Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Assassin's Creed

Console : Xbox 360
Éditeur : Ubi Soft
Développeur : Ubi Soft
Date de sortie : 15 novembre 2007
Multijoueurs : NC
Public : 18 ans et +

Note des membres
1 vote (5.00 / 5)
Posté le Mercredi 05 Novembre 2008 par Zefi
Qui n’a pas commencé à rêver en voyant les premières vidéos d’Assassin’s Creed ? Titre à la fois original et au combien impressionnant, empruntant beaucoup d’ingrédients à Prince Of Persia, le titre d’Ubisoft se présentait déjà comme un Blockbuster possédant une forte aura et ayant déjà acquit a sa cause, une communauté attendant impatiemment d’avoir le titre dans leurs mains.

Le regard perçant en direction de sa cible
Comment ne pas s’exclamer devant l’animation fortement réaliste de notre Assassin ? Les nombreuses possibilités ou encore le principe même du jeu, que présentais le titre au travers des premiers trailers ? Finalement après de très longs et nombreux mois, cette nouvelle licence pouvait enfin confirmer ou non, nos premières et surtout bonnes impressions.

Je pense qu’il est bon de rappeler le but du jeu : Vous êtes un assassin qui pour se racheter une conduite, doit assassiner neuf hommes. Pour ce faire tous les moyens sont bons et se sera aux joueurs de choisir la façon qu’il préfère. Outre cette base « classique », le scénario surprend par un aspect complètement opposé à l’ambiance globale du titre et qui intervient tout le long de l’aventure titre et dont personnes ne s’attendaient !

L’envie de tuer, se fait de plus en plus ressentir
Premier constat, la version finale se trouve graphiquement en déca de ce qui nous avait été montré. Rien d’alarmant certes, mais cela reflète parfaitement la volonté des développeurs à créer un buzz énorme autours de leurs jeux quitte à mentir aux joueurs en présentant à ces derniers des cinématiques ou des photos retravaillées quelles soient In-game ou tirées de cinématiques. (Sony en tête, il faut savoir que le titre était au départ «une exclusivité» pour la Playstation III, ce qui au final surprendra personne.)


Malgré ce petit désagrément, il faut rester objectif et DIEUX QUE C’EST BEAU ! A l’époque de sa sortie, toutes personnes s’y étant essayées a reçu une claque comme rarement auparavant. Chaque mouvement qu’effectue Altair (Personnage principal du titre et fortement charismatique) semble d’un réalisme saisissant et d’un naturel ahurissant. Toute action à la fois indépendante de l’autre permet aux gameurs d’enchainer des roulades, des sauts ou encore des sprints et le tout avec une fluidité quasi-parfaite. Sans oublier les combats proposant de splendides chorégraphies, toutes plus plaisantes les unes que les autres à la fois à l’épée ou au couteau…

Venons en au cas des PNJ à l’animation tantôt très convenable comme le prouvent les gardes et autres templiers, tantôt très limite comme le démontrent a peu prés tous les autres protagonistes. Je veux dire par là, que de l’un à l’autre leurs actions resteront identiques et fixes selon la classe de l’homme ou de la femme. D’une ville à l’autre, toutes les clochardes vous poursuivent vous demandant de l’argent, toutes les dames portent leurs vases de la même manière… Sans oublier, que les personnages contrôlés par l’ordinateur ne se couchent jamais, et pour la plupart ne font que marcher sans but précis. Si cet aspect « monde vivant » reste plaisant, il reste d’une simplicité affligeante, dommage surtout si l’on a connu Fable premier du nom. Néanmoins cette volonté reste louable et permet de s’immerger un peu plus dans l’univers, et surtout jouera un rôle assez important au niveau du gameplay.

Le souffle s’accélère tout comme ses pulsions
Pour continuer mon analyse sur ce sujet, je vais reprendre une phrase écrite sur le dos de la jaquette, la voici :
« Selon vos actions, la foule sera de votre côté…ou pas. »
Là encore, le jeu ne tient pas toutes ses promesses, certains de vos choix comme le fait d’aider une femme se faisant « battre », vous permettra d’avoir l’aide d’un petit groupe d’hommes qui tiendra vos assaillants pendant que vous mettez fin à leurs existences. (Bien qu’il faudra parfois le faire pour accéder à d’autres objectifs). Autre exemple, les érudits, après avoir sauvé l’un des leurs, vous pouvez vous morfondre avec 5 des leurs et parcourir la ville (ou du moins le trajet qu’ils parcourent sans cesse, et le tout sans dévier de leur routes) sans attirer l’attention sur sois même.

Alors que l’idée était bonne, on en fait très vite abstraction à cause d’une lenteur désagréable et d’un manque de réalisme flagrant, pour palier ce désagrément il aurait fallu pour cela ajouté 6-7 érudits en plus par groupe, et là il aurait été possible d’y croire un peu, et d’avoir vraiment l’impression de tromper l’IA. Il faut se rendre à l’évidence, quelques carences rendent le titre irritant sur certains points, en particulier l’intelligence de nos adversaires. Il suffit de se cacher dans une meule de foin, ou dans un enclos recouvert de draps, pour que l’indicateur d’indice, qui est constitué de quatre stades, redevienne neutre, et qui par cet occasion, lavera le cerveau de nos ennemis et fera disparaître notre image de leurs mémoires. Certes, ce défaut vaut pour beaucoup de jeux (En particulier Metal Gear Solid mais dans une autre mesure), cependant on est en droit d’attendre un peu plus qu’un simple système de « détection » sur des consoles comme la PS3, la 360 ou encore nos bons et loyaux PC.

Il s’élance sur sa proie !
Quand a la modélisation générale du titre, elle reste particulièrement bluffante même si une certaine irrégularité viendra ternir le tableau. On a là encore l’impression de voir de multiples clones « vaguaient » à leurs occupations sans but précis, la diversité n’a pas été le maître mot de l’équipe de développement. A la manière de certains choix au niveau du système de jeu, répétant sans cesse les mêmes schémas, les mêmes objectifs… Avant d’arriver à la phase dite « Assassina », le joueur devra sans cesse monter sur des bâtiments en hauteur pour accéder à des points d’observations, de ce fait là, apparaîtra divers objectifs, rapportant un surplus de vitalité suite à leurs réussites... Altair devra par la suite, rejoindre le bureau des assassins (1 pour les trois villes) pour exécuter trois taches dite « phase d’enquête », comme écouter une conversation, dérober un objet, décimer quelques hommes pour en apprendre un peu plus sur l’un des neufs hommes que vous devez éliminer. Après votre enquête, vient le moment où vous devez faire parler votre lame sur l’homme que vous traquer depuis votre entrée dans la ville. Libre à vous de choisir la manière forte ou discrète, cependant vous devrez par la suite vous enfuir en ayant tous les soldats à vos trousses et cela après chaque meurtre.

Pour fuir, le joueur pourra monter sur les toits ou tout simplement sprinter dans la ville, pour ce faire rien de plus simple, un bouton (en locurence R sur 360) servira à trottiner et cette même touche vous permettra de vous agripper à n’importe quels rebords accessible. Tout en continuant de la presser, Altair sprintera à l’aide du bouton A (toujours sur la même console). Le principe même peut plaire mais le mot « trip » prend tout son sens pad en main, rares sont les jeux à proposer de telles sensations, le meilleur exemple reste le vertige qui par de nombreuses occasions surgira lors d’un saut de plus de 15 mettre de hauteur, ou encore la peur de tomber d’un bâtiment et de décéder de cette chute.

Pour les bastons, tout est question de timing, point de combos donc mais un sens du rythme. Parer, contrer ou encore attaquer se fait d’une facilité déconcertante, et il ne faut pas croire que le tout reste dénudé d’intérêt car au final, on prend un pied monstrueux à affronter une horde de soldats d’un seul coup. Très peu de touches serviront pour réaliser toutes les actions précitées, L permet de verrouiller son opposant, le A de lancer une attaque, R de parer (et contrer si l’on appuie au bon moment), Y pour envoyer valser ses adversaire et la croix directionnelles pour changer d’armes. Un petit temps d’adaptation sera quand même nécessaire pour se faire à la jouabilité globale du titre, qui au final procurera de nouvelles et terribles sensations.

Sa lame s’enfonce dans la gorge de sa cible.
L’environnement dans lequel vous voltigez est impressionnant, sans atteindre un niveau aussi élevé que des jeux comme Grand Theft Auto, Shadow Of The Colossus, Ubisoft et son jeu propose un univers à la fois grandiloquent mais aussi magnifique. Les trois villes que sont Jérusalem, Damas et Akre regorgent d’une multitude de détails, et il ne sera pas rare de voir des particules de sable virevolter autours de vous, à la manière des vêtements bougeant selon vos mouvements tout comme Table Tennis sortit il y a quelques années maintenant. Quand aux couleurs choisies spécialement pour les trois grandes cités, elles permettent de les différencier et proposent en plus une architecture différente pour chacune d'elle ! Autre soucis du détail, l’assombrissement du ciel qui aura une répercussion sur les villes et qui se verront porter une ombre mais qui disparaîtra quelques secondes après. Malheureusement, certains défauts viendront piquer les yeux, à la manière de certaines textures comme les feuilles et leurs ombres. Même si la modélisation des murs et autres façades restent quasiment irréprochables. J’aimerais revenir sur l’aliasing et à moins que mes lunettes soient abimées, je n’ai été aucunement gêné par cet « effet escalier » fort agaçant. (Et oui j’en porte quand je joue)

Finalement le titre de Ubisoft n’est pas exempte de défaut, répétitif après de nombreuses heures, quelques tares graphiques, ou encore un réalisme entaché en de nombreux points, Assassin’s Creed reste une aventure envoutante, originale et fort de son caractère somptueux. Sans oublier cette possibilité de grimper, sauter de bâtiments en bâtiments et autres joyeusetés qui nous feront rallumer la console et relancer le jeu, pour ressentir à nouveau des sentiments «inédits ». Un trip, tout simplement !

VERDICT

Avantages

-Incroyablement beau
-gameplay fantastique
-Bande son fabuleuse
-Sensations nouvelles

Inconvénients

-Répétitif
-Certains défauts graphique
-Parfois, un manque de réalisme qui pique

Graphismes
4,5 étoiles
9.0 / 10
Splendide, que voulez-vous même en 2008 le titre envoie du très lourd
Jouabilité
4,5 étoiles
8.5 / 10
Agréable et proposant des sensations inédites !
Durée de vie
3,5 étoiles
7.0 / 10
Conséquente si l'on veut terminer tous les objectifs (et peu variés).
Bande Son
4 étoiles
8.0 / 10
La ville vie, la musique retentit et les bruitages ne vous laisseront pas indifférent
Scénario
3,5 étoiles
7.0 / 10
On appréciera ou pas, mais le contexte historique vaut le coup d'œil !
Note Globale
4 étoiles
8.0 / 10
Comment noter un jeu comme celui-ci ? Si ça tenait uniquement à moi et par non-objectivité, j'aurais monté la note. Notamment si vous adhérez à ce
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

05 Nov. 2008 | 21h54


Ganon
Ouh putaing, il est long ton test ! Il explique au moins tous les aspects du jeu. :) Moi, j'ai été très déçu du soft, et de plus en plus par Ubi d'ailleurs. Faire la même chose neuf fois à l'identique, ça devient lourd. A la fin je me forçais de jouer pour découvrir l'histoire, qui est plutôt bonne, mais je ne ressentais aucun plaisir à part cela. Dès le quatrième assassinat, cette lourdeur m'a pesé. Pour moi, Assassin's Creed cay le mal et le plus gros pétard mouillé de 2007. :p

05 Nov. 2008 | 22h07


Zefi
Soit on apprécie, soit on déteste ! Ce sera le même cas pour Mirror's Edge je pense... Moi j'ai tripper, et comme je l'ai dit, c'est un test loin d'être objectif car je suis en mal de jeu proposant des sensations quasiment inexistante...

05 Nov. 2008 | 22h19


Ganon
Oui, c'est vrai qu'Assassin's Creed est plutôt dépaysant et c'est surtout cela qui vaut le détour. Mais tout ceci est gâché par une répétitivité qui m'a irrité. :( Même le dernier Alone In The Dark est plus plaisant à jouer (en faisant abstraction de ses millions de bugs :p). Après les goûts et les couleurs... Petit PS: on peut voir que ta note n'est pas si haute par rapport aux rédactions professionnelles qui l'ont encensé à l'époque. Peut-être que tu n'espérais aucune gâterie venant de Jade Raymond... ***tousse*** hum...hum :D

08 Nov. 2008 | 16h53


Zefi
Ben je ne pouvais le descendre (même si je me suis posé la question) mais l'expérience m'a vraiment plu et a été unique... Je voulais descendre jusqu'à 7, 7.5 pour ses gros défauts mais l'aventure tellement dépaysante que nous propose Ubi m'aurait fait monter la note jusqu' 9 (graphismes, bande-son, et surtout son systéme de combat, et la possibilité de sauter de partout !) dc une moyenne de 8 qui est convenable...

12 Mar. 2011 | 19h11


julien073
Bon jeu mais trop facile,répétitifs.
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU