Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

FUEL

Console : Playstation 3
Éditeur : Codemasters
Développeur : Asobo Studio
Date de sortie : 28 mai 2009
Multijoueurs : oui
Public : 7 ans et +

Note des membres
1 vote (3.00 / 5)
Posté le Vendredi 10 Juillet 2009 par Ganon
Avec son ambiance à la Mad Max et ses 14.400 km² de terrain ouvert, FUEL faisait déjà tourner la tête à beaucoup de joueurs et promettait une expérience de jeu hors du commun. Une sorte de bouchée d’oxygène dans le monde de la course. Reste à savoir si les studios bordelais d’Asobo ont réussi leur pari concernant la profondeur de jeu, néanmoins l’on peut d’ores et déjà confirmer que ce n’est franchement pas la taille qui compte…


Faut pas se FUELer


Au départ, on pourrait dire de FUEL que c’est un Motorstorm-like dans un univers totalement libre. Le type de véhicules est similaire puisqu’on a l’occasion de choisir une flopée de véhicules entre le buggy, le quad, le motocross, le camion, etc. Puis il y a cet univers de poussière et de terre typique qui nous fait irrémédiablement penser au titre d’Evolution Games. Cependant, on se rend vite compte de la supercherie, et ce dès les premières minutes du jeu. Lâché au bord d’un lac avec notre quad, on va devoir trouver les épreuves qui nous feront justement gagner du « FUEL » (la monnaie principale), pour ensuite acheter d’autres véhicules qui nous débloqueront d’autres épreuves, et ainsi de suite. Le système est donc classique mais pas forcément répétitif puisque les épreuves, plus ou moins travaillées, vont de la course simple, au contre la montre en passant par un jeu de chat/souris. Une fois le quota minimum atteint, une des dix-neuf zones de la carte se débloque pour continuer notre périple.

Cependant là où le gouffre s’écarte énormément entre FUEL et Motorstorm vient du style de conduite. On espérait avec le titre des bordelais quelque chose d’arcade certes (on n’aurait pas dit non à de la pseudo-simulation réussie non plus), mais on pensait quand même une jouabilité un peu plus poussée et grisante. Autant Motorstorm possède une logique dans sa conduite avec un léger transfert de masse, une inertie exagérée mais intéressante et une gestion du boost et des obstacles naturels, autant FUEL reste plat et sans saveur de ce côté là. Les flaques d’eau ne ralentissent pas notre véhicule qui a tendance à survirer pour un rien, l’adhérence entre le bitume et la terre est minimale, le boost est aux abonnés absents, l’impression de vitesse pas folichonne, etc. Bref, le terrain de jeu est énorme mais on n’a pas les outils pour en profiter, ce qui plombe profondément le plaisir.


Freedom in Evil

14.400 km². C’est grand, très grand même. Les développeurs se sont donc éclatés à créer de multiples zones bien distinctes avec leur propre caractère. Avec ses monts enneigés, ses lacs, ses plaines de sable, ses canyons arides ou ses forêts denses, FUEL est de ce point de vue là une vraie réussite et nous fera clairement voyager dans notre canapé. D’ailleurs pour vous guider dans ce petit paradis, vous aurez affaire avec un GPS dynamique plutôt sympathique, quoiqu’un peu défectueux par moment. Heureusement, il n’est pas obligé de passer d’une zone à une autre en effectuant les cent kilomètres qui les séparent, et c’est une véritable bénédiction de se faire héliporter à l’autre bout de la carte. Car en l’occurrence, n’ayant pas de très bonnes impressions sur la conduite, cela aurait été un véritable parcours du combattant. Pourtant on nous pousse à découvrir l’énorme terrain de jeu pour trouver bidons d’essence, skins inédits pour nos véhicules ou découvrir un point de vue. Cette mauvaise blague…

FUEL possède aussi une gestion des dégâts vraiment décevante et peu avancée, qui nous fait questionner sur le véritable apport de cet ajout. En effet, cela se limite à une jauge qui augmente au fil des coups. Une fois celle-ci à son maximum, votre véhicule disparait puis respawn deux secondes plus tard. Cela nous prouve un manque d’idées ou de finition évident de la part des bordelais. L’I.A. n’est pas en reste et préfère tricher, ce qui a pour conséquence d’énerver les joueurs les moins patients. Une fois un véhicule dépassé, il reste la plupart du temps blotti derrière vous jusqu’à que vous commettiez la petite faute à 200 mètres à la fin, ou sinon il restera à une distance raisonnable tant que vous n’avez pas atteint le dernier kilomètre. La durée de vie est donc de base plutôt longue, mais tous les problèmes rencontrés auparavant nous poussent à croire que le joueur s’arrêtera bien avant le crédit de fin. Surtout que le multi, plutôt aguicheur au début, avait tendance à se déconnecter à maintes reprises voire carrément à freezer la console.


Ca avait de la gueule pourtant…

C’est vrai que les premières images de FUEL mettaient l’eau à la bouche avec ses conditions climatiques changeantes, son ambiance grisante et cette sensation de liberté mise en avant. Cependant une fois le jeu lancé, le titre saccade très facilement et ne possède pas une animation des plus confortables. Pire encore, un léger clipping et l’aliasing sont aussi présents et gâchent encore une fois des décors qui avaient souvent de la gueule. La modélisation que cela soit des environnements ou des véhicules reste quant à elle correcte même si l’on regrette certains designs de buggys qui laissent à désirer. Enfin, et vu notre côté machiavélique, nous finirons cet article par le moteur physique qui se révèle extrêmement mauvais, ce qui déteint forcément sur la maniabilité. Mais pas la peine de continuer…

VERDICT

Avantages

- L'immense terrain de jeu
- La diversité des environnements
- Le nombre de véhicules disponible
- Une durée de vie conséquente

Inconvénients

- La jouabilité sans saveur
- La fluidité constamment à la peine
- Les musiques affreuses

Graphismes
3,5 étoiles
7.0 / 10
Il y a un vrai travail sur la modélisation mais tout ceci est gâché par un frame rate en dents de scie et d'un clipping plutôt gênant.
Jouabilité
2 étoiles
3.5 / 10
Le point noir du jeu. On ne prend aucun plaisir à rouler, que cela soit dans une moto, un buggy ou un monster truck. Cela empiète sur tout le reste...
Durée de vie
4 étoiles
7.5 / 10
Si vous arrivez à digérer la maniabilité, alors FUEL vous tiendra de longues heures.
Bande Son
2 étoiles
4.0 / 10
Là aussi, il y a un manque évident de travail. Entre le bruit des moteurs pas forcément joli et la musique qui nous rappelle l'époque 32 bits, on n'est pas gâté.
Scénario
Note Globale
3 étoiles
6.0 / 10
Vous l’aurez donc compris, FUEL est un titre avec un potentiel énorme cependant les bordelais d’Asobo n’ont pas réussi à réunir les ingrédients nécessaires pour en faire un hit. Sa jouabilité plate et sans intensité plombe totalement le plaisir de jeu, ce qui gâche à côté tous les efforts techniques du soft. On espère donc qu’ils continueront dans cette lancé, en travaillant bien plus sur la jouabilité du titre si suite il y a.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

30 Aug. 2009 | 19h20


zero
salut
je lui met plutôt 8/10
Mais moi je joue sur PC, les réglages presque à fond, une bonne musiques et aucun lags ou autres désagréments.

Le fait qu'on reste dans la réalité sans booster et autres 12 vies avant trépas me plait aussi. Pour les autres sensations, aller voir sur Trackmania...

Mais je suis d'accord sur le fait qu'un mode à la MadMax avec booster et fusil d'assaut donnerai un peu plus d'adrénaline pour défoulement.

A+ zero
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU