Webzine de Jeux Vidéo PC et Consoles
Invité
Posté le Jeudi 28 Juillet 2011 par Itokiry,Yonnix
<< Resident Evil 0 – L'épisode qui remonte le tempsResident Evil 5 – Quand action cesse de rimer avec frisson >>

Resident Evil 4 – Exceptionnelle révolution !


Sortie le 18 mars 2005. Dispo sur GC, PS2, PC, Wii et iPhone.
Quatrième opus d'une série qui commençait à trop se reposer sur ces acquis, Resident Evil 4 se devait de nous proposer de nouvelles choses. D'abord annoncé en 2001, il aura finalement fallut attendre quatre ans de plus avant de le voir débarquer. La faute à un développement qui n'est pas sans rappeler celui de Resident Evil 2, tant par son « chaotisme » exacerbé que par sa longueur insoutenable. En effet, sans trop rentrer dans les détails, ce n'est pas une, mais deux versions qui se sont vu abandonner en cours de développement ! Une véritable débâcle donc, pour un résultat au final, aussi exceptionnel que révolutionnaire... Nous sommes en Mars 2005, c'est le 18 que sort le jeu de Shinji Mikami en exclusivité temporaire sur GameCube. On y retrouve le sémillant Leon Scott Kennedy, héros rescapé de RE2, de retour aux affaires. Devenu agent pour le gouvernement, c'est dans le cadre d'une mission de la plus haute importance que notre héros se voit envoyé dans un mystérieux village hispanique à l'intérieur duquel se trouverait la fille kidnappée du président US, rien que ça ! Débarqué sur les lieux, notre ami se rendra bien vite compte que quelque chose cloche avec les autochtones. Comme le montrait le comportement violent ainsi que la force surhumaine dont les habitués des lieux étaient dotés, il s'avère que tout ce petit monde ait été infecté par une sorte de parasite, le Plagas, facteur de ces étranges caractéristiques. Plus que pour la vie d'Ashley (la fille du président ndlr), c'est bien pour sa propre vie qu'il va falloir lutter et, le moins que l'on puisse dire, c'est que la survie sera rythmée ! Voilà pour le scénario qui, comme pour la plupart des épisodes de la saga, n'est pas des plus exceptionnels. En effet, si la mise en scène et les cinématiques sont grandioses, les différents tenants et aboutissants de l'intrigue ne sont guère originaux et restent, dans la continuité, similaire à ce qui avait été fait précédemment.


Concept Art du lac (avec une grosse bêbête qui y dort)

A l'inverse, s'il y a bien un point sur lequel Resident Evil 4 coupe radicalement avec ces ainés : c'est dans son gameplay ! Avec le recul, on sentait bien que la série se rapprochait de plus en plus de l'action pure et dure, mais jamais au point de ce quatrième opus. Tout d'abord de par le choix d'un système de caméra à l'épaule, propre à tous les Third Person Shooter, contrastant grandement avec le système de plan fixe que l'on avait pu observer par le passé dans la saga. C'est donc le personnage au centre de l'écran qu'il va maintenant falloir batailler avec un nombre incalculable d'ennemis infectés, quantité due à la nouvelle orientation shoot choisie. Plus question d'esquiver, la faute à la rapidité déboussolante de nos adversaires, et pour nous aider à les terrasser, de nombreuses armes et munitions seront à notre disposition. Ces armes pourront d'ailleurs être achetées, et même améliorées, par l'intermédiaire d'un système de commerce inédit dans la série. Pour le reste, la construction des différents niveaux était logiquement bien plus linéaire que par le passé, mais étonnamment le titre se terminait en une vingtaine d'heures, ce qui est plus long que pour ses prédécesseurs. Des défis nous étaient également proposés, sorte de mode survie (The Mercenaries) à l'intérieur desquels il fallait survivre (logique) à plusieurs vagues d'ennemis. En clair, RE4 révolutionnait à lui seul bon nombre des codes ancestraux de la série, tout en continuant néanmoins à nous faire frémir, mais de manière différente. Délaissant les rouages du survival horror, c'est par une action ahurissante et une mise en scène de haute volée que le titre nous mettait sans cesse une pression démentielle sur le dos. Un choix qui s'avère au final excellent mais qui n'était pas non plus exempt de défaut. On notera quelques bémols tels que la relative linéarité de l'aventure ou une maniabilité un poil rigide (caractéristique représentative de la série) ; il n'était par exemple pas possible de se déplacer et viser en même temps, chose qui ne nous dérangeait pas tant que ça non plus, cela accentuait même le stress ressenti.


Les ponts, sources de stress supplémentaire [NGC]

Ashley... quelle plaie ! [NGC]

Enfin, comment ne pas parler de la réalisation globale du titre qui, souvenons nous à l'époque, avait littéralement repoussé les limites de la GameCube. Visuellement parlant, il n'y avait rien à redire, le soft nous explosait la rétine et nous ne pouvions que rester admiratif devant les splendides effets de mises en scène, les gigantesques boss aux animations ultra-réalistes, la gestion de la lumière etc. Quant à la bande son, tout était parfait. L'ambiance était oppressante à souhait, les différents thèmes musicaux s'adaptaient à merveille aux situations, aussi variées étaient-elles, les doublages (en anglais, comme à l'habitude de la série) étaient, de plus, de très bonne facture ! En clair, si Resident Evil 4 avait, de par sa nouvelle orientation, créé la polémique chez les fans, il les aura néanmoins quasiment tous réuni pour sa perfection déconcertante, et ce dans tous les domaines ! En renouvelant les principes fondamentaux de la saga, il lui apporta un réel vent de fraicheur et la relança sur de nouvelles bases bien solides, dont la nécessité commençait à se faire sentir. D'ailleurs, ce renouveau fut loin d'être un échec d'un point de vue commercial puisque si l'on cumule les ventes de l'ensemble des versions parues à ce jour, on arrive à un total de 6,9 millions d'unités écoulées. C'est plus que tous les autres épisodes sortis avant lui, et en soit, c'est une véritable prouesse. Faisons au passage un rappel des plates-formes sur lequel le titre est sorti. Comme nous l'avions dit, c'est d'abord sur GameCube qu'il sortit, puis débarquera huit mois plus tard sur PS2 dans une version agrémentée de quelque bonus. Viendront ensuite en Juin 2007 des portages PC et WII, et si le dernièrement cité est d'excellente qualité, on ne peut pas en dire autant de l'autre tant il était mal optimisé... Pour finir, si vous veniez vous essayez à ce jeu mythique (ce que nous vous conseillons vivement), le plus simple serait de se le procurer sur WII, même si le rejouer sur GC et PS2 reste toujours un plaisir de nos jours, malgré le relatif coté terne des textures de la version Sony !


Viser et tirer... vite, avant de se prendre une tronçonneuse dans la poire ! [WII]

On peut incarner différents personnages dans le mode Mercenaries [WII]
<< Resident Evil 0 – L'épisode qui remonte le tempsResident Evil 5 – Quand action cesse de rimer avec frisson >>
Vous appréciez cet article ?
Partagez le auprès de votre réseau pour le faire connaître !
Commentaires

28 Jul. 2011 | 08h38


Vinz
Bon résumé pour la partie jeux vidéo ^^ Pour les films... c'est pas faux. Disons qu'on aurait pu nommer autrement le premier épisode ca aurait été possible ! Après pour les goodies ils sont pas tous foncièrement mauvais je pense, mais les plus cheaps probablement.

28 Jul. 2011 | 12h15


TeddyWayne
Bravo les gars vous avez roxxxxx

28 Jul. 2011 | 19h07


itokiry
Non, effectivement, certains goodies ne sont pas ce qui se fait de pire dans ce marché très lucratif, mais dans toute la liste que j'ai épluché (et j'en ai aussi quelques unes chez moi ^^), je n'ai pas trouvé grand chose d'autre, mis à part les véritables objets de collection qui coûtent bien cher

24 Sep. 2011 | 14h19


pacool
Espérons un avenir plus radieux des prochains épisodes !
Poster un commentaire
Vous devez être inscrit pour pouvoir poster un commentaire : Inscription Rapide
PC - XBOX 360 - PS3 - WII - PSP - NDS
Jeux à surveiller
Crysis 2
Duke Nukem Forever
Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds
Jeux qui plaisent
Little Big Planet
Les Sims 3
World of Warcraft : Cataclysm
Articles à suivre
Resident Evil
Survival Horror
Nintendo 3DS
Réseau
Faire un Crédit
Jeux Video
LesJeuxVideo Version 8.0.4 Copyright 1999-2017 | Toute copie est totalement interdite | CNIL : 1025900 | CGU