Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité
Posté le Jeudi 28 Juillet 2011 par Itokiry,Yonnix
<< Épisodes Spin-Off – Même les meilleurs commettent des erreursL'avenir de la série – Un futur radieux ? >>

Produits dérivés – Horreurs commerciales...


Parfois, les films ont leur adaptation vidéo ludique. Et parfois aussi, c’est l’inverse qui se produit. Avec Resident Evil, nous avons eu droit à plusieurs films, tous plus mauvais les uns que les autres. Avant que ceux qui ont aimé ces daubes s’insurgent, précisons que cet avis est purement basé sur une comparaison à l’univers du jeu vidéo et de celui de son adaptation. Rien de plus. C’est vrai quoi ! Lorsque l’on regarde le premier film, on se demande pourquoi il y a le nom Resident Evil marqué sur la boite ! Pour rappel, l’histoire se passe dans le laboratoire d’Umbrella sous le manoir du premier jeu. Mais ces souterrains n’ont rien à voir avec les originaux !!! D’abord parce qu’ils sont nommés « la ruche » (ou hyve), ensuite parce qu’ils sont contrôlés par une intelligence artificielle inexistante dans la saga de Mikami, et enfin parce qu’on ne peut y rentrer qu’en train, celui-là même qui a été inventé de toutes pièces par le scénariste fou (sans doute un fétichiste des trains !!!). Et les personnages… Bon sang, mais qui a eu l’idée saugrenue de créer de nouveaux personnages, qui plus est sans le moindre charisme ?! Alice, l’héroïne, incarnée par Mila Jovovich, n’a rien à faire là. Elle est totalement décalée par rapport à l’univers de la série, tout comme l’équipe de soldats d’Umbrella qui rentre chez elle, ou plutôt dans le manoir, pour rétablir le contact avec les gens des labos. Sauf que, c’était prévisible, le virus T s’est répandu là bas…(on aurait parié !) Il va donc falloir qu’ils se rendent compte que toute la population est infectée, avant de se barrer en courant… Jusqu’à la fin, le titre défèque littéralement sur la saga vidéo ludique, en inventant tout plein d’incohérences et de débilités sans nom qui n’ont rien à faire dans le manoir et ses souterrains. Un film que l’on ne retiendra sous aucun prétexte, tant pour son non respect de l’œuvre originale que pour son manque de rythme et sa crétinerie.


Resident Evil 1 - Gros fusils [2002]

Resident Evil 1 - La salle aux lasers !! xD [2002]

Mais comme chaque chose affublée d’un « Resident Evil » accroche, le film reçu un bon accueil (commercialement parlant). Et donc, c’était prévisible, quelques mois plus tard, on nous infligea un second épisode. En regardant ce film, on a un peu l’impression de regarder le premier, avec simplement des décors et des personnages qui changent. Il est de surcroît beaucoup plus rythmé que le premier… Mais en fait, on s’en balance totalement, puisque l’univers vidéo ludique s’en prend encore plein la tête ! Entre les personnages inventés de toutes pièces, ceux que l’on a déjà vu dans l’opus précédent et les stars du jeu vidéo qui se sont incrustées de manière impromptue, on est plus que servi. Le hic, c’est qu’encore une fois les incohérences avec l’œuvre originale sont légion. Tout d’abord, le film reprend quelques éléments scénaristiques de Resident Evil 3 : Nemesis, ce qui ne serait pas pour nous déplaire si cela n’avait pas été synonyme d’inventions crétines de la part du scénariste. Ce dernier a d’ailleurs du s’envoyer un bon gros rail de farine tassé à la carte bancaire des familles avant de nous pondre quelque chose comme ça, manquant cruellement de saveur, et ne rappelant l’univers de Mikami que par quelques noms et monstres. On imagine bien la scène de discussion entre le pauvre clochard chargé de l’histoire, et le réalisateur. Un échange où le premier expose des idées toutes plus rocambolesques les unes que les autres, et bien plus proches d’un Rambo que d’un Resident Evil, et le second hoche la tête et explique comment cela va être rendu encore plus imbuvable grâce à des techniques de montage que même Uwe Bowl n’ose plus utiliser (mais si, rappelez vous d’Uwe Bowl ! Le génie qui a accouché d’une adaptation de Far Cry et de The House Of The Dead, pour ne citer que ces deux immondices). Seul le Nemesis est crédible dans son grand manteau de cuir. Mais comme le bougre s’est vu doté d’un passé extraordinairement inintéressant, et encore une fois en total désaccord avec l’œuvre originale, on aurait quand même tendance à cracher dessus. Et comme en plus Alice est devenue une super héroïne de manga, avec la super force et les supers sauts qui vont avec, on finirait presque par se fendre la poire en regardant le film. Mais si l’on est fan du jeu, difficile de ne pas vomir devant ce débris tout juste bon à équilibrer une table.


Resident Evil Apocalypse - Au Poste [2004]

Resident Evil Apocalypse - Au cimetière ! [2004]

On ne parlera pas des deux autres chefs d’œuvres qui nous ont gracieusement été offerts. Pas que nous ayons résisté à la tentation de les regarder (bah non, on s’est senti obligé après avoir vu les bandes annonces avec Mila Jovivich en T-shirt mouillé !), mais nous sommes tout de même sur un site respectable, et devenir grossier serait inconvenant. Disons juste que si l’on avait aimé les deux premiers, on risquait fort d’être comblé avec leurs suites. En restant correct, je peux tout de même vous dire que le fan que je suis n’a toujours pas digéré le coup des clones de l’héroïne, du Boss à la hache géante de Resident Evil 5 dans les toilettes, et des morts vivants qui mangent de la terre et du goudron pour arriver à renter dans la prison où Alice s’est enfermée. On notera que ces deux films n’ont plus rien à voir du tout avec le jeu vidéo, même si certains personnages de celui-ci s’y sont invités.


Resident Evil Extinction - Gros Couteau [2007]

Resident Evil Afterlife - Grosse Hache ! [2010]

Mais Resident Evil, ce n’est pas qu’un film (et accessoirement un jeu vidéo), puisque nous avons aussi eu droit à plusieurs livres, bandes dessinées ou dérivés en tous genres, tels que des jouets, répliques d’armes en plastique ou habits des personnages de la série. Pour nous être un tant soit peu intéressé à ce que renfermait cet immense marché du produit estampillé, la moindre des chose est de mettre en garde le consommateur bientôt averti que vous êtes. Il faut comprendre par là qu’une bonne part de ces objets sent bon la manufacture bon marché taïwanaise, et donc une mauvaise qualité indéniable. Entre les livres à l’histoire pas intéressante pour un sous, les bandes dessinées barbantes et manquant d’action et les produits à porter ou à accrocher qui tombent vite en morceau, autant dire qu’on tient là une belle brochette de dérivés foirés qu’il vaut mieux laisser de côté. Attention, on ne dit pas que vous ne devez pas acheter ce genre de produit bon marché, nous l’insinuons juste de manière très subtile, afin que votre esprit croit que l’idée vient de vous. En somme, si les livres et les bandes dessinées occupent quelques heures sans problème, les figurines et autres bijoux revendiqueront leurs origines chinoises (Taiwan, c’est bien en Chine ?) en se détruisant bien vite. Pour ce qui est des cosplays, on ne peut que vous inciter à les faire vous-même, l’effet sera déjà plus sympa (enfin on l’espère pour vous), et sans aucun doute plus résistant. Il existe certes des produits de collection de qualité rehaussée, mais entre nous, quel intérêt d’avoir une Jill Valentine en plastique sur sa table de nuit ?


La manette NGC spéciale Resident Evil !

Alors que retenir de tout ce qui n’est pas jeu vidéo et qui porte l’étiquette Resident Evil ? Pas grand-chose de plus que « fuyez pauvres mortels » je le crains. Si les films peuvent encore passionner quelques Kevins en manque d’action (on peut les insulter maintenant, ils n’auront jamais le courage d’aller jusqu’au bout de la page), ils s’avèrent bien plats et incohérents pour les puristes de la saga originale. Les supports papiers, c’est pas que c’est mauvais, mais ça manque juste d’un ingrédient secret que possédait le jeu, et qui le rendait palpitant, même dans les moments creux. Et pour finir, pour ce qui est des nombreux (que dis-je, très nombreux !) produits dérivés en plastique et autres quincailleries en tout genre, on ne peut que trop vous conseiller de passer votre chemin, même si vous êtes le fan le plus hardcore du monde et que vous roulez sur l’or. Non, enrichir les gens qui produisent ces étrons ne servirait qu’à les encourager. Encore une fois, on ne dit pas que vous ne devez pas dépenser vos sous dans des trucs aussi inutiles et de piètre qualité, nous ne faisons que vous le conseiller.
<< Épisodes Spin-Off – Même les meilleurs commettent des erreursL'avenir de la série – Un futur radieux ? >>
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

28 Jul. 2011 | 08h38


Vinz
Bon résumé pour la partie jeux vidéo ^^ Pour les films... c'est pas faux. Disons qu'on aurait pu nommer autrement le premier épisode ca aurait été possible ! Après pour les goodies ils sont pas tous foncièrement mauvais je pense, mais les plus cheaps probablement.

28 Jul. 2011 | 12h15


TeddyWayne
Bravo les gars vous avez roxxxxx

28 Jul. 2011 | 19h07


itokiry
Non, effectivement, certains goodies ne sont pas ce qui se fait de pire dans ce marché très lucratif, mais dans toute la liste que j'ai épluché (et j'en ai aussi quelques unes chez moi ^^), je n'ai pas trouvé grand chose d'autre, mis à part les véritables objets de collection qui coûtent bien cher

24 Sep. 2011 | 14h19


pacool
Espérons un avenir plus radieux des prochains épisodes !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU