Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité
Posté le Jeudi 24 Juin 2010 à 15:49 par philyra

Ce 22 juin à 19h30 pas très précises avait lieu le vernissage tant attendu de l’exposition MuseoGames au conservatoire national des arts et métiers de Paris (aussi connu sous le nom de CNAM), 60 rue Réaumur dans le 3e arrondissement. Une occasion inespérée de manger un peu, boire encore moins, afin de fêter comme il se doit la découverte d’une véritable structure d’accueil pour amateurs de vieilles machines, petits ou grands, initiés ou non aux loisirs numériques et à cette désormais grande Histoire du jeu vidéo.

Ainsi aura-t-il bien fallu quarante ans à ce média pour qu’on se retourne et qu’on se dise à son sujet : « tiens, voilà-t-y pas quelque chose de vivant et d’intéressant ! », et ils sont nombreux les acteurs de l’industrie française à avoir donné leur point du vue sur ce projet ambitieux. Frédérick Raynal, auteur entre autre d’Alone in the Dark, Milad Doueihi, un historien et pas n’importe lequel, Eric Viennot, parce qu’on a toujours en tête son In Memoriam, Laurent Trémel, un sociologue qui lui aussi c’est penché sur le sujet, Gonzalo Frasca, game designer uruguayen parce que ça existe, Isabelle Arvers, critique et surtout spécialiste des machinimas, David Cage, auteur du controversé malgré lui Heavy Rain, ou encore Peter Molyneux, pas vraiment français mais on l’aime bien quand même, et puis d’autres qu’on n’aura pas la force de citer… Une faiblesse à tel point honteuse qu’on vous renvoie illico presto sur le site officiel de l’évènement : museogames.com



Gages de qualité, l’exposition a été mise en place via la collaboration de plusieurs entités dont, bien évidemment, le musée des arts et métiers, mais aussi MO5.com, la seule association de grande envergure qui conserve notre patrimoine numérique, L’ENJMIN et le CEDRIC, une école et un centre de recherche du CNAM, et enfin l'Ecole Supérieure des Arts Appliqués Duperré qui, fondée en 1856, a toujours eu pour vocation de former des jeunes aux métiers de la création. Le regard croisé de trois commissionnaires du CNAM nous a d’ailleurs valu un petit discours de circonstance, Stéphane Natkin (professeur au Cnam, directeur de l’Enjmin), Pierre Giner (artiste, enseignant à l’Ecole Duperré) et Loïc Petitgirard (maître de conférences au Cnam, historien des techniques). Pour être honnête on aurait bien voulu éviter le baratin habituel sur « le jeu vidéo a dépassé l’industrie du cinéma », c’est donc avec précipitation que nous nous sommes dirigé sur la vraie raison de notre visite.


Résultats sur pas moins de 600 m² : une belle partie de la collection de l’association de MO5.com est sortie des placards. Cela signifie non seulement qu’on pourra admirer les bêtes mais qu’on pourra également les essayer joystick en main. En effet, au centre même de cette exposition se tient la conception d’interactivité. Fini le musée ennuyeux où on s'extasie devant des tableaux de vie poussiéreux, le message clair dès notre entrée : « MuseoGames, une histoire à rejouer ». Après avoir passé les salons d’écoute, où l’on peut s’imprégner de la culture du jeu, de son vocabulaire et des nombreuses analyses portées sur ce média révolutionnaire, puis après s’être engouffré dans le couloir d’Ali baba, pas vraiment une caverne mais les richesses sont à la hauteur (quoique pas vraiment clairement définies pour le visiteur lambda), et bien on finit par découvrir l’espace Play.
Cœur vivant de l’exposition avec la partie bornes d’arcade « Game Over » située dans une petite salle adjacente, on y retrouve ce cher Pong, premier jeu d’une longue lignée qui s’étend ici jusqu’à la Xbox et la PS2, pourvu respectivement d’un exemplaire de Top Spin et d’Okami. Incontournable et riche en sensations parfois oubliées, même si on aurait apprécié ne pas résumer une console à un seul et unique jeu. Pour les amoureux de SEGA la Dreamcast, la Megadrive et la Saturn font honneur à leur réputation. L’apple 2, la MSX, la NES et autres antiquités du même goût sont également de la partie, chaque écran de console étant directement relié à un vidéo projecteur pour que la salle bien sombre ne soit illuminée que par les exploits des joueurs, tous supports confondus. Ceux qui souhaiteront rester que spectateurs pourront jeter un œil sur les quelques notes explicatives mais rien de bien extraordinaire pour qui aimerait en savoir vraiment plus sur le sujet en réalité... Reste juste à savoir si les visites guidées et autres activités familiales sauront combler les quelques manques de précisions.



Je ne vous conseillerai que d’aller y faire un tour pour vous faire votre propre opinion, l’exposition restera ouverte à qui le veut jusqu’au 7 novembre 2010.

A titre d’information voici la grille des tarifs et les heures d’ouvertures, également visible sur le site du CNAM de Paris.

• EXPOSITIONS TEMPORAIRES
- Plein tarif : 5,50 €
- Tarif réduit* : 3,50 €
* accordé aux moins de 18 ans, demandeurs d'emploi, enseignants, étudiants ou pour l'achat de billets "open", uniquement sur présentation d'un justificatif et à titre individuel.

Heures d’ouverture :
Du mardi au dimanche inclus, de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h30
Fermé le 1er mai et le 25 décembre.
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires
Encore aucun commentaire :-( Soyez le premier !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2019 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU