Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Inazuma Eleven

Console : Nintendo DS
Éditeur : Level-5
Développeur : Level-5
Date de sortie : 28 Janvier 2011
Multijoueurs : oui
Public : 3 ans et +

Note des membres
2 votes (3.00 / 5)
Posté le Mardi 13 Mars 2012 par Zefi
Nous y sommes la deuxième saison d’Inazuma Eleven s’apprête à être lancée sur notre territoire. Une excellente nouvelle qui s’oppose aux plus dubitatifs d’entre nous qui voyaient l’arrivée de la Nintendo 3DS anéantir leurs espoirs. Il faut dire que le premier épisode date déjà de plusieurs années au Japon alors qu’il foula les pelouses virtuelles seulement l’année dernière. On pouvait légitimement se poser la question, de la venue ou non des aventures de Mark et grand bien nous fasse Level 5 a décidé de poursuivre l’aventure, dorénavant, ceci n’est donc plus rêve et j’espère voir les suites sortir le plus rapidement possible afin de combler l’écart entre les épisodes déjà disponibles au Japon. En attendant de découvrir le second opus tout bientôt, petit retour en arrière sur le Olive et Tom du vingt et unième siècle.

Je fais partie de la communauté de joueurs fanatiques autrefois du manga Captain Tsubasa. Autant dire que des années durant le fantasme de retrouver une formule proche de cette série dans un jeu vidéo n’a cessé d’augmenter jusqu’à me faire une ultime raison. Jamais je ne retrouverai un univers si proche. Oui, je parle bien sur de frappes enflammées à la trajectoire complètement surréaliste, aux arrêts improbables ou encore à des protagonistes défiant les lois de la gravité. Un certain 28 Juillet 2007, un désir autrefois enfoui fait à nouveau surface. Inazuma Eleven est annoncée sur Nintendo DS au Japon et verra le jour le 22 août 2008 toujours sur ce même territoire. Peu enclin à lancer sa série chez nous, Level 5 décide quand même de lui laisser sa chance, deux ans s’écoulent donc avant de pouvoir enfin poser nos premiers doigts dessus. Une attente finalement récompensée par un savoureux mélange de RPG et de football.

Si le match est dur on s'en sortira !



Bénéficiant des caractéristiques propres de la Nintendo DS, Level 5 offre une expérience originale et étonnamment addictive en piochant notamment du côté d’une grosse licence de Nintendo, Pokémon. De la même manière que le jeu pré-cité, le véritable but de la quête est de former une équipe à partir des milliers de joueurs présents dans la cartouche afin d’enchaîner les victoires. Pour cela, plusieurs moyens s’offrent aux joueurs, de nombreux PNJ serviront d’intermédiaire et vous indiqueront le lieu où ils se trouvent. Suite à cela, il faudra affronter ce joueur et trois autres de ses compères pour le convaincre de rejoindre l’équipe. Ce genre de petits défis interviennent également durant l’aventure de manière aléatoire à l’image d’un Final Fantasy Old-School. Cette pratique s’étendant sous deux formes ressemble à des mini-jeux d’environ dix secondes sans grandes conséquences hormis une perte de points permettant par exemple l’achat d’équipements ou de recruter de nouveaux joueurs. Autant dire que le compteur augmentera rapidement au fur et à mesure de ces mini-défis ou encore de matchs plus sérieux ayant au final très peu d’impact sur l’aspect « économique » de notre équipe. Mis à part un gain d’expérience profitable au début mais désuet après quelques heures de jeu, je regrette finalement la lassitude liée à ces événements.

Très rapidement répétitif, les objectifs demandés ne varient que trop peu, soit vous devez garder le ballon durant 10 secondes, soit être la première équipe (3 joueurs de champs plus un gardien de but) à mettre le ballon au fond des filets adverse. Drôle mais finalement rébarbatif au possible, j’éprouve des regrets vis-à-vis d’un manque de variété qui aurait permis d’atténuer ce sentiment de non-renouvellement. Quoi que j’en dise, cela influe grandement sur le plaisir de jeu. Tant le rythme s’avère haché par ces petites séquences et le manque d’intérêt grandissant. Heureusement les matchs s’avèrent autrement plus passionnant. En plus d’être scénarisé pour la plupart d’entre eux, le joueur évolue avec son équipe type face à des adversaires pour le moins « particuliers ». Chacune d’entre elles ayant une spécialisées qu’il faudra prendre en compte pour s’imposer. Cependant, je papote, je papote mais je n’ai nullement commencé à parler du système de jeu qui est capitale pour Inazuma Eleven. Rien de plus simple et jouable exclusivement au stylet, la grande force du titre est représentée par sa simplicité mais également par l’ingéniosité des commandes. Comme en témoigne le déplacement des personnages, dont ces derniers agissent selon un trait tracé par le possesseur de la console. Vous interagissez également avec les autres footballeurs en les déplaçant de la même manière. Les passes dans le même contexte d’accessibilité se font en appuyant sur l’écran tactile là où le commanditaire aimerait voir arriver le ballon. Quand aux frappes, cela dépend de la distance qui sépare le tireur, des cages.

De larmes et de sueurs, on bâtira tous nos rêves.



Si cette dernière est bonne, un menu apparaît et vous demande de choisir l’option selon vos envies. C'est-à-dire, d’utiliser ou non un super-tir digne de Captain Tsubas apprit préalablement et moyennant finance (Points spéciales). Un bon moyen de replonger dans le passé et de revoir Tsubasa et Kojiro Hyuga s’affronter avec des shoot représentant un tigre ou un aigle. Cependant ce genre de capacités spéciales ne se limitent clairement pas qu’à l’aspect purement offensifs mais touchent tous les secteurs de jeu. Les phases défensives avec des tacles « mortels », des arrêts fulgurants ou des assauts physiques violents afin de remporter un face à face tout y passe. Attention chaque duel perdu laisse un voir plusieurs joueurs de la même équipe immobiles durant quelques secondes. Néanmoins un défaut limitant le recrutement gâche clairement la fête vu que la plupart des techniques spéciales peuvent être apprises par quasiment tous les joueurs, on finit rapidement par se concentrer sur notre 11 de « départ ». Heureusement que chaque protagoniste possède une spécialité sur le terrain, c'est-à-dire qu’il rend de meilleurs services grâce à des statistiques plus élevé en défense qu’en attaque par exemple. Pour pallier à un système hasardeux dont la chance prendrait un peu trop le dessus, Level 5 s’inspire là encore de Pokémon en infligeant à chacun des joueurs un élément tel que l’eau, la terre, le feu… Ce système multiplie les capacités d’un tacles ou d’une technique spéciale (apprise selon le niveau du joueur ou à l’aide de manuscrits ramassés durant le voyage) si l’adversaire se trouve être de nature opposée, un principe vu et revu mais qui apporte une part de stratégie supplémentaires. Pourtant en plus de ces aspects purement arcades, certaines fautes sifflées complètement au hasard ne manqueront pas de faire gémir le fautif. Finalement peu technique mais diaboliquement funs, les matchs réserveront de belles surprises notamment en multijoueurs surtout lorsque l’on utilise un mode rendant quasiment invincible nos footballers. Frénésie est son nom et peut faire basculer une fois par match le dénouement de ce dernier. A utiliser avec précaution donc
.
La durée de vie initiale du titre avoisinant la vingtaine d’heures mettra en avant un club de football au bord de la disparition. Pourtant le héros principal du nom de Mark ne semble pas décider à voir le club dans lequel il joue se dissoudre. Suite à un recrutement obligatoire pour concourir sur un terrain, l’équipe de Raimond doit affronter la Royal Academy. Un club d’un niveau bien supérieur infligeant un pathétique 0-20 aux locaux. Pourtant rien n’est perdu le tournois national approche et Mark, rejoint entre temps par la star du football nommeé Alex, ne rêve que d’un exploit, celui de soulever la fameuse coupe avec ses coéquipiers. Parsemées de multiples cinématiques animées époustouflantes pour de la Nintendo DS, l’histoire se laisse suivre sans prétentions malgré quelques longueurs et pas mal de dialogues. Invitant le joueur à parcourir différents environnements en deux dimensions mais d’une beauté surprenante, on en oublierait presque les voix françaises convaincantes et les musiques très agréables à l’écoute. La trame scénaristique conviendra à tous types de personnes recherchant un prétexte sympathique pour enchaîner les matchs et c’est tout ce que l’on demande. Surtout que la difficulté globale du titre ne propose que trop peu de challenge, on avance rapidement sans grandes oppositions. Dommage mais il faut comprendre qu’Inazuma Eleven ne s’apparente pas qu’au secteur du jeu vidéo mais également à une série animée ou encore une adaptation en mangas. En élargissant sa cible et notamment les plus jeunes, ce choix d’offrir un jeu aussi facile à prendre en main que dans la difficulté ne s’avère pas aussi idiot.

Vas-y, cours et la victoire est en toi !



L’heure de la troisième mi-temps sonne avec le bilan du nouveau prodige du football. Inazuma Eleven transcende le concept du tactile en utilisant à bon escient le stylet et l’écran qui va avec. Le système de jeu prend tout son intérêt lorsque l’on joue en local avec deux ou trois compère à ses cotés. Pourtant on regrette que des choix altère le concept de « collectionner » des footballers même si l’aspect partage avec l’échange de joueur entre plusieurs possesseurs de la machine répond présent. Finalement, pour un premier essai la sauce prend et le plaisir qui s’en dégage rappellera de nombreux souvenirs pour les amateurs de Captain Tsubasa. Un excellent titre mais dont les défauts sont à prendre en compte pour éviter la désillusion.

VERDICT

Avantages

Joli dans l’ensemble
Game-design ingénieux
Les morceaux de dessins animés splendides
Le Captain Tsubasa du jeu vidéo !

Inconvénients

Répétitif en solitaire
L’aspect collection attrayant jusqu’à un certain niveau de l’aventure
Les fautes sifflées un peu n’importe comment…

Graphismes
4 étoiles
8.0 / 10
Etant entièrement représentée en deux dimensions, la pépite de Level 5 offre un graphisme agréable et chatoyant. Mention spéciale aux scènes animées qui enjolivent le tout.
Jouabilité
4 étoiles
7.5 / 10
Simplette, efficace et originale voila comment résumer la prise en main d’Inazuma Eleven !
Durée de vie
4 étoiles
8.0 / 10
Conséquente en solitaire bien plus efficace à plusieurs, la durée de vie propose un contenu suffisamment dense pour y passer plusieurs dizaines d’heures.
Bande Son
4 étoiles
7.5 / 10
Concernant les musiques sans être exceptionnelles, on y prend goût et on les écoute avec attention. Les bruitages et les versions Française de bonnes factures élèvent un petit peu plus un niveau fort convenable.
Scénario
3 étoiles
6.0 / 10
Un scénario classique, enfantin mais dont l’emprise sur le joueur s’avère diabolique autant chez les grands que les petits amateurs de football.
Note Globale
4 étoiles
7.5 / 10
J'ai pris pas mal de plaisir avec ce titre et à dire vrai malgré de multiples défauts, je le considéré tout simplement comme l'un des les plus attrayants de la console !
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires
Encore aucun commentaire :-( Soyez le premier !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU