Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

El Shaddai : Ascension of the Metatron

Console : Xbox 360
Éditeur : Konami
Développeur : Ignition entertainment
Date de sortie : 9 septembre 2011
Multijoueurs : non
Public : 12 ans et +

Note des membres
2 votes (3.25 / 5)
Posté le Jeudi 22 Septembre 2011 par Zefi
Défenseur des jeux couillus au possible, ma conscience m’oblige à tester les ovnis débarquant sur nos sols. A l’image du nouveau titre El Shaddai, imaginé par un ancien artiste ayant œuvré sur Okami. Une œuvre boudée en son temps mais qui reste certainement l’expérience visuelle la plus osée depuis des lustres. L’autre saga dont monsieur Sawaki Takeyasu a mis la main à la pâte n’est autre que la licence Devil May Cry. Avec un passé aussi prestigieux, à quoi peut-on s’attendre de cette nouvelle production concoctée par le studio Ignition Tokyo ? Un titre qui ne laissera pas indifférent soyez en sur.

A l’heure d’aujourd’hui, travailler sur un jeu original dans son approche esthétique, semble paraître suicidaire. Toutefois, on ne peut que remercier l’audace de certains éditeurs pour encore surprendre de nos jours. De cette manière, on découvre les premiers instants d’El Shaddai qui étonnent par une direction artistique encore plus impressionnante que n’importe quel titre sorti depuis plusieurs générations de consoles. Si bien que l’on apprécie ou non, le juste milieu n’est point accepté, le rendu divise comme rarement auparavant.


Ouvre grand les yeux !


A travers un manque de détails voulu, des graphismes épurés, on voyage sans commune mesure dans des niveaux farfelus. Changeant du tout au tout, aux couleurs bien distincts, aux thèmes radicalement différents d’un environnement à l’autre, on se laisse entraîner au point de continuer la partie seulement pour voir ce qui nous attend par la suite ! Je suis tombé amoureux ! Sans voix durant une dizaine d’heure, je suis resté bouche-bée du début jusqu’à la fin. La seule et unique raison à mettre sous les projecteurs,  la cohérence des différents mondes.

Ignition Tokyo réussit l’exploit de conserver ce filon esthétique qui caractérise leur bébé, sans perdre pied en renouvelant constamment la surprise.  Ils se tiennent à leurs idées avec un certain génie et on en prend plein la face. On en redemande encore et encore. Une envie liée à un univers propre, singulier qui ne laisse pas de marbre tout en évitant de tomber dans la facilité. Tout le contraire d'un level-design bien moins bien inspiré, contenant aucune folie et d'une banalité affligeante. En un seul et même tableau, les plate-formes ainsi que les voies à emprunter se répètent inlassablement ! A mes plus grands regrets tant cette fâcheuse habitude durant la totalité de l'aventure enterre un peu plus un système de jeu plus que moyen.


Old-School au possible !


El Shaddai constitué de nombreuses séquences de plate-forme manquent clairement le coche dans ce domaine, pourtant l'idée de varier ces séquences en les intégrants lors de passages en trois dimensions et en deux dimensions n'est pas mauvaise. Pourtant même avec toute la bonne volonté qui sommeille en chacun de nous on s'ennuie clairement malgré des panoramas de toutes beautés. Lors des passages en deux dimensions, les décors construits à l'aide de vitraux sensationnels n'ont rien à envier aux décors en trois dimensions ! Malgré cela, dans le genre pépite graphique mais ludique au possible, Outland l'enfonce six pieds sous terre et sans trop forcer ! Notamment à cause d'une imprécision impardonnable lorsque l'on effectue un saut. Au final, on s'élance sans parvenir à voir et à anticiper le lieux où l'on va atterrir tout en se souhaitant bonne chance. En cumulant ces deux points négatifs, El Shaddai entame une descente au enfer avec la manière malgré une forte personnalité technique.

A croire que derrière une façade majestueuse, El Shaddai se contente du minimum syndical. Comme en témoigne un gameplay classique bien que peu réjouissant. Pourtant malgré sa paternité avec la série Devil May Cry, monsieur Sawaki Takeyasu accouche de mécanismes de combats insipides. Une désillusion qui va de pair avec les défauts précédemment cités et qui prouve que son équipe et lui même se sont seulement contentés de mettre en place un monde éblouissant. Une constatation qui se fait rapidement lorsque l'on récupère les trois seuls armes que l'on maniera et qui n'offre aucune sensation. Quelles causes ? Pas de combinaisons de touches pour effectuer diverses attaques combinées, trois pauvres coups différents, un matraquage de boutons sans aucune réflexion, saupoudré d'un manque flagrant de renouveau après quelques petites heures. Dans cette masse de mauvaises intentions, quelques lueurs de bonnes volontés font surface. Entre autre, la possibilité d'augmenter la puissance de son arme durant quelques secondes même si durant le processus, le joueur est livré à l'ennemi. Une aubaine tant certains ennemis plutôt coriaces résistent durant de nombreuses minutes à nos assauts. Même rouer de coups, le joueur peut bloquer pour mieux attaquer par la suite, une philosophie qui prend tout son sens grâce aux contres réalisables à l'aide d'un timing peu serré mais bienvenu.


Qu'est-ce qu'il en reste ?


Cependant ces quelques broutilles ne suffisent pas à contenter le joueur et comme tous les autres mauvais aspects d'El Shaddai, Ignition Tokyo n’approfondit que trop peu le fond de son titre au profit de la forme. Heureusement que les joutes nerveuses sauvent les séquences d'action du naufrage. Avec aucune prises de risques et un manque de talent flagrant qui se dégagent de cette production un peu trop paresseuse, parvient tant bien que mal à titiller le joueur avide d'expériences sensorielles. A force de casser du sucre sur ce BTA, j'en oublierais son vrai visage. Un voyage intemporelle, lié à ses graphismes et ses musiques prodigieuses. Une bande-son entraînante, se mariant parfaitement à l'esthétisme globale. On progresse avec réticences mais avec cette envie d'en voir plus de découvrir cette histoire complétement abracadabrantesque inspirée par la religion judéo-chrétienne et qui surprend à de nombreux égards. Sans être complétement mauvais, El Shaddai ne se destine pas à tout le monde mais intéressera les joueurs en manque de titre au cachet particuliers ! A essayer avant de l'adopter !

VERDICT

Avantages

-Une merveille pour les yeux.
-Les thèmes musicaux.
-L'histoire qui réserve quelques surprises !

Inconvénients

-Level-design !
-Gameplay qui manque de richesse !
-Les séquences de plates-formes

Graphismes
5 étoiles
9.5 / 10
L 'un des plus beaux jeux jamais sortis... Rien que ça ! Bien sur ce type de rendu ne conviendra pas à tout le monde cependant si l'on y adhère, l’émerveillement répondra présent !
Jouabilité
2,5 étoiles
4.5 / 10
C'est là que le bât blesse avec une prise de risque minime. Un classicisme malheureusement assumé ainsi qu'une répétitivité accrue à cause des phases de Beat'em all lassantes et des phases de plates-formes à oublier ! Une déception.
Durée de vie
3 étoiles
6.0 / 10
Une dizaine d'heures aussi cauchemardesque que sublime.
Bande Son
4,5 étoiles
8.5 / 10
A l'image du rendu à l'écran, la bande-son rehausse le niveau globale de l'aventure. Un accompagnement musical efficace, dans un monde complétement décalé ! Le choix d'écouter les dialogues en Anglais comme en Japonais en rendra plus d'un heureux ! (Moi le premier.)
Scénario
3,5 étoiles
7.0 / 10
Si le joueur survit à cette aventure qui s’essouffle précipitamment, il suivra une histoire pour le moins agréable et complétement loufoque !
Note Globale
3,5 étoiles
6.5 / 10
On en attendait un peu trop de ce El Shaddai et il fera bien des déçus parmi les joueurs qui souhaitaient un système de jeu riche et varié. A contrario l'expérience sensorielle proposée atténue la mauvaise surprise. Dommage qu'Ignition Tokyo se soit contenté d'un univers aussi sublime en dépit de tout autre aspect ludique. Remercions tout de même cette prise de risque et qui je l'espère se poursuivra avec un second épisode plus agréable au touché !
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

22 Sep. 2011 | 19h50


itokiry
Dommage qu'il n'y ait vraiment que l'apparence d'exceptionnelle dans ce El Shaddai, il était si prometteur... Comme tu le dis, espérons qu'il y ait une suite, et que celle là soit plus aboutie

23 Sep. 2011 | 09h33


philyra
J'en étais sûre. La mise en bouche était excellente mais en 1 heure en fait on en avait fait le tour. Bien dommage...

24 Sep. 2011 | 14h17


pacool
Déçu non c'est la daube du siécle .........un gros navet !

06 Oct. 2011 | 22h11


Zefi
Tu y vas un peu fort la, car des jeux a l'ambiance mais au gameplay limite il y a quelques uns qui marqueront le joueur. Celui-ci divisera a n'en point douter, mais esthetiquement il reste une petite perle graphique et a l'ambiance reussite ! Si on le prend comme tels (comme je l'ai fait) on reste la bouche grande ouverte tout en grincant des dents a de trop nombreuses reprises.
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU