Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Halo 3 : ODST

Console : Xbox 360
Éditeur : Microsoft
Développeur : Bungie Studios
Date de sortie : 22 septembre 2009
Multijoueurs : oui
Public : 16 ans et +

Note des membres
aucun vote :-( votez !
Posté le Lundi 12 Octobre 2009 par Gomo
Avant de balancer la sauce l'année prochaine dans un Halo Reach très attendu, Bungie fait une halte dans un stand alone de son dernier jeu Halo 3 basé sur les troupes ASCO : AStro COmmando (ODST : Orbital Drop Shock Trooper chez les anglais). Ces soldats d'élites plus humain que Master Chief vont devoir botter des fesses de covenant dans une ville grisâtre loin de la végétation luxuriante et des couloirs roses propres à la série.

Le premier Halo nous mettait dans les bottines d'un super-soldat survivant dans un nouveau monde en forme d'anneau au milieu d'une armée d'extraterrestre belliqueuse et d'une vague de zombies voraces. Pourquoi ? Comment ? Seule comptait l'action. Le jeu a eut le succès qu'on lui connait et les suites ont du s'imposer pour Bungie. Problème, comment faire une suite de jeu sur un personnage qui n'a aucun charisme ? A l'instar de Mario et Link, l'avatar du jeu de Bungie était conçu pour que le joueur puisse se mettre à la place du héros et c'est l'entourage de l'avatar qui parlait à sa place. Au fur et à mesure des Halo, l'univers essaye de se développer et la logique des évènements en prend un coup, Halo ODST ne déroge pas à la règle.

Le temps d'un épisode, on abandonne ainsi cette huître qu'est Master Chief pour une escouade de guerriers sur-entraînés. Malheureusement, cette troupe contient autant de stéroïdes que de stéréotypes. Les scénarios des FPS volent rarement très haut mais là on dirait vraiment un film du dimanche soir avec des acteurs de séries : Nathan Fillion, Alan Tudyk et Adam Baldwin.
Pour résumé un peu ce qu'il se passe : notre petite troupe d'ASCO est larguée sur le vaisseau qui prend d'assaut New Mombasa. Manque de pot, le vaisseau s'envole dans une grosse explosion qui détruit la ville et propulse au quatre coins de la ville les héros.

L'histoire commence évidemment par la nouvelle recrue réveillée six heures après le crash, qui part sur les traces de ses coéquipiers. On parcoure ainsi dans la nuit une ville chaotique encore sous les flammes des débarquements covenants. A chaque indice laissé par un autre soldat de l'équipe, on troque le bleu pour l'ASCO concerné par l'indice. On découvre donc l'histoire à rebours. Astucieux.
D'autant que les balises-indices accédants aux différentes séquences peuvent être prises dans n'importe quel ordre.

Mais ne nous ne laissons pas trop embobiné par tout ce luxe ! Un niveau du premier épisode Halo proposait aussi au joueur une liberté dans l'ordre des missions et ce n'est pas la seule bonne idée que ce stand alone récupère de ces prédécesseurs. En effet, comme chaque Halo, ODST a son lot de séquences d'haute voltige, de cascade à bord de véhicules en tout genre. Notons tout de même que le nombre d'engins est légèrement réduit par rapport à Halo 3, tout comme le bestiaire extra-terrestre et l'artillerie disponible pour les ASCO. Ces derniers ne disposant pas du « boostage physique » de Master Chief, ne peuvent pas tenir deux armes légères en même temps ni utiliser les équipements bonus apparu dans Halo 3. Par contre, ils disposent d'une vision nocturne, de l'efficace magnum M6S d'Halo : Combat Evolved et d'une mitraillette munie d'un silencieux pour les phases d'infiltration. Des phases d'infiltration ? Dans Halo ? Hé bien non, c'est juste un argument marketing pour justifier l'épisode et renforcer les maigres différences entre le héros habituel et les ASCO. Dans ses différences justement, on trouve des sauts moins haut, une moins grande résistance aux dégâts mais surtout une barre de vie semblable à celle du premier Halo. Mais cela n'agit pas sur le gameplay qui reste fondamentalement le même que les précédents opus et ne laisse donc pas de place à l'infiltration pour peu qu'on connaisse un minimum les diverses armes efficaces.

Pour différencier ce stand alone des autres jeux centrés sur Master Chief, l'esthétique du jeu aborde des couleurs plus ternes qu'à l'accoutumé. De prime abord cela paraît étonnant puisque l'univers d'Halo est bien identifiable par ses tons colorés à l'encontre des autres jeux neskgen aux palettes de couleurs limitées. Ce changement graphique s'accorde en fait avec l'ambiance plus sombre du jeu notamment dans le « niveau HUB » de la recrue ou un ton mélancolique plane tout au long, souligné par une musique tout aussi sombre.

La grande nouveauté d'Halo 3 : ODST concernant le multijoueur est son mode Baptême de feu (Firefight). Ce mode propose au joueur accompagné de un à trois partenaires si possible de survivre le plus longtemps aux différentes vagues de covenants sur une map choisie. Autrement dit c'est le mode Horde vu dans Gears of War 2. Si ce mode Horde pouvait distraire avec le gameplay de Gears of War, son large éventail d'ennemies et le choix conséquent de maps disponibles, ce n'est pas le cas pour ODST. Si on enlève les phases en véhicules qui donnent du peps au mode solo, on se retrouve avec une suite de combat contre des gros singes moches (les brutes) dans une ville à la modélisation pas très glorieuse. C'est une bien mauvaise idée donc d'en faire un mode spécial même pour du multijoueur.

Bungie se rattrape quand même plus ou moins avec la seconde galette disponible dans ce stand alone : le mode multijoueur d'Halo 3 accompagné des trois packs de cartes téléchargeables sur le Xbox Live et trois nouvelles cartes spéciales, soit au total vingt-quatre maps jouables. Ces trois nouveaux niveau sont Hérétique, un remake de la map « Le Vaisseau » (Midship) de Halo 2, Littoral une map complexe en bord de mer et la symétrique Citadelle à l'architecture proche des intérieurs des Halo. Ce mode multijoueur est bien évidemment jouable en local, en LAN et sur Xboxlive. Par ailleurs, on note la présence du mode cinéma très utile pour revoir ses parties, prendre des screenshots haute définition et surtout réaliser ses propres machinimas. Ce mode est aussi disponible pour la campagne d'ODST et le mode Baptême de Feu dans une version moins pratique (impossibilité de revenir en arrière).

Avis de Zefi :
Impressions mitigées pour un Halo 3 qui avec du recul, a su me donner du plaisir quelques mois avec une seconde expérience bien plus plaisante. C'est donc avec beaucoup d'appréhension que la procuration du dernier bébé de bungie c'est faite. Surtout qu'au départ ce ODST devait être une « extension » à la précédente version, pas de quoi rassurer surtout lorsque l'on apprends que le tarif est de 50 euros ! Véritable nouvelle aventure nécessitant un nouveau « titre » ou changement de direction par l'appât du gain et donc de le commercialiser à prix élevé ?


Après des heures passés à caresser du convenants à grands coups de crosses dans leurs ganaches, difficile de ne pas être un brin déçu. Si l'intrigue s'avère acceptable, si les nouveaux « héros » ont bien plus la classe que le robocop habituellement aux commandes du joueur, si la série s'oriente vers de nouveaux horizons, on constate quelques défauts venant gâchés le plaisir du jeu.

Pour commencer, l'aspect infiltration (réservé au passage dans la ville principale détruite) reste à mon simple avis, un aspect purement marketing, pire, on peut apercevoir quelques tares comme des ennemis ne vous entendant pas arriver, des adversaires complètement aveugles ou les deux à la fois ! On finira par bien vite oublier cette solution pour se concentrer sur du pur shooting. Surtout, que ces passages manquent de rythme, de punch et se veulent pas assez exploités. Heureusement en parallèle (grâce à des flash-backs), le joueur change d'unité et vie l'aventure dans les yeux d'un autre membre de l'unité ODST. Le titre assure parfaitement lors de ces séquences, et l'on retrouve les sensations grisantes que procurent Halo, de part sa construction, de son gameplay, de son level-design (bien meilleur que précédemment à mes yeux) mais aussi au niveau de la technique !

Point de nouveau moteur graphique, il est issu directement du troisième épisode et ne rend pas hommage à certains décors splendides mais dont la pauvreté des textures, des explosions, des effets visuelles, des visages semblent dater de plusieurs années, on se consolera avec une Bande-son exceptionnelle. (Procurez-vous l'OST !)

Difficile donc d'accepter un telle somme demandée à la caisse, quand on voit qu'à part un mode « horde » baptisé baptême du feu, le multijoueur est semblable à celui d'Halo 3, hormis l'intégration des différents packs payants, gratuits pour le coup, et que l'aventure principale (plus ou moins décevant même si en coop ça reste vraiment bon) se termine en 5-6 heures sans chercher tous les journaux audio planqués dans la ville.

VERDICT

Avantages

- Le gameplay d'Halo
- Le niveau HUB en solo
- La petite histoire en parallèle
- Le multijoueur d'Halo 3 et ses 24 maps
- Pas de floods

Inconvénients

- Les clichés du scénario
- Que des brutes ?!
- Où sont les élites ?
- Le mode firefight

Graphismes
3,5 étoiles
7.0 / 10
On pourra toujours se plaindre de la modélisation de la ville. Faut avoir que les effets de lumières et le ciel sont bien foutus.
Jouabilité
4 étoiles
8.0 / 10
Identique à ces aînés, des pointures du genre.
Durée de vie
3,5 étoiles
7.0 / 10
Un mode coopération sympathique, le multijoueur d'Halo 3. Que vous faut-il de plus ?
Bande Son
3,5 étoiles
7.0 / 10
La musique mélancolique par moment, épique en d'autres occasions. Excellent. Le doublage anglais est pas mal peut-être grâce à des acteurs habitués à ce genre d'univers et scénario.
Scénario
2,5 étoiles
5.0 / 10
Chaque nouvel épisode apporte plus de trous que de matière quelconque dans la chronologie Halo. Celui-ci se permet même d'avoir des protagonistes clichés.
Note Globale
3,5 étoiles
7.0 / 10
Halo 3 : ODST reprend de bons éléments droite à gauche des autres FPS de la franchise. Vendu comme un jeu orienté un peu plus infiltration, il n'en reste pas moins un Halo gonflé en grosses explosions et envolées sauvages à bord d'engins en tout genre. Il y a de quoi passer de bonnes heures en solo et en coopération. Le mode baptême du feu n'est pas ce qui se fait de mieux néanmoins la totalité (ou presque) du multijoueur d'Halo 3 rattrape la faute, si vous ne l'avez pas déjà payé évidemment. Pas forcément indispensable même pour les amateurs d'FPS, Halo 3 ODST peut s'avérer tout de même utile en cette période de vache maigre.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

13 Oct. 2009 | 11h33


Joe
Adam Baldwin, t'y vas fort là!

13 Oct. 2009 | 18h16


Gomo
Comment ça ?
Il double et prête ses traits à un personnage (le bourrin d'ailleurs).

D'ailleurs les trois acteurs cité on jouait dans Serenity (tiré de la série Firefly).

13 Oct. 2009 | 23h12


Zefi
Voici mon avis, ayant payé le titre 30 euros, j'ai pris un pied à y jouer,(surtout entre deux parties de Killzone 2 au gameplay bien moins nerveux) néanmoins pour 20 euros de plus cela reste un brin trop chère pour ce que c'est, du au manque d'innovations majeurs et d'un multi qui dégoutera les joueurs s'étant procurés les différents packs payants avec Halo 3.

16 Oct. 2009 | 15h12


Joe
Ne reviens pas sur Serenity Gomo!
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU