Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Advance Wars : Dual Strike

Console : Nintendo DS
Éditeur : Nintendo
Développeur : Intelligent Systems
Date de sortie : 30 septembre 2005
Multijoueurs : oui
Public : 7 ans et +

Note des membres
13 votes (4.58 / 5)
Posté le Mardi 26 Juin 2012 par itokiry
Advance Wars c'est la série de stratégie au tour par tour qui aura réussi à mettre tout le monde d'accord sur Gameboy Advance, et ce en seulement deux épisodes. Mais quels épisodes ! Gardant tous deux la tête haute face aux deux autres ténors du genre sur le support : Final Fantasy Tactics et Fire Emblem, on perdait tout de même l'aspect jeu de rôle pour se concentrer uniquement sur de la tactique militaire pure et dure. Mais on gagnait aussi en difficulté et en comique, avec des personnages et une intrigue bien plus légers dans l'esprit que chez ses concurrents. Pour toutes ces raisons, on avait grande hâte de voir débarquer un opus sur Nintendo DS, alors qu'à l'époque aucun titre du genre ne trônait fièrement dans sa ludothèque. Voyons si le changement de console n'a pas affecté la qualité de cette grande série, et si Dual Strike est suffisamment innovant en terme de gameplay pour se révéler aussi intéressant que ses prédécesseurs.

La guerre en couleur et en 3D



Ce qu'il y avait de plus marquant dans les opus Gameboy Advance, c'était sans une once de doute cette vision différente de la guerre, très loin de la conventionnelle boucherie où la barbaque vole et où les morts s'amoncellent. Rien de tout ça ne venait en effet titiller notre vue ni nos autres sens, pour la simple et bonne raison que chez Advance Wars on ne voit pas la guerre sous un angle réaliste. Et c'est tant mieux ! Car à force de se coltiner du Call of Duty, du Battlefield ou du Sniper Elite, pour ne citer que ces noms-ci, on a fini par imprimer que la guerre c'est mal, que c'est sale, imbibé d'une odeur de sang peu ragoûtante, et qu'il faut à tout prix éviter d'en déclencher une. Alors bon, il est vrai que vu comme ça on aurait tendance à se dire que cela évite de banaliser et minimiser des faits atroces dont peu de soldats ou civils reviennent indemnes. Mais au contraire, la profusion de couleurs et l'explosion d'irréalisme dont est pourvue la série est une sorte de bouffée d'air frai. Elle bénéficie en effet d'une fraîcheur à toute épreuve, puisque sortant clairement des sentiers battus, au profit d'un univers très particulier qui infantilise les conflits armés. Le monde est tout mignon, presque féerique tant il se révèle coloré, et chacun des généraux aux commandes d'une armée, même les méchants, ont un design gentil. Dual Strike, en plus de conserver cette patte inhérente à Advance Wars (pour le moment tout du moins), s'est vu doté d'une refonte en 3D du plus bel effet. Certes, quelques pixels peu esthétiques subsistent, et l'ensemble reste un poil trop proche de ce que l'on avait sur GBA, mais du coup on lui reconnaîtra une cohérence parfaite avec les premiers, bien qu'il intègre un design plus réfléchi.

Chaque véhicule est joliment modélisé en 3D sur la map, et quelques petits effets dû à la refonte ont été ajoutés, comme l'ombre des nuages sur le champ de bataille par exemple. Dans l'ensemble, on ne peut vraiment pas dire que ce Advance Wars : Dual Strike est laid, mais il ne cassera pas trois pattes à un marsupial pour autant. Certes, le nouveau rendu est très réussi, mais il conserve un peu trop l'aspect basique des épisodes antérieurs, dépassés sur le plan technique. C'est donc un résultat mitigé, et nous nous trouvons à mi chemin entre le contentement de cette refonte en 3D plutôt jolie et l'exaspération devant une technique vieillissante et une 3D légèrement désuète. Heureusement, coté personnages principaux, autrement dit coté généraux, il faut bien avouer que la classe règne en maîtresse, malgré un design toujours assez enfantin. Musicalement parlant maintenant, ce Dual Strike est très similaire aux opus Gameboy Advance. Chaque général a droit à sa propre musique, bien différente des autres. Les anciens conservent bien évidemment la même qu'auparavant, et les nouveaux (vous l'aurez devinez) ont un morceau dédié tout neuf. Les bruitages sont les mêmes qu'auparavant, ce qui ne dépaysera pas mais provoquera une certaine lassitude. Ce n'est toujours pas avec cet épisode que l'on aura droit à des voix, et ce n'est finalement pas dommageable car, parfois en dépit d'un manque de personnalité, les personnages n'ont pas besoin d'un doublage qui les rendrait encore plus caricaturaux que leurs caractères et leurs aspects physiques ne le sont.

Le char au bout du stylet



Qui dit console innovante (à prendre entre de gros guillemets si l'on parle de la console présente), dit nouveau gameplay. Si par le passé on n'avait droit qu'à la croix directionnelle pour diriger nos unités, la Nintendo DS possédant un écran tactile il aurait été dommage de ne pas pouvoir s'en servir. C'est donc non sans joie que l'on pourra toucher et diriger nos troupes vaillantes du bout de notre stylet, ou du doigt selon nos préférences. Mais heureusement pour les réfractaires à cette jouabilité nouvelle, il sera toujours possible de se servir de cette bonne vielle croix. Pour le coup, ce sera vraiment selon le plaisir de chacun, car quelle que soit la technique utilisée, il faut reconnaître que le confort est parfait et la précision comme la rapidité aussi. Le principe ne change donc en rien, ce qui ne dénote pas un manque d'innovations. Outre le gameplay double, les nouveautés ne sont certes pas légion, mais se révèlent largement plus nombreuses que dans le second épisode. La liste des unités s'est beaucoup alourdie, parfois même d'objets ou armes de guerre que l'on n'aurait jamais imaginé. Ce n'est en rien un mal, car cela permet de varier littéralement les situations, qu'elles nous soient bénéfiques ou non. On retiendra en particulier l'inventivité de certaines d'entre elles, plus particulièrement le Mortium, sorte de gélatine très résistante, n'avançant que d'une case par tour mais pouvant détruire une unité en montant dessus. Voilà quelque chose auquel il faudra s'adapter !

La seconde grosse nouveauté est la possibilité de jouer avec deux généraux durant beaucoup de missions (voire toutes dans la campagne expert). Outre le fait que cela engendre un plus grand nombre de possibilités tactiques, puisque chacun possédant ses caractéristiques propres, c'est aussi l'occasion d'introduire une autre innovation : le pouvoir relais. Il s'agit d'une combinaison des deux pouvoirs de nos généraux, se traduisant par le déclenchement du premier, puis du lancement d'un second tour pour le joueur immédiatement, et du déclenchement du second pouvoir. Vous avez tout suivi ? En clair, en plus de pouvoir user au maximum des capacités de ces chers lascars, cela permet de jouer deux tours d'affilée (le premier avec le super pouvoir du général numéro un, et le second avec celui du numéro deux), ce qui est très utile lors de certaines situations critiques. Mais ne vous réjouissez pas trop vites les casuals du dimanche, car si le joueur en est capable, ce pouvoir relais est aussi utilisable par l'ordinateur. Et là, ça change la donne. Car dans la campagne normale il faut bien avouer que les développeurs ont tout fait pour nous mettre des bâtons dans les roues, en opposant des généraux gentils à leurs opposés méchants. Moins difficile que le tout premier Advance Wars sur GBA, Dual Strike est tout de même un cran au dessus du second, qui avait beaucoup perdu, lui. Enfin, les dernières nouveautés se cachent derrière le blouson de généraux que l'on n'avait encore jamais vu, et dont les pouvoirs et capacités sont souvent intéressantes, et parfois surprenantes.

Un scénario des plus conventionnels



On se rappelle des histoires des deux premiers épisodes... Enfin très vaguement à bien y réfléchir ! Parce qu'il faut avouer qu'en plus d'être narrées d'une manière un peu lourde, elles n'avaient rien de bien palpitant ni d'exceptionnel. En gros, c'était l'histoire d'une conquête, puis d'une reconquête... Black Moon, l'armée noire, l’état ennemis dirigé par des fourbes, s'attaqua par deux fois à Oméga Land, la patrie de chacun des généraux que l'on assimile aujourd'hui comme le côté du bien. Bref, rien de folichon, et même les caractères parfois amusant des généraux, et les dialogues se voulant légers, ne réussissaient pas à empêcher le joueur impatient d'appuyer sur Start pour passer à quelque chose de vraiment important : la bataille. Ici, on a toujours droit à un pitch sur Black Moon qui s'attaque à une contrée, mais cette fois-ci ce n'est plus Oméga Land la victime. On a changé de lieu, et on a changé de personnages principaux. Fini Andy et sa clé destinée à la mécanique, et bonjour à Jake et son tempérament fier et courageux ! Certes, le tout n'est pas beaucoup plus captivant que par le passé, mais on reconnaîtra à l'intrigue de Dual Strike une complexité supérieure à celles des précédents, ce qui n'est pas pour nous déplaire. Les relations entre personnages sont de surcroît bien plus réfléchies et intéressantes que par le passé. Leurs caractères sont aussi bien plus développés, en fonction de leurs caractéristiques, ce qui leur confère un attrait et une sympathie grandement supérieure.

VERDICT

Avantages

- Un gameplay intuitif et ergonomique
- Durée de vie excellente
- Toujours cette bande son particulière
- Des caractères plus développés
- Une difficulté toujours assez développée
- Un scénario un poil plus complexe...

Inconvénients

… mais toujours un peu trop moyen

Graphismes
3,5 étoiles
7.0 / 10
La refonte en 3D est plutôt agréable à l’œil, et reste très fidèle à l'aspect original sur GBA. Cependant, l'ensemble reste un poil en deçà de ce dont la console est capable. Heureusement qu'un design travaillé et quelques détails inventifs sauvent la partie technique.
Jouabilité
4,5 étoiles
8.5 / 10
Prendre en main nos unités à l'aide du stylet ou de la croix directionnelle est un vrai plaisir. On déplorera seulement un nombre d'innovations encore un peu faible, même si supérieur au second opus. Heureusement que celles-ci sont particulièrement pertinentes.
Durée de vie
4,5 étoiles
9.0 / 10
Boucler la campagne solo ne demandera pas plus de cinq à six heures à un joueur dégourdi. Mais une fois ceci terminé, il faudra s'atteler à la version expert, ainsi qu'à toutes les missions annexes, pas des plus faciles. Et bien entendu, les néophytes peuvent compter le double d'heures par rapport aux gamers habitués à la série, car la difficulté reste un cran au dessus des productions banales. Enfin, les modes défis et multijoueurs compléteront une durée de vie qui dépasse largement la moyenne.
Bande Son
3,5 étoiles
7.0 / 10
Chaque général a son thème musical dédié, correspondant plus ou moins bien à son caractère. Il faut bien avouer que chacun d'entre eux est plutôt agréable à l'oreille, même les nouveaux. Le seul réel bémol dans la bande son de cet opus est la répétitivité des bruitages, toujours les mêmes depuis le premier sur GBA.
Scénario
3 étoiles
6.0 / 10
La trame est légèrement plus intéressante que par le passé, et se révèle plus complexe (sans trop exagérer bien sûr). Les personnages sont de surcroît plus développés.
Note Globale
4 étoiles
8.0 / 10
Assurément, Advance Wars : Dual Strike est un épisode qui poursuit avec beaucoup de talent la série débutée sur Gameboy Advance. Là où l'on pouvait s'imaginer qu'elle s’essoufflerait, elle reprend du poil de la bête avec une habileté sans pareille, ainsi qu'un dynamisme et une ergonomie des plus plaisants. Que l'on soit grand ou petit, fan ou non de stratégie, il faut s'essayer à ce soft qui compte parmi les plus addictifs titres de la portable dual screen !
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires
Encore aucun commentaire :-( Soyez le premier !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU