Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Evoland

Console : PC
Éditeur : NC
Développeur : NC
Date de sortie : 4 avril 2013
Multijoueurs : non
Public : Tout public

Note des membres
aucun vote :-( votez !
Posté le Dimanche 21 Avril 2013 par philyra
A l'origine un petit jeu créé en 48h par Nicolas Cannasse suivant le thème de la game jam Ludum Dare #24, Evoland Classic s'offre une légère refonte mais garde cette volonté première et des plus enthousiasmante de nous faire voyager dans le temps à travers les jeux vidéos des années 80 à 90. Reprenant donc à son compte de grandes références en matière d'action-aventure de manière à nous en faire revivre les moments forts, ce dernier arrive-t-il pour autant à rendre la quintessence du genre tout en y greffant habilement cette fameuse couche de nostalgie ? Un début de réponse se cache entre les lignes à suivre.


A travers le temps et l'espace


On vous le donne en mille, le thème du concours était "évolution". Ce concept fut pris au pied de la lettre et le principe d'Evoland consiste finalement à faire une sorte de voyage dans le temps à la redécouverte des fondamentaux des jeux d'action-aventure plutôt que de proposer des nouveautés de gameplay en elles-mêmes. La première version, disponible encore sur le site http://evoland.shirogames.com, avait alors remporté la palme et attiré à ce qu'on dit pas moins de 300 000 joueurs. Et pourtant la barrière à l'entrée est conséquente. Écran fixe. Noir et blanc. Pas de musique. Du pixel qui dégouline sur l'écran et une seule commande, se diriger vers la droite ! Mais c'était sans compter sur les coffres, ces fameux réceptacles de trésors disséminés un peu partout et qui permettent au fur et à mesure de la progression de débloquer diverses technologies, systèmes de gameplay et améliorations graphiques. La notion même d'évolution devient alors bel et bien sensible. Après l'écran fixe vient le scrolling, après le noir et blanc la couleur, puis le son, et là où la version classique gratuite s'arrêtait Evoland va légèrement plus loin avec la 3D, l'anti-aliasing, le combat tour par tour les combo, les super-pouvoirs d'invocation, et d'autres idées moins nécessaires au gameplay comme les noms des lieux, les PNJ, etc. Bref, l'idée est diablement simple mais quelques soucis apparaissent rapidement. En effet, une fois passée l'heure de jeu et notamment la 3D débloquée les évolutions deviennent beaucoup moins impactantes et la progression beaucoup plus lambda. Sans compter qu'on regrette un peu aussi l'absence d'anecdotes ou de fil conducteur présentant en détail les évolutions, élément qui aurait permis aux joueurs post-années 80 et 90 de mieux apprécier les références...


A travers The Legend of Zelda et Final Fantasy


Or celles-ci sont assez nombreuses avec avant tout l'aspect du héros qui donne le ton sur le référentiel de base du jeu. Tout de vert vêtu, aux cheveux d'or, au minois enfantin, aux oreilles qui pointent et au penchant évident pour la curiosité, l'hommage à une des licences phare de Nintendo n'est décidément pas loin. Et vu la qualité de la série des Legend of Zelda, tant dans ses versions 2D que ses débuts en 3D dont Evoland fait visuellement écho (puis aussi niveau armes et petites clés de porte en fait), on n'ira pas se trop se plaindre. Les sympathiques clins d’œil ne s'arrêtent d'ailleurs pas en si bon chemin et on a tôt fait de se rendre compte, une fois notre inventaire débloqué, que les potions côtoient les plumes de phénix. Vous l'aurez compris, Final Fantasy vient également apporter son héritage en la matière. C'est quand les premiers combats en tour par tour, reprenant cette interface bleue si caractéristique, que la nostalgie gagnera les vieux joueurs et procurera un charme indéniable à l'univers existant. Pour au final constater que ces derniers sont beaucoup trop fréquents sur la carte du monde et que, autre hérésie, la notion de jauge de mana n'existe pas et enlève tout son sel aux affrontements, les potions rendues du même coup caducs par un sort de soin évidemment plus salvateur...
On s'attache néanmoins assez facilement quand une Kaeris rejoint notre équipe, qu'un Babamut fait son apparition, puis qu'on nous invite à la chasse aux Chobokos en explorant le monde à bord de notre propre aéronef. Mais une fois de plus, seuls les plus anciens joueurs seront vraiment de la partie sur ce point. On a bien une partie qui fait honneur à Diablo et devrait interpeler plus aisément les jeunes joueurs mais là aussi le jeu souffre quelque peu des faiblesses de ses inspirations avec cette frustration de ne pas vraiment pouvoir gérer son inventaire et d'avoir un personnage rigide au possible. Certes, cette dernière version profite de la gestion du game pad mais la maniabilité à 5 touches maximum est déjà d'une simplicité extrême. Raison de plus qui nous fait penser que les développeurs avaient de la marge pour nous emmener beaucoup plus loin et pas seulement nous donner d'autres petites références à Secret of Mana ou encore le Seigneur des Anneaux pour nous motiver.


A travers donjons et forêts


C'est toutefois le sourire aux lèvres qu'on migre entre les deux briques fondamentale du genre : l'exploration et le combat. De fait, Evoland respecte ce principe millénaire d'alternance entre les phases sans pour autant le transcender. Pour l'exploration, seul l'environnement 2D ou 3D change, autrement dit le paysage ainsi que toute la dimension de déplacement dans l'espace et la nature des obstacles. Quand à la variété elle émerge aussi dans le style des combats. Au départ en temps réel, au pixel près, à l'ancienne, les séquences deviennent donc au gré des zones en tour par tour voire passent par le mode hack'd slash. Si on ajoute à cela l'usage des traditionnels arc, épée et bombes, le tout associé à un panel de petits puzzles de circonstances, on se retrouve à nouveau en présence d'un schéma des plus classique. C'est un peu plus tard dans l'aventure que vient s'ajouter une subtilité bienvenue et parfaitement adaptée, à savoir le voyage dans le temps. En effet, par l'intermédiaire de grand cristaux bleus magiques (oh!) on peut migrer de l'environnement 3D à celui en 2D dans lequel nos interactions et les obstacles qu'on rencontre diffèrent. Une façon comme une autre de varier les plaisirs et de profiter d'un level design intelligent. Mais petite frustration encore car on aurait clairement aimé que ce pouvoir ne se réduisent pas à une zone et qu'il nous soit donné l'opportunité de faire la transition à loisir.
Parmi les autres raisons qui nous pousse à l'exploration, outre la volonté d'aller jusqu'au bout d'une intrigue des plus conventionnelle, tient dans le fait que les développeurs ont disséminé des coffres qui ne contiennent pas des évolutions à proprement parler mais plutôt des étoiles et des cartes à collectionner. Si les premières relèvent du défi de base de tout découvrir (et on se dit que nombreux sont les joueurs à la recherche des "succès"), les deuxièmes donnent l'accès à un mini-jeu du type Triple Triad (Final Fantasy VIII) proposé par un PNJ de village une fois ces derniers apparus. Sur un damier de 3 cases par 3, il faut capturer les cartes posées au préalable sur le plateau en posant soi-même une carte adjacente avec une puissance supérieure. Simple. Efficace. Mais uniquement contre l'IA... Or, quand on sait que l'aventure se boucle en environ 5 heures, on se dit que l'investissement est tout de même un peu élevé au vu du contenu. On peut tout à fait comprendre qu'avec une équipe si réduite les développeurs ne pouvaient aller au bout du concept malgré l'idée excellente. Pour autant on ne peut s'empêcher de penser que le côté pédagogique manque clairement à l'expérience qui s'y prêtait pourtant si bien et pouvait sans doute tenir en anecdotes plus travaillées ou dans le concept de journal.

VERDICT

Avantages

- L'intention de départ
- Les nombreuses références
- Les cartes à trouver
- Simple à maîtriser

Inconvénients

- Intérêt qui se perd après 1h
- Durée de vie courte
- Pas de mise en scène des évolutions
- Un peu trop rigide

Graphismes
3,5 étoiles
7.0 / 10
L'évolution graphique est en soi sympathique mais trop rapide et on regrettera légèrement que la 3D ne soit pas allé un peu plus loin que son look cartoon HD.
Jouabilité
3 étoiles
6.0 / 10
C'est simple, efficace mais rapidement sommaire et toujours un peu trop rigide sur le fond.
Durée de vie
1,5 étoiles
3.0 / 10
Une aventure courte. Très courte. Trop courte.
Bande Son
2,5 étoiles
5.0 / 10
Respecte bien l'état d'esprit des années dont il s'inspire. Des thèmes peu variés cependant même s'ils auront le mérite de ne pas trop s'ancrer dans la tête...
Scénario
3 étoiles
6.0 / 10
Une pléthore de références. Le public averti apréciera, les autres se sentiront sans doute un peu floués.
Note Globale
3 étoiles
6.0 / 10
Au final le sous-titre d'Evoland résume le propos parfaitement : Une courte histoire de l'évolution des jeux vidéo d'aventure. Courte à n'en pas douter. Niveau évolution l'intention y est. L'aventure on l'entrevoit mais jamais le côté épique ne viendra nous titiller. L'humour et les références feront sans doute sourire quelques-uns des joueurs à même d'en profiter mais pour les autres l'expérience s'annonce un poil trop classique pour son prix. A priori pas suffisant pour convaincre totalement quand on sait la concurrence si rude sur les plateformes dématérialisées...
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires
Encore aucun commentaire :-( Soyez le premier !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU