Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Metro 2033

Console : PC
Éditeur : THQ
Développeur : 4a-Games
Date de sortie : 19 mars 2010
Multijoueurs : non
Public : 18 ans et +

Note des membres
1 vote (4.00 / 5)
Posté le Lundi 05 Avril 2010 par philyra
Imaginez Moscou dévasté par des hordes de mutants et les rares survivants obligés de se terrer dans le réseau souterrain du métro. C’est le cadre apocalyptique que vous propose Métro 2033, le tout agrémenté de troupes de nazis en vadrouille histoire de corser un peu votre progression. Et bien sur, qui dit métro désaffecté dit souvent environnements confinés et obscurs. Les frileux et autres claustrophobes peuvent passer leur chemin, les autres peuvent me suivre pourvu que leur visée soit juste et leur équipement vérifié…

Un démarrage brutal


Si Métro 2033 se focalise principalement sur les souterrains du métro de Moscou, vous aurez assez souvent l’occasion de rejoindre la surface, histoire d’admirer le champ de ruines. Le début de l’aventure vous propose d’ailleurs d’émerger à l’air libre au beau milieu d’une tripotée d’ennemis. En fait, il s’agit d’une ellipse narrative qui vous propulse à un moment proche de la fin du jeu. Tandis qu’un ennemi vous met brutalement à terre, sentant votre dernière heure venue, vous vous remémorez vos débuts et l’aventure peut réellement commencer.
Vous incarnez Artyom, un jeune habitant d’un avant-poste situé à la périphérie de Moscou. La situation n’est clairement pas à la fête et vous vous retrouvez bientôt impliqué dans la défense de votre station contre quelques mutants très aventureux. La disparition rapide d’un aventurier venu protéger les fortifications de votre foyer vous pousse à partir explorer de nouveaux horizons. Cette entrée en matière illustre parfaitement les choix des développeurs en termes de narration : vous êtes totalement guidé dans des environnements fermés et souvent relativement linéaires. Cependant, vous aurez très souvent la possibilité de fouiller un peu plus en détails les lieux afin de dénicher un peu d’équipement supplémentaire.

Une narration de grande qualité


Clairement, la plus grande force de Métro 2033 est sa narration qui vous implique toujours dans l’action et conduit à beaucoup d’interactions avec les personnages clés de l’histoire. Vous aurez d’ailleurs très souvent un compagnon, parfois totalement à l’impromptu, pour vous aider et vous guider dans la suite de vos exploits. Dans cette optique, l’intrigue s’intègre avec ces personnages secondaires et leur IA est souvent très correcte puisqu’ils se mettent souvent à couvert et vous soutiennent clairement lors de déferlements d’ennemis. Les doublages de voix en anglais sont d’ailleurs vraiment excellents et leur léger accent russe est criant de vérité. Un pur régal pour ceux qui apprécient.
Néanmoins, cette narration si réussie devient aussi la plus grande faiblesse de ce jeu car elle est souvent un prétexte pour vous diriger encore un peu plus dans des environnements assez peu ouverts au final. Sur ce point, on est totalement à l’opposé d’un Stalker – Call of Pripyat par exemple qui lui joue sur une carte très ouverte avec des lieux à visiter dans un ordre aléatoire. Par ailleurs, les développeurs ont décidé de ne pas inclure beaucoup de passages réellement obscurs et on voit toujours bien à l’avance d’où peuvent arriver les ennemis, ce qui n’est pas forcément un mal mais nuit un peu à l’ambiance du jeu qui se veut un rien horrifique. En conséquence, on est rarement surpris par le déroulement du jeu et les passages remplis d’ennemis s’avèrent facilement discernables.

Moscou en ruines en 2033, ça ressemble à quoi ?


Moscou en 2033, c’est pas la joie : des mutations en tout genre ont produit des monstres hideux et l’air extérieur est irrespirable. Ce contexte de jeu vous impose d’utiliser un masque à gaz et de changer souvent votre filtre à air sous peine d’étouffer et de voir une buée malsaine envahir votre casque et gêner votre vision. Comme si cela ne suffisait pas, votre masque peut se fendiller lors de combats et ces fissures apparaissent alors à l’écran. Cela me permet d’aborder l’interface du jeu qui est une des plus minimalistes qui soient : comme je viens de le mentionner, l’état de votre casque est relié au nombre de fissures visibles, le nombre de munitions n’est visible que quand vous changez d’arme et votre état de santé remonte automatiquement au bout de plusieurs secondes. Sur ce dernier point, ce choix n’est pas forcément un mal et vous serez tout de même amené à utiliser dans l’urgence pas mal de medikits pour vous sortir de situations très périlleuses.
Pour revenir sur Moscou, l’infestation de mutants a provoqué des ravages et vous serez amené à évoluer sur des aires à découvert et enneigés ou sur plusieurs étages dans des bâtiments éventrés. Même si les murs ne sont pas destructibles, certaines portes devront être détruites pour pouvoir progresser. De manière générale, les décors sont riches en détails et pour peu que vous mettiez le niveau des effets en élevé, les environnements gagnent en finesse tandis que les sources d’éclairage sont plus nombreuses. Seules les animations faciales restent clairement perfectibles.

Rendez-moi mon inventaire !


Comme évoqué plus haut, l’interface est minimaliste et il n’y a pas d’inventaire clairement accessible. En utilisant la molette, vous aurez accès aux divers types d’arme : les couteaux (de lancer ou pour le combat rapproché), le pistolet, le fusil mitrailleur et le fusil de poing ainsi que quelques grenades. Seul le pistolet est clairement upgradable tandis que vous pourrez acheter d’autres équipements dans certaines stations. Ces achats ne sont cependant absolument pas nécessaires car si vous cherchez bien, vous trouverez facilement toutes les armes du jeu dans les divers niveaux. Par ailleurs, l’aspect survie n’est pas tellement présent car vous aurez toujours suffisamment de munitions pour avancer, certaines armes proposant même de récupérer les munitions dépensées sur les cadavres. Ainsi, aucun risque d’être en rade de flèches. Pour preuve, en difficulté normale, je n’ai jamais eu besoin d’acheter la moindre munition de tout le jeu !
Concernant les ennemis, il n’y a pas grand-chose à en dire. La plupart des mutants affectionnent les attaques en masse sans beaucoup de finesse tandis que certains aiment bien attaquer en traitres via des passages dans les murs. Pour les nazis que serez amenés à éliminer, rien de bien original, que ce soit à longue portée ou en combat rapproché. Métro 2033 ne brille pas forcément par l’intelligence assez commune de son bestiaire mais il propose tout de même un peu de diversité dans la seconde moitié de l’aventure.

Pour finir…

Au final, Métro 2033 propose une aventure de grande qualité, savamment orchestrée et dotée d’excellents dialogues en anglais. Les décors sont réellement de bonne qualité et variés. Cependant, ce tableau sympathique est terni par une intelligence artificielle basique et une progression très dirigiste dans des environnements souvent linéaires. La multiplicité des séquences en chariot en est un parfait exemple.

VERDICT

Avantages

- Un scénario de haute volée et bien mené
- Des environnements diversifiés et bien rendus
- Des doublages excellents
- Une interface minimaliste

Inconvénients

- Une interface minimaliste
- Très dirigiste et souvent linéaire
- Des ennemis très redondants en première moitié de jeu
- Animations faciales perfectibles
- Commerce pas très utile pour progresser
- Sensation de survie limitée
- Un jeu très gourmand en qualité élevée

Graphismes
4,5 étoiles
9.0 / 10
Les environnements sont de qualité, tant dans le métro qu'en extérieur.
Jouabilité
3,5 étoiles
6.5 / 10
L'interface est minimaliste, ce qui est à la fois un avantage et un inconvénient, mais c'est surtout le switch d’armes qui est pénible.
Durée de vie
3,5 étoiles
7.0 / 10
Ca tient du raisonnable mais la rejouabilité est limitée.
Bande Son
4 étoiles
8.0 / 10
Les musiques sont absentes mais les doublages s'avèrent excellents.
Scénario
5 étoiles
9.5 / 10
LE point fort du jeu.
Note Globale
3,5 étoiles
7.0 / 10
Métro 2033 brille par une narration hors pair et des doublages de haute volée. Par contre, on regrette une progression au final très dirigiste et une sensation de survie assez absente alors que les environnements confinés pouvaient laisser espérer mieux. A vous de voir.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires
Encore aucun commentaire :-( Soyez le premier !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU