Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Metal Gear Rising : Revengeance

Console : Playstation 3
Éditeur : Konami
Développeur : Platinum Games
Date de sortie : 19 février 2013
Multijoueurs : non
Public : 18 ans et +

Note des membres
3 votes (3.83 / 5)
Posté le Lundi 04 Mars 2013 par itokiry
À chaque genre son grand cru, et du côté de l'infiltration/action on tient même l'une des licences les plus appréciées et suivies du monde vidéoludique : Metal Gear. Quatre épisodes magistraux avec aux commandes un grand homme renommé que l'on ne présente plus. Mais lorsque ce monsieur Kojima n'est plus aux commandes, on imagine instantanément la donne changer, la série perdre en qualité et s'enfoncer dans un intérêt bien trop moyen si ce n'est désuet. Pire lorsqu'une nouvelle équipe, n'ayant jamais tâté du géant Metal Gear, doit se charger du développement d'un tout nouvel opus, surtout lorsque ce dernier (une première) change radicalement de style. Beat'them'all bourrin au dynamisme assumé, Rising : Revengeance aura connu bien des péripéties avant de terminer entre les mains expertes de Platinum Games, un studio qu'on apprécie pour son travail remarquable sur nombre de titres tels que Bayonetta ou Vanquish, à cent mille lieux des originales aventures de notre bien aimé Snake. Dieu nous garde des faux pas, ce spinn off pêchu est un mélange pas si désagréable d'action et de réflexion... Quoique !


Faites la guerre pas l'amour !


En terme de complexité scénaristique, Metal Gear Solid 4 faisait fort. Entre ses lignes directrices diverses se rejoignant pour un final grandiose quoique contestable il y avait de quoi se poser de multiples questions et s'imaginer de multiples suites directes ou indirectes. Et parmi les plus prenantes histoires parallèles dont on voulait connaître le futur il y avait celle de Raiden, alias Jack (l'éventreur de son petit surnom), ancien protagoniste de l'épisode numéro deux et récemment devenu cyborg pour le compte de Maverick, une organisation luttant pour le bien à travers le monde entier. Sa classe magistrale, son charisme en partie intrinsèque à son statu de semi-immortel et son passé à la fois ingrat et palpitant... Tout fait de ce personnage étrange et taillé pour devenir protagoniste un parfait héros à double face dont les erreurs de parcours et maltraitances infantiles alimenteraient, pourquoi pas, un avenir sur la voie de la justice. De surcroît, qui n'a pas rêvé d'incarner le nouveau Jack lorsqu'il l'a découvert sous le soleil d'Afrique, arborant son nouveau costume métalique et baladant sous le nez des mercenaires son katana électronique surpuissant taillant quiconque en sushi sans peine ? Personne sans nul doute. Personne n'aurait résisté à la tentation si Metal Gear Solid 4 proposait l'option « jouer avec Raiden », et c'était presque un soulagement, une jouissance extraordinaire, de découvrir que ce-dit personnage serait le héros de Rising : Revengeance.

Incarner un héros au passé mitigé et à l'avenir incertain, voilà qui a de quoi animer une passion inébranlable. D'autant qu'on l'imagine bien perdurer, résister au moins jusqu'à un hypothétique Metal Gear Solid 5, et donc rester dans Rising : Revengeance le héros immortel aux deux visages qu'il inspirait précédemment. Mais il y a toujours (ou presque) un « mais » qui vient s'ancrer dans le rouage de l'excellence pour le faire sortir de ses gonds, et en l'occurrence il est d'une taille improbable. Alors que par le passé la série de Kojima flattait nos cellules grises via des scénarios exceptionnels et ultra complexes, reprise par Platinum Games elle a perdu tout ce qui faisait de son histoire une palpitante course aux réponses et aux rebondissements. Autant être clair de suite : Metal Gear Rising : Revengeance est un navet, un gros nanar prévisible faisant uniquement la part belle à l'action la plus dynamique qu'il soit possible d'imaginer ! Il était possible de monter tellement d'histoires extraordinaires en partant de la magie d'un personnage comme Raiden, et à la place les scénaristes ont pondu une sauce sans goût, seulement bonne à donner un semblant de fond à un enchaînement de tableaux explosifs. Encore question des patriotes (vaguement évoqué cependant), quoique (ATTENTION SPOIL) ils n'existent plus vraiment ; encore question de l'économie de guerre et des mercenaires intrinsèques ; encore question d'une grosse organisation de méchants voulant se faire de l'argent et changer le monde... Tout sonne comme avant sur le papier, sauf que pour le coup c'est raté et le charisme qui faisait la force des ennemis a totalement disparu, de surcroît l'histoire est totalement plate. Décevant est un terme encore trop faible pour qualifier cela.


Puisqu'il faut bien vivre avec son temps


Puisque suite directe d'un scénario parallèle de Metal Gear Solid 4, ce nouvel opus devait conserver quelque chose de l'épisode dont il s'inspire, outre des personnages. En toute logique le design est lui aussi très similaire, quoique le bébé de Platinum Games nous plonge dans un monde bien différent de celui précédemment visité. S'il a gardé un grain jaunâtre identique aux premiers niveaux du dernier MGS numéroté de prime abord, très vite on abandonne tout ce qui était connu pour se concentrer sur de touts nouveaux environnements bien loin de ce que l'on connaît de la série. L'ensemble est à la fois futuriste et propre, bien plus que par le passé, presque immaculé. A la fois le cadre et le design changent beaucoup, même si quelques passages nous ramènent à des milieux plus banals. Et finalement, une fois arrivé au terme de l'aventure, il n'y a plus aucun doute sur le fait que cette dérive a beaucoup fait gagner au titre, d'autant que ce dernier s'éloignait déjà suffisamment de l'univers pré-établi pour se permettre le plus de facéties possibles sans encombre. La patte des créateurs de Vanquish et Anarchy Reigns (pour ne citer que ceux-ci) a bien imprégné toute la progression qui arbore désormais une action survoltée et des effets spéciaux à tout va. Adieu réflexion et bonjour charcuterie et étincelles ! Et comme à l'accoutumée chez le studio le résultat est tout bonnement stupéfiant, à la fois jouissif même sans toucher la manette, et démarqué des autres productions sans pour autant couper le cordon avec Metal Gear Solid 4. Le design des protagonistes est excellent et fouillé, et même en tenant compte de la très courte durée de jeu il s'avère que Rising : Revengeance< est très diversifié dans ses teintes et ses environnements.

S'il ne fallait parler que de direction artistique, alors tout serait parfait, quoique certains stages paraissent un peu vides de détails et répétitifs. Cependant rien n'est aussi simple, c'en est même dommage. Il est dommageable de devoir tacler un certain alliasing par exemple, ainsi que d'extrêmement rares saccades durant les cinématiques. Il est dommageable de devoir prendre en compte le brouillon de certains passages, notamment contre des boss un peu pêchus. Et enfin il est dommageable de devoir rapporter des effusions de sang pas très jolies, alors que l’hémoglobine fait partie intégrante de ce titre qui n'y va pas de main morte lorsqu'il s'agit d'hyperbole dans l'action et la violence. Tout ceci fait perdre un peu de sa superbe à un jeu pourtant reluisant et appétissant sous bien des aspects, d'autant que malgré tout il reste en accord avec son temps, même si on concédera aux plus regardants que le moteur utilisé n'est pas éblouissant. Ce qui mettra tout le monde d'accord cependant, que l'on aime ou non ce type de musique, c'est que le rock/metal hard et assez gras que les baffes de la télévision évacueront mettent dans l'ambiance instantanément et donnent du crédit à l'action survoltée même lorsqu'elle est pathétique d'improbabilité. De surcroît son côté épique n'aura de cesse que de donner envie de poursuivre la partie et de découper tout ennemi s'opposant à l'aventure de Raiden, et hérissera le poil d'excitation et d'envie lors des combats contre les boss, sortes de moments de bravoure surpuissants dont nous sommes les acteurs. Les voix originales anglaises ont été conservées, et les doublages sont toujours aussi bons, quoiqu'à certains moments on leur reprochera d'être surjoués... Ce qui est malheureusement intrinsèque au texte (et au scénario) assez niais dans l'ensemble.


Vanquish + Bayonetta = Revengeance ?


Facile, lorsque l'on tente d'imaginer à quoi ressemblera son prochain jeu, de faire un amalgame de ce que l'on connaît de Platinum Games, à savoir des titres pêchus aux univers différents, quoique la patte de ce studio qu'on aime tant soit reconnaissable. Et on aurait tord ici de se priver, car somme toute, si l'on regarde bien le résultat, ce Metal Gear Rising ressemble plus ou moins à une sorte de mélange savant entre Vanquish et Bayonetta. Certes, sur le papier ça fait un peu désordre, on s'imagine une mixture bizarre aux relents peu ragoûtants. Cependant on connaît bien Platinum, difficile de l'imaginer pondre une daube sans nom et totalement irréfléchie, même si certains auront qualifié Anarchy Reigns de la sorte. Tout est calculé, certains des plus gros atouts de chacun des deux titres susnommés ont été regroupés ici et calqués sur le travail d'ores et déjà réalisé avant que la main ne change. Cela donne un gameplay et des idées tout bonnement saisissantes, surpuissantes, quoique dans l'ensemble rien ne soit réellement innovant. On prend des idées un peu partout pour les retranscrire ici, à commencer par un dynamisme intrinsèque à Vanquish, et une technicité à Bayonetta. On vire le système de couverture et on le remplace par une parade dont la commande est à la fois ultra dynamique et particulièrement bien pensée, puisque pour réussir à contrer chacun des coups de l'adversaire il faudra suivre son mouvement via le stick en continu. Et on pourrait s'imaginer que le titre perdrait les moins vifs d'esprits, car il faut bien se concentrer sur l'écran et sur chacun des ennemis pour ne pas se faire avoir, ce qui... Est vrai ! La difficulté est corsée, comme d'habitude, et sans détour il faut comprendre que si vous êtes néophyte alors vous devez passer par la case Facile, sans quoi vous échouerez lamentablement assez vite.

On dé-complexifie quelque peu le game system, en faisant par exemple en sorte que le nombre d'enchaînements soit réduit (sans perte de qualité évidemment), et on ajoute une utilisation fort plaisante du katana de Raiden permettant de trancher ses ennemis précisément. Une fonction sur laquelle Afro Samurai n'aurait pas craché, le titre par Namco Bandai avait tenté de réaliser quelque chose de très similaire sans réussir à le rendre aussi intuitif et jouissif. D'ailleurs ces termes sont presque insultants tant ce que Platinum Games a conçu est plaisant ! Mis bout à bout, ces détails font que Metal Gear Rising : Revengeance est loin d'être aussi basique et bourrin qu'il ne le laisse entrevoir de prime abord. Il faudra bien réfléchir et rester sur mégarde pour ne pas se faire soi même découper en rondelles, et tout cela à une vitesse plutôt importante (encore une petite ressemblance à Vanquish) qui ne manquera pas de faire battre notre cœur un peu vite à certains moments. N'y allons pas par quatre chemins, en terme de gameplay pur et dur ce Beat'them'all est une franche réussite, d'autant qu'il ne fait pas qu'allier toutes les qualités susnommées, il les complète par des actions contextuelles toujours plus dynamiques. On aurait presque oublié le « mais », cet espèce de traître qui vient nous poignarder alors que notre libido vidéoludique nous fait prendre un pied monumental. Mais (donc!), Metal Gear Rising est très court. Vraiment très court !! Cela signifie qu'en mode Normal vous en verrez le bout en cinq à sept heures grand maximum, et en Facile (jamais rebutés par une quelconque difficulté) environ 3h... Et on a eu beau chercher quand les crédits se sont affichés, ce n'était pas une caméra cachée ! Quelques missions bonus viennent ajouter une heure ou deux au panier, mais leur intérêt est bien trop limité et c'est une manière bien trop artificielle de gonfler la durée de vie... Quel dommage !

VERDICT

Avantages

- Le retour de Raiden !
- Design sympa
- Bonne grosse bande son
- Gameplay dynamique jouissif et technique

Inconvénients

- Trop court !
- Scénario bien trop moyen

Graphismes
3,5 étoiles
7.0 / 10
S'il ne cassera pas trois pattes à un bigorneau sur le plan technique, MGS Rising se révèle à la fois agréable artistiquement parlant, et moyennement joli somme toute. Son ambiance s'extirpe des griffes du quatrième volet des aventures de Snake tout en en conservant des bribes, notamment côté design des personnages, le tout lui conférant une identité propre et particulièrement plaisante, malgré quelques carences.
Jouabilité
4 étoiles
8.0 / 10
La prise en main n'est pas immédiate, certes, car le titre est pourvu d'un game system complet, mais cela n'empêche pas les marques d'apparaître vite, et le plaisir d'englober nos sens. Tout est jouissif, et l'ensemble du jeu est conçu de manière à ce que le joueur prenne son pied continuellement, le tout trempé dans un ultra-dynamisme dont Platinum Games a le secret. Seul regret : une caméra un peu folle.
Durée de vie
2 étoiles
4.0 / 10
On a eu beau se creuser la cervelle à la recherche d'une réponse plus facile à entendre : non, la durée de vie du titre n'est pas une grosse blague filmée. En trois heures on aura expédié le mode Facile, et en cinq à sept heures grand maximum on en aura fait le tour en Normal, de quoi faire douter fortement sur la nécessité d'un achat à 70 euros, la minute devenant assez onéreuse. Ce ne sont pas les missions bonus qui feront changer la donne, car leur intérêt est assez limité.
Bande Son
4 étoiles
8.0 / 10
Jouissives et dynamiques comme le gameplay, les musiques rock/metal que MGS Rising nous verse délicatement sur les tympans durant ses affrontements jouissifs et violents sont vraiment très bonnes. Encore faut-il apprécier le genre, quoiqu'une fois lancé dans l'action on soit seulement entraîné par cette pêche plutôt que par nos instincts musiciens. Et les doublages sont toujours aussi bons.
Scénario
2 étoiles
4.0 / 10
Seconde grosse blague que le titre nous fait sans prévenir : son histoire est pour le moins niaise et inintéressante. Il est certes très plaisant de retrouver Raiden et son charisme exceptionnel, cependant cela n'est complété par aucun rebondissement captivant, l'ensemble est bien trop plat, de surcroît prévisible. Les événements narrés ici trouvent leur place sans dénoter dans l'univers MGS, mais ce dernier aurait nettement pu s'en passer.
Note Globale
4 étoiles
7.5 / 10
Si Metal Gear Rising : Revengeance est véritablement une expérience bouleversante et très jouissive, qu'on aimerait ne jamais voir finir, il s'avère que justement elle se termine bien trop vite. Si le coup de l'histoire niaise passe encore, quoiqu'on aurait aimé quelque chose d'aussi complexe qu'à l'accoutumée, le fait de voir les crédits au bout de si peu de temps refroidi vite toute envie d'éloges. Le jeu vaudrait plus si la durée de vie n'était pas aussi ingrate !
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

12 Mar. 2013 | 19h01


Zefi
J'ai un de mal avec l'avis en question. MGS Revengeance vaut surtout le coup avec ses NG +, ses différents défis qui demandent de finir le jeu de façon très différentes... A l'image de quasiment tous les jeux de PG.

Je suis également surpris que tu ne fasses pas allusion à l'humour qui se dégage du titre en question... Vachement poilant.

Ni des boss jouissifs et très plaisants tant dans le design que dans les affrontements (hormis un peut-être...).

Voir le Gamedesign et l'aspect "infiltration".

Un excellent BTA qui prendra encore plus de valeur lorsque le nouveau God Of War débarquera avec un gameplay aussi limité que les précédents (oui, la licence a pris un sacré coup de vieux ! Mon jugement serait bien différent notamment vis à vis de God Of War 3.)

12 Mar. 2013 | 23h25


itokiry
L'humour est quelque peu bâclé en somme, collant avec l'histoire assez puérile.

Effectivement, un potentiel de rejouabilité intéressant, quoiqu'une fois terminé je n'aie pas eu envie de m'y remettre.

L'aspect infiltration qui manque de cachet selon moi, malheureusement, même si pas dénué d'atouts.

13 Mar. 2013 | 12h26


Zefi
Je doute donc que tu n'es pas écouté tous les passages du Codec pour dire que c'est baclé...

L'histoire dans un BTA qui se concentre sur son système de jeu, mais on s'en tape un peu le coquillard j'ai envie de dire, autant aller sur GoW (même si ce n'est pas fameux, ça tient un peu plus la route !) quitte à avoir un système de jeu poussiéreux et un peu misérable.

Tu n'as pas eu envie de t'y remettre mais d'un côté tu allumes la durée de vie, drôle de paradoxe... Surtout qu'à l'image de ce genre de titre (hormis GoW peut-être), c'est là où le jeu prend tous son intérêt. A l'image de Bayonetta qui a l'heure d'aujourd'hui, mon jugement a complétement changé en positif et celui de GoW de manière négative, j'en suis à des et des dizaines d'heures, je connais même des joueurs ayant allégrement passés la barre de la centaine, tant le jeu est riche et intéressant bien plus que lors de leur premier run.

Je pense que tu es passé à côté du sel de MGRR qui offre une toute nouvelle vision du BTA, bien loin de ses congénères eux même bien différents des uns et des autres.
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU