Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Legacy of Kain : Defiance

Console : Playstation 2
Éditeur : Eidos Interactive
Développeur : Crystal Dynamics
Date de sortie : 23 janvier 2004
Multijoueurs : non
Public : 16 ans et +

Note des membres
2 votes (4.50 / 5)
Posté le Mardi 05 Février 2008 par philyra
S’il existe bien des séries mythiques en matière de jeu vidéo, celle des Soul Reaver en fait partie. Dernier jeu en date, Legacy of kain : defiance a la particularité de mettre en scène les héros principaux, Kain et Raziel, jouables pour la première fois ensemble à travers deux histoires parallèles mais liées dans leur dénouement. Enfin les fans peuvent voir le résultat de leur attente, et nous aussi par la même occasion.

Les piliers de Nosgoth


Pour pouvoir apprécier Legacy of Kain : Defiance à sa juste valeur, il faut connaître quelques points essentiels de la série. Je me réserve donc cette partie pour faire découvrir aux non-initiés toute la richesse de cet univers.

A l’origine était les Colonnes de Nosgoth, vénérable édifice ayant donné vie à la terre et devant la préserver du mal. Vu leur importance, celles-ci furent placées sous la protection d’une oligarchie de sorciers appelés le Cercle des Neuf. Mais les forces des ténèbres infiltrèrent le Cercle et Ariel, la Gardienne de l’Equilibre, fut sauvagement assassinée. Cet évènement marque le début du délabrement qui s’ensuit dans le pays, et c’est dans ce monde à l’agonie que Kain vit le jour. Fils d’une famille aristocratique, ce dernier ignore qu’il est le descendant de l’Equilibre et que seul son sacrifice permettra aux colonnes de retrouver leur splendeur. Seulement voilà, Kain à subit une embuscade au cours d’un de ses périples et s’est retrouvé empalé par des brigands. Il devient alors un vampire grâce à Mortanius le nécromancien qui le tire du gouffre du néant. Durant son voyage d’initiation à cette vie nouvelle, il découvre et s’approprie la Soul Reaver, une antique épée dévoreuse d’âmes. Puis il apprend à apprécier sa condition et il décide de forger son empire sur cette terre vouée à la décrépitude. Il refuse le sacrifice salvateur au point de se former des lieutenants à partir des cendres de ses ennemis, les Séraféens.
Parmi les cadavres desséchés de ces chevaliers figure Raziel. Premier des six «fils» de Kain, sa dernière évolution (des ailes de chauves-souris) lui vaudra un rejet de la part de ses pairs et il sera envoyé dans le Lac des Morts pour brûler à jamais à travers l’abîme insondable. Mais après une éternité de tourments le nouvel ange de la mort refait surface grâce à l’aide d’un dieu Ancien, surgissant du monde du Dessous pour accomplir sa vengeance tel qu’on le vit au cours des épisodes de Soul Reaver précédents. Il fût ainsi amené à se battre contre Kain qui, brandissant la Reaver, tenta de lui porter un coup décisif. Mais l’ancienne lame supposée indestructible se brisa, et l’esprit dévoreur d’âmes qui y résidait devînt une lame spectrale qui se lia à Raziel pour devenir son arme symbiotique. Il s’agit donc maintenant de découvrir les secrets de l’existence de Raziel, puis d’assister à l’aboutissement de ces deux destinées aux chemins inexorablement liés, et dont cet épisode marque l’apogée.

Les deux faces de la Reaver en main


Comme supposé précédemment, l’un des principaux intérêts du jeu est de proposer des phases qui se succèdent entre l’un et l’autre des protagonistes, les ambiances sonores et graphiques s’alternant judicieusement pour maintenir le dynamisme. Divisée en chapitres, l’histoire vous est donc contée tour à tour du point de vue de Kain ou de Raziel, chacun poursuivant sa propre quête même si on est désormais conscient que leur destin vont de paire. Les cinématiques qui soutiendront le scénario vous persuaderont d’ailleurs de l’habile mise en scène, tout en vous donnant une idée nette sur ce que signifie le travail doubleur tant celui-ci est réussi. Cependant, bien que les deux héros évoluent dans le même monde (mais souvent sur des plans différents), chacun d’eux a une façon distincte de résoudre les énigmes, de survivre et de faire face aux divers dangers.

Kain est un vampire fourbe est acharné qui se bat contre les agents du Destin qui cherche à le détruire. Armé de la Reaver physique, il tente de rendre aux vampires leur véritable destinée. Pendant le jeu, sa condition lui imposant une soif de sang insatiable, il sera obligé de se nourrir pour maintenir son niveau d’énergie et c’est pourquoi les ennemis seront plutôt nombreux au cours de la partie (bien que pas nécessairement très variés). Sinon il existe aussi des fontaines que vous pourrez drainer, et parfois vous rencontrerez des prisonniers enchaînés faciles d’accès. Autres spécificités de notre ami, la forme brumeuse, le bond surhumain, la descente amortie, et le vol seront autant de moyens de déplacement pour parcourir le monde, sans compter qu’avec votre pad en main Kain se dirige comme un gant. Il en va de même pour Raziel d’ailleurs, qui lui aussi possède ses propres aptitudes telles que nager et planer pour prendre exemple. Spectre décati du glorieux vampire qu’il fût, ce dernier est armé de la forme spectrale de la Reaver et s’efforce de faire toute la lumière sur son destin énigmatique. Une seule chose lui importe cependant, briser les liens qui l’unissent à l’Ancien qui l’avait ressuscité en faisant de lui un dévoreur d’âmes, espérant ainsi se soustraire à la prophétie et au destin qui lui a été attribué. La Reaver ne sera donc pas de trop pour les aider dans leurs quêtes respectives, et sa puissance sera mise à contribution grâce à un système de charge d’énergie. Une fois assez d’ennemis tués, sa puissance se trouve décuplée et vous pouvez libérer son pouvoir selon le profil de quatre éléments. Cela correspond aux symboles de l’Equilibre que Kain recherche au cours de son aventure, et aux forges élémentaires que doit raviver Raziel.

Le mystère des sphères


Les combats sont à ce propos très dynamiques et constituent une part non négligeable du gameplay, outre les phases de plateformes et d’exploration (qui révèleront quelques petites faiblesses de caméra d’ailleurs). Ainsi, il existe un mode combat qui s’enclenche automatiquement lorsqu’on appuie sur une touche d’attaque à proximité d’un ennemi. Le héro brandit alors son arme et adopte une position de combat propice à l’utilisation des coups simples, mais aussi des combos tels que les coups tranchants et les attaques aériennes, tout en n’oubliant pas d’esquiver de temps à autre. Les coups de grâce seront l’occasion de voir gicler un peu de sang, car avec un ennemi étourdi ou proche de la mort, vous aurez le choix entre le prendre à la gorge et vous nourrir ou bien l’achever avec la Reaver pour augmenter la jauge d’énergie de celle-ci. Pour le reste vous avez la télékinésie, accessible également hors combat et qui vous permet d’immobiliser un cours instant ou de projeter certains adversaires (vous pourrez parfois les empaler ou les jeter dans le vide si vous visez juste).

Pour ce qui est de l’aspect graphique du jeu, cela n’atteint pas le degré de qualité d’aujourd’hui mais ça joue beaucoup plus sur les ambiances, un peu à la manière de la bande-son et des bruitages (assez réussis dans leur ensemble soi dit en passant). De ce fait on remarque tout de suite les couleurs chaudes qui parcourent le chemin de Kain, comparé à Raziel qui semble vivre dans un monde beaucoup plus froid. Il faut dire que l’un se nourrit d’être vivant alors que l’autre s’empare d’esprit, mais ce n’est pas tout. En effet, Raziel est un habitant de la sphère spectrale, autrement dit le monde du Dessous qui est peuplé de créatures cauchemardesques et d’âmes perdues. Kain circule quant à lui dans la sphère matérielle, au travers de château et de forêt que son ancien lieutenant sera également amené à traverser puisque leurs chemins ont pour but de se croiser. Pour échapper au monde spectral, Raziel doit se trouver un hôte indiqué par des effluves violettes qui sortent de la terre. Mais cette sphère a des avantages puisque ici-bas il ne perd pas de vie et peut traverser des barrières autrement infranchissable.
La structure générale du jeu est donc un peu linéaire mais la bonne transition entre les deux mondes étant primordiale, cela à de quoi vous compliquer habilement la tâche pour progresser. Enfin, immortel ne signifie pas invincible et vous pourrez tout à fait échouer dans votre quête. Des points de passages ont donc été également intégrés pour vous faciliter la tâche. Et ceci pourrait presque tenir du reproche car le jeu se finit relativement vite, alors même qu’on ne se lasse pas de vivre certains moments d’anthologie, avec notamment quelques boss parfois assez surprenants.

VERDICT

Avantages

- Kain et Raziel réunis et jouables !
- Le charisme de ces deux héros
- Leurs différentes capacités
- Une histoire habilement construite
- Les pouvoirs de la Reaver
- L’alternance entre les deux sphères
- Un jeu sur les ambiances
- Certains boss sympathiques
- Des combats dynamiques
- Une bande-son réussie
- Quelques jolis effets de lumière
- Des moments d’anthologie pour les fans

Inconvénients

- C’est un tout petit peu court
- Un bestiaire plutôt réduit
- Un scénario complexe sans bases
- Une caméra parfois capricieuse
- Une fin claire mais vite expédiée

Graphismes
3,5 étoiles
7.0 / 10
C'est une question d'ambiance avant même de parler de qualité graphique. Outre cela les quatre ans qui nous sépare de la sortie du jeu se font quelque peu ressentir, mais rien de bien méchant.
Jouabilité
4,5 étoiles
9.0 / 10
C'est du tout bon à part peut-être quelques soucis de caméra ici et là lors des phases de plate-formes. Les combats sont quant à eux très dynamiques.
Durée de vie
3,5 étoiles
7.0 / 10
C'est un peu moyen pour un jeu d'aventure mais l'action est tellement intense que le temps, vous ne le verrez pas passer de toute façon...
Bande Son
4 étoiles
8.0 / 10
C'est d'un niveau plus que correct dans l'ensemble, avec mention spéciale pour les doublages réussis.
Scénario
4 étoiles
8.0 / 10
Les fans seront heureux compte tenu des attentes. On ne peut pas en dire de même de ceux qui débarquent.
Note Globale
4 étoiles
8.0 / 10
Legacy of Kain : Defiance a marqué le retour en force des deux héros charismatiques de la série, et on peut dire que le pari de les rendre tous deux accessibles au joueur a été réussi tant on est happé par le dynamisme qu’apporte l’alternance entre les scénarios. Les néophytes pourront être moins enclin à apprécier le jeu sous cette considération puisque les tenants et les aboutissants leur demeureront obscurs, toutefois l’ambiance et le gameplay restent des valeurs sûres en la matière qui justifient à eux seuls d’un intérêt pour le titre d’Eidos. De là à dire que ce dernier épisode dépasse même les précédents volets il n’y a qu’un pas…
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

05 Feb. 2008 | 18h13


Zefi
J'ai adoré ce jeu à sa sortie et même aujourd'hui son ambiance et son univers me donne des frissons ! Très bon test pour un excellent jeu.
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU