Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Dragon Age 2

Console : PC
Éditeur : Electronic Arts
Développeur : BioWare Corp
Date de sortie : 11 mars 2011
Multijoueurs : non
Public : 18 ans et +

Note des membres
1 vote (3.00 / 5)
Posté le Mardi 08 Février 2011 par philyra
Fin 2009 Dragon Age Origins avait affirmé l’image de marque de Bioware en termes de développement de RPG haute qualité. Pour aborder la réalisation du second opus l’équipe créative a voulu donner un coup de fouet à la légende et surtout apprendre de son premier jeu. De la même manière que pour Mass Effect 2 ils sont allés sur les forums officiels de leur propre titre, ont glané des informations sur les caractéristiques qui étaient définies comme utiles, efficaces, ou alors à reconsidérer voire supprimer. Le travail d’analyse des commentaires des joueurs aura-t-il eu un impact positif sur le gameplay ? Un début de réponse dans les impressions qui suivent.

Toujours plus de sang frais


Lors du showcase d'EA de janvier dernier, contrairement à Portal 2 qui n’était disponible que sur consoles, Dragon Age 2 s’est singularisé par ses bornes PC. Compte tenu que l’on peut considérer cette série comme l’héritière officieuse de Baldur’s Gate (Bioware également) l’opportunité de tester cette version sur ce support fut une sorte de soulagement. C’est donc une toute nouvelle histoire qui s’offre à nous en la personne du héros Hawke, à partir de l'époque de son évasion de Lothering jusqu'à sa victoire à Kirkwall dans les Free Marshes. Il s’agit plus exactement de son ascension en tant qu’élément fondamental de l'univers de Dragon Age, sachant que de fait l’histoire s’annonce lourde en rebondissements, mise en abyme et autres flashbacks. Les véritables conteurs s’avèrent ainsi être Cassandra et Verik. Ils doivent ensemble sauver un monde sur le point de succomber à la guerre non pas en se battant eux-mêmes mais en découvrant ce que prépare Hawke depuis Dragon Age : Origins.

Mais avant de rentrer dans des détails dont une preview ne saurait retracer la quintessence, on s’aperçoit d’une première chose fondamentale en posant les yeux sur l’écran: les graphismes ont eu droit à un bon lifting du côté des lumières, effets visuels, personnages, paysages, etc. Ce qui faisait l’une des caractéristiques du jeu, à savoir les giclées de sang bien senties qui s’accrochent sur votre héros même pendant les cinématiques, demeurent on ne peut plus présentes dans la mise en scène. En parlant de héros d’ailleurs, malgré la race qui est imposée vous pourrez toujours améliorer son apparence et sa classe choisie parmi trois bases : voleur, mage, guerrier. Les développeurs ont beaucoup misé sur la simplification de manière à attirer un plus large public (ce fut la même chose pour Mass Effect 2 après tout et la recette fut bonne). Dans l’ensemble le jeu est plus rapide, plus brutal, plus sombre, moins réfléchi, et le meilleur à tous ces changements c’est qu’ils trouvent une réelle justification au sein du scénario.

Le dragon affûte ses griffes


Un sentiment d’accessibilité se dégage donc de ce second épisode et cela commence avec une interface un peu moins utilitariste et surtout mieux intégré visuellement que dans le premier opus. L’arbre des compétences a également été revu et corrigé, avec des personnages qui s’adapteront au style du joueur tout en restant équilibrés et donc jamais en marge. Mais c’est sans doute le système de combat qui a été le plus sensiblement remanié. Il est encore possible de mettre le jeu en pause, ce qui confère toujours un aspect stratégique aux combats notamment pour viser avec les habilités de dégâts de zone, néanmoins désormais chaque action a une répercussion immédiate dans les mouvements d’un des quatre guerriers du groupe (en l’occurrence ils étaient quatre lors d’une phase de gameplay dans un temple, et deux lors d’une autre séquence extérieure, Hawke et sa sœur Bethany en début d’aventure dans le deuxième cas). Finie l’attente entre des coups qui s’accumulaient le long d’une liste. En clair, une pression sur un bouton est c’est une frappe directe d’enclenchée. De la fatigue de temps de réflexion pour le cerveau en moins c’est déjà ça de pris pour apprécier l’histoire !

En terme de narration d’ailleurs la patte de Mass Effect 2 est aussi passée par là. L’ancien arbre de dialogue est devenu plutôt une roue de dialogue. Celle-ci s’inscrit à mon sens plus dans la progression naturelle des échanges entre personnages. Selon nos choix BioWare a même mis des icônes pour faire comprendre le ton de chaque réponse : la branche d’olivier pour figurer la diplomatie, le poing pour se lancer dans un discours enflammé, etc. Bien évidemment le cœur du jeu reste le même et les amateurs reconnaîtront l’univers. Pour autant il semble bien que l’expérience s’annonce plus orienté action-aventure. Un moyen comme un autre d’offrir plus de profondeur aux thèmes abordés et aux cinématiques, comme le veut un peu plus le système de consommation actuel…

A noter qu’avec une manette Xbox360 le sentiment de contrôle des actions s’est révélé assez probant, chose rare pour ce genre de jeu ce qui m’est apparu d’autant plus important à remarquer…
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

09 Feb. 2011 | 20h23


Zefi
J'attends la version comportant tous les DLC du premier, si possible...
Vu que j'ai eu le malheur de prêter ma version et de ne plus en voir le couleur...
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU