Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Ghost Squad

Console : WII
Éditeur : Sega
Développeur : SEGA
Date de sortie : 25 janvier 2008
Multijoueurs : oui
Public : 16 ans et +

Note des membres
2 votes (3.50 / 5)
Posté le Samedi 15 Mars 2008 par Gregdark
Après avoir fait le bonheur des petits et des grands mais surtout des poches fortunées, Sega part à l'assaut d'un public n'ayant pas eu la chance de squatter les bornes d'arcade pour flinguer du terroriste. De 2004 à 2008, le portage de Ghost Squad s'est fait attendre mais cela valait-il la peine de ranger au placard le déambulateur de ce jeune vétéran des salles d'arcade ?


Welcome to the soldier side !

Tout d'abord, ça veut dire quoi ces initiales ? Eh bien sachez, brave recrue, que cela signifie "Global Humanitarian-Operation and Special Tactics Squad", une organisation anti-terroriste basée aux Etats-Unis sous le commandement de l'ONU. Passées ces considérations culturelles, vous aurez droit à une brève introduction de la part votre chef d'escadrille (un monsieur au menton carré et à la voix forte et virile qui fait peur) qui vous explique basiquement ce qu'est une arme et comment s'en servir -on pourrait en économiser du papier si tous les jeux possédaient un tel tutorial ! Ensuite, le jeu porte notre équipe de bleus (ben oui, niveau 1 oblige) vers l'écran de choix de mission. Premier problème, seulement 3 possibilités s'offrent à vos yeux ébahis…on aurait pu se dire que le nombre de niveaux disponibles allait s'intensifier par la suite, mais brisons le suspense : toutes les missions que vous pourrez jouer dans Ghost Squad sont visibles et débloquées dès le début du jeu. Ca calme d'entrée. Courageux comme le lémurien d'âge adulte (grâce à sa combinaison violette pare-balles, son casque avec monocle et son pistolet-mitrailleur qui le rendent si sexy), le soldat de la Team Alpha s'avance vers l'entrée de la villa. Sans vous résumer l'intégralité des choix de missions possibles, je peux vous dire que ça mitraille vraiment pas mal, et qu'il faut faire attention à la moindre balle perdue étant donné que votre jauge se limite à quatre pauvres rectangles verts, couleur qui vire au jaune puis au rouge si vous vous révélez incapable d'assurer correctement votre boulot. Ne faites pas dans votre pantalon, soldat, vous en verrez d'autres, je vous assure ! En attendant, faites-moi 15 fois l'tour du salon et qu'ça saute ! Ca vous apprendra à vous prendre pour un surhomme, malgré les continue infinis. Ce petit détail pourrait rassurer les débutants, mais honnêtement, cela gâche un peu le plaisir, même si l'on se dit que cela fait partie des détails qui changent lors de la conversion d'un jeu de l'arcade vers la console. On est donc loin des condtions vietnamo-irakiennes subies par "le brave soldat ricain parti s'faire tuer loin d'chez lui". (© Renaud, le chanteur)


La guerre des couillons

Mais au fait, quel est le but d'une telle organisation ? Contrairement à Monsieur Bush qui ne juge pas utile d'attendre une raison valable ou l'appui du Congrès américain pour partir en guerre au Moyen-Orient (ou même ailleurs), votre mission consiste en l'élimination d'un groupuscule terroriste sobrement surnommé les Indigo Wolves. On a vu moins ridicule, mais on a aussi connu moins dangeureux. Ici, point d'avions s'écrasant dans des tours ou n'importe quel autre bâtiment susceptible de titiller la force de frappe américaine, mais vous devrez faire face à plusieurs prises d'otages dans différents contextes, mais aussi à d'autres missions plus classiques comme le sauvetage du Président, l'infiltration dans la jungle ou le désamorçage de mines. Malgré la faible variété des objectifs au sein des missions, Sega parvient en apparence à éviter la monotonie et la routine grâce à des niveaux bien construits et l’alternance entre séquences de tir et courtes scènes d’action vous permettant d’utiliser un fusil sniper, de sauver des otages (attention aux balles perdues ici aussi !), ou même de combattre certains adversaires au corps à corps ! Ces petits entractes, bien que courts pour la plupart, constituent une petite pause dans la progression, donnant une apparence moins linéaire à la progression globale.


Frag Club

Trêve de plaisanteries et passons maintenant au nécessaire assaut de chiffres à la bourrin : 25 armes, 14 costumes, et 48 niveaux de difficulté (chaque mission en possédant 16) vous attendent. Oui, ça fait beaucoup de stages à recommencer…mais là est le secret du record absolu que vous enviez tant ! Sachez toutefois que les meilleurs joueurs désactivent le réticule de visée, ce qui rend le jeu beaucoup plus compliqué, mais faire ce choix rapporte également beaucoup plus de points ! A vous de voir. Dans tous les cas, si vous jouez régulièrement à ce jeu, vous finirez par avoir une connaissance pointue de chaque niveau, mais les différences entre le premier et le dernier degré de difficulté réservent leur lot de surprises, vous êtes prévenus ! Entre les ennemis supplémentaires, les nouveaux choix tactiques, la difficulté accrue des séquences au corps à corps, voire la possibilité de visiter de nouveaux lieux dans les niveaux considérés comme connus, il se peut que vous soyez assez surpris pour continuer à explorer le jeu de fond en comble afin d’atteindre le sacro-saint « 100% complété ». Mais n'allez pas croire pour autant que le jeu est exempt de défauts : la conversion de l'arcade vers la console ne se fait pas sans casser d'oeufs.


C'était pas ma guerre ! (© John Rambo, grand tacticien )

Tout commence avec un moteur graphique essoufflé : une conversion 4 ans après une version arcade, ça laisse des traces. Les pixels restent grossiers en arrière-plan, mais pas aussi imposants que les douilles qui joncheront le sol après le passage d’une troupe d’élite telle que la vôtre. Mais je m’égare : le premier jour, Dieu a dit « que l’anti-aliasing soit ». Et il vit que cela était bon. Mais force est de constater qu’il a un peu oublié de bénir l’équipe de développeurs de chez Sega, qui se sont vengés en laissant plein de crénelage où ils pouvaient, même dans les cinématiques. Ceux qui ne jurent que par le degré de flatterie de leur rétine par des graphismes léchés peuvent d’ores et déjà passer leur chemin, tant certains passages du jeu paraissent bâclés. En ce qui concerne la bande-son, la musique n’est pas vraiment à son avantage car elle ne semble pas réellement coller à l’action, et sa discrétion ne l’aide pas à se faire remarquer à cause notamment du peu de temps morts proposés par le jeu. Le doublage divisera davantage les foules : tout dépend de l’importance et de la crédibilité qu’on lui accordera. Si vous êtes friands de ces voix un peu caricaturales qui vous plongent au cœur de l’action -« Move move move ! » « Got sight » « Reload » pour ne citer que les indispensables- alors vous serez rassasiés. Mais il est évident que cela ne peut pas plaire à tout le monde, comme feu une certaine émission sur une certaine chaîne du service public avec un certain animateur et son rire de hyène. Pour finir, ceux qui voulaient voir une multitude de vastes paysages risqueront de rester sur leur faim, tant pour la réalisation un peu crade dont ils font preuve que pour leur variété, l’exemple le plus criant étant la jungle en Amérique du Sud, preuve s’il en est de la grande difficulté à modéliser correctement le monde végétal.


BOOM ! HEADSHOT !

Pour faire un bilan de ce jeu, on peut dire que l’exploit de Sega est d’avoir créé cet écran de fumée qu’est la dose d’action apportée sans interruption au joueur, couvrant une réalisation assez pauvre et terne tout en évitant la monotonie des niveaux recommencés sans cesse : ça fusille, ça mitraille dans tous les coins et on redemande, la connaissance de plus en plus pointue des stages menant progressivement à la recherche du quickshot ou du headshot qui sera si précieux à l’heure de faire les comptes. Le petit côté jeu de rôle apporte également un grand plus, l’expérience acquise grâce au score et aux médailles permettant de débloquer armes et costumes. D’autres modes de jeu sont également présents, dont un mode Training qui sera bien pratique pour vous entraîner à viser sans réticule et ainsi battre des records. On trouve aussi un mode Party un poil plus fantaisiste et surtout jouable à quatre joueurs, dont le scénario est identique au mode principal dénommé Arcade. Dans ce même mode, vous aurez le choix entre plusieurs « ambiances », débloquées progressivement à chaque fois que vous le terminerez. Je n’en dis pas plus, mais c’est assez sympathique de voir que le jeu ne se tient pas seulement à une allure « classique » de jeu de shoot arcade. Je vous laisse donc regarder la conclusion de mon test, bleusaille. Le mot de la fin par le sergent Gregdark (plus ou moins inspiré du film Full Metal Jacket) : « Si vous ressortez de chez moi les loulouttes, si vous survivez à mon instruction, vous deviendrez une arme, vous deviendrez un prêtre de la mort implorant la guerre. En attendant ce moment-là, vous êtes du vomi, vous êtes le niveau zéro de la vie sur Terre.» Repos, soldat !

VERDICT

Avantages

-Le bonheur est dans le prix
-Un jeu pêchu qui en a dans le pantalon !
-Des voix en anglais qui mettent dans l'ambiance
-Tant de chemins à prendre !
-De nombreux bonus à collectionner…
-16 niveaux de difficulté…

Inconvénients

-…le tout dans 3 niveaux jouables !
-une conversion un peu vite faite sur le plan graphique
-tatillon sur le headshot, ce jeu !
-le multijoueur réellement incontournable, dommage

Graphismes
3 étoiles
5.5 / 10
Convenables dans l'ensemble, l'animation suit, mais cela reste un peu grossier, voire taillé à la hache si l'on s'attarde sur les détails.
Jouabilité
3,5 étoiles
7.0 / 10
Avec le Zapper, c'est de la bombe ! Il est même possible de jouer avec deux flingues…toutefois, la Wiimote
Durée de vie
3,5 étoiles
6.5 / 10
A la fois le point fort et le talon d'Achille du jeu : 3 niveaux seulement mais des tas de possibilités de chemins à suivre et un excellent mode multijoueur vous donneront envie de vous attarder sur les différents bonus !
Bande Son
3,5 étoiles
6.5 / 10
La musique ne se fait pas vraiment remarquer dans le feu de l'action, mais mention spéciale au doublage anglais qui vous plonge dans l'ambiance !
Scénario
2 étoiles
3.5 / 10
D'une banalité affligeante comme on n'en fait plus depuis le film Air Force One…il ne manque plus que les méchants communistes/islamistes ! (au choix)
Note Globale
3,5 étoiles
7.0 / 10
En résumé, nous avons là un pur jeu d'arcade pour 45€ (n'oubliez pas que pour 5€ de plus, vous pourrez acquérir en bonus un Zapper made in Sega -contrairement à la version japonaise du jeu où il est livré en bundle avec un Zapper estampillé Nintendo-, soit un total de 50€…autant que le prix maximum des jeux Nintendo !), avec ses avantages…et ses défauts, comme la faible diversité de niveaux (une villa, Air Force One, et la jungle sud-américaine !), la possibilité de continuer à l'infini ou les graphismes un peu bûcheronnés à cause de l'âge respectable de ce jeu -la version arcade datant de 2004. Néanmoins, la grande variété de scénarii possibles selon les choix que vous ferez, les nombreuses armes et costumes à collectionner, ainsi que la quête du record mondial via la Connexion Wifi -entre autres- vous donneront envie de pousser plus loin la découverte de ce jeu en apparence vieillot mais diablement bien ficelé et pêchu. Cela me rappelle un peu Buster Martin, cet anglais de 101 ans qui court le marathon...des papys qui gardent la pêche ! Heum, à essayer d'urgence avec un pote, donc. Car là où certains verront un jeu moche et ridiculement court qui sent bon la naphtaline sous les bras, d'autres auront les yeux brillants face à ce qu'ils n'hésiteront pas à qualifier de trésor.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

15 Mar. 2008 | 19h12


Gregdark
Le test de toutes les peurs ^^' Ah je les aurai accumulées les boulettes :p
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU