Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité
Posté le Dimanche 22 Août 2010 à 15:43 par philyra
Dans le salon il y avait bien un petit coin du hall 5.2 (business area only) où les petits studios français étaient regroupés, mais face aux portes fermées, à part chez Ankama, le seul endroit où espérer entendre des discussions dans notre belle langue était de se diriger vers le stand professionnel d’Ubisoft. Une occasion que je n’aurais manqué pour rien au monde (enfin une pause avec l’anglais !), profitant du patriotisme du RP pour me glisser une fois de plus à l’intérieur des murs sans rendez-vous préalable…

Résultat des courses : j’ai profité à fond de mon passage pour assister aux présentations de nombreux jeux et pour rencontrer notamment Eric Chahi en personne (créateur d’Another World) au sujet de son jeu From Dust.



Tout est une question d’ambiance.


Je me présente devant la porte, un petit mot de français et le tour est joué, me voilà dans la petite salle de présentation avec le monsieur en personne. Pas très à l’aise en anglais, Eric Chahi dégage un tel capital sympathie qu’il en devient incroyable de sincérité. Emprunt de l’énergie de son jeu qu’il réussi à nous transmettre par des phrases simples, on découvre un monde naturel totalement malléable. Nous incarnons l’esprit sacré d’une tribu nomade qui s’est établi ici sur un petit bout de terrain sablonneux. Tout autour la végétation, la terre dans tout son état le plus naturel, et qu’il s’agisse de l’eau, du sable, de la lave, nous avons tout pouvoir de transformation. Nous en sommes encore très tôt dans le développement mais les effets de la physique sont déjà présents et agréable à regarder. C’est là que décide Eric Chahi de nous présenter un moment clé dans cette démonstration, l’arrivée d’un tsunami sur le village. Nous avons alors un certain timing pour amener un petit personnage de la tribu jusqu’à un totem de pouvoir (il était caché dans le sable) de manière à ce que les autochtones retrouve le pouvoir de l’eau et se protège de la grande vague. En résulte une petite danse sacrée et la conviction que ce jeu a un bel avenir devant lui. Disponible uniquement en téléchargement, on peut espérer une grande variété d’environnements, de la flore et de la faune aussi, ainsi que plusieurs pouvoirs à découvrir avec la maîtrise qui s’accompagne.

Je regarde ensuite les autres portes… Et je finis par aller voir la présentation de Driver San Fransisco, Ghost Recon Future Soldier et enfin Assassin’s Creed Brotherhood.



Euh... Comment dire… C’est pas bien mais je passe mon tour.


Commençons par Driver. Nouveau jeu de voiture qui reprend les contours de la cité emblématique où les courses poursuites sont les plus impressionnantes du fait des petites collines qui se succèdent, Driver nous propose de retrouver Tanner et Jericho, deux personnages adeptes des cylindrés. Néanmoins l’originalité de cet épisode sur lequel je m’arrêterai quelque instants tient en un mot : le « shift ». En soi les mécaniques de conduites restent les mêmes que dans les précédents épisodes mais par contre on nous donne désormais la possibilité de sauter de véhicule en véhicule, de prendre le contrôle de n’importe quel conducteur. Pour se faire, une petite séquence de ralenti avec une vision du dessus plus ou moins éloignée selon votre niveau, ainsi que des informations sur la voiture que vous fixez. Le jeu possède plus de 1000 licences, ce qui est assez impressionnant, et la manœuvre est extrêmement intuitive après test sur le stand. Très utile lors d’une poursuite avec plusieurs voitures de police. Une mauvaise embardée et hop on revient sur l’autre véhicule pour reprendre la poursuite !


Je viens de remarquer les sigles « photos interdites ». Mais ce n’est pas vraiment comme si on voyait grand-chose.


Pour ce qui est de Ghost Recon Future Soldier, nous voici devant un nouveau FPS à la sauce guerrière. Néanmoins le souci de réalisme est relativement bluffant, les développeurs et autres designers s’étant assurément posé la question de savoir (auprès de professionnels notamment) quel sera le soldat du futur. Un conflit en Europe du Nord nous permet d’avoir une vue sur une mission spéciale qui est de s’infiltrer derrière les rangs ennemis de manière à protéger l’arrivée d’un convoi américain. Il nous faudra même faire prisonnier un personnage extrêmement bien gardé. Vous avez alors à vos côtés toute une petite équipe, soit d’intelligence artificielle soit d’autres joueurs (ce qui s’annonce jouissif), pour mettre en place des tactiques d’approches et de combat. A suivre…

Venons en maintenant à la suite 2.2 de la série désormais célèbre Assassin’s Creed. J’ai eu droit tout d’abord à la présentation de début de jeu identique à celle de l’E3, avec l’attaque de la famille Borgia sur l’hôtel particulier d’Ezio Auditore. Pris à parti alors qu’il était en charmante compagnie, notre héros fait face à la dure réalité en allant défendre sur les remparts à coup de canon son quartier général. S’ensuit une fin tragique faisant directement suite au deuxième épisode de la licence. C’est alors qu’Ezio, dans la force de l’âge, décide de reconstruire son clan d’assassin en recrutant des rebelles à la famille Borgia qui maîtrise d’une main de fer la population. Ensuite il les entraîne, améliore leur équipement, les envois en mission pour qu’ils gagnent de l’expérience ou les appelle à l’aide. Cependant notre maître assassin reste capable de se défendre tout seul, outre ses accessoires de combat, monsieur dispose de nouveaux combo, se déplace de manière plus fluide et peut utiliser son pistolet en même temps que son épée, sans compter le lancer de hache destructeur quand il a le loisir de ramasser ce qui traîne. Côté informations de la GamesCom on apprend que le jeu est fait pour durer minimum 15h. La séquence de jeu en question nous présente la destruction d’une tour possédée par le clan Borgia, après avoir tué un ennemi spécifique, de manière à ce que la zone soit libérée de l’oppression et s’ouvre aux boutiques et aux opportunités de recrutement. On découvre également que les chevaux sont disponibles dans la ville et qu’on pourra se battre dessus, que vos recrues peuvent mourir, et que l’environnement fait trios fois la taille de Florence… Du lourd s’annonce. L’attente se faisait d’ailleurs sentir sur le stand des visiteurs.


Personne devant la porte. Par contre du côté des visiteurs…


Enfin je terminerai cette joyeuse description sur Might & Magic Heroes VI. Si le nom a changé par rapport à avant c’est que à l’instar de Tom Clancy, Might & Magic est devenu un nom de licence, d’où l’excellent Might & Magic Clash of Heroes, qui en passant devrait atterrir sur le XboxLive Arcade si mes souvenirs sont bons. Bref, qu’est-ce que donnent les 5 ans de développement pour M&M HVI, telle est la question que vous devez vous poser. Alors c’est bien clair, les fondements de la série ont été respectés, avec toujours ce système de jeu de stratégie avec quartier général, héros sur la carte, monstres en combat sur un damier, et ressources à disposition sur le terrain. Première nouveauté cependant, votre quartier général revêt véritablement les améliorations que vous effectuez. Vous pourrez donc allez espionner votre adversaire pour voir où il en est. Quant aux ressources elles seront désormais regroupées en une zone dont vous aurez le contrôle en investissant une tour qu’il faudra garder sous contrôle. Les arènes de combat sont plus grandes bien que leur aspect reste similaire à l’épisode 5. Le terrain sera sujet à des évolutions dynamiques. Certaines missions spéciales vous assureront la victoire, avec une seule action par tour pour chaque monstre et des pouvoirs bien définis selon la classe du héros et utilisable via une jauge à droite de l’écran. L’apparence de vos héros est également modifiable. Ils sont de trois catégories (homme ou femme) : nécromancien, guerrier ou seigneur démoniaque, et dans l’histoire il s’agit de frère et sœur que le destin oppose tragiquement. Côté graphismes la vue en 3D isométrique assure un très beau rendu de l’environnement, vivant, vivace et détaillé.



La porte, toujours aussi sommaire, par contre les artworks font rêver.


Certes il y avait RUSE, Hawx 2, Mickael Jackson, les lapins crétins, Just Dance 2 et autres, mais ce n’était juste pas humain de tout faire toute seule. Je me suis plutôt dirigée vers le stand Bethesda après dont je me charge de vous faire la description juste après avoir pris une petite pause… En attendant, les images restante du salon concernant Ubisoft.



Images (13)
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

23 Aug. 2010 | 11h44


BlueHunter
Hey! C'est moi qui me suis occupé (d'imprimer et d'expédier) des artworks MMH6! Ahah c'est cool que t'ai pu y aller cette année!
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2019 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU