Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Onimusha 3

Console : Playstation 2
Éditeur : Capcom
Développeur : Capcom
Date de sortie : Juillet 2004
Multijoueurs : non
Public : 16 ans et +

Note des membres
1 vote (4.50 / 5)
Posté le Mercredi 02 Juillet 2008 par philyra
Troisième mouture d’une série qui a fait ses armes, ce nouvel Onimusha se démarque des précédents épisodes grâce à l’ajout d’une french touch bienvenue. L’acteur Jean Reno a en effet prêté ses traits au deuxième héro du jeu qui accompagne le fameux Takeshi Kaneshiro, autre acteur reconnu dans son pays. A eux deux ils combattent le mal en la personne de Nobunaga, vil représentant des Genmas, les créatures d’ombre du jeu. La question est donc de savoir si ce hack&slash a conservé toute sa force d’antan.

Mélange des genres et mise à jour

Dans cette série on avait pour habitude de voyager dans des époques emblématiques du Japon féodal, notamment grâce à la présence d’un univers caractéristique, et loin de nous faire ici défaut, le temps des samouraïs suit une large courbe et rallie notre bon vieux 21e siècle. En effet, alors que le héro Samanosuke Akechi tente de mettre fin de nouveau aux pouvoirs de Nobunaga, se présentant au meilleur de sa forme à travers une cinématique de toute beauté, le démon ressuscité étend désormais son maléfice au-delà des frontières du temps et de l’espace. C’est ainsi que grâce à un accident provoqué par les expériences de son meilleur scientifique, Guildenstern, l’armée de Genmas qu’il commande se déverse sur notre belle cité qu’est Paris. Alors qu’en 1582 Samanosuke attaque le temple Honnou-ji où se réfugie Nobunaga, le duel qui les oppose se termine avec le déchirement d’un flux temporel. Notre valeureux combattant est ainsi projeté directement près de l’Arc de triomphe tel que nous le connaissons aujourd’hui. A ce moment Paris subit de plein fouet l’invasion Genmas et beaucoup de citoyens impuissants sont tués. Le membre d’unité d’élite Jacques Blanc, prévenu de la catastrophe, se dirige immédiatement vers le point le plus chaud de la ville, près du fameux Arc de triomphe… En résulte une boucherie qui se conclue ici aussi avec l’apparition d’une brèche temporelle. Cette dernière a tôt fait d’envoyer notre policier français tout droit dans le Japon médiéval.

On l’aura compris, nos deux charismatiques héros vont devoir agir chacun de leur côté et pour le compte de l’autre à travers le temps et l’espace, dans le but de mener à bien leur mission commune. Détruire Nobunaga signifiera en effet un retour à la normale, autrement dit un retour à leurs époques respectives. Cela se confirmera également du côté des doublages, très réussis de manière générale mais on est relativement déçu de constater que Jean Reno ne prête sa voix à son personnage qu’en début de jeu (et à la fin naturellement), lorsque celui-ci se trouve à Paris en 2004. Le reste de la partie la « normalité » passe à l’anglais. Côté graphismes on apprécie la variation des environnements offerte par l’alternance entre les personnages, sans compter que d’un point de vue purement technique le jeu est plus abouti que ses prédécesseurs. On traverse aussi bien les égouts de Paris que les forêts les plus profondes cachant des statues ancestrales. Et le plaisir de découvrir l’Arc de triomphe ou la Tour Eiffel sous un nouvel angle est très jouissif. Sinon on notera l’aspect relativement simpliste des énigmes, même s’il sera parfois nécessaire de faire des aller et retour pour bien tout saisir. Malgré cela l’ensemble est mis en scène de manière dynamique, avec quelques coups de pression, plus un bon point concernant la présentation des éléments interactifs à la manière d’un Devil May Cry ou d’un Resident Evil.

Miroir mon beau miroir…

Pour gérer l’alternance entre les personnages (et donc entre les époques) de manière « rationnelle », Jacques fait la rencontre d’Ako en début de jeu. C’est une sorte de fée clochette qui vous aidera de son mieux durant la partie, surtout grâce à sa capacité à voyager entre les dimensions par l’intermédiaire de miroirs temporels, et à ouvrir des coffres autrement inaccessibles. Après vous être fait cette nouvelle amie vous obtiendrez aussi le gantelet oni, symbole de vos nouveaux pouvoirs vous permettant d’absorber les âmes des ennemis tombés au combat, tel que le faisait déjà Samanosuke. Cela marque également pour vous le commencement d’une aventure riche en combats et en rebondissements. En effet, vous allez pouvoir juger rapidement de vos talents de guerrier et notamment de la différence de prise en main entre nos deux héros. Si le samouraï privilégie la double épée ou la lance, l’officier français optera pour les armes de jet telles que le fouet. Les deux approches sont donc totalement différentes, d’autant que la partie avec Jacques sera agrémentée de phases où il faudra trouver de quoi vous accrocher, du genre un crochet volant, pour pouvoir accéder à la plate-forme suivante. Il en va de même pour les attaques spéciales des armes, variant d’un personnage à l’autre. Et pareil pour les armes secondaires, des flèches voire des grenades. A savoir que vous contrôlerez également la petite amie de Jacques, Michelle Aubert, lieutenant dans l’Armée de terre française dont vous profiterez des capacités au fusil. De quoi renouveler un gameplay parfois en passe d’être répétitif. Sans compter l’évènement bonus de fin de jeu qui consiste à incarner un autre guerrier du nom d’Heihachirou lors d’une phase de combat qui lui est dédiée.

Concernant les objets et autres aspects bonus du jeu, vous aurez tout le loisir de contempler leur relative diversité. Dans cette aventure vous pouvez en effet améliorer vos armes et vos armures proportionnellement au nombre d’âmes récupérées sur vos ennemis. Cela se représente par un compteur d’orbes rouges, les orbes jaunes vous redonnant de la vie, les orbes bleus du pouvoir magique, et les orbes violets vous faisant entrer en mode Onimusha pour peu que vous en récoltiez cinq. A ce stade, mourir signifie l’utilisation immédiate de ce pouvoir destructeur, une résurrection qui s’avère plutôt utile contre des boss parfois impressionnants et souvent retors. Autrement vous pourrez également profiter de techniques de combat avancées, le Hissatsu (ou riposte) par exemple, mais aussi le Issen ou Hajiki issen, vous permettant de porter un coup fatal au bon moment. Un peu d’entraînement sera nécessaire pour une bonne maîtrise du timing exigé, un mode qui sera proposé dès lors que vous trouverez un miroir magique. Pour en revenir à Ako, qui est censé vous aider pendant tout le jeu, elle aussi dispose d’un système d’amélioration. Cela concerne ses Haori (ses vestes). Les propriétés de ces derniers varient selon les modèles, différenciables par des couleurs qui se répercutent à travers la lumière qu’émet Ako pendant la partie. Cependant, avant de pouvoir les enfiler vous allez devoir trouver suffisamment d’Esprits Eco. Une quête supplémentaire loin d’être inutile, tout comme la recherche des pendentifs qui augmentent votre barre de vie ou de magie. Le plus intéressant de ce point de vue reste que vous pouvez échanger les objets entre Samanosuke et Jacques par l’intermédiaire d’Ako lorsque celle-ci voyage à travers les miroirs. Quoi qu’il arrive le rythme reste donc soutenu durant toute l’aventure, cette impression étant accentuée par le simple fait que celle-ci est relativement courte. Un point finalement loin d'être un défaut.

PS : Je tiens à préciser que les screenshots du jeu sont d'une qualité exécrable par rapport à ce qu'on peut voir quand celui-ci est en mouvement...

VERDICT

Avantages

- Mise en scène dynamique
- Graphiquement abouti
- L’alternance des héros
- Variations des armes
- Les pouvoirs Onimusha
- Diversité des environnements
- L’univers de la série respecté
- Des boss assez techniques

Inconvénients

- Légèrement trop court
- Quelques dialogues bêta
- Combats un peu répétitifs
- Relativement linéaire

Graphismes
4 étoiles
8.0 / 10
Plus aboutis que les épisodes précédents, Onimusha 3 dévoile quelques environnements offrant des points de vue superbes. En plus, l’animation est globalement bien fluide ce qui nous propose au final un rendu bien sympathique malgré les prouesses techniques d’aujourd’hui.
Jouabilité
5 étoiles
9.5 / 10
Un pur bonheur de simplicité et de diversité, d’autant plus que la caméra ne pose pas trop de problèmes
Durée de vie
3,5 étoiles
7.0 / 10
Sans être un défaut conséquent en soi, il faut bien avouer que la quête principale ne vous prendra que 10 heures de votre temps. Reste les événements bonus de fin de jeu, tels que faire une partie de l’aventure sous l’angle d’un autre guerrier.
Bande Son
4 étoiles
7.5 / 10
De bonne facture, celle-ci a le mérite de ne pas paraître inexistante pendant les séquences d’action. Autrement ça reste un rythme connu pour ce genre de titre.
Scénario
4 étoiles
7.5 / 10
Un scénario aux ambitions cinématographique qui réussi à séduire grâce à un univers fort en moments critiques. Ce nouvel Onimusha est dans la droite ligne de ses prédécesseurs, avec Jean Reno comme élément mégabonus.
Note Globale
4 étoiles
8.0 / 10
Ce troisième épisode conclu de main de maître la série, Capcom assurant sa position de leader en matière de jeux d’action avec ce petit côté horrifique qui n’est pas pour déplaire. Un must-have pour les amateurs de ce genre, pour ceux qui ont aimé les précédents opus et pour ceux qui ont d’ors et déjà fini les Resident Evil et autres Devil May Cry. Voilà qui nous fait un sacré tas de joueurs non ?
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires
Encore aucun commentaire :-( Soyez le premier !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU