Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Heavy Rain

Console : Playstation 3
Éditeur : Sony
Développeur : Quantic Dream
Date de sortie : 24 février 2010
Multijoueurs : non
Public : 18 ans et +

Note des membres
2 votes (4.25 / 5)
Posté le Dimanche 07 Mars 2010 par Ganon
Heavy Rain a été depuis le début un projet extrêmement long pour l’équipe française de Quantic Dream. Débutant en 2006 avec une démo technique (The Casting), ce n’est qu’en 2008 au salon de Los Angeles qu’il revient sur le devant de la scène avec un titre définitif. Quatre ans après sa première apparition ce projet voit enfin le bout du tunnel. Prenant le parti pris d’un film interactif, est-ce que Heavy Rain reste avant tout un jeu, un bon ?


No more game


Si vous avez déjà joué à Fahrenheit voire à Shenmue, Heavy Rain ne devrait pas trop vous surprendre au niveau des contrôles. En effet, le titre de Quantic Dream se joue différemment des jeux habituels puisque toute l’aventure se base sur des Quick Time Event, ces touches qui apparaissent un peu au hasard à l’écran et que l’on vous demande d’appuyer au bon moment. Extrêmement déroutant au départ, ce choix créé une certaine tension lors de séquences rapides où l’action est omniprésente, étant donné que le joueur ne sait à aucun moment quelle touche va se manifester. Lors d’une scène quelconque, il faudra la plupart du temps appuyer sur une seule touche dans le bon timing mais parfois tapoter plusieurs fois sur un bouton ou en maintenir deux ou trois en même temps. Aussi, elle permet d’avoir une mise en scène très cinématographique, même in-game, sans se soucier des classiques plans de caméra que l’ont voit d’habitude dans un jeu vidéo. Et c’est sur l’un de ces points qu’Heavy Rain devient pratiquement un film à part entière.

De la tension comme citée un peu plus haut, de la tendresse, de l’empathie, Heavy Rain réussit à élever des émotions que très peu de jeux peuvent se targuer, et que bien entendu le septième art maitrise à la perfection. Même si on n’évitera le plus possible de dévoiler l’intrigue, le début d’Heavy Rain met beaucoup de temps à démarrer avec un aspect très contemplatif, et ce pour une unique raison : avoir de l’affection envers les personnages. Essayer d’être un père modèle, préparer l’anniversaire de l’un de ses enfants, jouer avec eux dans le jardin, et savoir qu’en fin de compte cette famille va bientôt vivre un énorme cauchemar, ça nous noue la gorge et cela en serait presque un supplice.


Four different roads

On jouera ainsi quatre personnages qui ont plus ou moins une liaison avec le tueur aux origamis : Le père Ethan Mars qui fera tout pour retrouver son fils jusqu’au point de risquer sa vie ; le détective privé Scott Shelby qui enquête de son côté sur les anciennes victimes du tueur ; l’agent du FBI Norman Jayden, accro à la drogue, qui remonte la source par une voie bien plus officielle malgré un gadget très « Minority Reportien » ; et enfin la journaliste Madison Paige qui usera de son charme pour connaitre de son côté l’identité du tueur. Un peu comme dans le film de Quentin Tarantino Pulp Fiction, chaque personnage se rencontrera à un moment ou à un autre et apportera un éclaircissement sur le déroulement de l’histoire. Un déroulement qui peut par ailleurs être différent d’une version à une autre puisque chaque décision ou action aura une conséquence sur le scénario voire sur la vie d’un des protagonistes.

La réalisation graphique permet cette fois-ci de mieux s’immerger dans cette descente aux enfers et ceci jusqu’au dénouement final. On est en effet bien loin de la réalisation extrêmement moyenne de Fahrenheit, past-gen oblige, cela dit même si la modélisation est souvent excellente, les animations, elles, varient entre le très bon (faciales) et le très mauvais (déplacements rigides). La qualité des décors oscille de la même manière avec un rendu souvent différent entre deux scènes. On restera ainsi plutôt admiratif de la qualité de la réalisation de la boite de nuit, avis qui ira complètement à l’opposé lorsque l’on déambulera dans une casse automobiles. Bref, malgré un rendu souvent inégal, Heavy Rain reste bien au dessus de la moyenne de ce qui se fait à l’heure actuelle, et c’est le principal.

Le jeu contient plus de cinquante chapitres, ce qui équivaut à environ quarante environnements. La plupart du temps, ils sont limités à une maison, à un appartement ou à un magasin. Une grosse dizaine d’heures sera d’ailleurs nécessaire pour terminer ce thriller de qualité même si le twist final laissera un petit gout amer avec des explications parfois un peu tirées par les cheveux. A ce propos, Heavy Rain contient une vingtaine de fins différentes, cependant on se demande s’il y a un véritable plaisir de recommencer à plusieurs reprises l’aventure une fois l’assassin connu.

VERDICT

Avantages

- Mise en scène
- Transmission d'émotions
- Expressions faciales
- Durée de vie convenable

Inconvénients

- Intérêt limité une fois terminé
- Qualité graphique inégale
- Quelques incohérences dans le scénario
- Un vrai jeu ?

Graphismes
4 étoiles
8.0 / 10
La modélisation des personnages restent convaincantes, mais c'est au niveau de certaines animations et de la qualité inégale des décors que le bât blesse.
Jouabilité
4 étoiles
8.0 / 10
Les touches sont indiquées à l'écran. Pas difficile de comprendre comment se joue Heavy Rain. Seule une certaine rigidité dans les déplacements gênera une minorité des joueurs
Durée de vie
3,5 étoiles
7.0 / 10
Il vous faudra 10 heures pour terminer l'aventure. Une fois l'identité de l'assassin connue, et malgré les différentes fins, on se demande où est l'intérêt de le recommencer.
Bande Son
4 étoiles
8.0 / 10
Les musiques, quoique discrètes, sont de qualité et la VF tient pour une fois la route. Heavy Rain ne déçoit pas de ce côté.
Scénario
3,5 étoiles
7.0 / 10
Le scénario d'Heavy Rain reste convenable et bien écrit, et nous tiendra tout au long du jeu, cependant si on doit le considérer comme un film, le soft de Quantic Dream reste très classique.
Note Globale
4 étoiles
7.5 / 10
Heavy Rain est un peu un OVNI du jeu vidéo. Un titre difficile à définir tant il est différent de ce qu’on peut voir en temps normal. Souvent en contemplation comme dans un véritable film, les QTE, extrêmement nombreux, permettent au joueur de ne s’assoupir au bout de trente secondes avec un petit paquet de chips entre ses mains. Le titre de Quantic Dream reste en tout cas un très bon exemple, et peut-être même le maitre étalon, que le jeu vidéo peut faire passer autant d’émotions que le cinéma, la musique ou le théâtre. Même si Heavy Rain a malgré tout un intérêt limité en tant que jeu, on ne peut que remercier l’équipe de David Cage de montrer au monde entier que le jeu vidéo se place comme le vrai 10e art.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

07 Mar. 2010 | 22h33


Vinz
Rhaaa j'y aurais bien joué mais le manque de PS3 se fait sentir :-(
La note me semble assez juste, mais c'est difficile d'avoir un avis fini sans y avoir joué :-p
En tout cas c'est le genre de jeu qui devrait sortir plus régulièrement ^^

08 Mar. 2010 | 19h57


Zefi
Il va bien plus loin que n'importe quel autre titre, il fait naître de réelles émotions, comme aucuns titres auparavant. Rien que pour ça, il est un TRES GRAND JEU et peut-être même LE MEILLEUR JEU de la PS3.

Le joueur passe par tous les êtats-d'âme, du début jusqu'à la fin, on est malmené, triste, joyeux, anxieux bref pendant 10-15 heures on a jamais senti de tels sentiments.

L'histoire est peut-être classique mais entraînante, passionante; elle est d'une efficacité simple mais poignante et surtout sincére. Je n'ai jamais vu ça tout simplement.

Si il y a bien un titre à retenir lors de ces Dix dernières années, à mes yeux ce titre là est en tête de liste avec un certain Shadow Of The Colossus.

On en parlera encore dans 10 ans, et c'est vraiment le jeu à refaire en laissant quelques mois derrière depuis la dernière session pour y vivre une aventure aussi poignante que la précédente.

Je n'en suis pas sorti indemne ! Et tous autres titres semblent bien fades dorénavant. La marque d'un chef-d'oeuvre.

Un film intéractif mais le fait que le joueur peut influencer la suite de l'histoire, en l'obligeant à faire des choix OU NON, multiplie par 10 certaines émotions !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU