Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Final Fantasy XIII

Console : Xbox 360
Éditeur : Square-Enix
Développeur : Square-Enix
Date de sortie : 9 mars 2010
Multijoueurs : non
Public : 16 ans et +

Note des membres
2 votes (3.75 / 5)
Posté le Vendredi 29 Juillet 2011 par itokiry
Certaines sagas donnent l’impression d’avoir toujours été là, d’exister depuis les touts débuts du jeu vidéo. C’est le cas par exemple de Final Fantasy qui, du haut de son nombre effarant d’années de vie et d’épisodes, continue de faire vibrer le cœur des joueurs. Réussissant sans mal à se réinventer à chaque nouvelle apparition, la licence détenue par le géant Square Enix n’en finit pas de nous transporter dans des mondes magiques et emplis d’une atmosphère envoûtante dont seule elle a le secret. Fort d’une notoriété certaine et d’une rentabilité plus que satisfaisante, cette série s’impose sans mal comme l’un des piliers du RPG dans sa globalité. Mais depuis un épisode 12 très polémique, puisque tranchant radicalement avec la construction de ses aînés, Final Fantasy perdit un peu de sa superbe au profit d’une orientation qui se veut plus axée grand public que par le passé. Et avec le treizième opus, Square fait un nouveau pas dans cette direction, perdant par la même quelques fans de la première heure. Mais ce choix bien réfléchi de la part de la firme nippone de transformer petit à petit son jeu le plus rentable en un RPG orienté action lui fait tout de même gagner un nombre non négligeable de ventes. C’est donc très bien pour elle, même si ce n’est pas l’argent qui doit manquer dans ses caisses, mais difficile de ne pas se poser de questions quant à la qualité de ce nouvel épisode résolument plus spectaculaire et dynamique que les précédents.


Un point fort mis en avant


De tous temps, Final Fantasy a été doté de diverses trames scénaristiques toujours singulières, complexes et innovantes, mais jamais décevantes. Et malgré l’orientation résolument grand public de ce treizième épisode, Square Enix n’a pu s’empêcher de nous concocter une histoire au moins égale à celle de ses prédécesseurs. Ce qui veut dire nombreux rebondissements, dialogues bien écrits et personnages profonds et caractériels. Voilà qui a de quoi rassurer bon nombre de fans. Pourtant, la cinématique d’introduction ne laisse pas présager quelque chose d’aussi complet et palpitant. Cette dernière est en effet extrêmement explosive, confortant tous les joueurs dans l’idée que cet opus sera plus dynamique que ses aînés. Tout démarre dans un train, voguant en direction d’on ne sait où, avec à son bord des gens encapuchonnés, apparentés à des prisonniers, surveillés de près par une bande armée. Soudain, le bâtiment ressent de grosses secousses, désorientant quelque peu les portes fusils à l’air sévère. Saisissant sa seule chance de les mettre à terre pour s’évader, une jeune femme à la chevelure rose se lève et profite de cette occasion pour les mettre en charpie un par un, avant de récupérer une arme et de se sauver en compagnie d’un autre détenu. Même si très bien mis en scène, ce démarrage pour le moins captivant, mouvementé et énigmatique laisse penser que la trame sera plus digne d’un jeu d’action basique que d’un Final Fantasy. D’autant plus qu’une fois sortis du train écorché, nos deux compères se font immédiatement attaquer par un adversaire de taille. Ce qui veut dire qu’avant même qu’on nous explique ce que l’on fait là et qui sont les personnages, il faudra se battre, et par la même apprendre la plupart des mécanismes de gameplay.

Et cette ignorance quasi entière perdurera encore quelques vingt à trente minutes. Un moment assez long, durant lequel nous seront guidé par un couloir flagrant et des combats à répétition. Heureusement, une fois un changement fondamental de décors effectué, l’histoire prend tout son sens et commence à nous lâcher des informations de plus en plus capitales qu’évidemment nous attendions impatiemment. Le nom des personnages par exemple, leurs motivations, ou bien leur caractère. Enfin, au bout de tout de même un peu plus d’une bonne heure de jeu, on nous livre un détail crucial. Cette nouvelle inattendue qui bouleverse complètement la trame d’origine, et donne aux personnages une bonne raison de s’allier et de voyager ensemble. Une découverte violente, qui les transformera bien malgré eux en l’Cie, détenteurs de pouvoirs surnaturels, et ennemis publics numéro un. Ils sont désormais contraints de réaliser une tâche divine dont ils ne connaissent absolument rien. Dans le cas contraire, ils seront tout bonnement transformés en goules, forcées d’errer dans les ténèbres à jamais. Commence alors leur périple pour échapper à ceux qui veulent les exterminer, et pour découvrir leurs quêtes respectives et les accomplir. Ce qu’il y a de très intéressant avec ce Final Fantasy 13 est que malgré son rythme très soutenu, et foncièrement plaisant si l’on rentre bien dans l’histoire, c’est que les rapports entre les protagonistes sont très bien fichus, parfois même drôles ou émouvants. Mais l’un des points qui a fait le plus de polémique avant même la sortie du jeu est sa construction ultra linéaire, obligeant le joueur à suivre l’histoire de bout en bout sans discontinuer en avançant dans un couloir assumé. Ceci contraste pas mal avec la liberté d’action et de déplacement qu’offraient les précédents volets, dans lesquels il était possible de sortir un peu de la trame pour effectuer des quêtes secondaires, discuter avec des PNJ ou partir à la chasse aux items. On ne se le cachera pas, rien que pour ce détail, on se demande si le soft mérite de porter le nom Final Fantasy. Au moins, c’est l’occasion de suivre un scénario très bien mis en scène, et exceptionnel.


L’Action RPG n’est pas loin


Encore une fois, Square Enix nous a bichonné, puisqu’il ne s’est empêché de créer un gameplay très innovant et toujours aussi complet, bien que foncièrement plus simple que par le passé. Si dans les premières minutes de jeu il n’apparaît pas clairement que Final Fantasy 13 est un RPG, puisque nous ne gagnons pas de point d’expérience ou autres similaires, une fois nos personnages devenus l’Cie cela devient évident. Chaque ennemi tué nous rapporte alors des points que l’on pourra ensuite dépenser sur une sorte de damier en 3 dimensions, symbolisant l’évolution de nos personnages. Chacun d’entre eux en gagne autant, et on pourra les utiliser à notre guise dans leurs damiers respectifs, afin de leur faire obtenir de nouvelles compétences ou d’améliorer leurs caractéristiques et nombre de points de vie. Assez classique et dirigiste, enfin jusqu’au troisième CD tout du moins, ce système est dépaysant, et tranche radicalement avec un gain d’expérience classique, en arrêtant de symboliser l’avancée des protagonistes par des niveaux. De plus, il est plutôt bien conçu, ergonomique, facile d’accès et assez joli. Toutefois, et on s’attaque sans doute au plus gros défaut du jeu, la linéarité exacerbée du titre, empêchant purement et simplement de sortir du couloir qui nous est tracé, contraint le joueur à ne pas monter en puissance trop vite. Car si dans le passé on pouvait sortir de l’histoire et des endroits clés pour effectuer des quêtes secondaires, combattre dans l’optique de monter de niveau ou bien partir à la recherche d’items ou d’invocations, ici rien de tout cela n’est applicable. Les invocations viennent à nous au fil de l’aventure, et il est tout bonnement impossible de les louper, ce qui enlève certes une partie du capital stress du jeu, pas toujours apprécié, mais rend encore plus flagrant le couloir obligatoire qu’il faudra emprunter.

Mais Final Fantasy 13 c’est aussi un système de combat innovant et assez plaisant, bien que controversé lui aussi. En effet, comme nous avons pu le constater en regardant avec attention les différents trailers du jeu avant sa sortie, les batailles sont beaucoup plus dynamiques que l’étaient celles des épisodes antérieurs. Et si cela peut sembler dénaturer l’esprit de la série, il garde au contraire une certaine logique, puisque ressemblant de prime abord à ce que l’on avait pu voir jusqu’au dixième opus. Ce qui veut dire une jauge ATB qui se remplie toute seule pendant le déroulement du combat, et qui, une fois pleine, permet d’effectuer des actions. Le gros changement provient de la manière d’aborder ces actions en question. Car dans le passé, il fallait ouvrir le menu qui nous intéressait, comme celui de magie par exemple, et lancer une attaque choisie, qu’il valait mieux prendre en fonction des particularités de ses adversaires pour leur infliger le maximum de dégât. Ici, rien de cela. Il sera bel et bien possible de choisir d’utiliser des compétences apprises au préalable une par une, mais calibrer soi même nos attaques s’avère bien inutile et beaucoup trop lent, puisqu’une nouvelle option s’est glissée dans la partie. Il s’agit d’un bouton nommé « Auto attaque », et qui, tout naturellement, choisi les actions les meilleures à effectuer pour vaincre. Et c’est là qu’on se dit : mais du coup le jeu est super facile ! Et dans un premier temps nous n’avons pas tort, puisque les combats s’enchaînent sans le moindre problème, et vaincre devient une habitude. Pas un adversaire ne nous résiste pendant un bon moment, enfin à condition de bien lire le tutorial, et de se servir convenablement des nouveautés du gameplay.

Parmi celles-ci, figure la barre de combos. Grâce, ou à cause, de cette nouvelle fonction, les affinités des adversaires avec des éléments ont disparues. Comme les attaques élémentaires d’ailleurs. Il s’agit tout simplement d’une jauge qui se remplie lorsque l’on cogne sur un ennemi jusqu’à atteindre un sommet critique. Une fois ceci fait, notre assaillant est en état de choc, ce qui veut dire qu’il prend beaucoup plus de dégât qu’en temps normal. De plus, certains ne peuvent plus attaquer, jusqu’à ce que la jauge revienne à zéro. Plutôt grisante, cette nouvelle fonctionnalité n’en rend pas moins le combat ultra répétitif. On passe notre temps à essayer de remplir cette barre de combos lors des affrontements, en utilisant le bouton d’attaque automatique, et cela pourrait vite devenir agaçant. Heureusement, ce n’est pas la seule grosse nouveauté qu’a à nous offrir le soft, puisque aussi doté d’un système de stratégies un peu plus complexe. Ce dernier permet d’attribuer un rôle à chaque personnage. Chacun de ces rôles apporte son lot d’attributs et de capacités, comme les sorts de soin pour les soigneurs, ou d’attaque au corps à corps pour les attaquants. Sachant que les combats se jouent avec trois personnages, dont un seul est contrôlé directement par le joueur, et que les rôles sont au nombre de six, il existe pas mal de combinaisons à essayer. Enfin il faut tout de même prendre en compte que pendant longtemps un personnage ne pourra avoir que trois rôles, ce qui veut dire que chacun d’eux ne possède pas les mêmes, et qu’il faudra aussi faire des combinaisons de personnages pour un résultat optimum. Arrivé au troisième CD, il sera possible de les apprendre toutes à chacun. Cette fonctionnalité rend de suite les combats plus complexes et intéressants. De plus, les affrontements étant très vifs, il faudra y faire souvent attention, puisque les capacités apprises pour un rôle ne pourront pas être utilisées dans un autre. Ce qui veut dire que si vous avez appris un sort de soin en soigneur, vous ne pourrez pas l’utiliser en saboteur. Mieux vaut y faire bien attention dans ce cas, puisque l’on a vite fait de mourir si l’on tarde à se soigner, ou si l’on commet une erreur tactique.

On retrouve bien évidemment le Gil, la monnaie caractéristique de la saga. Et tout naturellement, elle permet d’acheter toutes sortes de choses, dont des objets de soin et des armes. Ces dernières ont d’ailleurs une place importante dans cet opus, puisque seront customisables et gagneront, elles, de l’expérience. En montant de niveau, elles augmentent leur puissance, et permettent donc logiquement d’infliger plus de dégât. Ceci s’effectue depuis la boutique, grâce aux items que l’on ramassera sur le cadavre de nos ennemis, ou dans les coffres, et s’avère bien sympa, tant parce qu’il permet d’upgrader ses armes de façon totalement intuitive que parce que cela change les idées lorsque l’on en a mare de suivre le couloir tracé spécialement pour nous, mais atrocement dirigiste et linéaire. Car après avoir énuméré tous ces points caractérisant le gameplay de ce Final Fantasy 13, on peut se demander pourquoi le bébé de Square Enix a créé la polémique avant même sa sortie. Eh bien tout simplement à cause de sa construction, contraignant tout bonnement à suivre un couloir nullement dissimulé pour avancer. Voilà qui contraste beaucoup avec ce que l’on avait pu voir dans les opus antérieurs, et qui agace sans doute tous les fanatiques de la première heure, habitués à une liberté grisante. Dommage qu’après une énumération de qualités certaines, bien que cassant quand même pas mal avec l’image que la saga possédait, nous soyons obligés d’en revenir à ce défaut franchement incompréhensible. Car si la volonté de rendre Final Fantasy plus dynamique peut paraître logique, dans le sens où cela lui permet de s’ouvrir de plus en plus à un marché grand public et aux ventes qui vont avec, et que cela amène un vend de fraîcheur bienvenu à la saga, celle de brûler l’un des éléments les plus appréciés de la saga semble totalement idiote.


Final Fantasy et sa réalisation


Ce que l’on retient le plus depuis un bon moment dans les Final Fantasy, c’est leur réalisation époustouflante. Depuis la Super Nintendo et l’utilisation du mode 7, la saga ne cesse de s’améliorer et de laisser bouche bée les joueurs s’essayant aux nouveaux épisodes. Bien entendu, Square Enix ne pouvait bâcler le travail pour cet opus. Donc Final Fantasy 13 ne déroge logiquement pas à la règle, surclassant de loin la plupart (si ce n’est tous) des RPG sortis avant lui. A grands coups de cinématiques ultra léchées, et franchement éblouissantes même sans une résolution d’image supérieure, d’effets visuels en mettant plein la vue et de décors modernes et très jolis bien que parfois un peu vides, il fait couler des larmes de nos yeux épatés. De plus, le design de ses environnements est particulier, et si l’on accroche, on est obligé de terminer le jeu pour voir ce qu’il nous réserve au fil de son aventure. Techniquement, le soft est tout bonnement en avance sur son temps, et visuellement il bat tous les records, puisque très beau et original. Même les personnages possèdent chacun un style différent mais bien réalisé, allant de paire avec leur caractère. Cependant, il est un peu moins fin sur Xbox 360, puisque n’étant pas prévu sur cette console dans les premiers temps. C’est d’ailleurs pour cette raison que ce portage, un peut fait à la va-vite, possède trois CD contre un seul pour la Playstation 3. Musicalement, même si l’on ne peut pas décemment affirmer que Final Fantasy 13 possède la meilleure ost de tous, il claque quand même pas mal les tympans. Entre les doublages excellents, vivants et entièrement crédibles et émouvants, et les thèmes magnifiquement orchestrés, dynamiques et aux sonorités innovantes, nos oreilles n’arrivent plus à redescendre de leur extase auditive. Seuls les bruits de pas s’avèrent agaçants puisque ne changeant quasiment pas de tonalité durant toute l’aventure. Enfin, les autres bruitages collent parfaitement à l’ambiance sonore.

VERDICT

Avantages

- Techniquement et visuellement époustouflant
- Gameplay plus complexe qu'il n'y parait
- Environnements très éclectiques
- Très bon scénario
- Mise en scène éblouissante
- Grand dynamisme
- Bonne durée de vie

Inconvénients

- Beaucoup trop dirigiste
- Missions de chasse inintéressantes

Graphismes
5 étoiles
9.5 / 10
Comme à l’habitude de la saga, les cinématiques sont éblouissantes et le jeu dans son ensemble dépasse des limites de beauté que l’on croyait jusqu’alors loin dans le futur. Et avec sa mise en scène ultra dynamique et vraiment plaisante, on s’en prend littéralement plein la vue pendant tout le jeu.
Jouabilité
4 étoiles
8.0 / 10
Bien que ce nouveau dynamisme soit très controversé, il apporte un certain élan de fraîcheur bienvenu à la saga. De plus, les nouveautés qui caractérisent le gamapley de ce Final Fantasy 13 le rendent très complet, plus d’ailleurs qu’il le laisse penser au premier coup d’œil. Seule sa construction ultra dirigiste pourra réellement lui être reprochée sur ce plan.
Durée de vie
3,5 étoiles
7.0 / 10
Malgré une très grande linéarité, le titre de Square Enix conserve une durée de vie tout à fait honorable, bien qu’en deçà de celle des opus précédents. Et une fois le troisième CD atteint, il sera possible d’effectuer quelques missions de chasse qui peuvent prendre un bon moment.
Bande Son
4 étoiles
8.0 / 10
Il ne s’agit peut-être pas de la meilleure de toutes les ost de la série, mais celle de ce Final Fantasy 13 est tout de même exceptionnelle. De plus, les doublages sont crédibles et émouvants.
Scénario
4 étoiles
8.0 / 10
Alors qu’on aurait pu penser que cet opus serait doté d’un scénario moins complexe que par le passé et plus accessible, afin de coller avec la nouvelle orientation large public, c’est quasiment l’inverse qui se produit. La trame est simplement divine, tout comme la mise en scène extraordinaire.
Note Globale
4 étoiles
7.5 / 10
Au final, et malgré le fait que cet opus fut sans doute le plus polémique de la saga, Final Fantasy 13 est un excellent RPG. Beaucoup plus dynamique que ses aînés, il n’en est pas moins complet et complexe dans son gameplay et son scénario. Il est aussi ce qui se fait de mieux en matière de beauté sur consoles de salon. Reste un problème de taille : l’énorme linéarité dirigiste du jeu, qui ne laisse rien présager de bon quant à l’avenir de la licence de Square Enix. Enfin même malgré ce point crucial, puisque tranchant complètement avec ce que l’on a pu observer dans tous les épisodes antérieurs, il reste très bon.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

30 Jul. 2011 | 12h50


TeddyWayne
Difficile de donner une note et de juger si le jeu est bon ou pas .. d'un point de vue personnel j'ai été déçu mais il y a effectivement quelques points très positif que tu as cités comme les personnages qui sont vraiment attachant, un bon scénario, les graphismes la bande son, le système de combat qui apporte une touche de nouveauté... Mon seul regret est qu'il reste trop linéaire ce qui fait que je me suis vite lassé sur l'intérêt du jeu et son scénario. Square Enix avait tout pour faire un excellent soft mais je pense qu'ils ont tout gâché ^^ On verra avec le XIII-2 mais pour être honnête j'ai envie de tourner la page sur un nouveau FF (comme le versus) que de rester sur le XIII. Bref à voir. SInon super test ;)

30 Jul. 2011 | 13h35


itokiry
J'attend aussi pas mal ce que donnera FF versus XIII, mais je suis aussi très intéressé par XIII-2, car peut-être Square aura réussi à virer les défauts du premiers...

Merci pour le compliment ^^

30 Jul. 2011 | 14h03


Vinz
Un FF sans ville, sans liberté, sans équipement (digne de ce nom) et sans quête annexe (digne de ce nom) n'est pas un FF. Je trouve que tu as été très gentil sur la note final, j'aurais plutôt mis 6.5 qu'autre chose. Après question réalisation, oui, il est classe, comme un Call of ou autre, mais avec un goût amère.

30 Jul. 2011 | 14h09


TeddyWayne
Ouep, en fait ce soft doit etre bien noté pour ceux qui ne connaissent rien au RPG, pour le reste cest gaché..

30 Jul. 2011 | 14h46


Zefi
Un bon scénario ? Hum, j'espère que c'est le cas après pas loin de 5-7 heures de jeu, là ou j'ai définitivement arrêté, car jusque là, c'est ridicule...

30 Jul. 2011 | 15h38


itokiry
Moi j'ai bien apprécié, mais effectivement je me demande encore pourquoi il y a Final Fantasy d'inscrit sur le boitier ^^

Et puis, au moins on a pas vraiment le temps de s'ennuyer :D

30 Jul. 2011 | 17h39


TeddyWayne
@Zefi Oui je confirme après on est un peu plus pris dans l'histoire

09 Aug. 2011 | 11h44


Zefi
Concernant les protagonistes, c'est une horreur tant dans leur design que dans leurs réactions puériles et très niais. Notamment la fin, qui finalement laisse de marbre malgré une scène sensée être poignante.
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU