre plaisir aussi. Intact. Bon point, au moins un vrai. Car les apparitions de personnages fameux de l'univers - Leon Kennedy et Claire Redfield, inévitables, le Némésis, Ada Wong -, elles, cumulent les maladresses. Leurs présences sentent trop l'implémentation obligée, sont mal amenées, tantôt fugaces, tantôt ridicules ; à tous les coups ratés, ou inutiles. Plutôt que de galvaniser l'aficionados, Slant Six Games le noie sous des clins d’œils lourdauds, qui rendent le tout déceptif. Non pas irrecevable, ni indigérable. La copie du studio n'est pas médiocre, simplement trop pâle, trop propre, trop scolaire. Manque un zeste de folie, d'originalité, de singularité. De talent, tout bonnement. Ce petit plus, qui amènerait l’expérience au dessus de la moyenne des jeux du genre. N'est-ce pas ce que l'on est en droit d'attendre d'un soft estampillé Resident Evil ?

Orientation assumée, retour aux origines conseillé


Et si les sensations manette en main rattrapaient le coup, peu importe ces carences scénaristiques. Sauf qu'à ce niveau-ci également, Slant Six Games ne nous sert rien de transcendant. Concernant la campagne principale, qu'il est conseillé de jouer uniquement à plusieurs. Seul, les tares qui vont vous êtres énoncées plus bas s'en voient décuplées. Divisée en sept chapitres, de tailles plus ou moins égales, la partie scénarisée du titre est à l'image de son intrigue, justement : sans folie, sans atout, peu enthousiasmante. Caméra à l'épaule, on dirige notre protagoniste choisi parmi les quatre disponibles, leurs styles différent quelque peu. Furtivité et sniper, côtoie assaillant et fusil d'assaut. Peu de diversité, que les atouts singuliers – résistance et visée accrue, entre autres - à chacun des héros ne rattrapent guère. Diversité, oubliée également, semble-t-il, lors de l'élaboration des situations. La faute à un level design plat, peu ouvert, fort rigide, marque de fabrique de la saga, survival horror, ou non. Pourtant, les contrôles, eux, sont plus souples qu'à l'accoutumée. Se mouvoir en visant est, catastrophe si cela n'avait pas été le cas, possible. Le système de couverture a même failli être une réussite - car d'une fluidité exemplaire et théoriquement parfaitement ergonomique – sans de trop nombreux bugs de collisions.

La progression est donc linéaire, sans surprise. Le joueur avance, dézingue sans passion zombie – certain bien connu de l'univers, dont les lickers - et force du gouvernement, armé de sa pétoire au feeling inexistant. L'action est brouillonne. L'intelligence artificielle – alliée ou ennemie, d'où l’intérêt de la Co-Op – affligeante. Les niveaux de difficultés n'y changent rien, puisque n'influent que sur la résistance, en normal déjà bien trop forte – un chargeur pour un humain, c'est trop ! En somme, cinq heures, cela peut paraître court, ici, on les sent vraiment passées, avant de purement les oublier. Et ce n'est pas le mode Versus, jouable en multijoueur en ligne, qui va véritablement rajouter de l’intérêt, et donner du sens à l'argent que l'on est sensé débourser pour l’acquisition du titre. Pour le coup, la volonté de proposer des modes de jeu originaux est là. Sauf qu'il ne suffit pas de vouloir, encore faut-il que cela fonctionne. Car on passera sous silence les mécaniques des éternels Team Deatchmatch et Récupération d'objectifs qui, bien que renommés à la "Resident style", n'ont rien de singuliers, nonobstant les foules de zombies qui parcourent les maps. Toutes dérivées des environnements de la campagne. Même les modes un tant soit peu innovants, n'en ressortent pas plus passionnants - on pense ici au mode Héros, où un joueur de chaque camps doit être protéger par son équipe. Rien de bien folichon à se mettre sous la dent donc, que ce soit la Campagne comme le Versus.

L'art de l'insipide


Ainsi, ai-je quasiment tout dit sur ce Resident Evil : Operation Racoon City. Ne me reste plus qu'à vous livrer, en vrac, les dernières informations et ressentis, susceptibles, je l'espère, de vous intéresser. En vrac, donc. Visuellement, le titre se défend moyennement bien. A aucun moment impressionnant graphiquement. Les environnements sont plutôt agréables, mais peu détaillés. Textures et effets de lumières ne sont pas au top, et des bug de collisions – déjà évoqués plus haut – naissent bien trop souvent de nos interactions d'avec les décors. Rigides sont les animations de nos protagonistes, idem pour leurs animations faciales. Rien ne ressort de la direction artistique, qui finit de fondre dans la masse des jeux moyens un titre techniquement tout juste potable. Preuve d'un portage PC fait à la va-vite. Les indications de touches Xbox 360 qui apparaissent subrepticement en témoignent. Fait surprenant : la bande son, est de très bonne facture ! Doublages, en français, et thème musicaux servent de fort belle manière un titre qui ne les mériteraient presque pas. Bref, Operation Racoon City, n'est pas très recommandable, qu'on soit fan de la série, ou amateur de jeu d'action. Les premiers pleureront face au ridicule des références qui leur sont destinés, pendant que les seconds resteront de marbre face à un titre moyen, portant vainement le nom Resident Evil, s'assurant bien tristement un succès financier.

Les screenshots illustrant l'article ont été réalisés par nos soins.

Configuration de test :
Processeur : Intel Core i5 – 24 10M @ 2,3GHz
Carte Graphique : Nvidia Geforce GT540M – 1GB
Mémoire: 4GB de RAM

VERDICT

Avantages

- Le Mode Versus pas trop mauvais
- La Campagne jouable à plusieurs
- La bande son sympa
- Racoon City

Inconvénients

- L'univers Resident Evil mal exploité
- La narration plate
- La technique datée
- Le scénario inexistant
- L'I.A. ratée
- Jeu d'action moyen

Graphismes
3 étoiles
6.0 / 10
Environnement, personnage, bestiaire, effet de lumière... Tout est techniquement moyen.
Jouabilité
2,5 étoiles
5.0 / 10
Les contrôles sont souples à utiliser. Dommage que le Level design soit si fermé.
Durée de vie
3 étoiles
6.0 / 10
Cinq heures pour la Campagne principale, le Mode Multijoueur vous occupera jusqu'à ce que vous soyez lassé.
Bande Son
4 étoiles
7.5 / 10
Étonnamment de bonne facture. Thème et doublage, français, sont de qualité.
Scénario
2 étoiles
4.0 / 10
Scénario insipide, et références à l'univers Resident Evil maladroites au possible.
Note Globale
3 étoiles
6.0 / 10
Dire que Resident Evil : Operation Racoon City est mauvais, ne serait pas justifié. En soit, c'est un Third Person Shooter classique, aux mécaniques vues et revues. La copie rendue par Slant Six Games est trop pâle, trop scolaire. Les références à la mythologie Resident Evil, et ses personnages, sont mal amenées. Le scénario ne nous saisit pas une seconde. Visuellement à des années d'un Resident Evil 5, pourtant sorti il y a trois ans. Non, manque de talent, manque de génie, de singularité : un titre tout juste moyen, si peu digne du nom de sa prestigieuse licence. Resident Evil 6, nous t'attendons, vivement !
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires
Encore aucun commentaire :-( Soyez le premier !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU