Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Papo & Yo

Console : Playstation 3
Éditeur : Sony Computer Entertainment
Développeur : Minority
Date de sortie : 15 août 2012
Multijoueurs : non
Public : 12 ans et +

Note des membres
1 vote (3.50 / 5)
Posté le Dimanche 26 Août 2012 par itokiry
Étrangement, les plateformes de téléchargement payants sur consoles de salon sont de plus en plus souvent assaillies par des titres totalement marginaux, déroutants, différents. Alors qu'on pourrait s'attendre à quelque chose de plus commercial sur ce type de lieu virtuel, les ventes n'étant logiquement pas aussi grandes qu'au sein du marché matériel, on voit apparaître des jeux vidéos qui parfois n'ont pas même le but de divertir, simplement de faire réfléchir ou de dépayser. Journey et Flower en tête, bien entendu, mais il arrive que l'on croise des projets moins ambitieux, mais tout de même aussi particuliers. C'est la description qui convient le mieux à Papo & Yo, une sorte de jeu d'aventure à mi chemin entre la fable interactive et le jeu d'énigme lambda, exclusivité PSN. Certes, dit comme ça on n'a pas forcément envie de savoir de quoi il en retourne, mais pour le coup c'est peut-être une erreur !


Une fable pas si immature que cela


« A ma mère, mon frère et mes sœurs grâce à qui j'ai survécu au monstre qui habitait mon père »... Tout commence sur cette phrase pour le moins énigmatique. Alors qu'on s'attend à un bête jeu de réflexion sans une once de profondeur, on est agréablement surpris de découvrir qu'il se pourrait bien qu'on se trompe, et ce dès la toute première minute. De surcroît, on prend lentement conscience que le monde coloré et attrayant de Papo & Yo n'est pas si enfantin qu'il ne le laisse entrevoir, du moins si l'on analyse un tant soit peu son scénario qui est certes basique, mais cache quelque chose de bien plus complexe que prévu. De quoi va-t-il s'agir exactement ? Et surtout, où va nous mener ce soft étrange ? Deux interrogations auxquelles vous apporterez une réponse vous même en terminant le jeu. Pas question de dévoiler le fin mot de l'histoire, il est indispensable de le découvrir soi-même. Tout ce que vous devez savoir à ce sujet, c'est que le fond est une sorte d'autobiographie vidéoludique du directeur créatif du projet, Vander Caballero, et autant prévenir de suite : le bougre n'a pas connu une enfance facile !

Par « fond », il faut bien comprendre que le titre est pourvu de deux histoires parallèles, pas si éloignées que cela, et dont on découvre les éléments fondateurs à un rythme légèrement différent. Et vous devez vous en douter si vous avez bien tout suivi, ce n'est finalement pas la trame apparente qui importe vraiment ici, trop simplette et servant seulement à cacher quelque chose de plus sombre. Celle-ci nous compte les aventures d'un jeune garçon, Quico, et de son acolyte Lula, le robot jouet parlant, cherchant à tout prix un moyen de faire en sorte que Monstre, la bête colérique, se calme pour de bon, fasse disparaître la fureur de son sang. S'il n'y avait que cette partie qui composait le scénario de Papo & Yo, alors il serait évidemment bien moins intéressant et captivant qu'il ne l'est en réalité. Car si malgré tout les aventures de Quico sont loin d'être complexes, même si l'on prend en compte la face immergée de l'iceberg, elles se révèlent émouvantes, dans un cas comme dans l'autre.


L'Unreal Engine 3 : Un objet du passé


L'Unreal Engine 3 faisait son petit effet en 2008, lorsque Unreal Tournament III s'en servit. Mais quatre ans plus tard, difficile de faire abstraction de son aspect vieillot, de son retard évident et conséquent sur les productions actuelles. Il est loin d'être aussi joli et stable que ne le sont les moteurs qui servent des jeux comme Journey ou Flower (pour ne citer que ces deux merveilles du PSN), et ses nombreuses carences l'empêchent clairement de permettre à ce pauvre Papo & Yo de bénéficier d'un univers aussi emballant qu'il aurait dut l'être. Certes sa direction artistique relève largement le niveau, puisque malgré une construction souvent maladroite il bénéficie d'environnements intéressants sous bien des aspects, proches des petites villes sud américaines (on pense en particulier au Brésil et à la Bolivie), très colorées et pleines de détails. Ce qui est étrange mais pour autant fascinant, c'est qu'il arrivera parfois que l'on ai l'impression de marcher dans une vraie ville, vivante, alors que, plus souvent, on aura le goût de l'artificiel sur la langue. Un contraste qui nous fera aimer certains lieux et détester d'autres.

Les bugs et soucis visuels sont légion, et pas des plus petits. Ça commence avec des textures qui s'affichent en retard, parfois qui restent baveuses même après quelques minutes d'attente, et ça continue avec une flopée de problèmes à ne plus savoir quoi en faire. A croire, quand on découvre que la moitié des plateformes est pourvue d'une avancée invisible, ou que Monstre passe régulièrement à travers le décors, que les développeurs ont montés Papo & Yo avec leurs pieds. Hypothèse qui devient de plus en plus plausible lorsque ce sont les effets de lumières qui apparaissent et disparaissent à leur guise. Encore une fois, seule la direction artistique relève le niveau, le reste étant pour le moins catastrophique. La bande son est aussi là pour nous faire oublier ces soucis. Composée de morceaux exotiques, aux bonnes senteurs du Brésil, soleil tapant de rigueur, elle nous fera littéralement voyager. Fermer les yeux et écouter simplement le produit des enceintes du téléviseur se révèle tout aussi dépaysant que la patte artistique visuelle du jeu, si ce n'est plus d'ailleurs. De rares doublages viennent aussi égayer les dialogues, mais ils sont bien trop sommaires pour mériter la moindre critique.


Concept classique


A l'instar d'un Braid ou d'un Flower, Papo & Yo est pourvu d'un concept simple, qui va être resservi à toutes les sauces durant l'aventure, le but étant bien évidemment de proposer des énigmes de plus en plus complexes. Ici, rien de plus difficile qu'actionner des mécanismes ne sera demandé, mis à part lors de quelques phases de plateforme. Malheureusement, si la nature de ces actions se révèle assez grisante, puisqu'elles consistent en une déformation de l'espace (via des flots de lumière blanche inexplicables), il faut bien reconnaître que leur originalité s'arrête là. On a déjà vu des systèmes similaires, parfois même mieux utilisés qu'ici, malgré une inventivité certaine. On est bien loin d'un Braid ou d'un Crush et de leur renouvellement constant. Ici on tourne vite en rond avec des énigmes aux résolutions similaires, sans la moindre particule de difficulté. Aucun challenge, effectivement, et aucun Game Over possible non plus. Tomber dans le vide ne signifie même pas mourir, puisque l'on sera téléporté sur la terre ferme sans être sanctionnés.

Quico n'est pas non plus le personnage de jeu vidéo le plus jouable qu'il existe. Trop rapide et un peu raide, le bougre empêche tout simplement la moindre précision lors des phases de plateforme, heureusement plus rares que celles de réflexion. S'ajoute à ce défaut une difficulté dans la perception des distances, particulièrement handicapante quand un minimum de doigté est nécessaire. On sera souvent surpris de se rendre compte que la plateforme sur laquelle on désire se rendre n'était pas si loin qu'on l'imaginait. Il nous arrivera donc souvent de tomber, et de devoir recommencer. Enfin même si c'est agaçant, on ne blâmera pas Papo & Yo sur ce plan-ci, car au moins cela nous donne une vague impression de challenge, bien que ce ne soit qu'un sentiment artificiel et passager. De même, ça augmente un tout petit peu la durée de vie, bien trop faible même pour un titre téléchargeable. On aura en effet totalement fait le tour du titre en trois à quatre heures grand maximum (plus trois que quatre d'ailleurs), ce qui est plutôt irritant étant donné le prix du jeu, fixé à 15 euros. La minute nous revient finalement assez cher.

VERDICT

Avantages

- Une expérience différente
- Une histoire à doubles niveaux
- Des musiques envoûtantes
- Un ensemble émouvant

Inconvénients

- Concept classique
- Aucun challenge
- Gameplay un peu trop approximatif
- Une durée de vie très faible
- Un aspect visuel vieillot
- Clairement adressé à un public averti de son aspect d'expérience vidéoludique plutôt que de jeu vidéo

Graphismes
2,5 étoiles
5.0 / 10
Techniquement le titre est totalement à la ramasse, pourvu d'un moteur dépassé et d'une multitude de bugs et de défauts visuels. Heureusement, tout n'est pas perdu, la direction artistique se révélant suffisamment exotique et dépaysante pour nous empêcher de prêter une grande attention à tous les soucis graphiques qui desservent Papo & Yo.
Jouabilité
3 étoiles
6.0 / 10
Le système de mécanismes déformants l'espace se révèle grisant dans les débuts, mais cette impression de puissance sur l'environnement retombe bien vite lorsque l'on se rend compte de la limitation de la chose. On se retrouve alors bercé par un jeu sans une once de challenge, doté d'énigmes ultra faciles et pas particulièrement inventives. Seules les phases de plateforme nous feront pester, la jouabilité pure n'étant pas des mieux conçues.
Durée de vie
2 étoiles
4.0 / 10
Payer 15 euros pour jouer trois heures (ou un peu plus si l'on prend son temps), c'est difficile de l'accepter. D'autant qu'une fois terminé, le titre de Minority n'aura plus rien à nous offrir.
Bande Son
3,5 étoiles
7.0 / 10
Senteurs exotiques et morceaux envoûtants sont au programme, nous berçant jusqu'à la fin de l'aventure. On ne regrettera finalement que des doublages trop sommaires et un nombre de musiques un peu faible.
Scénario
4 étoiles
8.0 / 10
Si l'on ne s'intéresse pas au fond de l'histoire de ce Papo & Yo, alors on découvre simplement les aventures on ne peut plus basique d'un jeune garçon sauvant un monstre de sa colère. Faire bien attention à la trame parallèle cependant, c'est s'exposer à quelque chose de plus dur, mature, et même temps de plus intéressant, presque envoûtant mais par la même émouvant et effrayant.
Note Globale
3,5 étoiles
7.0 / 10
En tant que jeu vidéo à part entière, Papo & Yo ne sera pas perçu de la même manière par tout le monde. Il ne sera apprécié que par une minorité, qui se délectera d'une histoire presque poétique, et d'un résultat proche de la fable interactive, expérience pour le moins intéressante si on lui accorde un peu de patience. Un gameplay un poil bancal, un système d'énigmes classique, un challenge absent, une durée de vie très courte et une réalisation graphique totalement à la ramasse desservent malheureusement ce titre qui se révèle bien moins ludique qu'escompté. Mais pour autant il n'est pas à jeter, puisque passionnant et émouvant, à condition bien sûr que l'on accroche. Il s'agit donc plus d'une expérience marginale que d'un jeu, ce qui justifie plus aisément son prix. Un homme averti en vaut deux, mieux vaut bien réfléchir à ce que l'on attend d'un jeu vidéo avant de se payer ce Papo & Yo.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires
Encore aucun commentaire :-( Soyez le premier !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU