Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité

Alan Wake

Console : Xbox 360
Éditeur : Microsoft Games
Développeur : Remedy Entertainment
Date de sortie : 21 mai 2010
Multijoueurs : non
Public : 16 ans et +

Note des membres
3 votes (4.17 / 5)
Posté le Dimanche 28 Février 2010 par philyra
La première annonce officielle concernant le développement d’Alan Wake remonte à l’E3 2005. Cela fait donc 5 ans que le studio finlandais Remedy planche sur ce jeu ambitieux et pour le moins attendu. Lors d’un fanday Microsoft l’occasion nous fut donné de rencontrer un des game designer ainsi que le Head of Franchise Development de manière à en apprendre plus sur ce titre dont ils peaufinent les détails depuis un an maintenant. Puis en fin de présentation nous avons pu mettre la main dessus alors voici mes impressions encore fraîches de l’expérience…

Seul dans le noir, ou presque


Bonne nouvelle pour nos amis littéraires et cinéphiles, le scénario ainsi que l’ambiance et la mise en scène d’Alan Wake semblent avoir été soigneusement travaillés. On pourra notamment noter des similitudes avec Alone in the Dark et notre cher Edward Carnby, seulement notre héros n’est pas un détective de l’impossible mais plutôt un célèbre écrivain qui tente de retrouver son inspiration en partant en vacances dans les montagnes relativement isolées de Bright Falls. Mal lui a en pris puisqu’il va finalement vivre un cauchemar où tout commence avec la disparition de sa femme Alice. Le jeu se déroule en séquences alternées entre le jour et la nuit, assez linéaires mais pour le moins intenses, comme si on vivait les chapitres d’un livre maudit. La lumière représente symboliquement la sécurité, la paix, la chaleur, le regain d’énergie, et de fait dans la journée vous devrez avant tout explorer les environs, interagir avec les habitants et pourquoi pas vous intéresser à quelques quêtes optionnelles. A savoir que 50 trophées sont à débloquer, relativement simplement d’ailleurs mais c’est toujours une attention sympathique. Rien de bien méchant en somme. Par contre lorsque le soleil se couche on passe bel et bien du côté obscur, et lors de notre voyage à la recherche de notre amour perdu nous ne serions nous passer de notre lanterne !

C’est un élément doublement important dans le sens où il est un outil utilisé dans le gameplay et qu’il représente à lui seul une ambiance. Vous aurez principalement à évoluer dans des forêts sombre et la lampe torche émet un faisceau, qui faiblit au cours du temps, et qui sera surtout salvateur contre les possédés qui vous attaquent. Ces créatures de la nuit se déplacent à bonne vitesse et se cachent dans la brume environnante. Jeux d’ombres, de lumière, de particules, de caméra font la force du jeu tant sur le plan graphique qu’au niveau des combats. Ces derniers ne souffrent que de l’impossibilité de repousser les ennemis d’un petit coup de coude s’ils s’approchent trop près, chose fréquente, sans compter que l’esquive est certes réalisable mais peu instinctive. Autrement nous avons droit à de bonnes vieilles astuces pour avoir de bons coups de frayeur : nuées de corbeaux qui vous plongent dessus, poltergeist avec les objets qui se jettent sur vous, images instantanées à l’écran… Bref de quoi tenir en éveil. En plus de cela, ayant testé un niveau de début et de fin de jeu, nous avons pu remarquer que la difficulté se veut croissante.

En guise de conclusion à la démonstration nous avons eu le droit à une séquence sur une scène de rock où une masse d’ennemis venaient nous affronter, et c’est l’occasion de mettre l’accent sur deux choses. Outre les faiblesses du combat rapproché comme souligné plus haut, le côté survival tel qu’on a pu le connaître dans un Resident Evil ou un Dead Space n’a pas lieu d’être ici. Le nombre de munitions qui traînent partout est presque indécent et les énigmes sont pratiquement inexistantes. Par contre, chose vitale pour créer une ambiance digne de ce nom, les musiques et la bande-son s’annoncent grandioses. Certains angles de caméra ont également été vraiment bien pensés lors des scènes d’action (Remedy est à l’origine de la série des Max Payne rappelons-le) avec parfois l’impossibilité de voir dans son dos, chose en soi logique mais pas si évidente dans un TPS (vue à la troisième personne), en plus de la sorte de bullet time qui offre certains ralentis très à propos dans les phases de tirs. Encore une fois la lampe torche que vous tiendrez en main aura pour influence de gêner les ennemis avant de les abattre via un bon petit panel d’armes, allant du fusil au revolver en passant par le pistolet et les fusées éclairantes. Des grenades aveuglantes seront également de la partie histoire d’apporter encore un peu plus de chaos à ce joli tableau.

En clair, avec son côté à mi-chemin entre le fantastique (les références à Stephen King sont nombreuses) et un photo réalisme largement convaincant, voilà sans doute le jeu qui se pose comme le digne héritier de la série Alone in the Dark, le cinquième épisode ayant été assez moyen. Une aventure à vivre comme une bonne série télévisée, des dires même des développeurs, avec mises en abîme et avant-goût de suite à la fin, plus des DLC qui devraient arriver si le jeu remporte un vif succès. C'est sincèrement tout le malheur qu'on lui souhaite.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires
Encore aucun commentaire :-( Soyez le premier !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU