Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Doom 3 BFG Edition

Console : Xbox 360
Éditeur : Bethesda Softworks
Développeur : id Software
Date de sortie : 19 octobre 2012
Multijoueurs : oui
Public : 18 ans et +

Note des membres
1 vote (1.50 / 5)
Posté le Lundi 24 Décembre 2012 par Cdick
Doom 3, le jeu favori des tous les martiens en herbe, est de retour pour vous offrir un nouveau cauchemar. Oui, c'est reparti pour un tour, mais cette fois dans un package bien complet. Vous êtes prêts à replonger dans l'horreur ? Allez, on vous donne un semblant de réponse sur la résurrection de ce soft !

Depuis les origines, le jeu vidéo (comme le cinéma d'ailleurs) a évolué grâce une dialectique où innovations conceptuelles et révolutions technologiques se nourrissent mutuellement. Certains titres ont été les acteurs primordiaux de cette dialectique, sorte de « leaders d'opinion » imposant des standards technologiques et /ou conceptuels qui servaient de moule à toute une génération. Doom, en 1993, fut l'un d'entre eux, Id Software définissant, après Wolfenstein, la quintessence du First Person Shooter (FPS)... ou Doom-like comme on allait bientôt l'appeler. Une influence telle que la terminologie propre au jeu vidéo en fut elle aussi modifiée (le terme « frag » vient de là par exemple). Dans la mesure où Quake (qui posa les bases du multiplayer), Duke Nukem, Half-Life ou la série des Far-Cry, auront à chaque fois imposé de nouveaux standards visuels ou complexifié un gameplay s'éloignant de plus en plus de l’idée simple de Doom, à savoir « courir et tirer », il était évident que tout fan qui se respecte et qui attendait à l’époque Doom 3, le voyait déjà comme le messie. Et depuis, ils connaissent la réponse. Ce qui implique, que ce test est avant tout pour ceux qui n’ont jamais pratiqué ce jeu à l’époque sorti sur PC et la première Xbox.

Doom quoi...


Las avec une grande impatience, il est impossible que même les nouveaux venus ne soient pas un chouia déçus par ce Doom 3. Peut-être que certains s’attendent à autre chose qu’à Doom… Pourtant, Doom 3 est non seulement fidèle à son concept originel mais encore correspond, très simplement et à sa manière (telle a toujours été la force de Doom : une simple idée !), à la révolution que nous attendions. Pas une révolution si complexe que sa simple énonciation serait sujette à dithyrambe, mais une révolution tellement évidente à l’époque, qu’elle est considérée comme acquise, quand bien même ses implications sur le gameplay redéfinissent notre rapport émotionnel au jeu : Doom 3 était sans conteste le plus beau jeu en 2004. Mais c’était il y a longtemps ! Désormais, sa qualité graphique n’est plus du tout stupéfiante, le photoréalisme a pris un coup de vieux et la HD n’apporte pas vraiment grand-chose. Ces défauts d’une autre époque, n’aident pas vraiment les joueurs pour bien s’immerger dans ce titre.

Old school par essence, Doom 3 BFG Edition est toujours dans la droite lignée des précédents opus et, en cela, son scénario, sa structure linéaire et son gameplay apparaissent antédiluviens. En termes de récit, il s’agit d’un crypto-remake du premier Doom dont le pitch, même étoffé, reste un simple prétexte. Vous êtes un « space marine » quelconque envoyé par une puissante corporation sur une de ses bases martiennes. Après avoir été mis au parfum quant à vos prérogatives, vous êtes témoin de l’imbécillité cosmique des scientifiques, qui ouvrent par erreur une brèche menant aux plans infernaux. Des créatures dantesques s’emparent alors de la base et démembrent ses occupants. Of course, c’est à vous qu’incombe la lourde tache de leur mettre la pâtée. Bref, un scénar squelettique prompt à nous laisser zigouiller, shotgun au poing, tous les démons qui se présentent. Du coup, on regrette un peu qu’Id se soit senti obligé d’ajouter par la suite des éléments scénaristiques rébarbatifs. L’autre chose aussi inutile pour le gameplay, de vérifier en permanence le PDA qu’on possède pour lire des e-mails inintéressants censés faire progresser l’histoire, ou d’écouter des bandes audio et des vidéos trop longues, dont seul intérêt est de vous révéler de temps à autre des codes permettant d’ouvrir des magasins de munitions. Une contrainte laborieuse qui casse souvent le rythme du jeu sans pourtant le rendre narrativement complexe.

Doom 3 HD, donc ?


Cela dit, Doom 3 souffre avant tout d’un manque flagrant de variété dans son déroulement. Ce n’est pas tant l’extrême linéarité de votre progression qui exaspère (impossible de se perdre dans les niveaux, ou alors il faut être dyslexique) que la monotonie des architectures. Dans 90% des niveaux, vous errez dans des couloirs métalliques et autres hangars d’usines qui se ressemblent tous, en shootant peu d’ennemis à la fois. Il est loin le souvenir de ces niveaux à ciel ouvert où des créatures dantesques vous fonçaient dessus par dizaines ! Et c’est aussi dans ces niveaux qui, alliée au réalisme dépassé (mais où est la HD ?) des textures et de jeux de lumière déjà d’une autre époque, reste que l’ambiance sonore est toujours exceptionnelle, qui pour de peu, participe à une petite réussite d’émergence. Mais ce jeu reste avant tout un pur titre concept, dont l’unique but (et il n’en a réellement aucun autre) n’est pas de révolutionner le FPS (au contraire), mais de vous flanquer la trouille de votre vie.

Pourtant, c’est vraiment dommage que ce Doom 3 new look n’exploite pas les possibilités graphiques de la HD, que cette version est supposée nous offrir. Il y avait pourtant de quoi mettre en pratique leur brillante réflexion sur la peur, l’appréhension et les divers moyens de l’instiller. Salles plongés subrepticement dans l’obscurité, râle d’un zombi approchant, ampoule qui se brise à vos côtés, démon débarquant dans votre dos, portes se cabossant lentement sous les coups d’un monstre invisible. Tous les moyens les plus éculés sont à portés de main, mais plus au goût du jour ! Si le jeu fait parfois sursauter (du moins dans les premiers niveaux), histoire de bien nous mettre sur les nerfs, il joue par la suite sur notre appréhension (parfaitement anticipée), entretenue par la « véracité » des lieux, la puissance évocatrice des bruitages toujours exceptionnels et une obscurité tétanisant. Une obscurité quasiment permanente, à peine atténuée par une lampe torche bien agencé (cette fois) sur l’arme.

VERDICT

Avantages

-Une très bonne affaire pour ceux qui n'ont jamais touché à Doom 3
-Merci les add et tout le reste

Inconvénients

-Mécanismes d'un autre temps
-Techniquement pas top
-Le rythme qui fait rire les jeunes
-J'ai pris un coup de vieux en y jouant dessus

Graphismes
3 étoiles
6.0 / 10
C'est inévitable que malgré un affichage en HD et une compatibilité 16/10, ce FPS a quand même pris un sérieux coup de vieux. Les textures sont de mauvaises qualités et le tourne limite à la farce. Heureusement pour lui, que le fait d'avoir été un choc graphique lors de la sortie du titre original, fait qu'il choque un peu moins de le voir maintenant dans cet état en 2012.
Jouabilité
3 étoiles
6.0 / 10
Ce jeu un jeu très fatigant avec ces éternels aller-retour. Le gameplay date d'une autre époque et fera rire les plus jeunes d'entres vous.
Durée de vie
4 étoiles
8.0 / 10
Là c'est du très lourd. Avec cette nouvelle édition, le jeu occupera vos soirées pendant un sacré laps de temps. De plus, avec l'intégration des deux premiers opus, vous avez de quoi faire.
Bande Son
3,5 étoiles
6.5 / 10
Très impressionnante il y a quelques années, la bande son est toujours de très bonne qualité, mais depuis d'autres jeux lui sont supérieurs. Les musiques restent quand même très sympathiques et nous met parfaitement en condition. Les doublages sont en revanche très mauvais, aucune amélioration sur ce point. C'est bien dommage.
Scénario
2,5 étoiles
5.0 / 10
Hein ?
Note Globale
3 étoiles
6.0 / 10
C’est bien beau tout ça, mais comme dit précédemment, cette version HD n’est vraiment pas digne de figurer dans cette appellation. Au moins, le jeu n’exige plus un passage à une nouvelle carte graphique, ou d’attendre une nouvelle console. Doom 3 n’est plus le jeu luxueux de l’époque et tourne parfaitement sur tous les supports. Mais dommage qu’ils n’aient pas songer à le mettre au goût du jour, du moins techniquement parlant ! Pour ceux qui connaissent le jeu par cœur, vous pouvez aller voir ailleurs. Tandis que si c’est votre première fois, vous pouvez sortir votre portefeuille. Mais soyez indulgent, ce n’est pas la claque graphique. Dites vous, que vous aurez aussi au passage, les deux premiers Doom, sortis en 1993 et 1994. En plus de l'extension Resurrection of Evil, le tout vendus avec le troisième opus. Une jolie collection pour les fans du genre. Ce n’est déjà pas si mal.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires
Encore aucun commentaire :-( Soyez le premier !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU