Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Prince of Persia Prodigy

Console : Xbox 360
Éditeur : Ubi Soft
Développeur : Ubi Soft Montreal
Date de sortie : 4 décembre 2008
Multijoueurs : NC
Public : 12 ans et +

Note des membres
aucun vote :-( votez !
Posté le Mardi 02 Décembre 2008 par Ganon
Ubi Soft aura su diviser les foules, tel un Moïse séparant la Mer Rouge en deux. En effet, cela fait plus d’un an que l’éditeur français nous a sorti des titres pour le moins déroutants. Il suffit juste de citer Assassin’s Creed, Far Cry 2 voire même End War pour que deux clans se forment instantanément au sein même des joueurs. Et voilà qu’on nous présente à Paris le prochain Prince of Persia (PoP) qui sortira le 4 décembre. Est-ce que c’est reparti pour un nombre incalculable de débats sur la véritable qualité du soft ou risque-t-il enfin de convaincre la majorité des joueurs ?

Preview faite avec l’aide et la participation de Phylria


Four kingdoms

Nouveau prince, nouvel univers, nouvelle princesse, Ubi Soft a décidé de tout retravailler dans ce prochain opus qui s’annonce d’ores et déjà comme le premier d’une nouvelle trilogie. Graphiquement d’abord, l’éditeur opte pour du cel-shading avec un rendu proche du conte des milles et une nuits. Se basant sur le moteur d’Assassin’s Creed, les niveaux que l’on a pu traverser sont d’une convaincante beauté, tout du moins artistiquement, avec une excellente recherche sur le level-design et l’architecture des bâtiments, mais il ne faut pas oublier les environnements variés avec une profondeur de champ conséquente et des animations au poil. On traversera d’énormes étendues bleutées, des jardins foisonnant de centaines de fleurs et bien sûr des passages dans le désert aride. Bref, le style graphique ne pose aucun problème à l’univers de PoP et Ubi Soft ne déçoit pas à ce niveau là, comme à son habitude devrait-on dire. Néanmoins avant d’admirer ces contrastes de couleurs, on aura l’obligation de libérer la zone de la « corruption », véritable fléau sous forme de substance visqueuse noirâtre, qui absorbe tout ce qui est à porté.

Le début du jeu s’avère pour le moins linéaire mais par la suite les développeurs ont cru bon de diviser le royaume en quatre. On aura ainsi le choix de prendre l’une de ces quatre voies et de décider par quel chemin commencer. La corruption étant omniprésente, le Prince, grâce à sa nouvelle compagne, devra nettoyer la zone et restaurer la lumière. L’objectif sera par la suite de récupérer des perles lumineuses dans tout le niveau pour atteindre une quantité suffisante et débloquer ainsi une nouvelle route menant vers l’un des donjons du jeu. Mais ce n’est pas tout. Outre une influence certaine lors des combats, c’est surtout un moyen de découvrir d’autres horizons. Sans pousser le détail à son maximum on retiendra tout de même des phases de vol, de course et de sauts spectaculaires. Bien sûr, la difficulté augmentera au fil de l’aventure et s’adaptera au joueur avec, par exemple, des ennemis bien plus résistants ou une concentration de corruption bien plus importante. Un choix sûrement judicieux pour la rejouabilité du soft puisqu’on aura la possibilité d’emprunter un autre canal lorsque l’on recommencera le jeu et donc peut-être de découvrir une nouvelle expérience, cependant il a été dur de juger cette nouveauté bienvenue vu le peu de temps qui nous avait été alloué.


Saute et joue encore

Le changement est aussi visible au niveau du gameplay et du système de jeu. Alors que dans la précédente trilogie on traversait cinq minutes de sauts et de poutres pour ensuite affronter une demi-douzaine d’ennemis, les combats se dérouleront ici en duel en un contre un et se feront plutôt rares. Les phases de plates-formes seront quant à elle beaucoup plus longues que dans les anciens opus. Préparez-vous donc à en manger. Mais Prince of Persia s'accentue principalement autour de la personne qui accompagnera le héros. Telle une ombre, la princesse Elika vous suivra partout où vous irez. Elle vous aidera à vous battre, à vous indiquer le chemin à la manière d’un Dead Space (en plus féerique) ou vous sauvera la mise si vous tombez dans le vide. Il n’y a donc pas réellement de Game Over puisque si vous chutez, une cinématique interviendra et vous vous retrouverez quelques mètres en arrière. Même refrain lors des combats puisque le prince ne possède pas de barre de vie à proprement parler, ceci ressemblerait plus à du Call of Duty ou du Gears of War dans le fond, si vous vous faites toucher trop de fois, Erika viendra vous sauver mais en contrepartie l’adversaire regagnera en points de santé. Bref, un système moins traditionnel puisqu'on ne meurt jamais, qui sent bon la casualisation et qui pourtant nous convainc.

La jouabilité du Prince était très satisfaisante, gardant les mêmes mouvements que dans la génération 128 bits, mais demandait un petit temps d’adaptation dû aux sauts parfois assistés. Alors qu’avant il fallait maintenir le bouton de saut pour courir sur le long du mur, ici une simple pression suffira. On sera donc déboussolé de cette simplicité au départ déroutante.
Rare pour un jeu de plate-forme, il est aussi à préciser qu’aucun problème d’angle de caméra n’est à déceler, même lors des combats. Combats d’ailleurs là aussi simplifiés puisque les quatre touches principales du pad suffisent pour faire des combos et auront à chaque fois le même résultat (entendre par là qu’il ne faut pas appuyer longuement sur X puis deux fois sur A pour sortir un coup spécial). Le bouton A sert donc à sauter, la touche X à asséner des coups avec son épée, Y à appeler Elika et enfin B, tel un Nero dans Devil May Cry 4 avec son Devil Bringer, à attraper les ennemis avec la griffe du prince pour les envoyer en l’air. Visuellement, on est souvent entrain d’assister à une chorégraphie entre les deux personnages, et la facilité pour sortir des combos quasi-déconcertante. Il est aussi bon de savoir que les limites du terrain sont pris en considération et qu’on pourra sortir notre adversaire du ring ou de le coincer contre un mur, on aura affaire à ce moment là à un système de QTE plutôt bien implanté et pas spécialement redondant. Le seul regret à ce niveau viendrait peut-être de la lenteur des déplacements du prince où le seul moyen d’aller plus vite vers l’ennemi lors d'un duel est de « dasher » avec le bouton A, ce qui est plutôt lourd. Et pour bien signaler que les combats ont été relégués au second plan, les développeurs d’Ubi Soft n'ont pas hésité à donner la possibilité au joueur de justement en éviter certains en se débarrassant du vortex de corruption avant qu’un monstre corrompu ne surgisse. Pratique.
Finissons quand même par un petit constat négatif avec une version française très peu convaincante qui manque clairement de charismes et de jeux de voix, on espère donc qu'une option vers la version anglaise, si elle est meilleure, sera disponible par la suite.

Bref, le nouveau Prince of Persia s’annonce sous les meilleurs auspices. Très joli à regarder et très plaisant à jouer, ce nouvel épisode a tout pour convaincre les joueurs les plus exigeants. Il est vrai qu’une certaine facilité a fait son apparition pour satisfaire le plus large public possible mais cet opus est loin de renier ses origines et on nous promet une bonne douzaine d’heures pour le finir. L'un des hits de ce Noël 2008 à n'en pas douter.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

04 Dec. 2008 | 18h20


Zefi
En occaz peut-être... Le manque de challenge me fait vraiment peur !
Edit : Vraiment pas pour moi au vu du test de Gamekult et de la facilité qui au final nuit au plaisir de jeu (toujours d'après le test).

06 Dec. 2008 | 21h16


Ganon
Ce côté de ne pas mourir, donc moins de challenge, ne m'a pas spécialement nui, après c'est vrai qu'il peut y avoir un côté répétitif avec l'obligation de récupérer les perles lumineuses, mais le peu que j'ai joué ne m'a pas gêné. Je les trouve légèrement dur sur la note, eux qui avaient mis 8/10 à Assassin's Creed...

07 Dec. 2008 | 23h28


Zefi
Le probléme est que ce nouveau Prince malgré ce côté artistique n'a pas l'air d'apporter beaucoup de chose par rapport aux précédents, surtout au niveau des combats qui m'ont l'air là encore d'une simplicité à me faire gerber... J'essayerais pour voir si je me trompe, mais au vu des vidéos...

Je me rappel des nombreux passages où j'ai pu passer des dizaines de minutes à regarder toutes les parois à laquelles je devais m'accrocher pour éviter de tomber et de recommencer du début. Certes on peut toujours le faire mais je n'en vois plus l'interêt finalement...

J'apprécie que les combats soient beaucoup moins présents, ce qui permet de l'exploration bien plus importante !

Je pense pas qu'il y ai tout à jeter, et c'est pour ça que j'essayerais le titre pour me faire mon propre avis !

Le titre divisera les joueurs, j'en suis sur !

08 Dec. 2008 | 12h21


Ganon
Bah une fois qu'on a pigé que le combat se basait sur le timing, il est clair que cela devient largement plus facile, mais de là à dire qu'ils sont simples, dans le mauvais sens du terme, c'est un peu trop facile à critiquer. Je les trouve par exemple bien mieux implantés qu'un Assassin's Creed et bien plus marrant à jouer. Après au niveau des plates-formes, ce qui m'a le plus souvent découragé dans les précédents opus :une fois mort, c'est recommencer dix minutes avant, être énervé puis se planter trois fois de suite alors qu'on n'a même pas ré-atteint l'endroit où on était bloqué la première fois. et encore recommencer. Lourdingue. C'est d'ailleurs dommage que tu critiques en supposant puisque les phases de plates-formes sont d'une certaine façon un peu plus difficile car c'est parfois une dizaine d'enchainements qu'il faut faire sans interruption, s'il fallait tout recommencer depuis le début, ça m'exaspérerait. La seule chose vraiment dommage ce sont les pièges, comme les lames qui parcourent le mur par exemple, qui sont bien moins présentes, et bien sûr cette assistance omniprésente où on a plus l'impression d'être spectateur qu'un réel joueur : on appuie sur un bouton et le prince cour, s'accroche au mur sans aucune autre aide. Quant au côté exploration, il est bien moins présent que les précédents et d'une certaine manière bien plus linéaire malgré le choix du chemin. En fait son plus gros défaut selon moi, c'est cette obligation de récupérer les orbes lumineuses qui m'a l'air assez répétitif.

11 Dec. 2008 | 14h38


Zefi
C'est une question d'avis personnel, moi j'ai trouvé que c'était l'un des points forts de Sands Of Time : Observer pour éviter de crever et de devoir recommencer...

JE SUIS MASO !

Pour le systéme de combat comme j'ai dit, j'attendrais de m'y essayer ;-)

Et là tu viens de briser mon envie de m'y essayer coute que coute, le côté exploration, moins présent ? Mais c'est ce dont j'espérais le plus ! Sutout que les combats sont en nombre bien plus inférieure que dans le passé d'après un certain site...



11 Dec. 2008 | 17h04


Ganon
Ouais, ouais, il y a moins d'exploration. On y croit au début avec d'énormes plaines et des étendues de sables à perte de vue, mais à la fin on se coltine un enchainement de poutre sans réfléchir pour arriver là où l'on veut.

13 Dec. 2008 | 15h47


Zefi
Bon ben vraiment à prix mini, d'ici là le second volet sera déjà sorti !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU