Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Dragon's Dogma

Console : Playstation 3
Éditeur : Capcom
Développeur : Capcom
Date de sortie : 25 mai 2012
Multijoueurs : non
Public : 18 ans et +

Note des membres
2 votes (3.50 / 5)
Posté le Lundi 04 Juin 2012 par itokiry
Quand Capcom décide d'innover, cela donne souvent lieu à des perles vidéoludiques. C'est sans doute en grande partie pour cela que Dragon's Dogma était plutôt attendu, déjà annoncé comme l'un des tout meilleurs RPG de cette année 2012. Nous plongeant dans un univers moyenâgeux dans lequel les mythes monstrueux se promènent librement, le soft avait fait l'objet d'une preview assez enthousiasmante quelques temps avant sa sortie sur notre beau site. Maintenant que le 25 Mai est passé, voyons si nos premières impressions étaient fondées, ou si Capcom avait bien joué son coup en proposant une démo trop vendeuse.

Le retour du dragon



Si le début du jeu reste assez flou quant aux tenants du scénario et aux composants de l'univers de ce Dragon's Dogma, une fois le prologue achevé, tout devient clair. Comme son nom l'indique, il est question d'un dragon, bête mythique dont tout le monde a entendu parler au moins une fois, que ce soit dans un compte ou ailleurs. Et ce monstre aux pouvoirs impressionnants ne semble pas pouvoir être réduit à néant, sauf par l'insurgé dont il est question dans le prologue. Ce dernier arrive d'ailleurs à l'arrêter on ne sait trop comment au terme de son court et dirigiste chapitre. Puis, on passe à notre histoire, celle que nous écriront de nos mains, avec un personnage que l'on créera nous même, et à qui nous feront vivre ce qui nous semble le mieux. Ce dernier est lui aussi nommé « l'insurgé », mais ne se trouve pas à la même période historique. La première scène qu'il jouera nous annoncera la couleur de l'aventure, à savoir une chasse perpétuelle au dragon, qui lui a enlevé son cœur. Seul moyen pour le récupérer : mettre un terme à sa vie. En tout cas, c'est ce qu'il nous explique lui même par télépathie, lorsque l'on se réveille d'un profond coma. Bref, ça ne va pas être de la tarte, car en plus de devoir le retrouver, il va falloir mettre une raclée à ce gigantesque monstre rouge cracheur de feu. Mais heureusement, dans cette quête, nous seront accompagnés par les pions, des êtres sortis de nul part pour nous aider. Alors bon, ne prenons pas de gants, l'histoire dans sa globalité est beaucoup trop en retrait pour se révéler suffisamment intéressante. En règle générale, elle est de surcroît bien trop classique, très similaire à ce que l'on trouve dans la plupart des RPG du même type, tout en étant moins palpitante et complexe.

Comme dans bon nombre de jeux de rôle, en particulier ceux occidentaux, le monde est plus ou moins ouvert, et on pourra d'office aller où bon nous semble. Mais bien évidemment, une voie se dégagera largement des autres, celle conduisant à l'achèvement du scénario. Et c'est ici qu'intervient le premier défaut du jeu. On aura beau avoir une envie folle de se jeter à corps perdu dans l'exploration des terres gigantesques qui nous sont proposées dans cet opus, il vaudra largement mieux suivre l'histoire le plus possible. En effet, s'il est bel et bien possible de partir à la conquête du monde tel le loup solitaire et sans attache, on se rendra vite compte que cela ne sert pas à grand chose de plus qu'à trouver quelques objets sympathiques mais pas indispensables. Et c'est tout, mis à part de rares marchands itinérants, et quelques quêtes annexes tout ce qu'il y a de plus communes. Et s'ajoute à cela des rencontres peu amicales, et parfois carrément dangereuses, dès lors que l'on sort des sentiers battus. Car le titre de Capcom n'est pas facile. Il n'est pas extrêmement compliqué, mais sans un peu de levelling régulier on est vite perdu, et surtout dépassé par la puissance des ennemis, d'autant que ces derniers sont présents en masse dans le monde, et que leur puissance varie selon qu'on les trouve sur le chemin dessiné par l'histoire ou non. Vous comprenez maintenant pourquoi il vaudra mieux suivre le scénario ! Mais on n'enlèvera pas à Dragon's Dogma la vie dont il fait preuve au fil des heures. Les PNJ sont très nombreux et ont des réactions différentes, que l'on se plaira à découvrir. Les routes sont pleines de monde, et l'univers fait preuve d'une cohérence et d'une richesse remarquables.

Dragon rouge ?



Le titre de Capcom n'échappe pas au souci qui touche la plupart des jeux aux mondes ouverts (si ce n'est tous d'ailleurs), c'est à dire des soucis visuels et une qualité un poil en deçà des productions classiques. Ici, la carte est vraiment grande, ce qui n'aide pas Dragon's Dogma à conserver une réalisation stable et impressionnante. En premier lieu, on constatera, et on déplorera, un clipping assez fort, faisant apparaître une bonne partie de la végétation ainsi que des personnages non joueurs à seulement quelques pieds de nous, lorsque l'on parcourra la campagne. Pour ce qui est des arbres ou des buissons, il faut bien avouer que ça n'a de dérangeant que l'aspect technique un peu vieillot, d'autant que le soft bénéficie d'environnements très touffus en matière de verdure. Cependant, lorsqu'il s'agira d'ennemis, ne pas les distinguer au loin ou sur les cotés peut se révéler assez handicapant, d'autant qu'ils n'hésiteront pas à nous prendre en traître. Alors oui, on les entendra souvent arriver, d'autant que nos compagnons nous préviennent assez régulièrement, mais tout de même il arrivera que l'on se fasse avoir dans le dos. Les textures sont correctes, mais certaines se révèlent moins jolies que d'autres, un peu plus pixelisées ou dotées d'un aspect moins crédible. Dans l'ensemble toutefois, Dragon's Dogma s'en sort plutôt bien. Dommage que toutes les ombres viennent ternir le constat global satisfaisant, avec leur alliasing très prononcé. Côté points positifs on remarquera la physique et l'animation réalistes des personnages et des objets, qui n'atteignent pas des sommets d'excellence, mais s'avèrent plus convaincantes que le restant de la réalisation graphique.

La patte artistique n'est pas aussi originale que ce à quoi nous avait habitué Capcom et sa multitude de facéties et autres délires bien de chez eux. On a ici affaire à quelque chose de beaucoup plus classique, et aussi bien plus occidental qu'à l'accoutumée. Dommage, car le tout devient assez commun, presque trop banal puisque ressemblant pas mal à la plupart des RPG occidentaux, Demon's Soul / Dark Soul en tête, tout en étant moins fouillé que tout ceux là. Heureusement, il a ses vastes étendues verdoyantes de son coté, incitant fortement à voyager, explorer, tant elles paraissent magnifiques de loin, malgré un flou pas très agréable à l’œil. Les personnages, ennemis ou gentils, ne sont pas très jolis, mais bénéficient de styles vraiment très différents, comme le laisse supposer un éditeur de personnage très complet. Difficile d'en trouver deux pareil à travers le monde ! Enfin, notons que le titre prend en compte la notion de temps, et donc nous permettra de voyager de jour comme de nuit, ce qui permet deux visions différentes d'un même univers. Il faut bien avouer que les effets de lumières sont particulièrement bien réussis, qu'il s'agisse de ceux que l'on verra de nuit ou dans des environnements sombres, ou de ceux produits par le soleil en journée. Coté musique, Dragon's Dogma est plutôt bien servi, puisque doté d'une bande son réellement convaincante. Outre un accord parfait entre l’ouïe et l'image, c'est surtout grâce à ses mélodies orchestrales et vocales enchanteresses que le soft de Capcom fait son petit effet. Les doublages sont eux aussi d'une bonne qualité, entièrement dans un anglais agréable à l'oreille et non surjoué, ce qui change pas mal. Dommage toutefois qu'ils manquent d'expressivité. Et pour ce qui est de l'ambiance, les bruits de la mer, du vent, de pas ou d'oiseaux sont tout bonnement excellents.

Brochette de dragon !



Le gameplay souffre du même souci que le restant du jeu, c'est à dire un certain classicisme, et un manque flagrant et déplorable d'originalité. On retrouve un système d'expérience vu et revu, faisant monter en niveau et en puissance au fil de l'aventure. Pour cela, rien de plus simple : il faudra casser de la bébête ou du méchant, ainsi que réussir des quêtes, principales ou annexes. Un certain temps de levelling sera d'ailleurs parfois nécessaire, car Dragon's Dogma n'est pas le jeu de rôle le plus facile de la décennie. Enfin sur ce plan, il fait tout de même pâle figure face à Demon's Soul et Dark Soul, faisant tous deux partie des plus complexes. De même que pour l'XP, l'équipement suit une ligne très classique. On a droit à une construction basique de l'inventaire, et à des possibilités limitées et banales quant à la construction de notre armure. Idem coté combats, qui s'en sortent heureusement un peu mieux, mais pas grâce à une quelconque innovation plaisante. Ne cherchez pas, mis à part le système de pions assez frais, il n'y en a pas vraiment ! C'est donc plutôt pour leur facilité d'accès et les sensations qu'ils procurent qu'on leur accordera un certain cachet, bien qu'encore une fois les possibilités soient bien trop limitées et quelconques pour mériter que l'on s'y attarde. Les quelques compétences s’acquièrent en dépensant des points durement gagnés au combat, et devront être distribuées aux deux armes (principale et secondaire) de notre personnage et de nos pions, sachant que chacune pourra en accueillir trois. C'est peu, et cela va malheureusement produire un effet irritant de redondance au bout de quelques heures. On conseillera donc à tout joueur de varier souvent ses capacités et compétences, afin de ne pas avoir l'impression de faire tout le temps la même chose.

À l'instar d'un Monster Hunter ou d'un Elder Scrolls par exemple, il sera possible de ramasser toutes sortes d'objets partout à travers le monde, ainsi qu'en tuant toutes sortes de créatures. Ces trésors pourront servir à maintes choses, comme par exemple à se guérir, ou parfois pourront être nécessaires à la créations d'outils ou d'armes. Tout ne sera pas disponible à l'achat dès le début, et cette possibilité (classique, encore une fois) permettra de se sentir un peu plus fort dès lors que l'on commencera à en user et en abuser. Si l'on accroche, alors on risque bien de passer du temps à visiter les moindres recoins des villes et du monde extérieur, car tout renfoncement, toute cachette, ou toute colline abrupte abritera sans le moindre doute pléthore d'objets, rares ou non. Les ennemis nous y attendrons aussi, et eux aussi en bon nombre. Enfin, on en parle depuis le début, les pions sont des mercenaires nous accompagnant, formant une équipe bien précieuse si l'on désire arriver au bout de l'aventure, ou simplement rester en vie en dehors des fortifications. Scénaristiquement, ils sont justifiés par l'aura divine entourant notre héros, censé sauver le monde de la terrible puissance du dragon. Il ne s'agit donc pas de vrais personnages, mais plutôt de bonshommes provenant d'on ne sait trop où, et qu'il sera possible de recruter. En plus de notre pion d'accompagnement (celui qui sera toujours avec nous et que l'on pourra façonner physiquement et mentalement), notre équipe pourra en accueillir deux autres, selon nos goûts. On pourra en trouver dans toutes villes, ainsi qu'en se connectant à des pierres mystiques. S'ils sont de notre niveau ou en dessous, alors il ne nous en coûtera rien. Par contre, si l'on en rencontre de plus puissants et qu'on désire les enrôler, alors il faudra dépenser quelques points, là encore gagnés à force d'acharnement. Le très bon coté de la chose, c'est que l'on pourra s'en échanger en ligne avec d'autres joueurs.

VERDICT

Avantages

- Plutôt joli
- Une carte immense
- Un système de pions bien pensé
- Des ennemis mythologiques impressionnants
- Bonne durée de vie

Inconvénients

- Quelques soucis visuels
- Un scénario plat
- Un ensemble trop classique
- Un système de combat banal et ennuyeux à la longue

Graphismes
3,5 étoiles
7.0 / 10
Visuellement il ne se défend pas mal, même si se retrouve pourvu de soucis inhérents aux jeux proposant des mondes ouverts, à savoir un certain clipping, un fort alliasing et quelques très rares ralentissements. Dans l'ensemble, on lui reconnaîtra une certaine beauté, même si, artistiquement parlant, il reste très classique voire banal.
Jouabilité
3 étoiles
6.0 / 10
L'utilisation de pions est plutôt sympathique et permet de faire varier souvent son équipe, ce qui n'est pas un mal. Mais malheureusement, Dragon's Dogma se révèle beaucoup trop classique, parfois même un peu plat, dans sa construction et son système de combat.
Durée de vie
4,5 étoiles
8.5 / 10
L'aventure principale occupera déjà pas mal d'heures, c'est logique, et si l'on accroche suffisamment on pourra se lancer dans la multitude de quêtes annexes, pas toujours des plus palpitantes.
Bande Son
3,5 étoiles
7.0 / 10
Les musiques sont agréables à l'oreille et les bruitages sont excellents. Dans l'ensemble, même s'ils manquent un peu d'expressivité, les doublages restent corrects eux aussi.
Scénario
2,5 étoiles
5.0 / 10
Contrairement à la moyenne des jeux de rôle, Dragon's Dogma ne propose pas une histoire des plus palpitantes et complexes. L'ensemble est plat et on s'ennuie assez vite en suivant l'intrigue dénuée de la moindre particule d'originalité. Heureusement que l'univers est riche, lui.
Note Globale
3,5 étoiles
6.5 / 10
Dragon's Dogma était un projet très ambitieux, et il semblait bien qu'il ferait partie des meilleurs RPG de l'année. La démo jouable postée par Capcom peu avant sa sortie nous conforta d'ailleurs dans cette idée. Mais c'était juger trop vite un produit que l'on n'avait pas vraiment eu entre les mains. Il s'avère en effet que le titre manque cruellement d'originalité, en plus de s'être vu doter de mécaniques beaucoup trop classiques. Certes, l'aventure est plutôt sympathique, mais ce mélange étrange, à mi chemin entre un Monster Hunter et un Dark Soul, n'arrive pas à égaler les licences dont il s'inspire. On se retrouve donc avec un jeu agréable, long et assez joli, mais malheureusement pas à la hauteur des attentes. L'aventure met de surcroît quelques heures avant de devenir réellement intéressante, et ce n'est pas grâce à son scénario qui pêche par un surplus de banalités.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires
Encore aucun commentaire :-( Soyez le premier !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU