Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Need for Speed Undercover

Console : Xbox 360
Éditeur : Electronic Arts
Développeur : Black Box
Date de sortie : 20 novembre 2008
Multijoueurs : oui
Public : 12 ans et +

Note des membres
aucun vote :-( votez !
Posté le Jeudi 08 Janvier 2009 par Ganon
Il était temps de finir le petit derby Midnight Club – Need For Speed (NFS) par le test de ce dernier. Après un Pro Street totalement à la rue qui s’éloignait de ses origines, on a cru bon d’espérer un remontage de bretelles chez les développeurs de Black Box pour nous sortir enfin un NFS de qualité. Malheureusement, Il semblerait que la déculotté de l’an passé n’ait pas été suffisante…


Need for Scenario


On commence donc sur les chapeaux de roue au volant d’une Nissan 350Z poursuivie par une armée de flics. Un prologue rythmé, en pleine autoroute, où une demi-douzaine de véhicules des forces de l’ordre essayent de nous arrêter. Même si on ne voit pas le but de cette poursuite, on comprend au moins le message de ce nouveau NFS : les flics sont bel et bien de retour.

L’épreuve terminée, une cinématique s’engage pour nous dévoiler le peu de scénario du titre de Black Box. Policier en temps normal, vous allez devoir infiltrer plusieurs gangs de voleurs de Tri-City, la nouvelle ville du soft, pour les arrêter. Cela est introduit par de vrais acteurs et reprend les mêmes ficelles de mise en scène que les derniers Command and Conquer. Mais tandis que le RTS joue excellemment bien le second degré, Need for Speed opte pour une ambiance plus sérieuse, plus « underground ». Peut-être pour faire croire aux joueurs de 13 ans qu’ils entrent dans la cour des grands. Dans tous les cas, c’est un échec total. Une pure caricature de tout ce qui ne faut pas faire. C’est simple, le scénariste de Fast and Furious serait considéré comme le nouveau Albert Hitchcock du XXIe siècle si on les comparait tous les deux. Mal joué, personnages ridicules et scénario tenant sur post-it, tout est arrangé pour que l’on zappe ces cut-scènes dès les premières secondes. Mais s’il n’y avait que ça…


Tri-Garbage

Vous êtes donc libre de vos mouvements et avez la possibilité de parcourir la ville à votre guise. Mais le petit souci, c’est qu’il n’y a rien d’autre à faire à part se balader. Rien. Ne pensez même pas rejoindre le départ d’une course à l’autre bout de la zone, vous ne pourrez pas. Le seul moyen étant de switcher sur le GPS ou d’appuyer sur la croix directionnelle du bas. On alterne ainsi entre courses et écrans de chargement : on finit une épreuve, une fois revenu dans les rues de Tri-City, on presse la touche correspondante et c’est reparti. Outre cette répétitivité qui s’installe petit à petit, ce système ne nous donne aucune occasion de connaitre la ville sur le bout des doigts. On se demande à la fin s’il était réellement nécessaire d’en modéliser une, surtout que son architecture n’est pas une référence du genre. A vrai dire, seule la partie sinueuse dans les montagnes est intéressante, mais elle est plombée par le nouveau style de conduite.

Un peu plus d’une cinquantaine de voitures sont à votre disposition et sont catégorisées en quatre classes. Ainsi une Nissan Silvia ou une Golf R32 appartiendront à la classe 4, une Skyline ou une Camaro Concept à la classe 3, Une BMW M3 ou une Lamborghini Gallardo pour la classe 2, et enfin une Corvette Z06 ou la Bugatti Veyron seront disponibles dans la classe 1. Plus vous montez en puissance, plus vous arrivez vers un chiffre proche de zéro.
Zéro. Voilà ce que vaut la conduite de ce nouveau NFS. On était passé à de la pseudo-simulation l’année dernière, aujourd’hui le soft a le cul entre deux chaises. La conduite garde encore un relent du précédent épisode mais essaye de revenir à de l’arcade. La voiture, que ce soit Ford Focus ou Lamborghini Murcielago, accroche à la route comme si elle était sur des rails et la conduite est aussi vive qu’un Airbus A380. Il nous arrive donc parfois de voir le mur devant nous mais de ne pas réussir à l’éviter. Il n’y a ainsi plus aucune sensation comme auparavant et la conduite manque clairement de précision.

Le tuning et l’autoscuplt sont toujours présents et nous permettent de personnaliser nos propres pièces de tuning, mais le peu de choix qui s’offre à nous est vraiment regrettable. A ce petit jeu, Midnight Club met une grosse claque à son concurrent. Tandis que le titre de Rockstar nous donne la possibilité d’augmenter le bas de caisse, de réduire la taille de ses pneus, de modifier tout l’intérieur, de customiser ses vinyles, etcetera ; Need For Speed ne nous permet de changer que les classiques pare-chocs, jantes, aileron et pot d’échappement. Sans oublier de préciser qu’il n’y a seulement que trois modèles pour la plupart des catégories. Et n‘imaginez même pas appliquer des autocollants ou autres extravagances «picturales» pour les montrer en ligne, vous ne pourrez pas. Le jeu les efface pour une expérience online plus «confortable». Un aspect tuning relégué au deuxième plan donc.


Maximum bored

Les épreuves d’Undercover en elles-mêmes sont variées mais classiques : course simple sur plusieurs tours ou sur spéciale, élimination, checkpoint et duel sur autoroute. Concernant les missions dépendant du scénario, il suffira la plupart du temps de livrer une voiture en échappant aux poulets sans trop l’endommager ou d’arrêter un gang en les tamponnant. A vrai dire, elles sont peu intéressantes car beaucoup trop nombreuses. Mais pour pousser le vice encore plus loin, Black Box a rajouté des missions où le but est d’exploser le maximum de bagnoles de flics ou de leur échapper le plus rapidement possible. Il n’y a aucun problème sur leur retour mais avoir des dizaines d’épreuves centrées sur la fuite devient très vite redondant. Néanmoins, et si vous n’avez pas abandonné depuis, NFS demandera une petite dizaine d’heures pour l’achever à 100%.

Le comportement des policiers est toujours au top mais on regrettera le downgrade par rapport aux anciens opus. Alors que les forces de l’ordre dans Most Wanted s’en prenaient directement à la première voiture de la file, joueur ou I.A., et nous donnaient l’occasion de jouer « stratégique » (lever le pied pour laisser passer la voiture de derrière pour qu’elle se fasse appréhender), dans Undercover vous serez toujours pris pour cible même si trois concurrents avant vous sont passés devant eux. Malgré ce petit désagrément, les flics nous donnent beaucoup de challenge et usent de tactiques pour nous arrêter (formation, barrage, hélicoptère…). On aura d’ailleurs toujours la possibilité de les stopper en effondrant une structure sur leur bolide ou activer un mode « bullet-time » pour éviter une herse au dernier moment.

Enfin graphiquement, Need for Speed se classe dans la catégorie des jeux moyens voire moches. Autant la modélisation extérieure des véhicules reste très correcte, l’intérieur noirci et l’environnement global manquent clairement de finition et de profondeur. Outre le classique aliasing toujours présent, le clipping a fait son apparition et il ne sera pas étonnant de voir un Building de 30 étages apparaitre sur le coin de l’écran. Quasiment aucun anisitropique n’est activé et pour couronner le tout NFS est très mal optimisé. C’est simple, il a fallu redémarrer plusieurs fois la console pour revenir vers une version jouable tellement que celle-ci ramait au bout d’une heure de jeu. La ville est quasiment vide avec très peu de trafic mais cela n’empêche pas le jeu de ralentir. Bref, une impression de ne pas avoir le hardware adéquate pour le faire tourner. Honteux ! Quant au multijoueur, il n’y a que le strict minimum avec des courses simples ou bien des poursuites « flics et voleurs » dans de toutes petites arènes. Le but pour les voleurs étant de ramasser l’argent et de le ramener dans leur camp pour ceux qui les incarnent, et de l’autre les flics qui doivent tout faire pour les en empêcher. Un capture the flag déguisé et peu passionnant. On passera très vite à autre chose…

VERDICT

Avantages

- La modélisation extérieure des bolides
- La tracklist plutôt bonne
- Les forces de l'ordre toujours aussi hargneux

Inconvénients

- Mal optimisé
- Conduite approximative
- Online bâclé
- Le scénario
- Les vrais acteurs
- La redondance des épreuves
- Devoir reboot sa console comme un PC pour un jeu plus fluide

Graphismes
2,5 étoiles
4.5 / 10
Need for Speed Undercover possède beaucoup trop de tares graphiques pour espérer avoir la moyenne. Même le conducteur ne possède pas d'animations, c'est dire...
Jouabilité
2,5 étoiles
5.0 / 10
La jouabilité ne ressemble plus à grand chose. Alors qu'on avait totalement confiance en notre conduite dans un Most Wanted ou Carbon, dans Undercover on n'a jamais l'impression d'être parfaitement maitre de son véhicule.
Durée de vie
3 étoiles
5.5 / 10
Si la répétition des épreuves ne vous a pas fait fuir, il vous faudra une dizaine d'heures pour boucler le solo. Par contre le replay value est nul et le multijoueur ridicule.
Bande Son
4 étoiles
7.5 / 10
Le seul aspect encore satisfaisant dans ce Need for speed. Les moteurs, bien que modifiés, ont un son d'enfer et rouler sous du NIN, Supergrass ou Prodigy est un vrai plaisir.
Scénario
1 étoiles
2.0 / 10
La mise en scène réussie n'arrive pas à sauver le mauvais jeu des acteurs et un scénario rédigé sur une nappe en papier d'un restaurant.
Note Globale
2 étoiles
4.0 / 10
Le retour des flics n’aidera définitivement pas ce nouveau Need for Speed a réchappé du naufrage. Son manque de finition, ses graphismes pauvres, sa répétitivité ainsi que son multijoueur limité ne peuvent égaler son principal concurrent : Midnight Club Los Angeles. Undercover n’est pourtant pas aussi raté qu’un Pro Street mais l’est suffisamment pour qu’on vous déconseille fortement de l’acheter. On espère donc que la restructuration chez Black Box permettra à la série automobile phare d’Electronic Arts de revenir sur le devant de la scène dans un futur proche.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

08 Jan. 2009 | 20h22


Vinz
C'est un peu ce que j'ai ressenti en y jouant rapidement sur PC
C'est dommage :-|

11 Jan. 2009 | 10h31


Ganon
Ayant commencé le jeu sur PC, cette version est tout autant buggée que ses homologues consoles. :/

11 Jan. 2009 | 17h11


le link du 57
Moi qui voulait l'acheter j'y pense meme plus maintenant!

13 Jan. 2009 | 10h00


Gregdark
Perso, y ayant joué sur Wii, je l'ai trouvé un peu "moins pire" que ses prédecesseurs. Néanmoins, cette note est bien méritée.

18 Jan. 2009 | 15h07


Ganon
Le pire, c'est l'oubli du lag rencontré dans les parties multijoueurs. On voit les voitures glissées plus qu'elles ne roulent. On se fait tamponner alors que la voiture d'en face n'a pas bronché d'un poil. Impossible de réellement prendre du plaisir. Vraiment.

20 Jan. 2009 | 18h39


Zefi
Tout façon, depuis l'arrivé de Burnout cette série ne m'interessait vraiment plus et je trouvais les versions de plus en plus ridicules :-)
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU