Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Dragon Quest VI : Le Royaume des Songes

Console : Nintendo DS
Éditeur : Square-Enix
Développeur : Arte Piazza
Date de sortie : 20 mai 2011
Multijoueurs : oui
Public : 12 ans et +

Note des membres
3 votes (3.67 / 5)
Posté le Vendredi 20 Mai 2011 par itokiry
Après s’être occupé de remettre au goût du jour Dragon Quest quatrième et cinquième, tous deux sortis originellement sur Super Nintendo, Arte Piazza se décide enfin à nous faire l’honneur à nous, pauvres petits européens que nous sommes, de pouvoir toucher au sixième, achevant la trilogie du ciel. Considéré par beaucoup comme l’un des meilleurs (si ce n’est l’unique) épisodes de la série mythique, il n’était pourtant pas encore arrivé dans nos contrées, et nous attendions avec impatience sa toute première apparition en France. Sous-titré Le royaume des songes, cet opus a tout pour devenir l’un des jeux de rôle incontournables de la console portable aux deux écrans. Espérons juste que les développeurs aient réalisés un travail du même acabit que sur leurs précédentes adaptations.


De la Super Nes à la DS


Il est loin le temps où l’on s’acharnait sur notre manette Super Nintendo, certes brillante d’ergonomie, mais n’offrant pas une prise en main aussi agréable que la petite DS. Certains regrettent cette époque disparue, d’autres non, mais quel que soit notre camp une chose est indéniable : Dragon Quest 6 est bien plus beau sur la portable à deux écrans que sur la 16 bits d’antan. Normal, puisqu’il s’agit d’un remake, et que l’écart technique entre les deux supports est évident. De plus, tous les environnements ont subi une refonte graphique totale dans une 3D sublime, conservant un style un peu rétro, tout en remettant à niveau techniquement. Le jeu est d’ailleurs si beau, que l’on s’attend presque à y voir des ralentissements en faisant tourner la caméra, comme cela avait pu être le cas dans les précédents volets développés par Arte Piazza. Heureusement, l’équipe a appris de ses erreurs passées, et a créé un jeu sans aucune erreur visuelle. Pas un ralentissement, pas un bug… Le tout est donc incroyablement fluide et bluffant d’ingéniosité, puisque jouant d’une manière remarquable avec la caméra et ses inclinaisons. Cela est d’autant plus impressionnant que les deux écrans de la machine sont utilisés pour afficher les décors. Ces derniers, très colorés comme à l’accoutumée, sont remplis de détails et s’observent avec délectation. Les arènes sont elles aussi superbes et vivantes. Seule la map est quelque peu décevante, puisque dotée d’un style très rétro, trop peut-être en comparaison au reste du jeu. Alors, certes, nous n’arrivons pas à un résultat égalant l’excellent Dragon Quest 9, mais on ne s’est clairement pas moqué de nous en ce qui concerne la réalisation graphique.

Côté design, rien à redire, puisque c’est ce cher Akira Toriyama qui s’est occupé des personnages et du bestiaire une fois encore. Une patte reconnaissable et un talent l’étant tout autant, au service d’un style que l’on commence à connaître, mais qui n’a pas pris la moindre ride, malgré les quinze ans qui nous séparent de la sortie originelle de Dragon Quest 6. Que l’on aime ou pas, une chose est sûre, les développeurs ont travaillé dur pour rendre l’ensemble du monde cohérent et attrayant. On remarquera le très grand nombre de personnages, possédant tous un caractère, tant visuel que relationnel, plus ou moins différent. Les ennemis ont aussi été très soignés, qu’il s’agisse de leur look, souvent très enfantin, ou de leurs animations, suffisamment fluides. Ils sont super mignons, et on n’a pas vraiment envie de leur cogner dessus, malgré le fait qu’eux ne se gênent pas. On pourra cependant reprocher au titre de nous contraindre à une vue de face lors des combats, nous empêchant de voir nos personnages. Un peu rustique, ce système a tout simplement été calqué sur celui de la version Super Nintendo, et aurait mérité d’être quelque peu modernisé, un peu comme dans le neuvième volet de la saga.


D’un monde à l’autre


Les quatrièmes et cinquièmes volets, adaptés par Arte Piazza eux aussi, possédaient chacun une particularité innovante. Dans l’un, il s’agissait d’un découpage en épisodes vraiment dépaysant, et dans l’autre on suivait une aventure se déroulant sur plusieurs générations. Que pouvait-on nous pondre après cela ? Tout simplement un système nous faisant passer par deux mondes totalement différents, mais intimement liés dans l’histoire. Ce concept marche à la perfection, et casse la monotonie d’un scénario nous faisant aller et venir continuellement dans le même environnement, comme ce pouvait être le cas par le passé. Les deux maps ont, de surcroît, été bien conçues, tout comme les donjons et les villes que l’on se fera un plaisir de visiter. Pour rentrer dans le royaume des songes, rien de plus simple, puisqu’il suffit d’y tomber. Ça parait bête, mais c’est vrai… On trouve un trou dans le sol, on s’y jette, et on y est. Pour remonter par contre, ce sera plus complexe, car il faudra trouver des puits, très souvent habilement dissimulés. Mais rassurez vous, tous ces déplacements sont inscrits dans le scénario, ce qui limite quelque peu les possibilités, mais nous empêche de nous perdre sottement. De plus, on acquiert diverses capacités durant l’aventure, dont l’une consiste tout naturellement à nous faire basculer d’un monde à l’autre.

Mais pourquoi s’embêter à passer du royaume des songes au monde réel ? Simplement pour parvenir à vaincre un gros méchant, ayant fait de grosses bêtises, qui ont beaucoup énervé votre roi. Ce dernier est d’ailleurs tellement remonté contre cet abominable ennemis qu’il vous envoie, vous, la toute récente recrue de l’armé royale, chercher le seul objet pouvant peut-être le tuer : le miroir de Râ. Bien évidemment, vous ne serez pas seul à partir, puisque cet élément est recherché par un certain nombre de personnes. Celles-ci vous rejoindront vite, jusqu’à ce que votre armée soit suffisamment forte et vaste pour terrasser le barbare faisant trembler le royaume et ses habitants. Pas très original n’est-ce pas ? Heureusement, la façon dont cette trame a été écrite est loin d’être aussi inintéressante, d’autant plus qu’un travail énorme a été fait pour que l’univers entier soit cohérent et que les personnages soient fourbes et intelligents. En effet, qu’il s’agisse d’alliés ou non, les PNJ passent leur temps à nous feinter, à nous tester, voire même à nous faire douter de nos choix passés ou futurs. Ils nous sortent des répliques drôles et intelligentes, à tel point que certains paraîtront plus charismatiques que les guerriers de l’équipe. Très bon point donc, puisque cet aspect s’était révélé plat dans les volets précédents, ces mêmes personnages étant bien trop inutiles.


Classique ou pas ?


Tout comme c’était le cas dans les deux premiers remakes, le gameplay n’est pas très innovant, puisque calqué sur celui de l’épisode original, rustique mais diablement efficace. On retrouve donc une interface, certes adaptée au support, mais très épurée. Et malgré tout ce que l’on pourra en dire, ceci est une bonne chose, car nous ne serons jamais perdus dans les menus, et la seule difficulté proviendra des combats ou des donjons. Les affrontements deviendront vite ardus, l’ennemi attaquant en masse. Mais heureusement, l’argent, contrairement à l’expérience, qui sera très longue à nous faire monter de niveau, s’engrangera à une vitesse fulgurante, ce qui signifie que l’achat d’équipement n’est pas un problème. Certains monstres demanderont une certaine réflexion pour être mis au tapis, car foncer dans le tas n’est pas la tactique que l’on préconisera. On préfèrera donc se battre souvent, même si les combats, survenant de manière aléatoire, sont bien trop nombreux et répétitifs. Enfin, le système de classes, plutôt bien conçu, méritera d'être étudié en détails, car on ne pourra s'aventurer dans les donjons qu'à quatre guerriers seulement.

On en a l’habitude maintenant, mais c’est toujours un élément qui surprend quelque peu lorsque l’on démarre un nouvel épisode de Dragon Quest, l’environnement regorge d’un tas d’objets et de pièces, dissimulés dans les meubles, que l’on pourra fouiller, ainsi que les tonneaux et les vases que l’on pourra briser. Ceci permettra même aux plus endurants de réussir une quête annexe, consistant à retrouver un certain nombre de médailles. Pour ce qui est du système de combat, il est plutôt surprenant, puisque l’on ne pourra pas choisir d’attaquer un ennemi directement, mais l’on devra choisir un groupe de la même race, dont on ne saura qui prendra qu’au moment où notre arme s’abattra sur l’un d’eux. Globalement, le challenge est plus ou moins élevé, un léger temps de levelling étant conseillé en début de jeu, puis régulièrement dans l’aventure. Ceci n’est pas seulement lié à la robustesse de nos adversaires, mais aussi au fait que l’expérience se cumule lentement, et que le gain de niveau se fait désirer. Enfin, les capacités sont parfois amusantes, tout comme les moyens de transport, bien souvent absurdes ou ridicules.


Un multijoueur ?


Oui, un multijoueur ! Heureusement d’ailleurs, parce qu'après toutes les possibilités qu'offrait Dragon Quest 9, il aurait été déplacé de ne rien nous offrir, même si l'on sera quand même largement déçu du gros changement observé entre les deux titres. En effet, Les Ailes du Firmament permettait de faire l'aventure à plusieurs, à condition bien sûr que chacun possède sa propre cartouche et console. Bien pensé, ce multijoueur avait plu grâce aux possibilités énormes qu'il tolérait. Mais ici, plus question de visiter le/les mondes en compagnie de nos amis. La seule chose que vous pourrez effectuer avec ceux possédant eux aussi le jeu, sera un échange d'infos pas vraiment utiles, n'apportant rien à la trame ou au jeu dans son ensemble. Déception ? Oui et non, puisque ceci aurait sans doute été complexe à mettre en place, et le soft ne s'y prêtait pas vraiment.

VERDICT

Avantages

-Très beau
-Très long
-Bonne traduction
-Trame passionnante
-Gameplay intuitif
-Système de classes bien pensé
-Du curling de Slime !!!

Inconvénients

-Globalement très classique
-Concept moins dépaysant que les quatrièmes et cinquièmes volets

Graphismes
4 étoiles
8.0 / 10
Passer d’une 2D, qui conserve son charme mais reste trop rustique pour de la DS, à une 3D du plus bel effet à fait un bien fou à Dragon Quest 6. Le jeu conserve un style rétro, mais a été remis aux goûts du jour de très belle manière, ce qui n’est pas un mal.
Jouabilité
4 étoiles
7.5 / 10
La prise en main était déjà excellente dans la version originale, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a encore été optimisée dans ce portage. Une interface simple et épurée, mais un ensemble un peu trop classique, malheureusement.
Durée de vie
4 étoiles
8.0 / 10
Avec son histoire longue et palpitante, sa foule de quêtes annexes, ainsi que quelques minis jeux, Dragon Quest 6 a de quoi vous tenir éveillé pendant un bon bout de temps.
Bande Son
3,5 étoiles
7.0 / 10
Malgré le fait qu’elle ne fasse clairement pas partie des meilleures bandes sonores de la saga, celle de cet épisode s’en sort avec brio, même si dotée de quelques défauts. On retrouve un grand nombre de pistes musicales connues, ainsi que de nouvelles pas forcément du même niveau.
Scénario
4 étoiles
7.5 / 10
Bien que très classique, la trame scénaristique de cet opus se laisse suivre sans encombres. Les différents éléments arrivent à allure régulière, faisant avancer doucement mais sûrement l’aventure palpitante.
Note Globale
4 étoiles
8.0 / 10
Assurément, nous tenons là une perle du RPG nippon, une fois encore. Doté d'un gameplay très facile à prendre en main, bien qu'un peu rustique, et d'une réalisation admirable, il a tout pour devenir l'un des incontournables de la portable aux deux écrans. Malgré tout, on ne peut pas dire que cet opus arrive à égaler le gros succès commercial et critique qu’était le neuvième épisode. Mais ses qualités sont légion, et son aspect hold school plaira sans doute à tous les nostalgiques.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

20 May. 2011 | 16h31


TeddyWayne
ça fait super plaisir de voir un test de Dragon Quest !!! J'y ai jamais joué mais j'ai une 3DS je vais pouvoir m'y mettre !!!! merci itokiry ;)

20 May. 2011 | 16h52


itokiry
De rien, c'est moi qui te remercie de l'avoir lu :D
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU