Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Dead Space 3

Console : Playstation 3
Éditeur : Electronic Arts
Développeur : Visceral Games
Date de sortie : 7 Février 2013
Multijoueurs : oui
Public : 18 ans et +

Note des membres
2 votes (3.25 / 5)
Posté le Jeudi 28 Février 2013 par itokiry
Quand on tient un filon qui marche du tonnerre de dieu, alors on le garde bien précieusement et on continue de le faire vivre par tous les moyens possibles. Dead Space ne marchait pas exceptionnellement bien dans les débuts, quoique pour un titre nouveau il réalisait des chiffres tout à fait convenables, mais force est de constater qu'au fil du temps la licence a pris du galon et s'est vue dotée de meilleures ventes, profitant au développement d'une action plus haletante. Un second opus exceptionnel, un épisode Nintendo Wii bouleversant, un titre exclusif au téléchargement sur console malheureusement ingrat, et enfin une application portable des plus glauques et sympathiques... Dead Space est devenue une série dont chaque nouvel opus est attendu de pied ferme par une communauté sans cesse grandissante. Troisième numéro en date, troisième apparition du désormais mythique Isaac Clarke, et un scénario préliminaire aux airs d'achèvement ultime... Bienvenu dans la nouvelle vision du jeu horrifique par EA qui n'aura pas lésiné sur l'action, comme prévu.


Un petit tour par Tau Volantis.


À chaque épisode son nouvel environnement propre. Dans le premier c'était l'USG Ishimura, dans le second on parcourait la station brinquebalante La Méduse, et désormais c'est sur la planète Tau Volantis qu'il faudra survivre, du moins dès quatre bonnes heures de jeu (avant ce sera dans l'espace, comme jadis). Un changement qui aurait pu passer inaperçu sur le papier s'il n'avait pas été accompagné par l'ouverture que cela offre au jeu : les murs disparaissent parfois, on évolue désormais sur une véritable planète et il arrivera que notre bon Isaac soit tout bonnement exposé au soleil en extérieur. De surcroît l'ensemble des environnements est bien plus éclairé que jamais. Voilà qui a de quoi surprendre pour une licence dont le but premier était d'effrayer le gamer averti ! D'autant que pour le coup la planète choisie est loin d'être sombre, puisque totalement enneigée, le soleil s'y réverbère puissamment. D'emblée on percevra la volonté d'Electronic Arts de faire évoluer l'horreur vers quelque chose de plus cinématographique, au profit d'une action haletante pour le moins bouleversante. Certes, le second épisode de la série avait lui aussi son lot de changements et son rythme était plus dynamique que précédemment. Mais ici ce n'est plus qu'une question de rythme, il faut bien comprendre ceci : la peur a disparu, et Dead Space a muté en un jeu d'action pur et dur, incluant parfois quelques tentatives visant à faire sursauter le joueur, malheureusement en vain. La mort du jeu ? Pas si sûr, mais une évolution qui ne plaira pas à tout le monde, et qui a trop tendance à privilégier une mise en scène pêchue au détriment de bon nombre de qualités disparues ou escomptées mais évaporées.

Isaac Clarke a laissé pousser sa barbe, son mental s'est enrichi et renforcé, quoique le bougre ait décidé de fuir tout ce qui lui rappellerait le Monolithe et son culte dérangeant. Il s'est retranché dans son appartement comme pour y mourir tranquille et, en cela, son image de dur à cuir surprenant et presque charismatique s'en est allée... On a presque l'impression, dans les débuts, qu'on a troqué cet aventurier de l'extrême contre un vieux gars alcoolique du dimanche, mais c'est avant que la chasse ne reprenne réellement. Il ne retrouve peut-être pas sa vigueur d'antan, mais Isaac finit par ressembler beaucoup à ce qu'il était, en énormément moins dérangé toutefois. Et c'est un peu le même reproche que l'on pourra asséner à l'histoire de ce troisième opus qui, d'emblée, sonne comme une fin magistrale, quoique n'en étant peut-être pas une... Tout a changé, de la narration aux caractères, en passant par l'immanquable rythme soutenu imposé. Où est passé Dead Space ? Pourquoi tout dans ce troisième opus laisse un amer goût Capcomesque de Resident Evil 5, avec son scénario pâteux aux rebondissements bateaux et prévisibles ? Deux questions qui en amènent une troisième bien plus difficile à entendre : pourquoi ne nous sommes nous pas préparés psychologiquement à ce choc d'action lorsque Electronic Arts a annoncé qu'il désirait que sa licence suive le même chemin que celle de Capcom ? L'avenir de l'humanité, la survie des protagonistes dernier espoir de notre race, et la folie obsolète d'Isaac... Vous n'aviez rien de plus niais à nous proposer, rien de moins bateau et de plus prévisible ? Bref, un constat virulent qui ne contraste que trop avec les caractéristiques passées d'un Dead Space regretté.


Adieu Survival et bonjour TPS


Dead Space 2 pouvait encore être considéré, à bien des égards, comme un Survival Horror, bien qu'il soit plus orienté action que son prédécesseur. Ne serait-ce que par son ambiance glauque et réfléchie, qui obligeait le joueur à surveiller ses pas prudemment et à conserver précieusement ses rares munitions et objets de soin pour ne pas tomber à court. Mais tout cela est fini désormais, Dead Space 3 a jeté aux ordures la plus infime partie de Survival, devenant définitivement ce que l'on appelle aujourd'hui un TPS, un jeu de tir en vue de dos... Triste sort, quoique l'on pouvait s'y attendre en écoutant parler les dirigeants d'EA, qui n'avaient pas caché leur volonté de faire de la licence quelque chose de plus grand publique... Par conséquent, qui dit nouvelle orientation dit changements éloquents, et pour le coup ils sont nombreux. À commencer par un sentiment de linéarité marqué, malgré quelques phases plus libres que jamais, ainsi qu'une action plus soutenue. Les ennemis n'ont jamais été aussi nombreux, et presque derrière chaque porte il faudra s'attendre à en trouver des dizaines. C'est assez frustrant, alors qu'avant la licence jouait beaucoup sur l'ambiance, de découvrir que désormais tout est basé sur des mécanismes et une progression sans once d'originalité ni de terreur. Car malgré les tentatives des développeurs de faire sursauter le joueur dans son canapé, rien ne fonctionne plus. Et c'est bien dommage, car la frousse est remplacée par des cinématiques pêchues et des effets de styles aux tenants dénaturant littéralement Dead Space, s'éloignant bien trop de ce qu'était la série. Mais attention toutefois, l'ensemble est réussi dans son genre, et procure un gain d'adrénaline souvent revigoré. Il ne faut donc peut-être pas voir cela comme une menace au jeu d'EA, seulement son changement logique qui mitigera les avis.

Malheureusement, ce changement amène un sentiment navré lorsque l'on constate sans once de plaisir que le gameplay n'a que trop peu évolué, lui, et qu'il se révèle désormais bien trop archaïque pour supporter toutes les péripéties qui attendent Isaac Clarke dans ses aventures dynamiques. À la fois ses déplacements et ses actions sont datées, on aimerait pouvoir se retourner rapidement et déplacer un personnage moins lourd par exemple. Ou encore, puisque le but est de faire de l'action, il aurait fallu suivre la route empruntée par Resident Evil 6 à fond : des coups de poings et de pieds enchaînés divers et variés, permettant de varier les plaisirs. Parce qu'en plus on aurait plutôt tendance à trouver l'ensemble assez répétitif ! Autant dire que les premières impressions délivrées en janvier, lors de l'ajout de la démo sur les réseaux de téléchargement, étaient plutôt fondées, bien qu'il faut le reconnaître : Dead Space 3 a plus d'un tour dans son sac. Son système de création d'armes par exemple, sera bien plus agréable et grisant à utiliser que ce qu'il pouvait laisser imaginer de prime abord, et on se plaira si l'on se prend au jeu à chercher dans les moindres recoins les pièces nécessaires à la customisation et la construction. Parce que plus question d'acheter, désormais le joueur se crée son équipement lui même, comme un grand. Ce qui déplaira dans doute à ceux qui avaient prévu de survoler la campagne d'ailleurs, car très vite on a besoin d'un arsenal puissant que la ligne droite sans faire attention aux objets ne permettra pas de se constituer. Pour le reste, Dead Space 3 reste similaire à ses prédécesseurs, on conserve beaucoup d'éléments de jeu qui sont propre à la série, et ces dernier n'évoluent pas, ou pas assez.


Un nouveau décor


Avant l'atterrissage mouvementé sur Tau Volantis, ce sont deux environnements très différents qu'il nous faudra explorer, dont une planète habitée par des humains. On y est lâché dans une ville gigantesque et un peu sale, changeant du tout au tout avec les précédents décors que la série nous ait fait connaître, un peu comme si Dead Space avait rencontré Deus Ex. Puis très vite on débarque dans l'espace autour de la planète susnommée, et on y restera un bout de temps, à naviguer entre les vaisseaux présents là, un peu comme à la belle époque lorsque l'on voguait dans l'USG Ishimura. Et enfin, débarquement ultime sur Tau Volantis, la sphère enneigée sur laquelle tout doit se finir. Trois lieux bien différents, auxquels viendront se mêler des changements de teintes et d'architectures, voilà la plus grosse force côté réalisation de ce Dead Space 3. Sans cesse le titre d'EA renouvelle son cadre histoire de ne pas lasser le joueur averti, c'est presque impressionnant tant c'est bien amené. Malheureusement, la suite est un peu moins reluisante. On était habitué à prendre une grosse claque en démarrant un épisode de la série, et force est de constater aujourd'hui que le troisième épisode ne marquera pas les foules pour cela. Il n'est pas moche, mais se révèle somme toute quelconque sur le plan technique. Pas surprenant pour un sous, et de surcroît pourvu d'un moteur similaire à celui du second volet datant beaucoup, seulement amélioré en quelques points que seuls les plus regardants trouveront. Il faut bien avouer que cet opus est décevant en cela, bien qu'encore une fois on ait affaire à un titre assez joli.

Décevant aussi du côté du bestiaire, qui perd avec la mort de l'horrifique son côté glauque et malsain pour gagner une image putride mais sans once de meurtre dans les yeux. Il ne fait plus peur, plus du tout, et il faut bien avouer qu'il produit parfois un effet proche du stoïcisme le plus total. Avec la disparition de la peur, les monstres ont perdu beaucoup d'intérêt, et leur découverte en devient parfaitement quelconque. Idem pour les environnements, alors que certains essaient pourtant de faire grimper la pétoche chez les plus froussards. Les très rares zones d'ombre sont presque accueillantes, rien ne produit plus désormais le moindre effet, si ce n'est les scènes haletantes emplies d'une action impressionnante. Suivre un Isaac frêle dans des moments palpitants mettant en péril sa vie instable est loin d'être désintéressant et ne laissera personne de marbre, quoique certains passages ne soient pas aussi percutants qu'escomptés. Enfin, élément qui aura beaucoup plu par le passé chez la série d'Electronic Arts, la bande sonore de ce Dead Space 3 se révèle particulièrement décevante, bien qu'encore une fois elle ne soit pas mauvaise. Après les exceptionnelles musiques des deux précédents, les quelconques et répétitives de celui-ci sont un choc, passant réellement inaperçu sans pour autant être mauvaises. De même avec les bruitages et hurlements qui n'ont plus aucun intérêt désormais, le titre ayant abandonné toute notion de frousse. Ils restent bons, mais puisque ne parvenant plus à nous faire tressaillir dans notre canapé ils sont bien moins appréciables. Les voix sont toujours doublées dans un Français très sympathique, et les doubleurs réalisent un travail remarquable quant à eux.

VERDICT

Avantages

- Une bonne durée de vie
- Action haletante et prenante

Inconvénients

- Une histoire un peu bateau
- Gameplay assez archaïque
- Où est passé l'horreur ?

Graphismes
4 étoiles
7.5 / 10
Alors que par la passé la série nous éblouissait littéralement, Dead Space 3 semble assez quelconque, quoique tout de même joli. La claque n'est pas là, il est simplement légèrement plus beau et varié que son prédécesseur qui avait commencé à vieillir. Les environnements plaisants et variés, cependant bien moins sombres que par le passé et donc moins percutants.
Jouabilité
3 étoiles
6.0 / 10
Faire un jeu d'action avec des mécanismes datés c'est possible, la preuve avec Resident Evil 6, cependant il faut bien reconnaître que dès lors que les scènes nécessitent une certaine réactivité alors tout est plus tendu. Ici l'archaïsme des commandes contraste grandement avec la vivacité des ennemis, et on a vite le désagréable impression de leur être inférieur bien qu'ils restent maîtrisables. Dead Space 3 est avare en nouveautés, son système de construction d'armes est agréables sans être transcendant, et l'IA est toujours correcte sans plus.
Durée de vie
3,5 étoiles
7.0 / 10
Plus long que ses prédécesseurs de quelques heures, Dead Space 3 se bouclera en pas loin de 10 heures et pourra être recommencé via un New Game + intéressant. Le multijoueur est de surcroît un atout non négligeable, même s'il faut le reconnaître : on ne tombe pas que sur des bons coéquipiers.
Bande Son
3,5 étoiles
7.0 / 10
Dénué de frousse le titre perd grandement, de même pour sa bande son qui se révèle beaucoup moins percutante. Les bruitages et doublages sont toujours aussi bons, cependant les musiques sont moins agréables à l'oreille et plus répétitives que jamais.
Scénario
2,5 étoiles
5.0 / 10
Chaque épisode perdit en qualité scénaristique, débutant d'un point zéro pas forcément extraordinaire non plus à vrai dire, et ce troisième Dead Space nous fait donc vivre des aventures que l'on qualifiera malheureusement trop de prévisibles. L'ensemble est trop plat, c'est le moins que l'on puisse dire.
Note Globale
3,5 étoiles
6.5 / 10
La série a bien évolué depuis ses débuts merveilleux et horrifiques en 2008, et désormais il est impossible de nier qu'il ne s'agit plus que d'un vulgaire jeu d'action. Le problème c'est que pour un jeu d'action, Dead Space 3 n'est pas pourvu des mécanismes les plus agréables et fluides, l'ensemble se révèle assez archaïque et même déplaisant par moments. De même, son scénario a véritablement perdu en intérêt et se révèle à la fois inintéressant et prévisible. Trop peu de nouveautés et une orientation qui n'aura pas fait de bien à la licence conduisent ce troisième opus à une qualité moindre. Il n'est pas mauvais pour autant, mais désormais lorsque l'on évoquera Dead Space ce sera pour parler des deux premiers, et non de celui-ci, qui viendra rejoindre Resident Evil dans la liste des licences bafouées.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires
Encore aucun commentaire :-( Soyez le premier !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU