Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Final Fantasy XIII-2

Console : Playstation 3
Éditeur : Square-Enix
Développeur : Square-Enix
Date de sortie : 3 février 2012
Multijoueurs : non
Public : 16 ans et +

Note des membres
3 votes (4.67 / 5)
Posté le Dimanche 19 Février 2012 par Yonnix
De tous les Final Fantasy, l'épisode XIII est de loin celui qui aura le plus divisé les joueurs. Pourtant, le titre de Square Enix avait toutes les chances de briller. A l'époque clairement en difficulté, le genre des J-RPG n'attendait qu'un jeu de la stature de Final Fantasy XIII pour retrouver sa splendeur des années passées. Tout ne s'est malheureusement pas déroulé ainsi. Malgré une plastique irréprochable, des personnages attachants et un système de combat novateur, l'absence totale de liberté provoquera un véritable soulèvement chez les fans. Trahison, pour les uns. Révélation, pour d'autres. Car c'est un fait. Ce treizième opus a cartonné - 6.5 millions d'exemplaires toutes plateformes confondues - poussant l'éditeur nippon à céder à l'appel de la suite directe. Voilà pourquoi l'on se retrouve, deux ans plus tard, avec Final Fantasy XIII-2. Même univers, même moteur, mêmes tares rédhibitoires ? Les petits gars de Square nous l'ont promit : ils ont écoutés les critiques. Et autant vous rassurer de suite. Ils ne nous ont pas menti !

Paradoxale épopée


Suite directe oblige, l'aventure Final Fantasy XIII-2 commence peu après la fin de l'épisode précédent. Trois ans pour être précis. Serah, la sœur de Lightning, mène une vie relativement paisible dans la ville de Neo Bodhum. Relativement, car avouons que la disparition, énigmatique, de sa sœur la tracasse pas mal. Pour ne rien arranger, Snow, son fiancé, lui a promit de la retrouver, et la quitte donc pour une période indéterminée pour partir à sa recherche. Les années passant, plus personne n'espère un retour de la guerrière, seul Serah garde espoir. Tout ne va donc pas pour le mieux, mais au moins sa sécurité n'est pas menacée... Jusqu'au jour où, la population va se faire attaquer par une horde de bestioles sorties de nulle part. C'est durant cette agression que la belle va rencontrer Noel, jeune homme aux origines douteuses : puisque arrivant du futur ! Drôle de rencontre, bouleversement pour Serah. Le bougre lui révèle ainsi qu'il est le dernier représentant de son époque, dont il ne reste plus rien. Retourner dans le passé, et changer les événements. Voilà son seul recours. Pourquoi avoir atterri dans son époque ? Lightning elle-même l'y aurait envoyé. Une incroyable nouvelle, qui poussa Serah à partir à l'aventure, accompagné de Noel. Celle qui n'était qu'une pauvre victime dans Final Fantasy XIII, va donc tenter l'impossible, pour retrouver sa sœur, ainsi qu'accessoirement, sauver l'époque de son acolyte. Pour sur, la quête va s'avérer périlleuse, et déclenchera nombre de surprises et rebondissements. Et c'est bien peu de le dire. Qu'est-ce que Lightning fabrique en armure, de surcroît dans un autre monde ? Quels sont les desseins de ce mystérieux Caius, qui semble si puissant ? Il faudra jouer au jeu pour savoir tout ça.

Des personnages un tantinet trop niais et caricaturaux, des premières heures de jeu poussives et une histoire lente à réellement démarrer. Voilà les reproches que l'on pouvait faire à l'intrigue de Final Fantasy XIII. Et devinez quoi, ils sont de nouveau valables pour celle de XIII-2. Dans une moindre mesure toutefois. S'il fallait attendre une bonne dizaine d'heures avant de voir le scénario véritablement décoller dans le premier, quatre heures suffisent au second. Idem, les protagonistes, peut-être car désormais endurcis par les épreuves surpassées, ont plus de volumes. Noel, le nouvel héros de cet opus, en est un parfait exemple. Tourmenté par son passé, pragmatique et réfléchi face aux événements et conscient de la gravité de sa situation, on ne pouvait rêver meilleur avatar à contrôler, à n'en pas douter l'un des plus intéressants héros de J-RPG de ces dernières années. Le voyage à travers les différents lieux et époques proposé s'en retrouve vraiment intéressant. Souvent en proie au doute. Jamais certain de ce qu'il réalise. Le binôme papillonne, au hasard du destin, et des portails temporels qu'il utilise. Essayant de régler les problèmes de chacun des peuples qu'il rencontre, problème qu'il a parfois lui-même engendré, car voyager dans le temps n'est jamais sans conséquence. Qui plus est lorsque des forces, parfois divines, s'en mêlent. Futurs et passés alternatifs, paradoxes temporels, conséquences de ses actes... Voilà les thématiques principales de Final Fantasy XIII-2, abordées de savoureuse manière, car transcendée par les sentiments et relations de personnages plus attachants que jamais.

Mieux encore, ce principe de voyage dans le temps a permit aux développeurs de régler ce qui s'apparentait au plus gros défaut de FF XIII-1 : l'absence totale de liberté. Des couloirs, contraignant le joueur à un cheminement unique, dénotant totalement avec les vastes étendues et villes à explorer des épisodes antérieurs. Plus de quêtes secondaires, des PNJs en comité très réduit et à l'utilité inexistante. Pour sur, les fans de la première heure n'ont pas appréciés. A présent, que ces derniers se réjouissent. On retrouve ces éléments dans Final Fantasy XIII-2. D'une part, le joueur redevient le maître de sa progression, le choix lui étant laissé de décider de sa prochaine destination. A tout moment, il peut se rendre dans ce qui s'appelle le « cœur de l'histoire ». C'est dans ce lieu que l'on sélectionne dans quelle contrée l'on se rend, à quelle époque. Bien entendu, tout n'est pas accessible dès le début, avancer dans l'histoire est logiquement obligatoire, et recommandé. Mais la possibilité est là, quiconque voulant laisser quelques instants la quête principale pourra s'adonner à quelques missions secondaires. Pas forcement des plus passionnantes, admettons-le. Il vaut mieux donc se concentrer sur l'intrigue principale, de surcroît car le level-design des environnements visités a évolué. Des grandes plaines de la région Archylte Steppe, aux labyrinthes de rues futuristes de la ville d'Academia. Les développeurs se sont employés à nous proposer des terrains qui sied à ravir à l'exploration. Certes, on reste loin des mondes ouverts d'antan. Mais cela s'avère déjà amplement satisfaisant. L'éditeur ne pouvant de toute façon pas se couper du public qui avait aimé Final Fantasy XIII pour son coté dirigiste. Un compromis qui fonctionne, et qui ravira probablement les deux partis.

On ne change pas un système qui marche


Vous l'aurez compris, les développeurs ont beaucoup travaillé sur l'aspect narratif de leur production. Logique, c'était sur ce point qu'ils s'étaient fait critiqués. Logique également qu'il n'est pas touché au système de combat, comme tout le monde semblait s'accorder sur sa qualité ? Pas sur, mais il faut l'accepter. Car les joutes de Final Fantasy XIII-2 sont calquées sur le modèle du volet précèdent. A savoir un système ultra-dynamique, qui se joue de manière « semi-temps réel ». Comprenez que l'on sélectionne les actions à effectuer, et que celle-ci se déclenche selon une barre ATB, divisé en trois à cinq parties, selon l'avancée dans l'aventure, qui se recharge plus ou moins rapidement une fois nos choix réalisés. On ne sélectionne ces actions que pour un seul des trois membres de notre team. Les autres étant dirigés par l'intelligence artificielle, diablement réussie soit dit en passant. Autre particularité, les rôles que l'on attribut à nos personnages. Au nombre de six, le joueur doit composer avec l'Attaquant, qui s'occupe de porter des coups puissants à l'adversaire. Le Ravageur, plutôt orienter magie dont le but est de remplir la jauge « choc » de l'assaillant. Une fois celle-ci pleine, les coups portés sur l'ennemi concerné augmenteront de manière significative. Le Soigneur, dont l'utilité est évidente. Le Tacticien, qui renforce la défense de l'équipe. Le Saboteur, qui lui affaibli l'équipe adverse. Puis le Défenseur, qui s'occupe de recevoir les coups. Il est ainsi possible de configurer hors combat ses stratégies, que l'on peut ensuite changer à tout moment lors des affrontements. Une multitude de possibilité, pour des situations riches et variées. Du moins au début. Puisqu'un petit sentiment de répétitivité se fera sentir à partir d'un moment, une fois le tour des possibles exploré.

Toutefois, dire que rien n'a changé ne serait pas juste. Square Enix a tout de même effectué quelques ajouts loin d'être anecdotiques. Le déclenchement des combats, a par exemple été modifié. Désormais, une sorte de cercle virtuelle de taille moyenne se matérialisera autour de votre équipe lorsque la présence de monstre est avéré. A vous de décider ensuite de la tournure des événements. Jetez-vous sur vos assaillants le plus vite possible, effet de surprise aidant, cela vous permettra d'attaquer en premier. A l'inverse, tenter de fuir est possible, et aisément réalisable. Mais il y a un risque, l'ennemi peut potentiellement vous rattraper, frappera en premier, et empêchera toute possibilité de recommencer le combat. Pesez le pour et le contre, rapidement, avant de vous lancer dans la bataille. Autre nouveauté de taille : l'ajout d'un système de capture de familier. Contrairement aux premier opus, seul Serah et Noel tiennent le rôle de personnages jouables. C'est donc un familier qui vous accompagnera lors des combats. S'obtenant aléatoirement parmi les récompenses d'après-combat, ces monstres domestiqués sont dotés d'un rôle parmi les six disponibles. Bien choisir la bestiole qui nous épaulera est donc primordiale, et doit rentrer en ligne de compte durant l'élaboration de ses stratégies. D'aucuns regretteront que Square Enix n'est pas prit le temps, ou juger important, de créer de nouveaux personnages pour accompagner les deux autres déjà existants. Reste que l'ajout de monstres à collectionner est une idée, à défaut d'être originale dans le genre J-RPG, qui diversifie l'expérience commencée par Final Fantasy XIII d'une part, et qui ravira sans nul doute les Pokémaniacs en herbe !

En ce qui concerne l'amélioration de nos personnages, Final Fantasy XIII-2 utilise une nouvelle fois le « Crystarium », outils déjà présent dans le volet précédent et fortement inspiré du sphérier de Final Fantasy X. Comme dans tout bon jeu de rôle japonais, chaque combat nous rapporte son lot d'expérience, en plus ou moins grande quantité selon le niveau des adversaires ainsi qu'en fonction de la façon dont on les a vaincus (évaluée de un à cinq étoiles). Cette expérience, est ensuite à mettre à profit dans le dit-Crystarium. De base, Noel et Serah sont au niveau un de chacun des rôles disponibles. A nous de choisir dans quelle optique orienter notre personnage. Sachant que de nouvelles capacités relatives aux rôles en question se débloqueront au fur et à mesure. Les caractéristiques (Force, Magie, PV, HP etc.) sont également liées à des fonctions spécifiques. Vous désirez augmenter la Force de Noel, privilégiez Assaillant. Les points de vie ? Soigneur et Défenseur. A vous donc de faire les bons choix, sachant qu'il est conseillé de ne monter à fond que trois rôles par perso. A noter que les familiers disposent également d'un Crystarium, qui fonctionne de la même façon que celui des humains. A deux différences près, les monstres ne peuvent améliorer qu'un seul rôle (celui imposé par leur race). L'amélioration de ce rôle ne pouvant s'effectuer qu'au moyen d'objets et items, récupérés de façon aléatoire suite à un combat. Une réflexion s'impose donc avant de dépenser tous ses précieux sur une bestiole quelconque.

Maestria visuelle et sonore !


On s'en souvient encore, malgré toutes les réserves que l'on pouvait emmètre quant à Final Fantasy XIII, le titre nous avait collé une baffe graphique hallucinante. Et deux ans plus tard, le moteur Crystal Tools, réutilisé pour Final Fantasy XIII-2, n'a absolument pas vieilli ! Les personnages sont modélisés à la perfection. Vêtements, cheveux, visages... Square Enix a réalisé un véritable travail d'orfèvre. Que dire des décors ! Tout simplement splendides. Que l'on soit fan ou non de design japonais, les environnements ne pourront laisser personne indifférent. Chaque zone et localité a bénéficié de la même attention. Aucun impair visuel, malgré un nombre conséquent de lieu à créer. Du grand art. Les effets de lumières sont sidérants. Certains effets météorologiques rendent superbement bien. Pas un bug. Pas une baisse de framerate, et ce même lors des combats. Assurément le plus beaux jeux japonais sortis à ce jour. Quant à la bande son, c'est du niveau de ce à quoi nous avait habitué la série : somptueux. Et pourtant il y a de quoi être surprit. Mélange intrigant de J-Pop et de rock, le titre oscille entre thème orchestraux magistraux et musique rock bien rythmées.

Terminons par quelques notes légèrement moins enjouées. Rien de bien méchant à reprocher à ce Final Fantasy XIII-2. C'est certain, Square Enix nous propose un produit franchement de qualité. Les critiques des joueurs ont été entendues, prises en compte, et cela se ressent. Malgré tout, l'éditeur s'est senti obligé d'intégrer quelques nouvelles features, loin d'être indispensables. Ainsi, le fait de rendre certains dialogues interactifs aurait pu être une bonne initiative. Aurait pu seulement. Concrètement, cela n'apporte rien. Si, à l'instar d'un Deus Ex, certains choix de réponses avait véritablement influés sur le cours de l'aventure, alors cela aurait eu de l’intérêt. Mais ce n'est pas le cas. Idem pour les séquences de QTE, que l'on retrouve systématiquement, à la fin des combats importants. Un accessoire, un gadget, qui n'apporte rien de significatif. Rien de positif, que ce soit d'un point de vue ludique ou cinématographique. Enfin, ce ne sont que des détails, qui n'enlèvent en rien le plaisir que l'on ressent grâce à ce Final Fantasy XIII-2. Un grand jeu de cette génération. Un RPG japonais de très haute qualité, qui augure du meilleur pour le genre. Et un Final Fantasy qui fait honneur à sa série. Pas de doute. Mission accomplie pour Square Enix.

VERDICT

Avantages

- Sentiment de liberté retrouvée
- Système de combat efficace et dynamique
- Visuellement sublime
- Scénario chiadé et intéressant
- Capture de familier bien fichue
- Un grand Final Fantasy !

Inconvénients

- La multitude de DLC prévus
- Dialogues interactifs inutiles
- Séquences de QTE insipides
- Certains personnages toujours trop niais...

Graphismes
4,5 étoiles
9.0 / 10
Sublime ! Du même niveau que le premier volet, puisque reprenant le même moteur. Le titre nous régale visuellement. Environnements riches en détail, soignés. Personnages magnifiquement modélisés. Effets de lumière à tomber. Du grand art.
Jouabilité
4,5 étoiles
8.5 / 10
Le système de combat est aussi riche que dynamique. La linéarité absolue du précédent volet s'est envolée, cédant sa place à plus d'exploration et de liberté.
Durée de vie
4,5 étoiles
9.0 / 10
Comptez 30-40 heures pour arriver à bout de l'intrigue principale. Doublez, voir triplez ce chiffre si vous vous lancez dans les quêtes secondaires, et dans les nombreuses autres surprises que vous réserve le titre.
Bande Son
4,5 étoiles
8.5 / 10
Intrigant mélange de J-Pop, thèmes orchestraux et musiques Rock. La bande son surprend, mais fonctionne du tonnerre ! Une réussite.
Scénario
4 étoiles
8.0 / 10
Voyage dans le temps, paradoxes temporels, époques alternatives... Le scénario mêle avec talents de nombreuses thématiques, et est appuyé par des personnages très attachants.
Note Globale
4,5 étoiles
8.5 / 10
Mission accomplie pour Square Enix ! Grâce à une écoute attentive des critiques émises par les joueurs, l'éditeur a su apprendre de ses erreurs et nous propose à présent un produit presque exempt de tout défaut. A l'inverse, des atouts, le titre n'en manque pas. Un excellent système de combat. Des graphismes de toute beauté. Un scénario riche et prenant. Et un univers que l'on est désormais libre de parcourir à notre guise. Assurément un grand RPG japonais, doublé d'un Final Fantasy qui fait honneur à sa série. Les fans peuvent se rassurer, l'avenir du genre s'annonce paisible.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

19 Feb. 2012 | 17h30


Sticmou
Rahh comment dire, on en est au même point : ce jeux est génial !!! Seul défaut que je lui donnerait réellement, par rapport à ff xiii il est un poil trop court (niveau de l'histoire principale) on passe de 3 cd à 1...

19 Feb. 2012 | 17h46


Yonnix
Bon, j'espère que l'article est à ton gout (cf : news) ^^
Un poil trop court, peut-être... Je ne juge plus les jeux sur leur durée de vie, mais sur l'aventure à proprement parler. Et là, l'aventure est plus que satisfaisante. On en a pour notre argent.
Pour les dvd, j'ai lu que c'était du au fait que les cinématiques (pour la plupart) soit réalisé directement in-game, et non en "images de synthèse". A vrai dire, on ne voit pas la différence.

19 Feb. 2012 | 19h19


Sticmou
je ne suis pas sur que ça fasse vraiment la différence de taille, y a pas plus de 8Go de vidéo dans le premier je pense ! Et oui l'article est époustouflant ! Tu as même donné envi à Ayame d'y jouer :D

19 Feb. 2012 | 19h25


Yonnix
Je ne sais pas, je te rapporte ce que j'ai lu ^^ en étant pas ultra-calé en technique/technologie pure.
Et merci pour le compliment, rien ne peut me faire plus plaisir ;)

20 Feb. 2012 | 01h53


Sticmou
Je trouve juste qu'il faut le dire quand un boulot est bien fait ! et sur ce coup bah c'est totalement réussi ;)

20 Feb. 2012 | 15h25


Vinz
J'ai bien envie d'y jouer :-) ... faudra que je trouve un peu de temps !

20 Feb. 2012 | 16h28


Yonnix
40h, c'est facile à trouver :D

21 Feb. 2012 | 14h03


TeddyWayne
Ça devient très difficile pour moi de jouer à un Final Fantasy... "Un sentiment de liberté retrouvé" en fait tu veux dire qu'on peut faire des quêtes annexes en plus de l'histoire. En fait on quitte le couloir principal pour en trouver d'autres :p Le soft manque de profondeur et reste trop grand public à mon goût c'est bien dommage mais ça vient de moi j'aime peut être trop les BON Rpg. Je trouve que la série FFXIII fait trop de bruit pour rien ça me lasse très vite.. Certes il y a énormément de point positif mais l'expérience de jeu n'est plus la même et je trouve ça dommage (La critique n'a rien a voir avec toi Yonnix tu as fait un très bon test mais j'ai juste du mal avec ce type de jeu)
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU