Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Halo 3

Console : Xbox 360
Éditeur : Microsoft
Développeur : Bungie Studios
Date de sortie : 26 septembre 2007
Multijoueurs : oui
Public : 16 ans et +

Note des membres
29 votes (4.59 / 5)
Posté le Mardi 16 Octobre 2007 par BlueHunter
Finish the Fight

Depuis les premières annonces officielles d’Halo 3, le message était clair il fallait « mettre fin au combat ». Mais quel combat en fait ? Le combat de Master Chief, le fade mais intriguant héros du jeu, certes. Le combat de Bungie pour faire passer chez les joueurs l’arrière goût d’inachevé que nous avait laissé Halo 2. Le combat de Microsoft pour imposer à grand coup de communiqués et de spots télé (du moins aux états unis) sa licence fétiche, son Killer App capable de donner un vigoureux coup de pouce à la 360. C’est aussi le combat final de l’équipe de Bungie qui veut mettre une première ‘fin’ à une saga qu’il va être dur de délaisser, même provisoirement.


Start the Game

Il est donc là, dans les vitrines des magasins spécialisés, entre les steaks et les dvd ringards dans les hypermarchés et curieusement entre nos mains, dans nos salons, chambres et autres salles de jeux. L’achèvement d’une série lancée en 2001 sur Xbox, n’est donc plus une légende, plus une icône inaccessible du jeu vidéo dont on nous abreuve en images et autres vidéos avec tant de précautions depuis près de trois ans. C’est un ‘simple’ jeu vendu entre Pimp my Ride et Project Sylpheed à stocker dans sa collection devant un Brute Force ou un Tenchu Z pas vraiment assumé.
Voilà, le soufflé va retomber, et tout le Buzz auquel j’avais juré de ne pas céder se matérialise en une envie inexplicable de démarrer ma console et de jouer dans des modes de jeux qui m’insupportent jusqu’au petit matin, en un besoin impulsif de débloquer des dizaines de bonus dont j’aurais oublié jusqu’à l’existence dans une poignée de mois et dans l’idée fixe que plus aucun de mes jeux préféré n’a d’importance. Oui avec tout l’ego de joueur blasé qui m’habite je me vois forcé de l’admettre : pendant mes premières heures de jeu, j’ai succombé au charme factice d’un pur produit de marketing, calibré depuis des années pour exploser les charts. Et tel le cinéphile qui se surprend à apprécier un film décérébré de dimanche soir, j’ai apprécié Halo 3 pour ce qu’il est : un FPS hollywoodien, un poil prétentieux mais qui rempli pleinement sa fonction première : divertir.


Finish it properly

Le premier point qui saute aux yeux dans Halo 3 est la volonté des développeurs de corriger les écarts de trajectoire d’Halo 2. Ho que les fans ne s’inquiètent pas, ils n’assisteront pas au retour de la dimension gelée de groseille, ni même aux folles batailles ouvertes au milieu de plaines. Par contre la plupart des détails horripilants du deuxième opus ne sont plus qu’un mauvais souvenir. Dans la campagne solo tout d’abord, oubliés les niveaux-couloirs bien lourds où l’on contrôle une bête louche dénuée de toute forme de charisme (désolé pour les fans de l’arbiteur, mais très honnêtement, il est moche !), exit les courses poursuites à véhicule plus répétitives et lassantes qu’amusantes, finies également les micro escarmouches à 4 ennemis dans des level design mal foutus et place à des missions marrantes, explosives, intéressantes bien que linéaires et relativement bien structurées.
Saluons aussi le retour ou l’arrivée de nouveaux équipements. Ainsi le fusil d’assaut d’Halo et son tir automatique si efficace en close combat fait son grand retour. Le lance flamme préparé pour Halo et promis dans Halo 2 fait finalement son apparition, de même que le quad et la warthog de transport de troupes. Les grunts dorment à nouveaux, les élites claquent des mandibules et les cinématiques ont enfin un peu de gueule. Ce sont des tout petits riens qui sont modifiés ça et là mais qui dégagent une impression de perfectionnement et un niveau de finition qui faisaient cruellement défaut aux deux premiers Halo.
Les apports au mode Multi font également bonne figure et permettent enfin d’obtenir une réelle maîtrise de ses parties en lieu et place d’un simple tâtonnement.



Chef, chef, vous avez une bête à mandibules derrière vous…

Soyons bien clairs, Halo 3 est la suite d’Halo 2, elle-même la suite d’Halo, une évidence qui apporte tout de même une certaine restriction : si vous n’avez jamais joué aux deux premiers volets, l’histoire (pas forcément dégueulasse) racontée ici vous semblera terriblement opaque et vous passerez à côté de nombre de références et autres clins d’œil.
En gros pour ceux qui auraient hiberné dans un congélateur ces six dernières années vous, le joueur, incarnez Master Chief (ou le major dans sa navrante VF), un espèce de soldat ++ élevé aux OGM qui doit sauver le monde d’une attaque extraterrestre. Oui comme d’hab, sauf que contrairement aux autres centaines de jeux qui utilisent la même accroche, ici il y a la ‘Halo touch’ qui transforme une idée stupidement banale en une intrigue politico religieuse qui fera cogiter les moins de 15 ans et qui se laissera regarder par les autres. On est loin de la tension dramatique d’un BG&E ou d’un Fahrenheit mais au moins on dépasse le stade du prétexte à la Gears of War…
En pratique ça consiste toujours à déambuler à pied ou en véhicule dans des niveaux on ne peut plus linéaires et à y flinguer tout ce qui est fluo aidé ou non par une bande de marines paraplégiques, très bavards mais incapables d’aligner le moindre tir correctement. La seule différence notable provient des ennemis, on a troqué les mandibules pour la fourrure et on n’a pas forcément gagné au change dans la mesure où les mandibules sont désormais des alliés qui nourrissent un taux de dommages collatéraux assez impressionnant...
A part ça on retrouve les principaux protagonistes de l’intrigue à savoir l’arbiteur, Gravemind, Johnson, Keyes, 3 mandibules et demies, 343 guilty spark etc. Seule Cortana n’est plus à la fête et se contente de jouer les oracles au cours d’intermissions assez usantes à la longue.
A noter que les neuf missions du jeu s’enchaînent sans réelle difficulté et je conseille vivement aux maniaques de la gâchette d’attaquer le jeu en héroïque ou légendaire histoire de faire durer le suspens même si la possibilité de jouer la campagne jusqu’à quatre en split, lan ou live donne une excellente rejouabilité à l’ensemble. (A noter qu’à quatre, le premier joueur incarne Master Chief, et les trois autres se tapent des élites, ça va se battre pour l’host dans les chaumières…)


Lol gg fuckin’ cheataaa !

Mais si la campagne solo est plutôt bien ficelée et relativement rythmée c’est bien le mode multi joueur qui a fait les choux gras de la saga et qui continuera à alimenter le xbox live pendant nombres d’années. A ce succès pas de gros mystère : un gameplay fluide qui rend le jeu accessible, des véhicules utilisables à plusieurs, dans des maps parfois assez vastes, un game design plutôt finaud et des modes de jeu agréables. Ajoutez à cela une personnalisation des parties très fouillée et vous obtiendrez la quintessence du jeu en ligne sur 360.
Le système de jeu en ligne ou matchmaking reprend grosso modo le principe d’Halo 2 avec une sorte de générateur de partie qui ne laisse à l’utilisateur que le choix de la catégorie de partie qu’il désire faire (classé, ou non, deathmatch ou objectifs, équipes ou chacun pour soi…) puis sélectionne automatiquement un groupe de joueurs, un réglage de partie et une map que les joueurs peuvent refuser en posant leur veto. Ces ‘playlists’ sont régulièrement actualisées par Bungie qui pour le coup reste à l’écoute des fans.
Alors certes les modes de jeux tournent tous plus ou moins autour du deathmatch et il est quasiment impossible d’obtenir une cohésion d’équipe avec des inconnus mais l’idée de trouver des gens pour se faire une partie à toute heure du jour ou de la nuit sans avoir à arpenter des listes de serveurs obscurs est un plus non négligeable. Pour ceux qui auraient peur de ne pas être à la hauteur le matchmaking sélectionne uniquement des joueurs de niveau équivalent en mode classé ou de temps de jeu à peu près égal en parties non classé, ce qui permet de toujours trouver des joueurs plus ou moins en phase avec son style de jeu.
A noter, pour ceux qui redoutent des parties imposées que la création de parties persos est toujours de mise et permet même d’exploiter ses propres cartes.

Car la grosse nouveauté du côté du multi est le mode Forge, un espèce de mode libre dans lequel on peut à tout moment basculer en mode édition et modifier tous les objets présents sur la map. On ne peut pas en changer la structure mais l’idée est séduisante pour se débarrasser d’un type d’arme précis, ajouter des véhicules ou changer les emplacements de spawn. L’ensemble est de prime abord lourd de prise en main, puis permet par la suite de transformer les maps à son goût et de les sauvegarder pour y jouer plus sérieusement (ou non) dans d’autres modes de jeu.
Un outils non négligeable quand on sait que seules 11 maps (dont Zanzibar d’Halo 2) sont incluses dans le jeu. Gageons que Bungie va s’empresser de sortir d’autres maps à télécharger sur le Live, mais à quel prix…


Halo 2.5 ?

Un mode multi complet, un solo bien foutu, Halo 3 serait-il vraiment le jeu ultime ?
Pas tout à fait. En fait, et malgré ses indéniables qualités le jeu déçoit sur plusieurs points, ho pas grand-chose hein mais quand même de quoi tiquer. D’abord techniquement, le jeu se permet souvent d’afficher une chiée de persos, de véhicules, explosions, effets de lumière et le tout sans jamais ramer (ou si peu). Une fluidité qui apporte un confort de jeu inégalé (même en multi joueur) mais qui se paye par une qualité graphique en demie teinte. Pas que le jeu soit laid, mais après GoW, on a un peu du mal à accepter des personnages secondaires aussi lisses, des textures parfois simplistes et des modélisations carrées. Bien sûr, le bordel est constant, les aires de jeu la plupart du temps imposantes, et l’IA pas toujours trop conne. Mais il n’empêche que les deux précédents Halo s’étaient imposés comme des maîtres étalons, ce qui ne sera clairement pas le cas ici.

Au niveau des innovations c’est également assez maigre, alors qu’Halo proposait un gameplay complet et novateur dans le monde du FPS et qu’Halo 2 apportait un mode multi joueur vraiment poussé et la possibilité d’utiliser deux armes, Halo 3 quant à lui propose les armes lourdes (lance flamme, gatling, mortier…), sortes de tourelles mobiles destructrices mais très imposantes qui rendent le joueur plus lent et les équipements : des bonus activables à tout moment qui ont différents effets : mine antipersonnel, bouclier protecteur, regain de vie, invisibilité, brouilleur de radar… ils ajoutent une part d’inattendu bienvenu en multi joueur. A part cela, le gameplay reste inchangé et ce n’est pas la poignée de nouveaux véhicules et nouvelles armes qui bouleverse radicalement la manière de jouer.
C’est sans doute là que ce situe le principal problème du jeu : quoi que l’on fasse, quoi que l’on tente, on n’a jamais l’impression de trouver de l’innovant, de l’inédit, plutôt une version peaufinée de ce que proposaient les deux premiers épisodes. Pas que l’on puisse vraiment s’en plaindre me direz vous, mais c’est peut être aussi ça la rançon de la médiatisation : on en attend toujours plus…

VERDICT

Avantages

-Halo !
-Défauts d’Halo 2 gommés
-Le multi
-La campagne
-La forge
-Le gameplay inusable

Inconvénients

-Où est passée l'inovation
-Qualités d’Halo 1 pas réapparues
-Les gosses
-La durée de vie
-Les brutes
-Les allers retours dans les maps
-Seulement 11 maps multi

Graphismes
3,5 étoiles
7.0 / 10
Honnêtes, soignés, mais pas au top. Rien à redire sur la fluidité.
Jouabilité
4 étoiles
8.0 / 10
Aucun problème pour les aficionados qui trouveront tout de suite leurs marques, les novices pourront galérer dans les menus confus et s’emmêler les pinceaux en jeu.
Durée de vie
4,5 étoiles
9.0 / 10
Assez courte en solo, quasi infinie en multi. Vous avez des amis ?
Bande Son
4 étoiles
8.0 / 10
Musique devenue culte, bruitages corrects, doublage français plutôt naze.
Scénario
3,5 étoiles
7.0 / 10
Quelques risques pris, pas de la grande SF mais toujours plus sympa que GoW. Nécessite d’avoir joué aux deux premiers pour comprendre quoi que ce soit.
Note Globale
4,5 étoiles
8.5 / 10
Halo 3 corrige les défauts de ses prédécesseurs sans réussir à pousser le concept plus loin, dommage, car il s’agit là d’une excellente suite à la durée de vie énorme en multi et à la campagne appréciable. Si vous êtes déjà fan des deux premiers, vous n’avez aucune raison d’hésiter. Si vous ne jurez que par les RPG japonais mous du genou, vous ne serez toujours pas convaincus.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

17 Oct. 2007 | 00h07


BlueHunter
Merci à Gomo pour les screens.

17 Oct. 2007 | 00h10


Vinz
Bon j'ai plus qu'à finir le mode légendaire en solo ... -_-

17 Oct. 2007 | 00h26


BlueHunter
Tente la coop, ce sera plus simple et bien moins chiant sur la fin.

19 Oct. 2007 | 18h39


Guillaume
Sympathique test ! Et, comme tu dis, apprécieront pleinement Halo 3 les personnes qui sont restées six ans dans un congélateur ! ^^

28 Oct. 2007 | 11h47


fuiydm
Vinz! Faudra qu'on se fasse des petites parties en coop histoire de pas se la jouer geek solitaire :)

30 Oct. 2007 | 01h34


Zefi
Un peu déçu à la manière d'Halo 2 (je n'ai pas testé le 3) de voir de partout que le mode Solo est loin d'être aussi bon que le premier...

20 Dec. 2007 | 19h23


KwAy3r
Franchement halo 3 je les sur la 360 il est trop bien !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU